auteur
Jérôme Latta

 

Chef d'espadrilles.


Du même auteur

L'avenir retrouvé de l'équipe de France

Une Balle dans le pied – Les Bleus ont atteint l'objectif d'un quart de finale, préparant ainsi l'Euro 2016, s'épargnant scandales et polémiques. Un retour à la normale dont on espère qu'il ne concernera pas que le terrain.

Partager

 

L'édition 2014 de la Coupe du monde a mis un terme à une "loi" qui s'appliquait à l'équipe de France depuis 1954 dans cette compétition: soit elle ne sort pas de son groupe (1954, 1966, 1978, 2002, 2010), subissant un échec plus ou moins retentissant, soit elle atteint le dernier carré (1958, 1982, 1986, 1998, 2006), écrivant une page de sa légende.
 

Cette fois, donc, son parcours a été "normal", s'arrêtant à mi-chemin de ces extrêmes. Le parcours d'un outsider sans résultats probants depuis trois phases finales (Euros compris, même si celui de 2012 ne fut qu'un échec relatif), mais arrivé sur la dynamique positive d'une qualification arrachée dans des conditions extrêmes et d'une année 2014 prometteuse. La sélection française aura connu au Brésil d'heureux moments de plénitude footballistique, avant d'atteindre des limites que l'on pressentait et qu'elle n'a pas su repousser – sans que l'on puisse le lui reprocher vraiment. Elle avait certainement les ressources pour faire mieux, mais toute la difficulté est d'aller chercher ces ressources, d'actionner de minces leviers, de profiter des aléas plutôt que les subir, d'entretenir une fragile dynamique, de compter sur l'efficacité toujours un peu miraculeuse de gestes individuels…
 

On a pu, en partie pour amoindrir le spleen toujours étonnamment tenace que provoque une élimination, se livrer à l'analyse de cette fin de parcours, en faire la chronique, en traquer les raisons tactiques. Soupeser la part des regrets et celles des bons souvenirs en dressant un bilan forcément personnel pour ce qu'il tient au rapport de chacun avec l'équipe de France (et à tout ce qui fait, hors d'elle et fort heureusement, une Coupe du monde). (...)


Lire l'article :


 

Partager
>> aucune réaction

Les Bleus


2018-11-21

Sans peine mais pas sans péno

 L'équipe de France a dominé l'Uruguay dans un match agréable où elle s'est retrouvée, un peu tard. • l'édito • la nalyse • les gars


2018-11-17

Sous la Coupe de Memphis

Punie de ses insuffisances par des Pays-Bas qui ont tout bien fait, l'équipe de France perd la main sur sa Ligue des nations. • l'édito • la nalyse • les observations • les gars • l'action à charge • vu du forum


2018-10-17

Et à la fin, c'est la Griezmannschaft qui gagne

Dominée et bousculée, l'équipe de France a repris le dessus sur l'Allemagne avant de lui porter deux coups fatals. L'édito • Les observations • La nalyse • Les gars • Vu du forum 


>> tous les épisodes du thème "Les Bleus"

Sur le fil

Pour un vice de procédure. Sans rien remettre en cause des révélations des Football Leaks et de ce qu’elles ont sou… https://t.co/cnoAnNeXUu

RT @remidupre: Victoire juridique et politique notable pour le PSG. Fair-play financier : le PSG obtient gain de cause devant le TAS https:…

RT @CKuchly: Le nouvel épisode est sorti, et ma plus grande fierté est d'y avoir placé le titre "SassuYOLO". https://t.co/K9HrthFyqY

Les Cahiers sur Twitter

Les brèves

De Nuremberg à Pôle Emploi

"Nuremberg vire son entraîneur." (lequipe.fr)

Faut pas des Koné

"Boxing Day en L1, Koné dit non." (maxifoot.fr)

Abstinence

"Fuchs absent trois mois." (lequipe.fr)

Doc Gynéco en public

"Les oreilles écartées par ses gants noirs, Mario Balotelli a ouvert ses écoutilles face aux tribunes de Gaston-Gérard." (lequipe.fr)

Flammengo

"Brésil : incendie meurtrier au centre de formation de football de Flamengo." (rfi.fr)