auteur
Espigoulien

Du même auteur

> article suivant

Trente-cinq

> article précédent

La Gazette : 23e journée

> article précédent

Sous le Tapie

Les matelas d'Eydelie étaient bourrés de faux Biet

Invité : Opiom. Les Cahiers accueillent un nouveau venu dans la rubrique "George Guest" (mais pas sur le Net), avec une belle chronique sur un OM à l'amer, parue sur un site des plus indispensables...
Partager

Cela fait longtemps qu'OpiOM sévit sur le Web, et s'y est taillé une réputation au burin – instrument avec lequel sont retranscrits les inénarrables interviewes et points presse de l'OM. Cette tribu d'Indiens énervés (c'est-à-dire qui sortent de leur réserve) collectionne les scalps et les jolies plumes.
Le site accueille justement aujourd'hui jeudi, dans le cadre de son émission de netradio "Le grand footoir" , Michel Biet, qui a co-écrit le livre de Jean-Jacques Eydelie à paraître en mars.

 GG_opiom


La France bien-pensante vend du moral comme on vend du cul, coincée dans une névrose poulidorienne et flagellatrice. Rien de tel qu'une psychothérapie de groupe nationale pour redorer une conscience à bon compte. Alors on s'allonge sur le divan de l'hypocrisie et on exorcise. On envoie bien l'armée faire de l'humanitaire...

On était là tranquille, pour la première fois depuis une dizaine d'années. Sans crise, sans remous, avec même un semblant de stabilité. Du jamais vu à Marseille. Le ciel, les oiseaux et le Maire dans une harmonie inédite. Le lac clément, quoi! Et voilà que douze ans après une affaire pourtant jugée, l'OM se retrouve encore précipité dans la piscine à vagues. Sauf que plus qu'un passé agité, c'est le Marseille actuel qui traîne ce boulet. Et la perpétuité de la peine semble tout d'un coup imméritée.
D'abord, parce qu'on n'y apprend rien. Tous les faits ont été jugés. Comment croire que l'OM ait pu acheter le Milan de Berlusconi! Les déclarations de Jean-Jacques Eydelie sont une exaltation des sens : elles donnent visage et couleur à une représentation mentale, bien connue de tous. On imaginait, on "subodorait" , pour reprendre le terme du juge Eric de Montgolfier. Sauf à penser qu'Eydelie ait menti sous serment... C'est donc un pavé lancé dans une mare vide. Les remous seraient donc artificiels, provoqués par la main de l'homme ?

Les hasards sont parfois bien fâcheux pour l'OM et Marseille. À quelques mois du procès des comptes de l'OM, Eydelie nous livre la substantifique moelle de sa confession publique. La date de sortie du brûlot est prévue pour le 4 mars 2006. Nous nous rendrons à la FNAC, mais pas trop tard car il ne faut pas louper le PSG/OM du soir...


Les bal des faux derches et des mal assis
Les Marseillais en ont marre de se voir confier le rôle de l'éternel bandit.
Marseille est lassée de jouer les faire-valoir pour des chevaliers pas vraiment blancs. Le Wenger masqué revient au galop. Le gentleman cambrioleur Arsène, non content de piller les joyaux de la formation française, en remet une couche et érige Marseille en symbole des "heures sombres du football français". Comme on dit, on voit toujours mieux Stéphane Paille dans l'oeil du voisin que la Futre qu'on a dans l'Essien. Comment peut-on prétendre parler au nom du football français quand on a oeuvré dans club défiscalisé, donc hors du cadre de la solidarité entre compatriotes? Lui-même qui contribue directement à la fuite des talents vers l'étranger?
Et puisqu'il ose évoquer le dopage, j'ose soumettre au diagnostic public la courbe de croissance de Robert Pires, entre son départ de Marseille et son installation à Londres, une année plus tard... Même le Milan AC de Berlusconi, symbole d'une Italie biberonnée au jus d'orange juvitamininée, monte au créneau. On voudrait presque nous retirer le titre européen glané à la barbe du grand Milan! Pendant ce temps, à Parme, on nous prend pour des jambons...

Pour ajouter quelques grammes de finesse dans un monde de dupes, on voudrait nous faire passer Eydelie pour un homme moral, alors qu'il a oeuvré lui-même pour cette infamie qu'il dénonce aujourd'hui, faute de ne pas en avoir assez profité!
C'était effectivement une période sombre et des pratiques condamnables. Mais l'OM a été condamné : descente en Deuxième Division, titre national retiré... Les hommes et le club ont payé. Mais si c'était un mal national, à en croire les redresseurs de torts, tous les clubs étaient donc concernés. Ce n'était donc pas un particularisme local, ni un épiphénomène. Si la justice guide les pas de Michel Biet, le co-auteur du livre, on attend impatiemment la sortie d'un tome précieux sur les arcanes de la période Bez à Bordeaux... ou sur les années Borelli à Paris. Puisqu'il faut croire J-J Eydelie, c'est désormais une acception, on aurait triché quasiment partout en France. Sauf à Bastia, bien entendu.


Esprit Poulidor et acharnement malsain
C'est un art bien français que celui de défaire les vainqueurs. On laisse Armstrong gagner sept tours de France pour s'indigner ensuite du dopage au moment où Lance décide de raccrocher... Où est la logique? On veut du moral là où il n'y en a pas. En France, même les aérosols prétendent sauver la planète.
On béatifie Zidane et l'équipe de France 98 de leur vivant. On omet volontiers au passage, car c'est bien pratique, que les piliers de ce sacre avaient joué à l'OM pendant ladite période... Barthez , Desailly, Deschamps, etc. Zidane jouait à la Juve et perdait ses cheveux dans l'indifférence générale. L'élan marseillais a pourtant été la pierre angulaire de ce succès historique! Barthez était encore le meilleur gardien du monde. Aujourd'hui c'est un vieillard délinquant...

À quoi bon nous resservir ce plat sans date de péremption alors que Marseille se bat contre une image déplorable dans tout l'hexagone? Comment Marseille peut-elle se dépêtrer de cet éternel délit de sale gueule? Car entendons-nous bien: si Tapie a procuré joie et fierté non seulement aux Marseillais mais aux quatre coins de l'hexagone, il a aussi condamné le club à vivre sur ce sentiment d'une gloire faussée. Et c'est un fardeau très lourd à porter, une situation qui nous emmerde plus qu'autre chose. À ce titre, Tapie nous a repris bien plus qu'il nous aura donné. Il a précipité notre club et notre ville dans la suspicion et l'opprobre collectif.
Tapie et l'OM ont été condamnés. À ce titre, Marseille et l'OM souhaiteraient qu'on leur foot enfin la paix.


Tricards sinon rien
Moralité, même quand on souhaite se faire oublier, on nous rehausse le prix du rachat. Après avoir réhabilité le délit de sale gueule, certains voudraient l'instauration du délit de sale club. On comprend mieux les allusions de Lolo Fournier après un très nauséabond OM-PSG: "les pratiques n'ont pas changé. On se croirait revenu vingt ans en arrière".
Voici l'exemple même d'une allégation purement gratuite : on sait que Fournier et la com' du PSG ont tout monté en épingle. Mais médiatiquement, l'OM a été traité comme un coupable. Quel est le rapport entre une période révolue et l'OM d'aujourd'hui? Aucun, sinon ce trait d'union tout à fait malhonnête. Ce genre d'événements nous attriste mais renforce notre intimité entre supporters, voire entre habitants. Pour prendre une image provocante, l'OM ce sont les Arabes du football français: en proie aux préjugés tenaces mais diablement révélateurs d'un beaufisme ordinaire.

L'autre jour, une amie qui ne comprend rien au foot m'appelle au téléphone: "Tu as vu, il y a encore un scandale à l'OM!" Je lui réponds: Mais non, c'est toujours la même affaire qui traîne des relents secondaires. Elle me coupe: "Bah, de toute façon on se refait pas hein! C'est toujours magouille et compagnie là-bas". C'est le genre d'impact que nous trouvons sournoisement fâcheux. Ceux qui s'intéressent au football savent faire la part des choses. Pas les autres.
Les raccourcis sont quand même bien pratiques: c'est le gitan qui volera toujours les poules. Du moins à en croire ceux qui n'ont pas de poules. Et l'affaire est classée.

Marseille ne rêve plus de Tapie. Marseille ne rêve plus tout court. Du marchand de Tapie la ville s'est détournée. Depuis on lui vend du rêve. Et du cauchemar aussi.
Marseille essaie d'oublier tout cela. Si c'est cela que l'on appelle la rançon du succès, les otages demandent leur libération. On en viendrait presque à souhaiter que l'Olympique lyonnais remporte la Ligue des champions pour se sentir moins seuls.

Partager

> sur le même thème

Sous le Tapie

Le foot français


Antoine Zéo
2019-11-06

« Kylian, ce n'est clairement pas le Bondynois type »

L'AS Bondy après Mbappé, c'est l'objet du feuilleton de notre revue. Extrait précieux: l'entretien avec Ilyes Ramdani, entraîneur et journaliste. 


Jérôme Latta
2019-09-13

La Ligue 1 a-t-elle sa place dans le "Big 5" ?

Une Balle dans le pied – Que diable fait le championnat de France dans le "Big 5 européen? Examinons la légitimité de cette appellation contestée, qui a pourtant la faveur des économistes du sport.


Rabbi Jacob
2019-07-24

Drôle d'endroit pour des rencontres

Retomber en Ligue 2, c'est retrouver de vieilles connaissances de comptoir dont on s'était assez bien passé, mais avec lesquelles on n'est finalement pas si malheureux de frayer à nouveau. 


>> tous les épisodes du thème "Le foot français"


Le forum

Dans le haut du panier

aujourd'hui à 07h00 - Lucho Gonzealaise : Bon effectivement, c'est du costaud les Raptors. C'était dur ce soir avec en plus la perte d'OG en... >>


Foot et politique

aujourd'hui à 06h31 - Hyoga : Il serait en effet plus rigoureux de comparer les dégâts à quantité d'énergie produite égale,... >>


Gerland à la détente

aujourd'hui à 06h22 - Hyoga : D'où la conclusion la plus logique : Rudi à laissé un micro dans le vestiaire marseillais, et il... >>


Espoirs, des bleus et des verts

aujourd'hui à 01h08 - Gouffran direct : Italia - Braziouuu.2 hymnes qui commencent par une partie instrumentale et enchaînent avec des... >>


Messages de service

11/11/2019 à 23h56 - Manx Martin : Le numéro 4 paraîtra, si la campagne réussit, en mai 2020. Tu recevras donc la revue à ce... >>


L'empire d'essence

11/11/2019 à 23h53 - Perrin flirt avec toi : Toto ne sera pas du déplacement à Interlagos. L'écurie n'ayant plus rien à jouer, il préfère... >>


Le fil dont vous êtes le héros

11/11/2019 à 23h44 - pipige : Ah oui j'ai vu ça ! La FIDE est sympa de sortir cette nouvelle pile au moment du match entre MVL... >>


Paris est magique

11/11/2019 à 23h20 - la menace Chantôme : Le problème avec lui pour l'instant, c'est pas tant ce qu'il « sait » faire que ce qu'il fait... >>


Présentons-nous...

11/11/2019 à 23h11 - L'amour Durix : Un supporter du FCSM qui commence par une blague, j'ai cru que Marco van pastèque avait changé de... >>


Les pseudos auxquels vous avez échappé ...

11/11/2019 à 23h01 - De Gaulle Volant : Maurice et Petitpont >>


Les brèves

Je crois que bon bon

"Laurent Blanc à Lyon, ça ne colle pas pour deux raisons" (foot01.com)

Aucun

"Euro U17 : qui sont les joueurs majeurs de l'équipe de France ?"

Autobiographie

"Ribéry : Des débuts fracassants." (lequipe.fr)

Ô Pep !

"Un pays africain rêve de Bruno Genesio !" (dailymercato.com)

Ruuuuuuuuuuuuuuuuuuud van Nistelrooy

"PSV Eindhoven : Ruud van Nistelrooy prolonge sur le banc des U19." (lequipe.fr)