> article suivant

Une jeunesse à toute vitesse

> article précédent

Les cancans de la CAN

Puelle à tarte

Partager

Finalement, le bus a fini par arriver. Bon déjà, à Marseille un bus qui arrive c’est toujours un évènement. Mais là, on était soulagé en plus. C’est pas qu’on s’impatientait, mais faut comprendre que dans la vie on a quand même des choses plus importantes à faire que jouer contre lille. Crois-le ou pas mais on a eu droit à un grand moment de n’importe quoi. L’arrivée de Claude Puelle, manager du losque de son plein gré, détenteur d’un titre de champion avec monoco et d’un brushing laqué à faire mourir Travolta.
À le voir avancer dans les couloirs sans calculer personne, on aurait dit qu’il marchait sur l’eau tellement il s’en croyait. Derrière lui, ses deux staffs techniques lui déboîtaient le pas. Le staff de l’équipe, jusque-là normal et puis son staff perso rien que pour lui, avec bagagiste, portier, secrétaire, coiffeur, visagiste, maquilleur, manucure, pédicure, masseur, avocat, agent, attaché de presse, conseiller en image, conseiller tactique, conseiller capillaire et même un conseiller pour le conseiller sur le choix de ses conseillers. J’ai dit «Et ton adjoint, il est où?» Il a fait «Ho purée, je savais bien que j’avais oublié quelque chose!»

Histoire de briser l’armoire à glace, j’y ai sorti «Bon dis-moi, tu préfères que je t’appelle cloclo ou pupu? En même temps, si je t’appelle cloclo, ça fait que tes joueurs sont tes clodettes. Je dis ça comme ça». Il a coupé sec «Je préfère que tu m’appelles pas, c’est mieux». Oh fan des purges. Je l’ai regardé en face, droit dans le front et j’ai fait «Si tu fais le revêche, moi je m’en fous, je dis à Fernandèze de t’écraser tous tes doigts quand il va te serrer la main devant la caméra et tu verras que tu feras moins le mariole».
Puelle l’a joué imperturbé. Normal, Fernandèze est pas crédible niveau musculaire. C’est limite s’il vire pas cramoisi en débouchonnant un feutre. Puelle restait là, ses bras croisés sans rien dire avec son regard du mec qu’a tout compris, rivé vers l’horizon de quoi, j’en sais rien. J’ai regardé dans sa même direction juste par curiosité, j’ai vu queutchi. Puelle a dit «Tu peux pas comprendre, je contemple l’avenir». C’est sûr que nous, à l’OM, on préfère contempler le passé. Parce que pour ce qui est de l’avenir, on préfère franchement le passé.

Un truc m’interloquait, j’y ai demandé «Mais à quoi ça te sert de trimballer un dactylo partout avec toi?» Il a dit «C’est mon biographe. Dommage que Victor Hugo soit mort, ça aurait été un honneur pour lui que de raconter ma classe, mon génie et mon intelligence». Il a sourcillé puis a fait corriger «Rajoutez en toute modestie, je voudrais pas passer pour quelqu’un de prétentieux». Puelle, c’est pas l’humidité qui l’étouffe.
En plus, je vais te dire c’est n’importe quoi, Victor Hugo est pas mort, il tient une bibliothèque à Aix. Je le sais, j’y suis été un jour. Enfin, je suis passé devant, quoi. N’empêche j’ai rien dit, comme ça il écrira ma mienne de bio. Là-dessus, un type que j’avais vu ni d’Eve ni d’Adamo est venu me serrer la main. Il a fait «Lex Luthor?» J’ai dit «Non, Anigo». Il a répondu «Seydoux». J’ai fait «Bè c’est de Marseille, pardi. D’où tu veux que ça soit?» Il a froncé les sourcils puis il est parti. Je t’en pose des questions moi d’abord.

Ce qui est sûr, c’est que plus personne pourra nier que Koke est de la race des plus grands attaquants. De la trempe des Ronaldo, des Trézéguet que tu vois pas pendant tout le match et qui te claque un but au moment où tu t’y attends le moins. Koké c’est encore plus fort. Lui, il pousse le vice jusqu’à disparaître pendant plusieurs matches pour être sûr que tu l’oublies définitivement. Comme quoi, nous on pensait qu’il était en train de rater sa saison mais non. C’était volontaire, c’était de la préparation pour ce match-là d’aujourd’hui. Six mois d’invisibilité et puis hop, contrôle du ventre, frappe du pointu et but.

Comme dab avec l’OM, on est rapidement passé du koke aux ânes. Tout ça à cause de la défense, jamais vu une brochette de cancres pareils. Pas un pour te rattraper l’autre. On dirait un boyze bande, tellement y sont synchros dans la nullité. En les voyant se faire ensuquer, j’en pouvais plus dans la tribune. J’ai hurlé «Mais c’est Moser qu’on assassine!» Andre Louisse s’est fait dribler pendant un quart d’heure non stop avant le but. Il a cru que c’était le challenge Wanadoo ou quoi? Moi je hurlais «Mais arrache-lui le tibia!» Pape m’a regardé en oblique, d’un air de me dire «T’es le directeur sportif, faut montrer l’exemple». Acariesse s’y est mis aussi. Et quand Acariesse te fixe, t’as des points de suspension qui te sortent de la bouche. Du coup, j’ai rectifié «Arrachez-lui le tibia proprement, on n’est pas des sauvages non plus». Tu parles, le temps de finir ma phrase, Acimovic finissait le massacre.


lpj_sm1

Partager

> sur le même thème

How deep is your losque?

Le Blog du Petit José, 2005-2006


2006-12-24

Ça va être encore de ma faute


2006-12-24

Des souris et de l'OM


2006-12-24

Qui c'est qui veut gagner des millions? (Plein!)


>> tous les épisodes du thème "Le Blog du Petit José, 2005-2006"

Les brèves

Je crois que bon bon

"Laurent Blanc à Lyon, ça ne colle pas pour deux raisons" (foot01.com)

Aucun

"Euro U17 : qui sont les joueurs majeurs de l'équipe de France ?"

Autobiographie

"Ribéry : Des débuts fracassants." (lequipe.fr)

Ô Pep !

"Un pays africain rêve de Bruno Genesio !" (dailymercato.com)

Ruuuuuuuuuuuuuuuuuuud van Nistelrooy

"PSV Eindhoven : Ruud van Nistelrooy prolonge sur le banc des U19." (lequipe.fr)