auteur
Curtis Midfield

Du même auteur

> déconnerie

Le PSG du futur

> article précédent

La Gazette, numéro 53

Pires rencontre son étoile

À 27 ans et près de 50 sélections, Robert Pires s'exprime enfin totalement sous le maillot bleu. Libéré de ses complexes et de sa propre image, il a vraiment gagné la Coupe des confédérations. Et la promesse d'une nouvelle carrière d'international…
Partager
Tout est bien qui finit bien. Cette coupe des Confédérations qui tombait comme un cheveu de trop dans la soupe des compétitions a finalement été on ne peut plus positive. À l'arrivée, Roger Lemerre hérite d’un nouveau titre, d’informations supplémentaires sur un groupe élargi et de certitudes plus affirmées. Au rang de celles-ci, la présence désormais incontournable de son nouveau numéro 7.

Robert Pires est né sous le maillot de l’équipe de France le soir de la finale du Championnat d’Europe. Un débordement rageur suivi d’un centre à destination de Trezeguet lui a enfin donné cette dimension supplémentaire, très symbolique, qu'il cherchait depuis tant d’années. Depuis, le bon Robert a repris le cours de sa progression et réalise un sans faute sur et en dehors des terrains, comme le montre par exemple la pertinence du choix d’Arsenal pour rebondir après ses difficultés marseillaises.
Son exil anglais lui a redonné la tranquillité et la confiance qu’il avait perdues aux abords de la Canebière et il a retrouvé une stabilité qui lui faisait cruellement défaut. S’appuyant sur la patience et les bons conseils de Wenger, il a peu à peu retrouvé le goût du risque et de l’effort. Fini le temps des errances sur le terrain et les déclarations maladroites servant à justifier à ses yeux et à ceux du public les échecs consécutifs à son départ de Lorraine. Déstabilisé par des exigences extérieures (le fameux "muscle ton jeu" d’Aimé Jacquet en est l’exemple le plus célèbre) qui ne lui convenaient guère, il a longtemps cherché des clefs dont il n’avait pas besoin. En revenant vers un jeu et un comportement plus proches de ceux de ses débuts et plus conformes à sa nature, il a réussi à écarter l’étiquette d’ex-futur espoir qui commençait à lui coller au maillot.

Cette trajectoire recomposée en fait un titulaire indispensable chez les Gunners et un homme de base de l’avenir de l’équipe de France. Tel Laurent Blanc, sa polyvalence l’a longtemps desservi. Mais à l’image du Président, elle pourrait bien lui garantir un bail conséquent sous le maillot tricolore. Au milieu de terrain, il peut en effet s’adapter à nombre de systèmes de jeu différents. Ses qualités traditionnelles reposent sur un fort pouvoir d’accélération et sur une capacité à provoquer afin de déséquilibrer les défenses adverses. Elles peuvent s’exprimer dans l’axe, mais sont sans doute plus efficaces sur les côtés. Wenger l’a bien compris et l’a fait jouer le plus souvent de cette façon à Arsenal et c'est dans cette position qu'il avait réalisé deux excellentes performances au Stade de France contre le Japon et le Portugal.
Mais avec la Coupe des confédérations, les supporters des Bleus ont eu le plaisir d'apprécier un Pires récupérateur-relanceur hors pair. Le dispositif imaginé par Lemerre lors de Pays-Bas-France ayant été reconduit, le néo-Londonien a pu constituer avec Vieira une doublette redoutable, capable de toutes les récupérations mais aussi de toutes les audaces offensives. Ajoutez-y des talents de finisseur en pleine éclosion et vous aurez sans doute les noms des deux meilleurs joueurs du tournoi asiatique. Le talent technique de notre d’Artagnan aura sauté aux yeux de tous, mais beaucoup auront aussi découvert son volume physique. Capable d’enchaîner les courses à haute fréquence, il a pu ainsi constituer le lien parfait entre défense et attaque, inépuisable piston capable de perforer à tout moment. De quoi donner de bonnes idées à Wenger…

À ce propos, au vu de la complicité qui unit les associations Petit-Vieira ou Vieira-Pires-Henry-Wiltord, nous rêvons d’une équipe d’Arsenal constitué un jour de onze français. En attendant nous nous contenterons de la joie de Pires après la finale. Une histoire assez morale en somme. L’histoire d’un garçon qui avait juste besoin de redevenir lui-même.

Partager

> déconnerie

Messi, tel Son Goku

> sur le même thème

Toujours bleu

> Dossier

Les Bleus

Les Bleus


Jérôme Latta
2019-05-22

Les absents donnent toujours tort (au sélectionneur)

Une Balle dans le pied – Si une liste des 23 suscitera toujours d’inévitables controverses, peut-être faut-il arrêter de croire que l’équipe de France est une méritocratie.

 


Philippe Rodier
2019-03-25

Antoine Griezmann, le triomphe de l’intelligence

C’est une vielle tradition française: pour remporter une grande compétition internationale, il faut d’abord un homme providentiel. En 2016, il s’agissait d’Antoine Griezmann, alors nouvelle coqueluche du public français. Qu’en est-il aujourd’hui?


2018-11-21

Sans peine mais pas sans péno

 L'équipe de France a dominé l'Uruguay dans un match agréable où elle s'est retrouvée, un peu tard. • l'édito • la nalyse • les gars


>> tous les épisodes du thème "Les Bleus"

Le forum

Foot et politique

aujourd'hui à 09h25 - Mevatlav Ekraspeck : Tu sais, la SNCF ne m'étonne plus de rien, que ce soit pour le positif ou pour le "lunaire"... >>


Scapulaire conditionné

aujourd'hui à 09h09 - Gouff : Ambiance bien pourrie au stade. Je comprends la colère des ultras, il y a des explications à... >>


Café : "Au petit Marseillais"

aujourd'hui à 08h57 - Nicordio : Le gardien strasbourgeois fait quand même une parade magnifique sur la frappe de Caleta-Carr >>


Aimons la Science

aujourd'hui à 08h56 - Utaka Souley : J'avais pas vu le post de Kireg, mais je suis d'accord à 100%. >>


Au tour du ballon ovale

aujourd'hui à 08h41 - Isabey a les yeux bleus : Lucho Gonzealaiseaujourd'hui à 00h29Cela dit, et ce serait un autre débat, je serais curieux de... >>


Go Mouest !

aujourd'hui à 06h32 - Sergent Louis Garcia : moi aussi, je deviens plus que circonspect sur Butelle.encore un placement approximatif sur le but.... >>


Etoiles et toiles

aujourd'hui à 02h33 - Tonton Danijel : Sinon, ton analyse est intéressante parce que j'avais lu que Bob Kane était justement... >>


Gerland à la détente

aujourd'hui à 02h11 - Run : Le bemol que j'ajouterais est que Lopes est infranchissable 15 fois par saison. J'ai plus de doute... >>


Choucroute et bierstub: l'indigeste menu du RCS

aujourd'hui à 00h28 - Gouffran direct : Ces épopées européennes ça fatigue. >>


Bréviaire

aujourd'hui à 00h24 - De Gaulle Volant : FC Ménès "Un faux bras en sang retrouvé sur la pelouse de Metz - Nantes" (lequipe.fr) >>


Les brèves

Je crois que bon bon

"Laurent Blanc à Lyon, ça ne colle pas pour deux raisons" (foot01.com)

Aucun

"Euro U17 : qui sont les joueurs majeurs de l'équipe de France ?"

Autobiographie

"Ribéry : Des débuts fracassants." (lequipe.fr)

Ô Pep !

"Un pays africain rêve de Bruno Genesio !" (dailymercato.com)

Ruuuuuuuuuuuuuuuuuuud van Nistelrooy

"PSV Eindhoven : Ruud van Nistelrooy prolonge sur le banc des U19." (lequipe.fr)