auteur
Abdellah Boulma

> article suivant

Route directe vers le but

> article précédent

L'apnée du football

> article précédent

La Gazette de la L1 : 5e journée

Deco conception

Passe en retraite – Après avoir enchanté le jeu de Porto, Barcelone, Chelsea et Fluminense, le subtil meneur de jeu portugais a mis un terme à sa carrière.

Partager


Un Brésilien naturalisé portugais aux origines japonaises avec… un visage de ouighour. Cette physionomie renvoie à l’un des plus talentueux milieux de sa génération. À l’aube de ses trente six ans, l’ex-international portugais (75 sélections) range définitivement ses crampons après une carrière brillante émaillée de succès et de blessures, et qui s'achève donc dans le club carioca de Fluminense.
 

Une énième blessure, une élongation à la cuisse lors de son dernier match disputé le 21 août contre Goias, a précipité son départ. Ses pépins physiques ont eu raison de sa foi: "J'aurais aimé continuer jusqu'à la fin du championnat et aider l'équipe à revenir en Copa Libertadores, mais je ne peux pas. Mon corps ne le veut plus." À l’heure de l'extinction des numéros 10, émotion et nostalgie s’entremêlent à la simple évocation de ce milieu axial, doué techniquement, organisateur hors pair, élégant, un brin nonchalant mais n’hésitant jamais à revêtir le bleu de chauffe pour délivrer quelques tampons, qui fit les beaux jours du football européen et brésilien.
 

 

Deco Portugal
cc José Goulão
Un dix à la baguette

Arrivé sur la pointe des pieds de son Brésil natal à l’âge de dix-neuf ans, le jeune Deco est d'abord loin de faire l’unanimité. Son transfert à Porto en 1999 lui ouvre des horizons insoupçonnés. Son éclosion s’accélère au contact de José Mourinho, qui le propulse chef d’orchestre du milieu de terrain. Il remporte avec Porto la Ligue des champions 2004 face à Monaco. Une année à marquer d'une pierre blanche et bleue pour l’ancien pensionnaire des Dragons, finaliste malheureux de l'Euro mais élu meilleur joueur FIFA – le Ballon d’Or lui sera subtilisé par Chevtchenko. Une juste récompense pour ce joueur qui gardera toute sa vie un souvenir impérissable du club et de l’entraîneur portugais qui a révélé son talent.
 

Le génial stratège remet le couvert deux ans plus tard seulement, en Catalogne où Rijkaard n’hésite pas à lui confier les clés du jeu. Un hasard? Non. Associé à Xavi au milieu de terrain, le Portugais fait vite l’unanimité au sein de Blaugranas dont le jeu frôle par moments la perfection. À l’origine de la plupart des actions, capable de temporiser, d'accélérer, de dribbler et de distribuer des caviars, Deco est au sommet de son art. Résultat des courses: une nouvelle Ligue des champions à son tableau de chasse, en 2006 aux côtés de Ronaldinho et Eto’o – laissant le regret que ces joueurs n'aient pas évolué plus longtemps ensemble. Guardiola avait d’autres idées en tête et a préféré se séparer de ces personnalités parfois encombrantes. Un choix que n'a pas discrédité la suite… On a pourtant du mal à imaginer Déco, plutôt discret, en intriguant de vestiaire. Pas rancunier, le virtuose déclara: "Guardiola a amené une nouvelle mentalité. Il arrive à tirer le meilleur de ses jeunes comme de ses meilleurs éléments".
 


Deco et des bas

Il terminera son tour d’Europe outre-Manche à Chelsea, durant deux saisons (2008-2010) pour engranger au passage un titre de champion d’Angleterre – qui ne le comblera que moyennement, ayant passé l’essentiel de son temps à l’infirmerie. Cette expérience en demi-teinte conjuguée au limogeage de Luiz Felipe Scolari (Guus Hiddink n'ayant quasiment pas fait appel à lui) va l’inciter au départ. L'entraîneur a récemment salué sa sortie: "Deco a été l’un des grands joueurs avec lequel j’ai pu travailler. Le football perd un grand joueur mais surtout un grand homme."
 

Loin d’être anecdotique, son retour au Brésil en 2010 (92 matches, 7 buts) lui a permis d’étoffer son riche palmarès en remportant deux titres de champions (2010 et 2012) sous la houlette d’Abel Braga qui ne tarissait pas, lui non plus, d’éloge à son égard. Son protégé est élu meilleur joueur du championnat carioca 2012 et remporte le titre du meilleur but du championnat. Le talent demeure intact.


Inquiété dans une affaire de dopage en mai dernier, Deco a été suspendu trente jours à titre conservatoire après un contrôle positif à un diurétique. Le tribunal de justice sportive de Rio de Janeiro a estimé qu'il n’avait pas volontairement absorbé le produit, et blanchi le joueur. Une aubaine de courte durée pour l’ex-Barcelonais, qui arrêtera définitivement quelques mois après. En laissant une ribambelle de bons souvenirs.

 

Partager

> déconnerie

L'analyse en carton

> sur le même thème

L'apnée du football

Passe en retraite


et alors, Richard N et Christophe Zemmour
2016-05-18

Luca rallie

Passe en retraite – Luca Toni met à trente-huit ans un terme à une carrière où il a davantage soigné sa popularité que son palmarès. Le champion du monde 2006 laisse l’image d’un joueur volage mais attachant.


Richard N et Christophe Zemmour
2016-03-16

Pirès, le bon Robert

Passe en retraite – C’est donc Robert Pirès qui fut le dernier des champions du monde 1998 à mettre fin à sa carrière. À quarante-deux ans, il laisse l’image d’un joueur spectaculaire, offensif et terriblement attachant.


Christophe Zemmour et Richard N
2015-11-20

Raúl, l’ange devenu Real

Passe en retraite – Un autre seigneur des années 90-2000 se retire. On n’oubliera ni la grâce, ni la classe de Raúl González Blanco, légende du Real Madrid, joueur unique, footballeur éternel.


>> tous les épisodes de la série "Passe en retraite"

Sur le fil

RT @Horsjeu: Le comité veut être utile à ceux qui l'ont aimé https://t.co/Ub7z3iHFCp https://t.co/eQwgwG873W

RT @footballskiFR: Mais où sont passés les héros hongrois de l’Euro ? https://t.co/zl23fSGTEu https://t.co/ziZhbk3h4o

RT @Larbi_Tranculay: « Les copains je vous laisse, on m'attend pour débriefer la présidentielle sur La Chaîne Parlementaire » https://t.co/…

Les Cahiers sur Twitter

Le forum

Observatoire du journalisme sportif

aujourd'hui à 06h31 - le Bleu : Un indice chez vous: Pierre Ménès c'est 1 740 000 comptes abonnés au sien sur Twitter. >>


Dans le haut du panier

aujourd'hui à 05h36 - Tricky : (Et, si j'ai bien compté, il n'y a plus que jeannol en course pour le perfect, Atlanta ayant... >>


Foot et politique

aujourd'hui à 04h51 - Yapéno : Henri Désiré Landreau 24/04/2017 à 13h42 Quant aux campagnes désœuvrées, je pense perso... >>


CDF sound system

aujourd'hui à 04h47 - Rolfes Reus : Une question pour notre Gentil Organisateur : comment est traité un morceau qui fait intervenir... >>


Scapulaire conditionné

aujourd'hui à 01h44 - cocobeloeil : Oui, en plus le climat est très sec là bas. Bon pour ses prothèses. La Gironde est un peu... >>


Les CdF : cahiers de doléances

aujourd'hui à 01h29 - cocobeloeil : Eh Beh!.. Eeenfin un Post Remarquable journalier provenant du Fil Politique vinaigré agréable... >>


En rouge et noir !

24/04/2017 à 23h59 - Redalert35 : Merci Rock. Du coup, va falloir recruter du monde devant... Recrutera-t-on enfin un... >>


Premier League et foot anglais

24/04/2017 à 22h26 - Metzallica : Un football lamentable mais face à une équipe démobilisée ça donne 4-1 mais que c'est moche. >>


Présentons-nous...

24/04/2017 à 22h23 - Portnaouac : @syle Il y a un message pour toi, deux posts au dessus de celui-ci (dans ce fil hein, pas sur la... >>


Le fil éclectique

24/04/2017 à 21h00 - Pascal Amateur : Diagnostic : carpe oedème, dévastatrice maladie contemporaine. >>


Les brèves

Débandade Bazile

"Bazile a rechuté." (lequipe.fr)

Pichichictionary

"L'échec du schéma en losange." (l'équipe.fr)

Zéro socios

"Malek Boutih : ‘Le PS a moins d'adhérents qu'un club de supporteurs de foot’." (Europe 1)

Manchester Cécité

"Blind soutient Blind." (lequipe.fr)

Croco vif… raidi

"Mozambique: un joueur de foot tué par un crocodile." (RMC Sport)