auteur
Parkduprince

> article suivant

Le cafouillage de l'année

> article précédent

Sans peine mais pas sans péno

> article précédent

Touré 1985, buteur céleste

Indice UEFA : la fin de l'ascenseur social

Le quota de places européennes de la France est-il mis en danger par les mauvaises performances de cette saison? Et bien pas vraiment, la dernière réforme rendant un statu quo général quasiment inévitable.

Partager

 

"Indice UEFA, le retentissant fiasco de la France" (Foot Mercato), "Coupe d'Europe: les heures sombres de l'indice UEFA français" (Onze Mondial)," Indice UEFA: pas dramatique mais pas glorieux pour les clubs français"(lequipe.fr). Dans divers médias sportifs, on s'inquiète des performances tricolores dans les compétitions européennes et de leurs conséquences.

 

 

Tout le monde compte

Après quatre journées de Ligue des champions et de Ligue Europa, le bilan est famélique. Les six qualifiés, pourtant habitués à ce type de rencontres (Rennes accompagne Monaco, Lyon, Marseille, PSG et Bordeaux, qui sont les cinq clubs français les plus expérimentés en Coupe d'Europe), n'ont décroché que trois victoires en vingt-quatre matches. Pour huit nuls et treize défaites.

 

Et pourtant, si les seules victimes sont Manchester City, l'Étoile Rouge de Belgrade et Jablonec, la France reste dans le peloton de tête de l'indice UEFA de l'année. Neuvième, elle n'est devancée par ses principaux rivaux, le Portugal et la Russie, que de deux dixièmes. Incompréhensible? Oui et non. Car l'indice ne s'appuie pas uniquement sur les résultats des clubs engagés. Lequel rejetterait le football hexagonal en vingt-cinquième position, entre Suisse et Slovénie.

 
 


Cliquez sur l'image pour agrandir.

 

 

Pour mieux comprendre ce qui semble un peu illogique à première vue, il faut regarder comment fonctionne ce classement et son mode de calcul. Le coefficient UEFA est un indice de performance permettant de classer les clubs participant aux Coupes d'Europe et, par association, les nations qu'ils représentent. Celui-ci donne des points pour chaque victoire et match nul. Une victoire en tour préliminaire offre un point, un nul un demi. Et, à partir des matchs de poules, la victoire vaut deux points, le nul un.

 

Un système de bonus existe également: quatre points pour chaque équipe participant aux poules de la Ligue des champions, 5 points supplémentaires pour une qualification en huitième de finale, accompagnés d'un point de plus par tour passé.

 

En Ligue Europa, les bonus n'apparaissent qu'en quarts de finale: un premier point, puis un autre à chaque tour. L'an dernier, l'Olympique de Marseille a donc récupéré trois points de bonus pour avoir atteint la finale, tandis que le club monégasque, éliminé avec deux matchs nuls, en a ramené quatre.

 

Pour classer le niveau des championnats, on ajoute tout simplement les points obtenus par chaque équipe, et on divise le total par le nombre d'équipes participantes. Le coefficient UEFA d'un championnat ou d'une équipe est ensuite obtenu en additionnant les résultats des cinq dernières années, que l'on divise par le nombre de clubs participants. C'est un indice assez simple à calculer et à comprendre.

 

 

Bonus offert

Tout ceci est bien gentil, mais cela n'explique pas la neuvième place actuelle. Alors, pourquoi ce classement très favorable? La raison est simple: les trois équipes françaises qualifiées directement en Ligue des champions cette année offrent douze points sans qu'un seul match ne soit disputé. Soit deux points d'office (contre 1,3333 avec seulement deux qualifiés directs). Lissé sur cinq ans, ce sont entre 6,666 et 10 points qui sont ainsi donnés.

 
 


Cliquez sur l'image pour agrandir. Lien via Kassiesa.

 

 

Avec désormais quatre qualifiés d'office, les nations du top 4 récupèrent la bagatelle de seize points, soit 11,4 points lissés. La réforme offre donc un bonus énorme à l'Espagne, l'Angleterre, l'Allemagne et l'Italie, qui deviennent désormais impossibles à rattraper par leurs deux premiers poursuivants, à commencer par la France.

 

Les nations classées de la septième à la dixième place, qui ont un seul qualifié direct, ont de leur côté 0,8 point annuel, lissé à quatre points sur cinq ans. Pour les autres champions, il faudra passer par les tours préliminaires estivaux pour obtenir l'une des quatre places restantes (deux autres étant réservées aux non-champions des associations classées de la cinquième à la quinzième place). Cette saison, les Pays-Bas ont arraché deux places, le Portugal qualifiant une deuxième équipe et la Grèce, la Serbie et la Suisse récupérant les derniers tickets.

 

 

Inégalités intrinsèques

En résumé, les pays qui obtiennent des bonus sont ceux:
- Classés de 1 à 4, avec 2,286 points bonus soit 11,428 sur cinq ans (seize places bonus).
- Classés 5 et 6, avec entre 1,3333 et 2 points, soit 6,666 à 10 sur cinq ans (quatre à cinq places minimum, six maximum si le vainqueur de la Ligue Europa est qualifié directement par la phase de poules de la Ligue des champions).
- Classés de 7 à 10, avec entre 0,8 et 1,6 point soit 4 à 8 sur cinq ans (quatre places minimum, six maximum).
- Classés de 11 à 15, avec entre 0 et 1,6 point soit 0 à 8 sur cinq ans (une place sûre si le vainqueur de la Ligue des champions est qualifié directement pour la phase de poules de la Ligue des champions, cinq places maximum).
Au-delà de la seizième place, les nations oscillent entre 0 et 1 point, soit 0 à 5 sur cinq ans (zéro place assurée, quatre maximum).

 

En outre, cinq points bonus sont attribués aux qualifiés en huitième de finale. En reprenant l'historique des cinq dernières années de la Ligue des champions, on obtient le ratio suivant:

 


Cliquez sur l'image pour agrandir.

 

 

Sur seize qualifiés, 11,2 viennent du top 4 / 1,8 du top 5-6 / 2,5 du top 7-10 / 0.5 des les nations classés au-delà de la onzième place. En lissant ces chiffres avec la répartition issue de la réforme de 2016, on devrait avoir trois qualifiés par pays du top 4, un par pays du top 5-6, et 0.5 pour les pays du top 7-10. Soit 2,143 points supplémentaires par pays du top 4 (10,7 sur cinq ans), 0.8333 pour les 5-6 (4,17 sur cinq ans), 0,5 pour les pays de 7 à 10 (2,5 sur cinq ans).

 


Cliquez sur l'image pour agrandir.

 

 
 

Hiérarchie immuable

On se rend compte qu'en resserrant fortement l'accès aux poules de la Ligue des champions, la dernière réforme a contribué à figer les rapports de force par le simple mécanisme des bonus de participation et de qualifications.

 

Avec entre huit et douze points de bonus supplémentaires par rapport au cinquième et au sixième, le top 4 ne peut que garder son avance, la France ayant déjà douze unités de retard sur l'Allemagne, quatrième. Dans le sens inverse, elle en possède dix d'avance sur le Portugal, septième, alors qu'elle obtiendra entre quatre et dix points supplémentaires de bonus sur lui (ainsi que sur la Belgique, l'Ukraine et la Turquie).

 

La dernière réforme de la Ligue des champions a très certainement stoppé l’ascenseur social basé sur l’indice UEFA. Les plus riches seront toujours plus riches, les plus pauvres également. Il faudrait deux années blanches de la part des Italiens ou des Allemands pour espérer, lors de la quatrième année, entrer dans le top 4, un scénario des plus improbables. Dans le même ordre d'idées, si la France retombe à la septième place, elle l'aura vraiment, vraiment mérité.

 

Partager

Les coupes européennes


Jérôme Latta
2018-11-05

Super Ligue, la fin du super bluff ?

Le chantage des clubs riches auprès de l'UEFA repose depuis vingt ans sur la menace d'une ligue privée. Le projet d'une "European Super League", révélé par les Football Leaks, semble plus concret que jamais. 


Jérôme Latta
2018-09-18

Compétitions partout, football nulle part

Une Balle dans le pied – Ligue des nations, troisième coupe d'Europe: le football multiplie les compétitions, sur un modèle inégalitaire. Au service des profits, pas de l'intérêt général. 


BIG
2018-05-27

Kiev, un soir de printemps (2018, UEFA Productions)

La finale de la Ligue des champions appelle plus qu'un compte-rendu: une critique de cinéma sur cette "épopée perverse dans les steppes ukrainiennes".  


>> tous les épisodes du thème "Les coupes européennes"

Sur le fil

RT @DialectikF: "Le contexte politique influence les noms des groupes des pionniers ultras, et plusieurs font référence à la lutte armée d…

RT @LucarneOpposee: Le #LOmag 5 est sorti 🇫🇷 ▶️ https://t.co/W4DJyFtzJH 🌍 ▶️ https://t.co/Y4chMwO8KQ Détail du sommaire ⤵️ https://t.…

Les Cahiers sur Twitter

Le forum

World Cup, the road to Doha

aujourd'hui à 00h17 - Jus de Nino : J’aime bien cette compétition, c’est vrai que j’y ai pris goût le jour ou le tp est allé... >>


Premier League et foot anglais

18/12/2018 à 23h58 - Le Meilleur est le Pires : Ca fait un peu tôt dans la saison pour une entrée en cours de route de Solskjaer, mais c'est sûr... >>


En rouge et noir !

18/12/2018 à 23h46 - CHR$ : Bon alors soit il est fruste, soit il est rustre (soit il est frustré mais ça ne semble pas ça... >>


Paris est magique

18/12/2018 à 23h07 - PCarnehan : C'est quand le tirage au sort ?Non, je plaisante. >>


Le Peuple de Malherbe

18/12/2018 à 22h40 - Alain Delon? Non Alain Deroin. : Pardon, Evens. L'orthographe du prénom du Ballon d'or 2022 a son importance. >>


Manette football club

18/12/2018 à 21h45 - le Bleu : C'est ici qu'on parle de jeux gratuits ? Anno 1602 peut être récupéré sur Uplay et Sins of a... >>


CDF sound system

18/12/2018 à 21h20 - Mix Diskerud : Je ne fais que dire tout haut ce que d'autres pensent tout bas, monsieur Di Meco. >>


Foot et politique

18/12/2018 à 20h43 - Jean-Huileux de Gluten : Non, ça c'est Christophe Barbier. >>


Smells like Argentine spirit

18/12/2018 à 20h25 - KL : CHR$aujourd'hui à 20h15Petite pensée aux supporters de River qui ont pris leur billet pour les... >>


Café : "Au petit Marseillais"

18/12/2018 à 18h58 - Marius T : Je crois même la moitié du prix du transfert versé par Arsenal avec comme intermédiaire le papa... >>


Les brèves

Canari WC

“Vahid Halilhodzic : ‘Ici, il faut un bon nettoyage’.” (ouest-france.fr)

José Agonie

"Garcia : 'Petit à petit, on s'est éteint'." (lequipe.fr)

Playmobiles dans l'axe

"Zubizarreta : ‘L’ego, je le laisse de côté’. " (lequipe.fr)

Sales slips de Francfort

"Francfort-OM : une débâche qui laisse des traces." (msn.com)

GTA

"Ribéry reconduit malgré son coup de sang." (lequipe.fr)