auteur
Jacques Besnard

Du même auteur

> article précédent

Owen 1998, la réponse à Diego

La revanche du distrik'

Rencontre avec Alex Morales, le créateur du groupe Facebook Les phrases qu'on peut entendre qu'au niveau District, passé au rang de phénomène.

Partager


Comme des millions d’internautes en France, Alex Morales a décidé de créer son groupe Facebook, sauf que le sien, dédié au fond du panier du monde du ballon rond, a cartonné. Plus de 150.000 footeux du dimanche s’échangent ainsi photos, anecdotes graveleuses ou phrases cultes sur sa page. Profitant de l’engouement autour de son projet, le jeune Breton a même sorti un livre du même nom. D’Inzinzac-Lochrist (Morbihan) à… Inzinzac-Lochrist, itinéraire d’un joueur peu doué mais passionné par son club de toujours: l’US Montagnarde.
 

Samedi, 4 heures 17, SMS d’Alex: "Je suis encore en boîte là. Je vais être trop juste pour être à Lorient à 11 heures. On remet ca à une prochaine si c’est possible pour toi. Bonne fin de nuit et bon week-end!"
 

Samedi, 14 heures 35, après quelques tractations, Alex arrive tant bien que mal sur notre lieu de rendez-vous à bord de sa Honda CRZ et vêtu d’une veste aux couleurs de l’US Montagnarde. Normal. La coupe BN, l’odeur de fumée de chipo dans les tournois, l’aigreur des chasubles à l’entraînement, après vingt ans passés au club, ce jeune homme de vingt-six ans a connu toutes les catégories d’âge: débutants, poussins, benjamins, moins de 13/15/18 ans et maintenant les seniors dans les affres de l’avant-dernière division bretonne… "La D3 ça va tu joues tous les week-ends", explique l’arrière droit montagnard en sirotant un Monaco dans un PMU d’Hennebont. "La D4, par contre, c’est le fond. T’as deux exempts, des forfaits généraux et des forfaits ponctuels…"
 

 


Photo : Béatrice Le Grand

"Notre prime de match c’est un casse-dalle"

Alex et ses collègues de l’équipe D de la Montagnarde s’en sont finalement sortis en réussissant l’impossible: une montée en D3 après un match d’anthologie contre la prestigieuse équipe de Quistinic. Sa Coupe du monde: "On était quatrième avant un match couperet chez les premiers et surtout invaincus. C’était pratiquement impossible de les battre. On a finalement gagné 7-1. Les autres équipes ont pensé qu’on avait truqué le match ou acheté l’arbitre. En district, on a les mêmes émotions qu’en Ligue 1 mais pas la même récompense. Notre prime de match c’est un casse-dalle."
 

Quand il était petit, Alex comme une bonne partie des gamins, a rêvé d’une carrière à la Ibrahim Ba ou à la Mika Debève. Très rapidement, "vers douze, treize ans", il s’est finalement rendu compte de ses lacunes footballistiques. "Je suis une chèvre", avoue-t-il d’ailleurs volontiers. Cela ne l’a pas empêché de remporter quelques trophées prestigieux comme le tournoi de la Fleur d’Ajonc d’Inzinzac, l’un des plus beaux moments de sa carrière. "Je m’étais cassé le poignet en quart de finale. Tous mes coéquipiers ont décidé de m’offrir la coupe…", se remémore ainsi avec nostalgie ce modeste Beckenbauer…
 

Même si ça joue mal, le district c’est drôle. On a des copains, on fait la fête, on entend pas mal de conneries. Celles des joueurs, bien sûr, des spectateurs et même de l’arbitre dont le niveau est parfois aussi triste que celui des acteurs qu’il a sous ses ordres. Implanté depuis des années dans le milieu, Alex ne compte plus les anecdotes. Du gars qui oublie constamment ses protèges, au coéquipier qui joue avec des chaussures différentes sans oublier le coach qui fait sa causerie d’avant match à bloc dans une discothèque à 4 heures du matin. "Même en DSR, tu n’as pas ça… Les mecs ils ne sortent pas la veille. Là tu peux jouer contre un gars qui était en boîte avec toi. Personne ne va à l’entraînement et on ne s’échauffe jamais..."
 


150.000 fans sur Facebook, 3.000 bouquins vendus

Pour le fun, Alex (surnommé Sytchev comme le Russe de l'OM) a donc décidé de créer un groupe Facebook en hommage au foot amateur afin d’ouvrir une plate-forme de discussion aux milliers de joueurs de district partout en France. Histoire surtout de se partager les perles entendues chaque week-end sur tous les bourbiers hexagonaux. "J’avais lancé la page en 2009 mais elle avait été supprimée par Facebook. Je l’ai donc recréée en 2012 et ça s’est vite emballé."
 

Le succès est fulgurant. Tout le monde, ses potes, ses collègues, des touristes en vacances lui parlent à cette époque de ce groupe. "Au début, personne ne savait que c’était moi… Ça me faisait bien marrer. Mais début septembre, à la sortie du livre, j’ai dû montrer ma tête..." Au plus fort du buzz, "entre les 20.000 et 80.000 fans", le Breton reçoit jusqu’à quatre cents messages par jour. Il inspire également d’autres groupes comme les fans de cyclisme, de basket, de Call of Duty et un champion qui copie au mot près la même page. "Je n’ai rien dit. Il s’est fait lyncher par les membres du groupe. Le mur est libre, les gens la gèrent, on les laisse publier. Il n’y a pratiquement pas besoin de modération…"
 

Certains internautes ont pourtant critiqué son idée d’ouvrage, lui reprochant d’utiliser leurs idées pour se faire de l’argent. Un argument qui n’a pas tenu très longtemps puisque les bénéfices récoltés (2.400 euros à ce jour) lors de la vente des 3.000 exemplaires de l’ouvrage ont été reversés à la lutte contre le cancer. Alex n’a donc pas gagné d’argent mais une petite notoriété sur les pelouses bretonnes. "Quand on joue, le mec qui me marque et qui entend une connerie me dit: «Tiens, tu pourras la mettre sur ta page, celle-là…»".


Speaker de l’équipe première

Malgré son faible niveau, Alex est devenu au fil du temps un maillon important du club morbihannais, un emblème même. Sa mère, par exemple, a lavé jusqu’à très récemment les trois cents maillots du club pendant des années, son paternel en a été le secrétaire et son frère aîné est joueur en équipe D. Alex, lui, a créé avec un pote le site du club, envié selon ses dires "par des équipes professionnelles" et depuis quelques temps, le jeune commercial est surtout speaker au Mané Braz (l’enceinte de la Montagne) pour les matchs de l’équipe première actuellement en CFA 2. "J’ai un rêve, ce serait d’être speaker de la Montagne au stade du Moustoir à Lorient en coupe de France. L’an passé, on est passé à une boule du PSG…" Ironie du sort, c’est finalement Locminé, "l’équipe qu’on peut pas piffrer" qui a eu le privilège d’affronter la bande de Pastore pour le premier match de Carlos Ancelotti.
 

"L’an prochain, je pars vivre aux Etats-Unis. La seule chose qui pourrait me faire rentrer le temps d’un week-end, c’est ça. Je suis même prêt à prendre un crédit!", jure-t-il. D’ici là, il entend bien profiter de l'Amérique et pourquoi pas intégrer l’effectif des New-York Red Bulls. L'équipe D, évidemment.

 

 Phrases cultes

« Hey mollo… Moi j’bosse lundi ! »
« - Trop belle la pelouse ! - On joue sur le stabil à côté les gars »
« Ça craint si je joue en basket ? »
« Ils ont l’air d’être forts, ils ont tous le même survêtement. »
« Aujourd’hui, on est pas là pour beurrer les sandwichs ! »
« - J’ai oublié mes protèges ! - Mets des bouts de carton, y a un arbitre officiel »
« Y a combien là ? Cinq ou six zéro ? »
« Notre avant-centre la dernière fois qu’il a eu une occaz’ c’était une Peugeot 205. »
« Seb rentre ton ventre, tu vas être hors-jeu ! »
« Ça ira mieux en deuxième mi-temps, on aura la pente. »
« On a perdu 7-0 contre le cours du jeu. »
« Eh l’arbitre, t’as essuyé tes lunettes avec une tranche de jambon ou quoi ? »

 


Le district c’est aussi…

- Les mêmes photos de licence depuis 15 ans
- Les ballons durs comme des cailloux
- Les terrains en herbe sans herbe
- Les pâquerettes
- Les flaques de boue devant le but
- Les arbitres partisans
- Les tacles au dessus du genou
- La boîte à pharmacie et les médocs périmés
- Les chasubles d’entraînement qui sentent la mort
- Les filets mangés par les lapins
- Le partage du gel douche
- Les ballons perdus dans les champs de maïs…

 

Lire aussi : "Je suis un footballeur" - du dimanche, mais un footballeur. Comme 99.5%, des licenciés, je suis un amateur, un être mystérieux évoluant dans un univers méconnu.
 

Partager

> sur le même thème

Je suis un footballeur

Cultures football


Nicolas Tessier
2019-10-09

Fautes ! (de langage)

Exercice – Les footballeurs sont accusés de maltraiter la langue, mais avec quoi peut-on mesurer cette maltraitance? Exploration des "(sic)" qui marquent leurs fautes. 


Les Dé-Managers
2019-10-08

“L’Odyssée du 10”, un livre au cœur du jeu

Troisième ouvrage des Dé-Managers, L’Odyssée du 10 (sortie le 24/10) propose une plongée dans le mythe et l'histoire technico-tactique du numéro 10.


Richard N
2019-09-03

Netto, retour de bâton

Après les fameux bâtons de Nasazzi et de Bourbotte, voici… le bâton de Netto, qui démarre lors de la première finale du Championnat d’Europe en 1960. Making of. 


>> tous les épisodes du thème "Cultures football"

Les brèves

Je crois que bon bon

"Laurent Blanc à Lyon, ça ne colle pas pour deux raisons" (foot01.com)

Aucun

"Euro U17 : qui sont les joueurs majeurs de l'équipe de France ?"

Autobiographie

"Ribéry : Des débuts fracassants." (lequipe.fr)

Ô Pep !

"Un pays africain rêve de Bruno Genesio !" (dailymercato.com)

Ruuuuuuuuuuuuuuuuuuud van Nistelrooy

"PSV Eindhoven : Ruud van Nistelrooy prolonge sur le banc des U19." (lequipe.fr)