> déconnerie

La conquête des Féroé

> article suivant

Éloge du pointu

> article précédent

Un battement d'Özil

France-Allemagne : les gars

Emmenés par Ribéry et Valbuena, en belle forme, les Bleus ont connu des fortunes individuelles diverses.

Partager


Pris deux fois à bout portant sur les buts allemands, Lloris a connu une soirée dense: une très belle sortie dans les pieds d'Özil (6e), une claquette sur une tête de Mertesacker (21e) et quelques interventions importantes face à Müller et Schürrle.
 


Sakho fort

"Évra, c'est pas possible de jouer aussi haut en étant celui qui couvre sur les buts encaissés", a résumé animasana sur le forum des Cahiers. Dès la première minute, les Blancs passaient de son côté et on le cherchait en vain sur l'écran. Plus tard dans le match, le jeu "Où est Patrice?" se doublera du quiz "Quand est-ce que Patrice revient?" En contrepartie, il a délivré une série de centres à l'heure de jeu, manquant de trouver Ribéry (62e). Pas suffisant pour faire oublier son combo "je ne suis pas Khedira – je lui permets quand même de ne pas être hors-jeu pour marquer".
 

 



 

Pas vraiment aidé par Sissoko sur son aile, Sagna s'est parfois mis à la faute et a souffert face à Podolski en première période, mais il est l'auteur de plusieurs centres réussis et de retours défensifs précieux (30e, 39e). Un gros volume pour un joueur en phase de reprise, même s'il est rentré dans le rang après la pause.
 

Sakho est trop court sur les deux buts concédés: pour tacler devant Müller et pour intercepter la passe fatale d'Özil – sans que sa responsabilité soit engagée sur ces actions. Surtout, il a réussi un match à la fois sobre et engagé. Koscielny lui a emboîté le pas, laissant penser que cette association, formée pour la quatrième fois consécutive, avait peut-être en sens.
 

Rami, qui a remplacé le Gunner, a fini son échauffement avec une passe en retrait trop molle, avant de se remettre d'aplomb sans livrer une de ses traditionnelles fantaisies. Pour sa première sélection depuis le France-Espagne de l'Euro, il valait mieux.
 


Capoue erra

Cabaye et Matuidi, engagés dans une guerre de position qu'ils ont perdue, ont eu bien du mal à exister dans la création du jeu, beaucoup de leurs passes verticales n'aboutissant pas dans un axe trop dense. Avant de sortir à la pause, Matuidi a tout de même trouvé le moyen d'obtenir – assez habilement – le coup franc précédant le but français. Son acolyte ne prit la lumière qu'à la conclusion de l'ultime action, pour voir sa chance d'égaliser annihilée par Adler.
 

Entré à la place du Parisien (46e), Capoue s'est fait du mal avec cette passe latérale qui laisse Gündogan surprendre une défense déséquilibrée. Il est resté anonyme ensuite.
 

Littéralement perdu au cours d'une première période débutée par une reprise ratée (3e), Sissoko s'est montré plus utile au retour des vestiaires, mais trop sporadiquement. S'il a énormément couru, il a aussi perdu beaucoup de ballons.
 

 



 

Placé au cœur du jeu, Valbuena s'est multiplié au cours de son probable meilleur match en bleu, récompensé d'un but de la tête qui guérira toutes les vexations. Il a provoqué, est souvent passé et a bien trouvé Ribéry et Benzema – servi dans la profondeur, par exemple, d'une belle passe lobée (27e). Il est lui-même à la finition: un tir au dessus (26e) et une frappe enroulée (64e), avec entretemps l'ouverture du score (44e).
 


Benzema médiocre, mais presque décisif

Autre satisfaction individuelle majeure, Ribéry a mis plus de temps à remporter ses duels, mais il a été de plus en plus difficile de lui résister ensuite. Ses permutations et combinaisons avec Valbuena ont porté le danger et usé les défenseurs allemands. Dommage qu'il n'ait pas été plus efficace à la finition, avec des frappes contrées (56e), repoussées (71e, 89e) ou ratant de peu le cadre (reprise au premier poteau, 68e).
 

Sous le maillot bleu, Benzema devrait décrocher le record de hors-jeu de Djibril Cissé avant le record de buts de Thierry Henry. En dehors d'un duel perdu en position très favorable (27e), il a eu très peu d'occasions de tenter sa chance (un tir au dessus, 60e). Pourtant, il expédie sur la barre le coup franc qui profitera à Valbuena, et centre au cordeau depuis la droite pour la très nette occasion de Ribéry...
 

Lancés dans les dernières minutes, Giroud et Ménez ont participé aux charges françaises. Le premier est malheureux sur ses remises dans la surface, dont une pour le second qui marque en position de hors-jeu (89e). C'est aussi Ménez qui délivre, dans un espace confiné et après quinze touches de balles, une passe lumineuse que Cabaye ne convertira pas.
 


LIRE AUSSI "UN BATTEMENT D'ÖZIL"
 

Partager

> sur le même thème

Un battement d'Özil

> Dossier

Les Bleus

Les Bleus


Richard N
2019-11-17

Henry-Gallas 2009, la main du diable

Un jour, un but – Il y a dix ans, l’équipe de France inscrivait le but le plus controversé de son histoire et se qualifiait manuellement pour la Coupe du monde 2010. 


Jérôme Latta
2019-05-22

Les absents donnent toujours tort (au sélectionneur)

Une Balle dans le pied – Si une liste des 23 suscitera toujours d’inévitables controverses, peut-être faut-il arrêter de croire que l’équipe de France est une méritocratie.

 


Philippe Rodier
2019-03-25

Antoine Griezmann, le triomphe de l’intelligence

C’est une vielle tradition française: pour remporter une grande compétition internationale, il faut d’abord un homme providentiel. En 2016, il s’agissait d’Antoine Griezmann, alors nouvelle coqueluche du public français. Qu’en est-il aujourd’hui?


>> tous les épisodes du thème "Les Bleus"

Le forum

Gerland à la détente

aujourd'hui à 23h34 - PCarnehan : Mine de rien, avec cette finale, Garcia aura réussi en trois mois à faire mieux que Génésio en... >>


Observatoire du journalisme sportif

aujourd'hui à 23h26 - Espinas : Et Rudi Garcia qui se plante sur la date de la dernière finale dans sa réponse, du très haut... >>


Foot et politique

aujourd'hui à 23h23 - Utaka Souley : Luis Carollaujourd'hui à 20h35"de quoi parles-tu quand tu parles de centralisation... >>


Premier League et foot anglais

aujourd'hui à 23h14 - theviking : Chelsea- ArsenalY avait 1-1. Sur une action, le 9 de Chelsea obtient un corner de haute lutte mais... >>


Le fil dont vous êtes le héros

aujourd'hui à 22h54 - Cush : Firouzja-Carlsen aujourd'hui au très prestigieux tournoi de Wijk aan Zee. Alireza Firouzja était... >>


Festival de CAN

aujourd'hui à 22h26 - rivaldo maccione : En Côte d'Ivoire, il y a (avait?) un type qui fabrique du camembert et du Saint-Marcellin. Si son... >>


Et PAF, dans la lucarne !

aujourd'hui à 22h12 - Cissé rond c'est Bakari : Je pense que c'est un gros mix de pleins de choses qui m'ont fait vraiment apprécier la série:-... >>


Habitus baballe

aujourd'hui à 21h34 - O Gordinho : Jeune Mavuba Vaincuaujourd'hui à 18h48Du coup, forezjohn, je serai curieux de lire ou entendre un... >>


Les jaunes, héros zen

aujourd'hui à 21h19 - Yul rit cramé : Tout ça pour pas reverser trop de pognon au centre de formation de Sala, qui pour rappel, est... >>


Tu sais ce qu'il te dit Casimir ?!

aujourd'hui à 21h18 - Isaias : Une interview d'Olivier Tesquet dans Streepress à propos de son livre "A la trace"... >>


Les brèves

Je crois que bon bon

"Laurent Blanc à Lyon, ça ne colle pas pour deux raisons" (foot01.com)

Aucun

"Euro U17 : qui sont les joueurs majeurs de l'équipe de France ?"

Autobiographie

"Ribéry : Des débuts fracassants." (lequipe.fr)

Ô Pep !

"Un pays africain rêve de Bruno Genesio !" (dailymercato.com)

Ruuuuuuuuuuuuuuuuuuud van Nistelrooy

"PSV Eindhoven : Ruud van Nistelrooy prolonge sur le banc des U19." (lequipe.fr)