auteur
Christophe Kuchly

 

Parlait tactique sous l'identité de L'apprenti Footballologue chez horsjeu.net, et a créé le site L'instant X avant de rejoindre les Dé-Managers. Traîne sur le forum sous le nom de Radek Bejbl et écrit dans La Voix du Nord et La Voix des Sports.


Du même auteur

> article suivant

Une simulation mal payée

> article précédent

Revue de stress #76

Griezmann-Gameiro, le cadeau de Simeone

Alors que Didier Deschamps doit composer son équipe en associant des "étrangers", Griezmann et Gameiro perfectionnent déjà leur complémentarité dans l'Atlético de Diego Simeone. Une chance inestimable pour les Bleus.

Partager

 

Ce n'est plus un secret depuis longtemps: une partie des bons résultats espagnols et italiens reposent (ou ont reposé) sur la force du FC Barcelone et de la Juventus. La force, ou plutôt le style de jeu, les habitudes auxquelles le reste du groupe n'a eu qu'à adhérer. La réussite du Portugal à l'Euro doit beaucoup au Sporting, dont plusieurs éléments de base se sont intégrés au onze après la phase de poule. Et en France? Personne ne se côtoie à l'année, la plupart des joueurs étant dans des grands clubs mais pas les mêmes. À moins que le PSG ne recrute français, ou que ses jeunes Tricolores ne fassent leur trou en sélection, les automatismes attendront. Sauf en attaque...

 

 

 

 

Et si, dans deux ans, l'impossibilité pour l'Atlético Madrid de signer Diego Costa offrait indirectement une Coupe du monde à la France? Oui, on s'avance beaucoup trop. Mais la venue de Kévin Gameiro à la place de l'Espagnol change beaucoup de choses. Désormais associés en permanence en club, Gameiro et Antoine Griezmann, qui ont en plus l'avantage d'être de bons potes, commencent à trouver des repères. Du second, on attend uniquement qu'il maintienne son niveau, ce qui est pour l'instant le cas. Mais la progression de l'ancien Lorientais dans le jeu est bluffante.

 

Plus de jeu

Face à la Bulgarie, on l'a vu faire les bons appels, les bons décrochages, les bonnes combinaisons… et surtout presser. Sans forcément être accompagné par le bloc d'ailleurs, ce qui est rarement utile quand l'adversaire sait relancer, mais l'a beaucoup été contre des défenseurs limités techniquement. Le boulot entamé avec Unai Emery se poursuit avec Diego Simeone: pressing et efforts, en complémentarité avec l'autre attaquant. Ingrate, cette partie du métier consistant à sprinter répétitivement vers l'avant a amené indirectement le but de Griezmann, et surtout permis de récupérer beaucoup de ballons sans que les partenaires ne s'épuisent.

 

De Gameiro, il ne faudra pas attendre des merveilles à la finition: très en réussite hier, il a un déchet considérable depuis le début de la saison, et pourrait facilement avoir cinq ou six buts de plus au compteur. Il est en revanche devenu un excellent partenaire, en témoignent ses trois passes décisives en Liga et multiples titularisations. Et c'est ça qui devrait grandement profiter à l'équipe de France: en plus de mettre sa star dans les meilleures conditions pour briller, aligner cette paire devant permet de proposer plus de jeu au sol sans lui faire perdre en agressivité et en intensité, au contraire.

 

Karim Benzema est un très bon joueur, mais les questions sur son absence deviendront de plus en plus rares si Gameiro s'affirme. Aligner la paire titulaire de l'un des trois ou quatre meilleurs clubs du monde est un luxe. Rien que pour le bonheur d'écrire cette phrase, merci Simeone.

 

LIRE AUSSI : FRANCE-BULGARIE - LES BLEUS TROUVENT LE POINT GG
 

Partager

> déconnerie

Femmes à balles

> sur le même thème

Les Bleus trouvent le point GG

> du même auteur

Qui est l'entraîneur idéal ?

> Dossier

Les Bleus

Les Bleus


Christophe Kuchly
2017-06-15

Didier Deschamps, bilan critique

Côté pile, une finale d'Euro et un groupe qui s'étoffe de plus en plus. Côté face, une deuxième place provisoire dans la phase qualificative et un jeu qui manque encore de consistance. Alors, comment juger la saison de l'équipe de France?


La rédaction
2017-06-14

Don't Full-back in Anger

En battant avec l'allégresse de la jeunesse une piètre Angleterre, l'équipe de France met fn à sa saison avec de jolis moments, et de belles promesses. ÉditoObservationsNalyseNotes de BartonRévélateur de révélateurVu du forum


Richard N
2017-01-10

Fabien Barthez : un ver dans le fruit jaune

Le recrutement d'un grand joueur lors du mercato d'hiver n'est pas toujours une bonne idée. Il y a dix ans, un FC Nantes à la dérive avait pourtant cru à l'affaire du siècle avec Fabien Barthez.


>> tous les épisodes du thème "Les Bleus"

Sur le fil

RT @Horsjeu: Un petit comité puisque la plupart des bêtises sont syphonées par les rumeurs de transfert. https://t.co/CkwJP2pZwc https://t…

RT @DomRousseauBlog: Le moment choisi par les gougnafiers de la LFP pour modifier l'emplacement des caméras afin qu'on voit moins le jeu. G…

Ça y est, Jean-Patrick Sacdefiel est sur Twitter. Sa syntaxe n’est pas à la portée de tout le monde. https://t.co/MZYBR7eKIB

Les Cahiers sur Twitter

Les brèves

Wayne Ruiné

"Rooney perd 500 000 £ en deux heures au casino." (sofoot.com)

Eden Lazare

“Gomis : ‘J'ai vu l'OM mourir et ressusciter’." (lephoceen.fr)

J'y suis Giresse

"Mali : Giresse va rester." (sofoot.com)

Roland Tournevissé

"Red Star : Courbis ne les lâche plus." (lequipe.fr)

Dégoupillage

"Mauvaise opération pour Grenade." (lequipe.fr)