auteur
Curtis Midfield

Du même auteur

> article suivant

Perte sèche

> article précédent

Roustan n'a pas changé

Le groupe D et sa deuxième journée

La France et les Pays-Bas sont donc en quarts, et s'extraient déjà d'un groupe piégé. Les deux grands favoris de la compétition n'ont pourtant pas laissé la même impression... Retour sur matches.
Partager
France - République tchèque: 2-1

Dieu que ce fut difficile. Et que cette victoire fait du bien!
Elle qualifie la France pour les quarts de finale et élimine des Tchèques que nous n’aurons plus à rencontrer au cours de la compétition. Avouons le tout net: l’Euro y perd beaucoup tant cette formation nous est apparue supérieure à bien des équipes qui se qualifieront quand même. Le tirage au sort aura été cruel. Seule (mince) consolation pour eux, ils sortent sous les applaudissements de tous les observateurs.
En effet, pendant 90 interminables minutes, ils ont mené la vie dure aux tricolores et sans un super Barthez, nous ne sommes pas persuadés que le résultat eut été identique. Fin techniciens, bien organisés avec un milieu de terrain capable de changer de rythme soudainement, ils se sont crées plus d’occasions que beaucoup d’équipes opposées aux tricolores ces dernières années.
Pourtant les Bleus ont encore gagné. Même si une part de réussite entre toujours en compte dans ce genre de série, le mérite leur en revient en quasi-totalité. Même en difficulté pendant de longues minutes, ils s’en sortent. Ce résultat est le fruit de leur faculté d’adaptation à différents schémas tactiques. Mis quelquefois au supplice au milieu du terrain quand ils évoluaient à trois récupérateurs, ils ont su rectifier le tir quand Petit a été remplacé par Djorkaeff. Celui-ci en jouant plus haut a contraint les équipiers de Nedved à reculer. Notons pour être tout à fait objectif que la fatigue des Tchèques a également joué un rôle important dans ce processus. Dès lors, ils n’ont plus été dangereux que par des ballons directs à destination de Koller.
Si le premier remplacement français s’est révélé bénéfique, le second l’a été encore davantage. Il a peut-être également sonné le glas de l’attaque Henry-Anelka. Nous vous avions déjà fait part de nos réserves à ce sujet après le match contre le Danemark (Cahiers n° 37). Nous trouvions, en effet, que la vitesse phénoménale des deux pointes tricolores déséquilibrait trop le jeu des bleus. Ceux-ci cherchant à jouer abusivement le contre au détriment d’une construction plus élaborée et d’une meilleure maîtrise du jeu. Nous ne reviendrons donc pas sur ce point. La piètre prestation d’Anelka, ce soir, se suffit à elle même, surtout en comparaison de celle de son compère d’attaque. Si les deux joueurs ne se sont jamais trouvés au cours du temps passé ensemble sur le terrain, la faute en revient à l’ex-parisien qui n’a jamais été dans le coup.
La double entrée de Djorkaeff et de Dugarry a été salutaire. Offrant plus de diversité offensive et d’assurances défensives (notamment par le travail du Bordelais dans ce domaine), elle a permis à l’équipe de retrouver plus d’assise et d’équilibre. Zizou pouvant à partir de ce moment soit s’appuyer sur les nouveaux entrants ou jouer en profondeur pour un Henry phénoménal. Le talent actuel de ce dernier est tel qu’il semble être largement suffisant pour évoluer en solo dans le registre qui est le sien.
L’équipe de France pourrait bien avoir fait un nouveau pas dans la connaissance de ses nouvelles possibilités offensives. La vérité d’un soir passé n’étant pas forcément celle d’aujourd’hui. Quel bonheur quand on sait que restent encore en réserve les solutions Wiltord et Trézeguet - dont nous espérons qu’ils évolueront contre les Pays-Bas, tant l’occasion est belle d’en savoir plus à moindre frais. La chance du sélectionneur est de disposer de toutes ces possibilités offensives. Son problème sera d’effectuer les bons choix pour les matches à venir.

Pays-Bas - Danemark: 3-0

Les Hollandais auront donc joué à 50% au cours de leurs deux premiers matches. La première mi-temps contre les Tchèques, la seconde contre le Danemark (avec un score flatteur à l’arrivée). Les Oranges nous ont donc laissés sur notre faim. Si le physique va bien, le mental montre quelques signes de faiblesse.
Paradoxalement, le fait de jouer à domicile apparaît comme un handicap quand on regarde jouer cette équipe. Aucune sublimation mais une paralysie qui atteint même le cerveau tant le manque d’imagination est flagrant.
Le match contre la France sera un test primordial bien plus pour elle que pour des Français certains de leurs forces. Une victoire des Hollandais chasserait tous leurs doutes et en ferait dès lors les véritables favoris de l’épreuve. Une défaite en revanche leur mettrait une pression sous les pieds qui pourrait bien s’avérer fatale rapidement.
Quoi qu’il en soit, pour battre les Bleus, il faudra qu’ils montrent un autre visage notamment sur le plan de la construction offensive, domaine où ils ont été pitoyables en première mi-temps contre des Danois valeureux.

Partager
>> aucune réaction

> Dossier

Les Bleus

Les Bleus


2018-11-21

Sans peine mais pas sans péno

 L'équipe de France a dominé l'Uruguay dans un match agréable où elle s'est retrouvée, un peu tard. • l'édito • la nalyse • les gars


2018-11-17

Sous la Coupe de Memphis

Punie de ses insuffisances par des Pays-Bas qui ont tout bien fait, l'équipe de France perd la main sur sa Ligue des nations. • l'édito • la nalyse • les observations • les gars • l'action à charge • vu du forum


2018-10-17

Et à la fin, c'est la Griezmannschaft qui gagne

Dominée et bousculée, l'équipe de France a repris le dessus sur l'Allemagne avant de lui porter deux coups fatals. L'édito • Les observations • La nalyse • Les gars • Vu du forum 


>> tous les épisodes du thème "Les Bleus"

Sur le fil

Hey @TwitterFrance, rends le @LiberoLyon. Bring back the @LiberoLyon. Traer de vuelta el @LiberoLyon. Riduci il… https://t.co/gNcuuBv3lV

RT @JulienMomont: Pour mieux connaître le jeu de Frenkie de Jong, extrait du Tacti'call réalisé en décembre : jeu de passes, cassage de li…

RT @lademivolee: Passer 1 mois sous le soleil de la Réunion et revenir sous la neige c'est déprimant. Mais voilà une petite consolation mad…

Les Cahiers sur Twitter

Le forum

En Vert et contre tout

aujourd'hui à 00h22 - Charterhouse11 : Évidemment. Mais comme Gasset/Laurent Blanc, toussa toussa... >>


CDF sound system

aujourd'hui à 00h21 - Brian Hainaut : Lescure23/01/2019 à 18h04--------As-tu songé à rédiger tes mémoires ? De nos jours avec des... >>


Paris est magique

aujourd'hui à 00h15 - Hydresec : Allez tiens, je triple et je vous laisse:Panda23/01/2019 à 23h38Hydresec, moi j'ai rien contre... >>


Les enfants de la bulle

23/01/2019 à 23h53 - Hyoga : Cushaujourd'hui à 21h16Le Grand Prix d'Angoulème décerné à Rumiko Takahashi, alors ça c'est... >>


Gerland à la détente

23/01/2019 à 23h43 - Run : Alors, je rectifie, un detail hein :"Le Barça sans Messi-Suarez-Coutinho-Busquets-Alba perd 2-0... >>


La L1, saison 2018/2019

23/01/2019 à 22h59 - balashov22 : A priori, ça a aussi un rapport avec sa volonté de permettre à sa compagne Karine Ferri de... >>


Foot et politique

23/01/2019 à 21h46 - Delamontagne est Belle : 2% de vieux staliniens?En réels staliniens, on doit être plus proches des 2ppm... >>


Bréviaire

23/01/2019 à 21h02 - De Gaulle Volant : Always on top« Kamara suspendu indéfiniment » (lequipe.fr) >>


Y a pas que le foot à Auteuil !

23/01/2019 à 21h02 - liquido : Dans le genre questions post-match idiotes, il y a eu aussi (je résume): "y'a deux ans tu marchais... >>


Observatoire du journalisme sportif

23/01/2019 à 20h59 - De Gaulle Volant : Un titre on ne peut plus à propos dans les chrono de l’equipe :« Les attaquants du mercato... >>


Les brèves

L'hutu sportif

"Le houblon rwandais derrière Arsenal." (lequipe.fr)

Un p'tit jaune, Wayne ?

"Rooney arrêté pour ivresse publique." (lequipe.fr)

L'origine du Mondial féminin

"Ada Hegerberg, Ballon d'Or féminin : 'Il y aura toujours des cons'." (lequipe.fr)

Saint Gland

"La cinglante réponse de Franck Ribéry à ses détracteurs." (lequipe.fr)

Et on baise à 13?

"Neymar et 'ses' 26 femmes : la photo polémique." (elle.fr)