auteur
Jamel Attal

Du même auteur

> article précédent

Mardi soir sur les pelouses

Marre seille

Le feuilleton marseillais épuise ses spectateurs impuissants, d'un épisode de guérilla à l'autre. Dubiton vaincu, la paix reviendra-t-elle? Et le club?
Partager
Aucune dramatique actualité internationale ou nationale ne peut longtemps interrompre le feuilleton marseillais.
L'annonce couvait : celle du départ de Pierre Dubiton, qui n'a pas devancé l'appel comme il l'avait lui-même suggéré. Une annonce faite quand même par l'intéressé, au cours d'une conférence de presse rocambolesque dont l'OM a le secret, et après que des "sources proches de l'entourage de la direction présumée du club (canal historique)" aient éventé la décision d'un Etienne Ceccaldi censé attendre lundi pour entrer en fonction. Au moins les cameramen ne s'ennuient pas, on part en live à tout moment rue Negresko.

"Même sans les bras, j'le découpe en morceaux, Tapie".
C'est bien l'arrivée du "3e homme" de Louis-Dreyfus qui a précipité les événements, et le triumvirat s'est vite transformé en bonhomme viré. Tapie avait semblé prendre un avantage décisif en préconisant l'installation d'une personnalité irréprochable, rôle que devait initialement tenir Dubiton. Le duel étant à mort, le directeur financier s'incline, sans rendre les armes puisqu'il les emporte sous le bras et sous la forme des prétendus "dossiers noirs" de l'OM. Sa volonté de nuire est aussi manifeste que sa rage. "Je peux prouver qu'il y a eu à un certain moment une caisse noire à l'OM. Je fais allusion aux comptes de l'OM entre 1986 et 1993. Il y a eu des magouilles pour lesquelles Tapie n'a jamais payé" (Reuters). Ce qui frappe, c'est que la menace porte à nouveau sur un passé jamais vraiment enterré (et qui resurgit au travers des haines qu'il a semées) et pas sur les derniers épisodes. Ces "révélations" éventuelles pourront-elles atteindre Tapie, traité au passage de bateleur, de menteur, de lâche et d'escroc? Dubiton est un spécialiste des imprécations, sans grandes conséquences jusqu'à présent, surtout qu'il n'est ni le premier, ni le dernier à dénoncer l'existence d'un complot dans les lieux.

Un immense sentiment de lassitude domine à nouveau. La persistance hallucinante des troubles internes a dépassé tous les stades connus à l'OM, au-delà du ridicule, du pathétique et du désespérant. Est-ce que le duo Tapie-Ceccaldi aura les moyens de rétablir une telle situation, maintenant que le fils prodigue a les coudées franches? Il a intérêt, en tout cas.

Partager

Les clubs et les équipes


Hind
2019-10-16

Comment faire une Rudi Garcia ?

Démode d'emploi – Réussir un entretien d'embauche, c'est bien. Faire passer la pilule de ses déclarations passées, c'est plus compliqué. 


Philippe Rodier
2019-10-10

Real, OL : quel est le bon moment pour arriver sur un banc ?

S'il veut que son banc soit un fauteuil et non un siège éjectable, un entraîneur a intérêt à s'y installer dans le bon timing. Soit, pour le futur coach de l'OL, plutôt celui de Zidane que de Benitez à Madrid.


Stéphane Pinguet
2019-09-26

All the president’s OM, ces amis qui ne veulent pas partir

L’OM a inventé un métier: ancien président de l’OM, un poste plus durable que celui de président de l'OM, et qui permet d'exister indéfiniment dans les médias. 


>> tous les épisodes du thème "Les clubs et les équipes"

Les brèves

Je crois que bon bon

"Laurent Blanc à Lyon, ça ne colle pas pour deux raisons" (foot01.com)

Aucun

"Euro U17 : qui sont les joueurs majeurs de l'équipe de France ?"

Autobiographie

"Ribéry : Des débuts fracassants." (lequipe.fr)

Ô Pep !

"Un pays africain rêve de Bruno Genesio !" (dailymercato.com)

Ruuuuuuuuuuuuuuuuuuud van Nistelrooy

"PSV Eindhoven : Ruud van Nistelrooy prolonge sur le banc des U19." (lequipe.fr)