auteur
Le Feuilleton de la Ligue 1

Du même auteur

> article suivant

Ode à la deuxième division

> article précédent

Et l'affaire Carnus-Bosquier éclata

> article précédent

Le Real au rayon blazer

La Gazette de la Ligue 1 // épisode 13

Partager
Le Classement en relief

gaz13_cer.jpg

>> Retrouvez le vrai classement en relief et le générateur de classement.



Les résultats de la 13e journée
Lorient-Boulogne : 5-0
Lille-Bordeaux : 2-0
Toulouse-Rennes : 3-2
Lyon-Marseille : 5-5
Valenciennes-Montpellier : 1-1
Monaco-Grenoble : 0-0
Nancy-Saint-Étienne : 0-1
Paris SG-Nice : 0-1
Le Mans-Auxerre : 0-1
Sochaux-Lens : 1-2


Les 5 gestes de la journée

• ll traverse tout l’univers aussi vite que la lumière. Qui est-il? D'où vient-il? Formidable Janot, des temps nouveaux.
• Au pays de Gervi, comme dans tous les pays, on s’amuse, on pleure, on dribble en pivotant. Il y a des Frau et des Vittek. Et pour sortir des moments difficiles, un Gervinho, c’est très utile. Un centre en retrait, de l’espièglerie, c’est la vie de Gervi.
• La demi-volée de l’extérieur du droit expédiée sous la barre de Lloris par Sport Baki, des champions tu es le roi, Sport Baki, on admire tes exploooits.
• Le une-deux éclair entre Cheyrou, force rouge, et Gyan, force noire, les deux Power Rangers du Stade Rennais.
• La double Jérémie Janot parfaitement executée par Le Crom, dont on découvre que, comme Jérémie, il n’est pas non plus de notre voie lactée, mais il a traversé cent mille millions d’années, pour sauver, de son bras, les gens de Mégara.


Le geste gratuit de la journée

• La pichenette de Deschamps sur la grosse oreille, il est vrai très tentante, de Claude Puel, dans les couloirs de Gerland. Ça et un petit footing de vingt-cinq bornes à 4h30 du mat sous la grêle, ce sont les deux seules choses qui parviennent à dérider Claude Puel.


Les 5 antigestes de la journée

• La Letizi attitude de Carrasso et Lloris. On ne voudrait surtout pas être lourds avec Janot, mais: DOMENECH, DEMISSION!
• Le grand pont avec les bras tenté par Ben Khalfallah. Si Luis était ton coach, il te montrerait en boucle son saute-mouton contre la Belgique, pendant l’Euro 84. Ni vu, ni connu, ça avait fini au fond des filets, gamin.
• Le Sammy Traoré on ice, qui finit en grand écart pendant que Bagayoko file au but, à la réception d’une merveille d'antipasse en retrait signée Giuly.
• L’enchaînement contrôle avec le pied pas en portemanteau du tout / marquage élastique, réalisé sans trucage par Sakho.
• La Bakayoko de Bagayoko.


gaz13_pedretti_coach.jpg
Auxerre, 2029: "Bon, ce n’est pas parce que j’ai battu le record de longévité de Guy Roux à la tête de l’AJA que je suis éternel. Plus les années passent, et plus je sens l'âge me rattraper…"

La bannette

Le fantôme du FC Metz
Cédric Hengbart (L'Équipe) : "Je n'avais jamais vu ça. Ils se sont battus tout seuls".

Les porte-mentaux
Sébastien Corchia (L'Équipe) : "Le vestiaire garde le moral".

La saison qui sent le sapin
Grégory Coupet (L'Équipe) : "Il avait excessivement les boules".

Le foot à cagoule
Pablo Correa (L'Équipe) : "Ils ont tiré deux fois au but, ils ont marqué, on peut le déguiser comme on veut, mais c'est un hold-up".

La gaule volante
Guy Lacombe (L'Équipe) : "Le public nous l'a bien fait sentir.  C'est pour ça que je me suis retourné vers lui à un moment".

Le joueur qui se déporte
Laurent Batlles (L'Équipe) : "On a démontré qu'on ne voulait pas mourir". J'ai qu'un point et je ne veux pas mourir, pas sûr que ça devienne un classique.

L'équipe qui a du pain sur la planche à pain
Laurent Batlles (L'Équipe) : "On a réussi à faire déjouer Monaco, qui a sans doute été perturbé par l'absence de Nenê. Pour moi, le maintien, c'est toujours possible". C'est sûr, c'est plus facile qu'avec un 90D.

L’équipe qui va finir comme Steve Fossett
Francis Gillot (L'Équipe) : "On a fait tourner le ballon, mais en rond".

L’entraîneur qui ne veut pas remplacer Dugarry tout de suite
Francis Gillot (L'Équipe) : "J'espère ne pas être à la place du con en fin de saison".

Le permis de buter
Didier Deschamps (L'Équipe) : "Sur le but de Govou, j'ai même eu l'impression qu'il y avait une autoroute sans péage pour lui!" Si tu crois que Govou s'arrête aux péages à cette heure-ci…

La branlette qui requinque
Claude Puel (L'Équipe) : "On a su aller chercher des forces au bout de nous-mêmes".

L'entraîneur qui roule une pelle au kiné par erreur
Laurent Blanc (L'Équipe) : "C'est ce que j'ai rappelé à la mi-temps.  Mais je n'ai pas dû m'exprimer dans la bonne langue".



Les minutes

La minute génétique de Jean-Marc Furlan
"Les équipes d’Arsène Wenger ont toujours été offensives […]. Celles de Giovanni Trapattoni sont le plus souvent rigoureuses à l’extrême […]. Cet “ADN”, vous le gardez toute votre carrière". (Blog Vu du banc sur lemonde.fr)

La minute Roger Lemerre de René Girard
"Ce n'est pas parce que je viens du Sud que je ne sais pas m'asseoir sur une chaise". (L'Équipe)

La minute Philippe Lucas de Bernard Lions
"Quand tu regardes Licha et Lucho sur un bateau, c’est plutôt le radeau de la méduse". (M6, 100% Foot)

La minute bataille navale de Jérémie Janot
"Je voudrais remercier le kop nancéen qui a su me motiver en insultant ma maman, à qui je fais un bisou d’ailleurs. Moi, j’ai une devise: souvent touché jamais coulé. Retenez bien ça, jamais coulé". (Canal +)


bazarevic_effondre.jpg
"Regardez : je ferme les yeux, je dis 'Abracadabra Hocus Pocus Juventus' et paf: le championnat à l'envers devient le classement officiel!"

Angles obtus

C’est devenu une méthode de travail. Chaque diffusion télévisée d’un match de football est désormais présentée sous la lumière de quelques angles préétablis: le commentateur qui lance sa retransmission doit s’asseoir sur son siège avec ses "enjeux" prêts-à-avaler, qui lui serviront à remplir les blancs dans la conversation avec son consultant.
Lors de PSG-Nice, ils furent au nombre de trois: la concurrence Jallet-Giuly, le fait que Nice soit une relative bête noire des Parisiens, et qu’aucune des deux équipes n’ait encore marqué dans le premier quart d’heure d’une rencontre. On peut déjà discuter de l’intérêt a priori de ces informations, mais qu’elles soient serinées à longueur de rencontre (on a eu l’impression que le commentateur avait une minuterie réglée sur un quart d'heure pour annoncer que sa stat restait valide) tend à rendre le tout indigeste, et créé surtout un suspense artificiel du plus mauvais goût.

Difficile de s’enthousiasmer pour une action sur le côté droit quand elle n’est que l’occasion de se demander si elle fera gagner des points à l’un ou à l’autre dans son duel interne. D’autant plus désagréable que l’armée de clones qui sévit sur Canal+ s’est toute entière livrée à cette forme de commentaire robotisé et duplicable à l’infini, formidable facteur de désintérêt, pour cause de dramatisation artificielle d’enjeux factices.

interview_porte.jpg
Ça se confirme : sur Canal, on n'enfonce plus que les portes ouvertes.


Le grand Lorient de France.

La lecture du classement des meilleurs passeurs de L1 est surprenante. En tête, Olivier Monterrubio et Kevin Gameiro pointent à 4 passes chacun, un exploit pour ce dernier également deuxième meilleur buteur avec six buts. Derrière les deux Lorientais, ils sont onze à trois passes. Et si l'on s'amuse à classer ces onze joueurs selon leurs passes par minutes passées sur le terrain, on trouve, après le duo breton: Baki Koné – troisième et ancien Lorientais, Christophe Jallet – quatrième et ancien Lorientais, Fabrice Abriel – sixième et ancien Lorientais, Yoann Gourcuff – huitième et fils de coach Lorientais puis Marama Vahirua, neuvième et Lorientais. L'air marin, certainement.



Cendrillon revisitée par la LFP

Dans le carrosse rutilant d’OLTV, un vulgaire bus reconverti en studio télé par Fée Aulas, les invités se succèdent pour livrer leurs réactions, et se livrer au commentaire des actions marquantes de la soirée. "Claude, on vous a mis ce but au chaud… je ne sais pas si le magnéto est prêt…" L’action démarre, et se fige au bout de deux secondes, pour permettre au téléspectateur de lire le bandeau qui traverse l’écran: "En application du règlement de le LFP, les images de jeu seront diffusées à partir de minuit". Les images bougent de nouveau lorsqu’il s’agit de voir Jean-Michel Aulas s’enthousiasmer en tribune présidentielle. Instructif et ô combien divertissant. Mais un rien crispant.

Faisant fi de cette légère contrainte imposée à l’abonné de la chaîne, la rédaction d’OLtv en rajoute, en consacrant la rubrique "Pleins feux" à Lisandro qui, il est vrai, n’a pas son pareil pour bloquer indéfiniment sa course d’élan en plein penalty, avant de reprendre une activité corporelle pour célébrer son but.
Jadis, à minuit, Cendrillon se transformait en souillon, et son carrosse en citrouille. C’était violent, mais on était prévenus. Désormais, avant minuit, ce sont les téléspectateurs des chaines de clubs qui font les citrouilles.




Vu du forum

=>> Celtic Spirit
C'est pas mal de faire les matches au baby pour éviter de chopper la grippe. En plus ça fait des bons scores.

=>> Metzallica
Encore une une splendide pour L'Équipe: "Un truc de ouf!"
Quel match de guedin en effet, les keums ils ont trop assuré grave leur mère. T'aurais cru regarder Chelsea, sur la tête de oim.



Bet de scène

gaz13_ff_lisandro.jpg

Heureusement que la pub pour les paris sportifs est interdite en France, ainsi les sponsors ne peuvent pas profiter des répercussions médiatiques en presse et télé, celles-ci étant limitées aux matches joués hors de nos frontières. En revanche, rien n'empêche de chouchouter un futur annonceur en lui offrant un espace gratuit particulièrement bien exposé.



La crise automnale à Paris, mythe ou réalité?

Étudions la rumeur qui voudrait que le PSG sombre dans la tourmente lorsque pointe la fin de l'été et harmonisons les statistiques en comptant toutes les victoires à 3 points.

Etape 1 : les 35 dernières saisons du PSG en Ligue 1, donc depuis 1974-1975.

• Ete : 295 matchs joués, 1.67 pts/match
• Automne : 443 matchs joués, 1.55 pts/match
• Hiver : 290 matchs joués, 1.43 pts/match
• Printemps : 289 matchs joués, 1.52 pts/match

Si tourmente automnale il y a, ce n'est donc pas une malédiction ancestrale. Concentrons-nous donc sur le passé plus récent.

Etape 2 : les 15 dernières saisons plus celle en cours, donc depuis 1994-1995. Résultats :

• Ete : 114 matchs joués, 1.75 pts/match
• Automne : 191 matchs joués, 1.53 pts/match
• Hiver : 140 matchs joués, 1.37 pts/match
• Printemps : 114 matchs joués, 1.47 pts/match

Toujours rien de probant à propos de l'automne. Ce serait pas plutôt une crise hivernale dont on aurait dû parler?

Etape 3 : on réduit l'historique au 10 dernières années. Résultats :

• Ete : 74 matchs joués, 1.57 pts/match
• Automne : 124 matchs joués, 1.44 pts/match
• Hiver : 103 matchs joués, 1.44 pts/match
• Printemps : 76 matchs joués, 1.55 pts/match

On a presque trouvé la crise d'automne!

Etape 4 : les 5 dernières années. Résultats :

• Ete : 38 matchs joués, 1.45 pts/match
• Automne : 62 matchs joués, 1.35 pts/match
• Hiver : 56 matchs joués, 1.27 pts/match
• Printemps : 43 matchs joués, 1.42 pts/match

Eh non, raté, c'est plutôt l'hiver que le PSG déraille et dérouille.

Voilà une autre façon de voir les choses. Depuis 15 ans, les meilleures saisons (été, automne, hiver ou printemps) du PSG en nombre de points par match furent:
• Ete, 9 fois
• Automne, 2 fois
• Hiver, 2 fois
• Printemps, 2 fois

Au contraire, voilà les pires saisons de chaque année :
• Ete, 2 fois
• Automne, 1 fois
• Hiver, 7 fois
• Printemps, 5 fois

C'est plutôt délicat d'en conclure que Paris vit ses pires moments chaque automne. Ce qui est plus net, c'est que le club de la capitale se régale l'été. Sa moyenne de points par match y est la plus élevée, et statistiquement, c'est à la belle période que Paris réalise ses meilleures performances en Ligue 1. Et si on devait trouver la pire période, ce serait plutôt l'hiver.

Toujours est-il que depuis 1995-1996, donc sur les 15 dernières saisons, la moyenne de points par match est meilleure en été qu'en automne 13 fois. Seules exceptions : en 2003-2004 et en 2004-2005. Les 13 autres fois, Paris a donc connu une baisse de régime entre la fin de l'été et le début de l'automne. Ça ne semble pas être qu'un simple mythe utilisé pour raconter de belles histoires...

La prochaine fois, nous observerons ces caractères étranges: Grënoblë (c'est Grenoble avec des points).

Décapsulé par Poteau rentrant.


gaz13_balmont_sourire.jpg
Ventes de calendrier: les précommandes de "365 jours avec les Sexy Dogues" seraient inexplicablement très en deçà du "Yohann Gourcuff et les 365 boxers moulants".


Les observations en vrac

• Pablo Correa a été remplacé par son adjoint à cause d’une opération pour un œdème au coude. Voilà ce que c’est de trop forcer sur la truelle.
• Privé de retrouvailles entre Lucho et Lisandro, Canal+ n’a bizarrement pas fait de reportage sur l'opposition Puel-Deschamps, deux milieux de terrains représentatifs du glamour à la française – aussi bien lorsqu’ils étaient sur le terrain que désormais sur un banc. Alors qu’un duel arbitré par Franck Provost, ça aurait eu de la gueule.
• Ronan Le Crom a l'air tellement vieux qu'en interview, on dirait que c’est l’entraîneur qui vient s’exprimer.
• Après avoir constaté le sens de la gagne farouche de Bazdarevic et Halilhodzic, on s’inquiète pour de bon, il devient quoi Farouk Hadzibegic?
• OK, Jelen est vraiment bon. Il pourrait abandonner cette coupe de cheveux ridicule maintenant?
• La blonde assise à côté de Vincent Labrune lors d’OM-OL gagne haut la main le concours du dirigeant de club plus sexy de L1 (devant Gervais Martel et Robin Leproux tout de même).
• Lloris aurait bien boxé plus fort la frappe de Cheyrou, mais Koné était trop loin de l'action.
• Yves Bertucci remplacé par Jeandupeux remplacé par Arnaud Cormier, novice de trente-trois ans pour les quatre derniers matches de la saison, remplacé par le sélectionneur du Burkina Faso à temps partiel. Ils seraient pas spécialistes des plans à la con en matière d’entraîneur, au Mans?
•  C’était une bonne idée de vouloir faire du Canal Football Club le Nulle part ailleurs du foot. C’est dommage d’en avoir fait un mix entre Combien ça coûte et 50 minutes inside.
• Au départ, Betclic voulait juste inscrire "Pari sous les bombes" sur le maillot de l’OL.
• Non Grégoire, ce n'est toujours pas une raison pour parler d'Olimpico.
• Et non, tu n'as pas le droit de surnommer Koné "Le petit ourson ivoirien", sinon on commence à t'appeler "Lou ravi boulonnais".
• En foirant complètement son gri-gri derrière la jambe d’appui, aux abords de sa surface, Mickaël Ciani a bien compris que Domenech ne l’appellerait jamais. Alors il a super bien plaqué Larsen Touré, mais Lièvremont ne l’a pas retenu non plus.
• Louis Nicollin déclare qu'il s’excusera devant le Conseil national de l'éthique. Mais certainement pas auprès de ces lopettes de téléspectateurs de Jour de Foot.
• Le prix du tifo le plus vilain de toute l’histoire est remporté par les supporters de Gerland, pour leur superbe tuture en plastique à la hauteur de l’événement.
• Apparemment, quand il n’élabore pas des redoutables plans de jeux, Mecha Bazdarevic s’occupe du webmastering de son site Internet.



L’envers du championnat
Le rêve des Grenoblois s’est envolé à Louis-II. Terminé la rigolade, retour sur terre. Les têtes ont-elles enflées en entendant toute l’Europe les comparer à Manchester United? Etait-ce la peur de gagner? Il est trop tard pour se poser des questions. Le constat est inéluctable: ce parcours immaculé est entaché d'une faute. Dans L'Équipe, Jean-Pierre Rivais en fait des caisses, peu enclin à minimiser les affres potentielles d’une telle contreperformance: "un résultat qui peut changer des bien des choses… peut-être un déclic…"

gaz13_bazdarevic_battles.jpg"Ma parole Laurent, redis-moi encore une fois 'c’est pas si grave', et tu vas voir pourquoi Halilhodžić baissait les yeux quand il me croisait, ni volim i ja!".
Nous n’en sommes pas encore là, mais force est de constater la forme étincelante du dauphin manceau, qui bénéficie désormais de ce que l’on appellerait "la chance du champion" si le retard pris sur les Bazdaboys n’apparaissait pas aussi insurmontable. Les Manceaux touchent quatre fois du bois, et ne sont pas aidés par l’arbitre qui leur accorde un penalty, mais finissent tout de même par prendre le meilleur sur des Auxerrois en perdition. Le président Legarda n’en démord pas: ses hommes ont les moyens d’aller chercher le titre. "Quand il y a une telle union sacrée, une telle solidarité, le président ne peut que constater qu’il faut aller de l’avant", confie t-il, sans cacher, un rien malicieux, que l’objectif sera difficile à atteindre sans coup de pouce du destin: "Est-ce que vous ne connaissez pas l'adresse d'un bon marabout pour nous donner un bon coup de main?"

Partager

Le championnat de France


Jérôme Latta
2019-09-13

La Ligue 1 a-t-elle sa place dans le "Big 5" ?

Une Balle dans le pied – Que diable fait le championnat de France dans le "Big 5 européen? Examinons la légitimité de cette appellation contestée, qui a pourtant la faveur des économistes du sport.


Richard Coudrais
2019-05-31

Platini à Nantes, le rêve de Lagardère

En 1979, le nom de Michel Platini est discrètement évoqué dans les couloirs du Football Club de Nantes. Rien ne s'oppose à un transfert, sinon la frilosité des dirigeants. Le club nantais a-t-il raté un rendez-vous avec son histoire?


Richard N & Christophe Zemmour
2019-05-29

Feindouno 1999, la proie du doute

Un jour, un but – Le 29 mai 1999 au Parc des Princes, les Girondins de Bordeaux conquièrent leur cinquième titre de champion grâce à un but de leur tout jeune espoir, Pascal Feindouno.


>> tous les épisodes du thème "Le championnat de France"

Le forum

Au tour du ballon ovale

aujourd'hui à 01h08 - M.Meuble : La stat que je retiens c'est Alldritt.3eme match au SdF, et 3eme fois homme du match.Bien petit. >>


En rouge et noir !

aujourd'hui à 00h36 - Delamontagne est Belle : Oui mais ça manque de constance tout ça.On voit les défenseurs se lancer à l'abordage par... >>


Foot et politique

aujourd'hui à 00h31 - Joey Tribbiani : John Six-Voeux-Berk31/10/2020 à 10h53Merci pour cette réponse courtoise et très intéressante à... >>


Manger (autre chose que) la feuille

aujourd'hui à 00h31 - Paul de Gascogne : Coupé en fine lamelles et frit dans l'huile d'olive. Assaisonné avec un peu d'ail et pas mal de... >>


Etoiles et toiles

aujourd'hui à 00h29 - OLpeth : Oui et c'est pas formidable. Une version réaliste et désabusée d'un Robin des bois âgé. C'est... >>


Qui veut gagner des quignons ?

aujourd'hui à 00h23 - Milan de solitude : Gagné. >>


Et PAF, dans la lucarne !

31/10/2020 à 23h52 - Mevatlav Ekraspeck : Le remâchage de prépuce, ça change ta vision des choses quand tu vas pisser. >>


Gerland à la détente

31/10/2020 à 23h16 - balashov22 : Merci des précisions.Chez les garçons, le groupe est tombé pour demain et ça fait peur en... >>


Marinette et ses copines

31/10/2020 à 23h13 - CHR$ : Échange tendu sur Canal+ entre Reynald Pedros en campagne de recrutement et Aline Riera qui... >>


Paris est magique

31/10/2020 à 23h06 - PCarnehan : Mevatlav Ekraspeckaujourd'hui à 22h23Votre maillot, je faisais le même avec « sensible soccer »... >>


Les brèves

Je crois que bon bon

"Laurent Blanc à Lyon, ça ne colle pas pour deux raisons" (foot01.com)

Aucun

"Euro U17 : qui sont les joueurs majeurs de l'équipe de France ?"

Autobiographie

"Ribéry : Des débuts fracassants." (lequipe.fr)

Ô Pep !

"Un pays africain rêve de Bruno Genesio !" (dailymercato.com)

Ruuuuuuuuuuuuuuuuuuud van Nistelrooy

"PSV Eindhoven : Ruud van Nistelrooy prolonge sur le banc des U19." (lequipe.fr)