auteur
Gilles Juan

 

Footballeur du dimanche et philosophe de comptoir. @Gilles_Juan


Du même auteur

> déconnerie

L'été des médusés

> article précédent

Pelé 1969, en plein dans le mille

> article précédent

Morgan Schneiderlin, le Saint patron

Faut-il pénaliser les clients du maillot third?

Une proposition de loi des députés, préconisant la création d’une amende de 1.500 euros pour tout porteur d’un maillot third, dans l’espace public et même en privé, suscite la polémique.

Partager


Comment en est-on arrivé à vouloir mettre une amende de 1.500 euros aux porteurs de maillots third? Avant de discuter le projet, revenons sur sa logique. On suppose généralement que l’offre économique existe parce que la demande préexiste (des gens veulent du foot à la télé? On leur en donne). Dans les faits, c’est plus compliqué que cela, bien sûr, car l’offre n’a pas besoin que la demande existe pour être créée, susciter du désir, et donc générer de la demande (y avait-il une "demande" de maillot third?). Pourtant l’offre dépend, en dernière instance, de la demande. S’il n’y a plus du tout de demande, l’offre n’a absolument aucune raison d’exister. La logique est donc d’annihiler la demande de maillot third en la sanctionnant lourdement: dès lors que la demande sera découragée, l’offre sera vaine.

 



 

Se faire le maillot

La logique ne voudrait-elle pas qu’on interdise directement le maillot third dans les vitrines du quartier des Halles et consorts? Problème: la FIFA interdit d’interdire l’offre de maillot third sur la voie publique... Pour contrecarrer une offre qu’on laisse libre de s’exhiber, on n’a donc pas d’autre choix que de pénaliser les porteurs de maillots.
 

Projet étrange et alambiqué, mais légitime pour de nombreux militants. "Le maillot third n’est-il pas un viol de l’identité du club?" Voilà ce que pensent les opposants au maillot third. Enfiler le maillot third n’est-il pas un acte de malfaiteur? Une complicité de crime? Les maillots third ne sont-ils pas un grand viol collectif de l’âme des clubs de foot? L’argument semble se tenir: tout en étant une insulte au bon goût, les maillots third méprisent la tradition, le respect et l’amour vrai du club. Mais de là à parler de viol, et de là à justifier une amende pour le porteur qui n’y est pour rien si l’offre existe… L’idée est loin de faire l’unanimité.
 

Des individus, choqués par le projet de loi, ont rédigé un manifeste dit du "3-4-3 de salauds". Ils y défendent grosso modo le droit de porter les maillots third, le droit de n’avoir aucun goût, aucun respect pour le marqueur traditionnel de l’identité d’un club. Qui a le droit de définir et d’imposer ce qui est moral? Ce qu’est l’amour? N’a-t-on pas le droit d’être un pauvre type sans éducation esthétique? N’a-t-on pas le droit d’être un salaud qui ne réalise pas, ou qui s’en fiche, s’il bafoue l’histoire d’un club?
 


Les droits du third

D’autres, moins égocentrés sur leurs droits et leur légitimité à eux, sont plus rationnels et convaincants: ils rappellent que les clubs n’appartiennent à rien d’autre qu’à eux-mêmes. Pourquoi un club ne serait-il pas libre de faire de son identité ce qu’il veut? S’il veut s’inspirer des stabilos pour habiller les joueurs de son club, qui a autorité pour lui dire non?
 

Si, pour faire analogie, un club était une personne, qui se permettrait de dire à un être humain ce qu’il doit faire de lui-même? Le corps d’un homme n’appartient à rien d’autre qu’à lui-même, et s’il veut en faire des choses incongrues, comme échanger des services sexuels contre de l’argent, ou plus étonnant encore, comme devenir arbitre dans un sport où il ne sera respecté par personne et insulté chaque semaine, c’est son droit! Il décide pour lui-même. Les clubs c’est pareil. Ils ne produisent pas ces maillots third sous la contrainte.
 

Bien sûr, ce n’est pas si simple. Car nombreuses sont les voies qui s’élèvent pour faire entendre que les clubs croient qu’ils sont libres alors qu’ils ne le sont pas. Drogués et asservis par le marketing et ses communicants avec leurs gros Mac, les clubs ne savent plus vraiment ce qu’ils font. En effet, comment peut-on décider, en toute conscience, de se déshonorer au point de proposer aux supporters un maillot third, dont les couleurs ne peuvent même pas être nommées tellement elles sont… dont les couleurs ne peuvent même pas être décrites!
 


Tout ce qu’on fait librement est moral

Si la remarque est crédible (certains mécanismes, certains chantages, économiques notamment, contraignent à subir les "choix" plutôt qu’à les prendre), elle camoufle souvent un paternalisme et un moralisme édifiants: parce que l’idée même de fabriquer un maillot third nous semble honteuse et immorale, nous refusons de considérer qu’elle puisse être le résultat du choix libre d’un autre. On refuse d’accepter qu’il ait pu y avoir consentement à la production du maillot third. Mais la seule question à se poser est: voulons-nous d’une société où l’État contrôle et doit valider les choix que chacun fait pour lui-même, ou voulons-nous une société où l’état laisse chacun libre de prendre les décisions qui le concernent? C’est la seconde branche qu’a choisie la société démocratique et libérale. Chacun décide pour lui-même ce qu’il fait de lui-même, à une seule condition: que nos choix libres ne mettent personne sous la contrainte. Ainsi, les adultes sont être responsables et responsabilisés: laissons-les faire tout ceux à quoi ils consentent.
 

Dans la mesure où le choix de produire un maillot third est aussi libre que celui de l’acheter ou non, l’amende aux porteurs de maillot third est une injustice profonde. C’est bien tenté, d’avoir camouflé une éthique personnelle ("je pense qu’il serait préférable de respecter les couleurs des clubs") en loi morale universelle ("il est interdit de transgresser les codes couleurs"). C’est bien tenté, d’avoir érigé son goût personnel ("quelle mocheté!") en canon de beauté indiscutable. Mais voilà: si certains clubs veulent s’exhiber, en vitrine, munis de maillots third, c’est leur problème à eux. On pourra seulement regretter que la demande n’ait pas d’elle-même sanctionné cette offre.
 


(a)Moralité

La lutte contre le maillot third n’est légitime que lorsqu’il s’agit d’identifier les éventuelles brutalités qui auraient la main mise sur les clubs au point de les forcer à faire ce qu’ils ne veulent pas faire.
 

Si le cas des brutalités contraignantes (donc coupables et lourdement condamnables) arrive fréquemment dans certains domaines, il ne semble pas que cela ait été rencontré dans le foot: les clubs ont librement consenti à la production des maillots third. Défendre une définition du respect du club n’est pas la même chose que l’imposer à tous. Au bout de la chaîne, le supporter qui se laisse aller, qui cède à la tentation, qui s’abandonne dans les manches d’un maillot third, est un individu influencé par d’aguicheuses publicités sans doute, mais ce supporter ne fait rien d’autre que consommer un produit qu’il était libre de refuser, et auquel il a le droit d’accorder de la valeur. Sa faute de goût est grande? Il n’y a cependant aucun préjudice. Il offense la morale? La morale n’est personne.

 

Partager

Cultures football


Kireg
2019-11-03

Trente-cinq

Dure limite que la limite d'âge quand on joue au football. D'autant qu'on ne la franchit que progressivement, symptôme après symptôme.


La parole à la défense
2019-10-25

Les postes du rugby expliqués aux footballeurs

Crossover œcuménique – Poste par poste (en incluant celui de Christian Jeanpierre), mettons en parallèle les onze et les quinze. 


Nicolas Tessier
2019-10-09

Fautes ! (de langage)

Exercice – Les footballeurs sont accusés de maltraiter la langue, mais avec quoi peut-on mesurer cette maltraitance? Exploration des "(sic)" qui marquent leurs fautes. 


>> tous les épisodes du thème "Cultures football"

Le forum

Etoiles et toiles

aujourd'hui à 22h01 - Gilles et jeune : Ah.Pourquoi tant de protestations quand on parle de recul de la démocratie, d'atteintes aux... >>


Gerland à la détente

aujourd'hui à 21h55 - impoli gone : On va finir par croire que Garcia a raison quand il dit qu'il y avait un gros déficit physique. On... >>


CdF Omnisport

aujourd'hui à 21h51 - L'amour Durix : Je rêve ou les mecs se payent le sélectionneur de l'équipe de France comme consultant. Il y en a... >>


Feuilles de match et feuilles de maîtres

aujourd'hui à 21h42 - Balthazar : À la relecture, je trouve que mon deuxième paragraphe n'est pas clair: ce que je voulais... >>


Foot et politique

aujourd'hui à 21h35 - Edji : (Bref c’est autre chose que Taha Bouhafs, quoi) >>


Fussball chez nos cousins germains

aujourd'hui à 21h19 - Dédie mon Stück : Haaland qui, pour son premier match avec Dortmund, rentre à la 56 ème minute à Augsburg alors... >>


Habitus baballe

aujourd'hui à 20h39 - suppdebastille : Pour répondre à ta boutade, c'est peut être suite à cette période que je me suis rendu compte... >>


CDF sound system

aujourd'hui à 20h37 - maDoudou Makhosa-Cisse : [PoS 2020]a voté.Amusant, Amalia Rodrigues était aussi présente dans la présélection 1975,... >>


Paris est magique

aujourd'hui à 19h09 - Gilles et jeune : Le petit princeJe n'ai pas salué ton poste problème / solution. Voilà c'est fait, merci ! >>


Lost horizons

aujourd'hui à 19h01 - forezjohn : 9 jours c'est bien trop peu.Marche uniquement ou plage ou les deux ou autre chose ? En chouette... >>


Les brèves

Je crois que bon bon

"Laurent Blanc à Lyon, ça ne colle pas pour deux raisons" (foot01.com)

Aucun

"Euro U17 : qui sont les joueurs majeurs de l'équipe de France ?"

Autobiographie

"Ribéry : Des débuts fracassants." (lequipe.fr)

Ô Pep !

"Un pays africain rêve de Bruno Genesio !" (dailymercato.com)

Ruuuuuuuuuuuuuuuuuuud van Nistelrooy

"PSV Eindhoven : Ruud van Nistelrooy prolonge sur le banc des U19." (lequipe.fr)