auteur
Thibault Lécuyer

Du même auteur

> déconnerie

Psgzee !

> article précédent

Du bleu, du mieux

Goals volants

La première saison de Mandanda en tant que gardien n°1 des Bleus ne l'a pas vraiment installé. À un an d'une (éventuelle) Coupe du monde, faut-il relancer les dés?
Partager
Gardiens, entraîneurs de gardiens et sélectionneurs le répètent à l'envi: le poste de dernier rempart requiert stabilité, sérénité et confiance. Des concepts peut-être sibyllins, ou impénétrables pour qui n'a jamais occupé le poste. Mais la méthode consistant à établir une hiérarchie claire et immuable a fait ses preuves. Il y a un an, Domenech a fait un choix et s'y est tenu. En faisant l'économie d'une hésitation comme celle qui avait précédé la Coupe du monde 2006 (1), la fermeté de la décision prise à deux ans du Mondial sud-africain paraissait judicieuse.


Sables mouvants et sabres en mousse

Pourtant, un an après le début du mandat Mandanda, et bien que cela ne puisse être intégralement imputé au natif de Kinshasa, stabilité, sérénité et confiance ne sont pas au rendez-vous.
D'abord parce que le gardien marseillais a vu défiler devant lui cinq charnières centrales différentes en dix sélections (pour six joueurs différents). Charnières dont l'expérience en commun se limitait à quelques coups d'un soir (2). Pour poser les fondations, il faudra repasser: à défaut de forteresse, Mandanda s'est vu confier les clefs d'un mobil home édifié sur des sables mouvants.

Ensuite parce que Mandanda a pris ses marques une année durant laquelle les Bleus ont montré une fébrilité rare. Au-delà de la charnière centrale, c'est tout le système défensif qui s'est montré poreux. Deux arrières droit différents et débutants (Sagna, Fanni), trois arrières gauche (Abidal, Evra, Clichy) pas tous réputés intraitables, et un bloc équipe souvent lézardé. À ce titre, le match face au Nigéria fut caricatural. Une équipe coupée en deux, un pressing inexistant: le portier s'est fait canarder comme ça lui est rarement arrivé, y compris lorsqu'il jouait derrière une paire Zubar-Erbate en club. Mandanda a vécu dix sélections avec autant de sérénité qu'un dignitaire irakien escorté dans Bagdad par un cortège de policiers en tricycle armés de sabres en mousse.


mandanda.jpg 
- Alors c'est comme ça qu'il fait, Landreau ?
- Oui, c'est comme ça qu'il fait, Landreau.
- Et ça ne marche pas ?
- Non, ça ne marche pas.
- Alors je le fais pas ?
- Non, tu le fais pas.


Scoumoune palace

Et puis, il y a cette part impalpable. La chance, la réussite, la baraka, qui dans le football fait ou défait des destins. Au poste de gardien de but, on entend souvent qu'elle distingue les grands des autres. Elle semble s'être mise en travers du chemin de Mandanda. Un fil invisible tiré entre sa ligne de but et ses six mètres qui le fait trébucher au moindre mouvement. De ballons qui rebondissent devant lui en ricochets improbables, il subit aussi une faiblesse singulière de toute l'équipe sur coups de pieds arrêtés, ou quelques inspirations géniales de ses adversaires (son premier but encaissé en sélection est un ciseau en extension de Larsson). En témoigne, une fois de plus, le coup de billard sur le but nigérian à Saint-Étienne.

Condamnées à être comparées l'une à l'autre, les carrières de Mandanda et Lloris se télescopent avec plus d'intensité en équipe de France. Le rebond heureux d'un contre de Mexès sur le pied de Lloris, pour repousser un csc tout fait, luit à ce titre d'un éclat propice à instiller le doute dans la tête du sélectionneur.
Pourtant, il n'y a objectivement aucune conclusion à tirer des deux matches en bleu du portier lyonnais. Deux rencontres amicales sans aucune pression et face à deux adversaires inoffensifs. Mais l'ancien Niçois paraît protégé par un puissant ange gardien. Le genre de protecteur qui envoie la tête d'Abel Xavier en plein sur Barthez pendant les prolongations, alors que l'aîné de la fratrie Mandanda semble parrainé par le bienfaiteur de Reynald Pedros.


lloris.jpg 
Hugo, tu as encore oublié ton épuisette!

Un troisième homme

Pendant ce temps, Lloris n'a pas ménagé ses efforts en club: un grand match face à Barcelone, quelques points glanés à lui tout seul en L1, empêchant l'OL de sombrer plus tôt dans la saison. Il a eu son lot d'approximations (un joli but casquette face à Auxerre), mais de Barthez, Coupet, Lama, Frey ou Landreau, lequel n'y a pas eu droit? Pendant ce temps, Mandanda se montrait moins décisif avec Marseille que lors de sa première année.

L'alternative offerte par le gardien des gones pourrait même s'étendre au-delà du duo marseillo-lyonnais. Le troisième homme de la semaine bleue aura vingt-huit ans en 2010 et, cette saison, il a rivalisé avec ses deux compères. Carrasso est-il victime du jeunisme récurrent de Raymond Domenech, ou bien ce dernier est-il d'ores et déjà en train de préparer l'Euro 2012?
Alors qu'il s'agissait d'installer un titulaire durable au poste de n°1 de l'équipe de France, Mandanda n'a pas pris d'avance sur la concurrence. Sans avoir profité de cette année pour créer des automatismes, emmagasiner de la confiance, y aurait-il un risque de faire un pas en arrière en changeant de gardien douze mois avant le début de la Coupe du monde?


(1) Alors qu'il avait promis d'annoncer le nom du titulaire lors du déplacement de l'équipe de France aux Antilles, Raymond Domenech avait repoussé sa décision de plusieurs mois avant d'annoncer son choix de titulariser Fabien Barthez.
(2) Gallas-Mexès (Suède, Argentine et Autriche), Abidal-Gallas (Serbie), Boumsong-Abidal (Roumanie, Tunisie), Gallas-Squilacci (Lituanie x 2), Squillaci-Escudé (Nigéria).
Partager

> sur le même thème

Un Blanc dans la discussion

Le jeu, les joueurs, les entraîneurs


Philippe Rodier
2019-10-10

Real, OL : quel est le bon moment pour arriver sur un banc ?

S'il veut que son banc soit un fauteuil et non un siège éjectable, un entraîneur a intérêt à s'y installer dans le bon timing. Soit, pour le futur coach de l'OL, plutôt celui de Zidane que de Benitez à Madrid.


Les Dé-Managers
2019-10-08

“L’Odyssée du 10”, un livre au cœur du jeu

Troisième ouvrage des Dé-Managers, L’Odyssée du 10 (sortie le 24/10) propose une plongée dans le mythe et l'histoire technico-tactique du numéro 10.


Gilles Juan
2019-09-30

Qui a l’orgueil mal placé ?

Les polémiques récentes concernant Neymar, Cristiano Ronaldo et Areola ont posé cette question: un joueur est-il dans son bon droit en célébrant un souvenir qui blesse ses nouveaux supporters? 


>> tous les épisodes du thème "Le jeu, les joueurs, les entraîneurs"

Le forum

Gerland à la détente

aujourd'hui à 17h25 - 2Bal 2Nainggolan : Du coup sous l'influence des supporters, JMA va virer les joueurs... >>


Le fil prono

aujourd'hui à 17h23 - gallardo35 : Coty Week 7Raiders@Packers : 23-27Rams@Falcons : 34-2149ers@Redskins : 23-10Texans@Colts :... >>


Premier League et foot anglais

aujourd'hui à 17h22 - Joswiak bat le SCO : D'ici 1h, mes Eagles deboitent les citizens et montent sur le podium :) >>


Foot et politique

aujourd'hui à 17h20 - Tricky : Une des questions, c’est aussi de savoir si BJ a vraiment l’intention d’envoyer cette foutue... >>


Changer l'arbitrage

aujourd'hui à 17h19 - Panda : Moi j'attends surtout avec impatience le prochain colloque sur la comparaison entre le tirage de... >>


Merlus, Tango et Friture

aujourd'hui à 16h59 - Breizhilien : Match nul, moindre mal tant on aurait pu faire le break en début de seconde mi-temps que perdre en... >>


Aimons la Science

aujourd'hui à 16h44 - Cush : Pour aller un peu dans le sens de Classico, je pense aussi que la surexploitation des ressources et... >>


Scapulaire conditionné

aujourd'hui à 16h13 - Gouffran direct : Bordeaux-OM: 3-0, rouge pour la gardienne olympienne, remplaçante de 17 ans qui rentre et10... >>


Au tour du ballon ovale

aujourd'hui à 16h06 - Mevatlav Ekraspeck : Ressortez Papé, Bonnaire ou Brouzet du saloir... >>


Etoiles et toiles

aujourd'hui à 13h20 - Milan de solitude : beltramaxiaujourd'hui à 12h27--- SPOILERDiscours social et poétique, puisque c'est en celles... >>


Les brèves

Je crois que bon bon

"Laurent Blanc à Lyon, ça ne colle pas pour deux raisons" (foot01.com)

Aucun

"Euro U17 : qui sont les joueurs majeurs de l'équipe de France ?"

Autobiographie

"Ribéry : Des débuts fracassants." (lequipe.fr)

Ô Pep !

"Un pays africain rêve de Bruno Genesio !" (dailymercato.com)

Ruuuuuuuuuuuuuuuuuuud van Nistelrooy

"PSV Eindhoven : Ruud van Nistelrooy prolonge sur le banc des U19." (lequipe.fr)