auteur
La rédaction

Du même auteur

> article suivant

Retour vers le footoir [1]

Monaco, ivre Rocher

Matchbox – Le couperet est passé tout près, mais le club monégasque a survécu à une fin de match étouffante pour se qualifier pour les quarts de finale de la Ligue des champions. La nalyseLes observationsVu du forum

Partager

 

Il y a une semaine, l'emploi du terme “exploit” pour caractériser la qualification du PSG à Chelsea avait soulevé quelques protestations en ces pages. On n'osera pas remettre le couvert pour celle de l'ASM contre Arsenal, malgré la jolie performance que représente l'élimination d'une équipe plus expérimentée et intrinsèquement plus talentueuse comme Arsenal. Au risque de relancer un autre débat futile, on se risquerait presque à parler de miracle, tant les Monégasques ont géré leur avance de la pire des manières, mardi soir. Et puis, un club à la fiscalité avantageuse géré par un mécène russe qui a amassé ses milliards en produisant de l'engrais de potasse mérite-t-il que l'on s'enflamme pour lui?

 

Bon, maintenant que l'on a évacué les questions qui fâchent, passons au jeu.

 

 

La nalyse : le Rocher a eu de la moule

Julien Momont - Leonardo Jardim avait vu juste lorsqu'il avait prédit “le match le plus compliqué [pour l'ASM] cette saison”. Car Monaco a été autant hors du coup au retour qu'il avait été brillant à l'aller. On peut y voir la conséquence de l'inexpérience monégasque, de la crispation psychologique ou d'un adversaire bien meilleur, et la vérité se situe certainement dans l'amalgame de tous ces facteurs. Le fait est que le club du Rocher a été bousculé et transpercé comme jamais depuis son passage à une approche plus conservatrice, à la fin de l'été dernier. Il a d'ailleurs encaissé autant de buts (0-2) dans ce match que lors de ses sept précédents en Ligue des champions. 

 

Pourtant, le premier quart d'heure avait fait naître les espoirs de voir un Monaco pro-actif et désireux de ne pas se laisser dicter son destin, avec notamment un pressing haut et agressif sur les trois créateurs londoniens, Mesut Özil, Santi Cazorla et Alexis Sanchez. On avait même flairé la faiblesse défensive d'Arsenal sur son flanc droit, Héctor Bellerin ayant beaucoup de mal à contenir le duo Anthony Martial-Layvin Kurzawa. Mais ces bonnes intentions ont vite laissé place à une autre priorité: défendre en bloc dans son camp.
 

 


 

 

À ce petit jeu, la mobilité des Gunners, couplée à leur intelligence de déplacement et leur qualité technique, leur a permis petit à petit d'ouvrir des brèches. Le plus souvent, la déstabilisation venait d'un décrochage d'Özil, tandis que Geoffrey Kondogbia et Jérémy Toulalan ne savaient plus où donner de la tête. Le premier but, signé Olivier Giroud, est d'ailleurs issu d'une montée hésitante de Kondogbia vers Cazorla, d'un Toulalan pas concerné et d'une sortie en retard d'Abdennour sur Welbeck pour compenser.

 

À trop vouloir gérer, ou par crainte d'une remontée, Monaco a fini par en oublier de jouer. Il y a pourtant eu du mieux à l'entame de la seconde période, dans le sillage de la montée en puissance de Toulalan à la récupération, qui a offert de meilleurs ballons à exploiter en attaques rapides. La pression désordonnée d'Arsenal se heurtait en outre à la baraka de Danijel Subasic. Monaco serrait les dents – pour ne pas dire autre chose – et nous aussi.
 

 


 

 

Mais si la jeunesse et l'inexpérience sont parfois des échappatoires faciles pour entraîneur en quête d'excuses toutes faites, difficile de ne pas y voir la cause de la naïveté monégasque, illustrée par la boulette de Kurzawa dont a profité Aaron Ramsey et les pertes de balle toujours plus précoces à mesure que le temps passait. On a même vu l'ombre de David Ginola dans le coup franc rapidement joué par Bernardo Silva dans le temps aditionnel, vers un Yannick Ferreira-Carrasco hors-jeu.

 

Mais Arsenal ne serait pas Arsenal si les Gunners savaient concrétiser leurs remontées fantastiques en Ligue des champions. À défaut d'être en contrôle, au moins les Monégasques, toujours plus acculés, n'ont-ils rien lâché dans une fin de match irrespirable. C'est ce que l'on retiendra, le temps de savourer la qualification d'un deuxième club français pour les quarts de finale. Leonardo Jardim aura tout le temps d'insister sur le reste en préparant le prochain tour.

 

 

Les observations en vrac

En fait, Olivier Giroud avait juste besoin d'un bon ballon en pleine poire pour trouver le cadre contre Monaco.

 

On ne sait pas qui est ce Jean Moutinio dont Christophe Josse a répété le nom tout au long de la soirée, mais il a l'air fort.

 

Avec sa boulette en mode "sabordage", Layvin Kurzawa est fin prêt pour un transfert à Arsenal.

 

Se qualifier contre Arsenal en perdant 2-0 à domicile. En fait, le "Bayern du sud", c'est pas l'OM, c'est Monaco.

 

Exclu: c’est en essayant de débrancher Christophe Josse que beIN a fait sauter son player multi-écrans.

 

 

 

Vu du forum

=>> animasana – 20h58
Faites gaffe quand même, il y a toute une bande qui a pénétré dans le stade pour y faire du bruit.

 

=>> Freddy – 21h58
Il tient pas debout, Sanchez. Tsoin Tsoin.

 

=>> animasana – 22h21
Kurzawa, toujours présent dans les grands moments du foot français.

 

=>> Didier Feco – 22h28
Qu'attend Deschamps pour faire rentrer Doudou Cissé?

 

=>> dugamaniac – 22h36
Pire coup franc depuis 1993.

 

=>> Ba Zenga – 22h39
Y a pas que Monaco qui m'a fait flipper ce soir. La tête de Bono aussi.

 

 

 

Les titres auxquels vous avez échappé

Wenger Games
Un silence monacal
Monaco sans panache
Marcher sur des Özil
Quand Kurzawa tout va pas
Tant qu'il y a Layvin, il y a de l'espoir

 

Partager

> sur le même thème

Paris, l'exploit capital

Les coupes européennes


Richard N
2019-05-30

Francis 1979, un million le but

Un jour un but – Le 30 mai 1979, Trevor Francis marque le seul but de la plus improbable des finales de la Coupe des clubs champions qui voit la victoire de Nottingham Forest sur Malmö FF.


Christophe Zemmour et Richard N
2019-05-06

Iniesta 2009, fucking grace

Un jour, un but – Le 6 mai 2009, au bout du bout de Chelsea-Barcelone, demi-finale retour de la C1, Andrés Iniesta trouve la lucarne de Petr Cech. Un but colossal et fondamental pour le club, pour lui et pour l’histoire récente du football.


Richard N
2019-04-16

United-Barca 1991, la marque Hughes

Barcelone et Manchester United se sont souvent croisés en coupe d’Europe. Notamment le 15 mai 1991 à Rotterdam, pour une finale de Coupe des vainqueurs de coupes dont un joueur, Mark Hughes, avait fait une affaire personnelle.


>> tous les épisodes du thème "Les coupes européennes"

Le forum

Paris est magique

aujourd'hui à 02h56 - Classico : - Ouais, très bon feeling avec Gueye. - En fonction de la durée des indisponibilités de cavani... >>


Gerland à la détente

aujourd'hui à 02h00 - Run : Au Camp Nou il y a 6 mois, on prenait quel tarif ? >>


Aux Niçois qui manigancent

aujourd'hui à 01h38 - Redalert : Les gains marginaux vous suffisent pour l'instant pour être 2ème et si vous gagnez contre l'OM... >>


Choucroute et bierstub: l'indigeste menu du RCS

aujourd'hui à 01h34 - Redalert : Mendy fait aussi 2 beaux arrêts mais une fois le pénalty arrêté (et un peu mal tiré par... >>


En Vert et contre tout

aujourd'hui à 00h53 - Moravcik dans les prés : Eh ben la stratégie Euro 2012 se poursuit : Cabaye arrive, parait-il.Normalement Ménez et Gameiro... >>


Scapulaire conditionné

aujourd'hui à 00h31 - Nos meilleures Sané : - 4 points en 3 matchs, dont 2 à l'extérieur- 2 buts ce w-e venant de 2 recrues- des recrues qui... >>


Foot et politique

aujourd'hui à 00h27 - Luis Caroll : Trickyaujourd'hui à 00h11Ou alors on s’en fout, tout est dans tout---C'est très précisément... >>


Lost horizons

25/08/2019 à 23h35 - SocRaïtes : Avec un bouquin de S. King ! >>


Observatoire de la violence dans le football

25/08/2019 à 23h34 - Easy Sider : Tricky,Certes pas que le foot. Mais les ultras c'est quand même très pratique quand on appartient... >>


Observatoire du journalisme sportif

25/08/2019 à 23h29 - Mik Mortsllak : Kiplé évoque rapidement le championnat portugais et le choc de la 3ème journée Benfica-Porto,... >>


Les brèves

Je crois que bon bon

"Laurent Blanc à Lyon, ça ne colle pas pour deux raisons" (foot01.com)

Aucun

"Euro U17 : qui sont les joueurs majeurs de l'équipe de France ?"

Autobiographie

"Ribéry : Des débuts fracassants." (lequipe.fr)

Ô Pep !

"Un pays africain rêve de Bruno Genesio !" (dailymercato.com)

Ruuuuuuuuuuuuuuuuuuud van Nistelrooy

"PSV Eindhoven : Ruud van Nistelrooy prolonge sur le banc des U19." (lequipe.fr)