auteur
L'Atelier

> article précédent

Biétry dealer de Canal bis ?

> article précédent

L'instant X de Jordi Alba

Euro 2012 : les fines équipes

Dream Team, Nightmare Team et Révélations : les équipes-types du forum des Cahiers.

Partager


La Dream Team

La revue des votes a fait apparaitre plusieurs tendances: un schéma en 4-2-3-1, une forte consonance des joueurs du dernier carré et la même incertitude que celle de Del Bosque pour le poste d’avant-centre. Pour composer cette équipe de rêve, nous avons donc sélectionné les hommes qui ont retenu le plus de suffrages au poste auquel ils ont évolué durant le tournoi. Et comme en 2010, nous nous dédouanons complètement de l’absence d’Andres Iniesta sur la feuille de match.

 

 

 

 

Dans les buts, Casillas a brillé en jouant au sauveur, notamment face à l’Italie, au Portugal et à la Croatie. Tout autant, voire plus décisif qu’en 2010, le gardien merengue a été l’un des principaux artisans du sacre espagnol.

 

Régulier, généreux dans l’effort et apportant son écôt offensif, Johnson a retrouvé son meilleur niveau lors de cet Euro et à travers lui, on peut mesurer le parcours anglais plutôt satisfaisant compte tenu des attentes placées dans cette équipe. À gauche, le tonitruant Jordi Alba a su imposer sa technique, sa qualité de courses et de centres. Il s’est même payé le luxe de faire le break en finale face à l’Italie.

 

La charnière centrale est 100% Real Madrid, avec Pepe et Sergio Ramos. Le Portugais s’est montré étonnamment propre dans ses interventions, ne commettant qu’une seule faute avant la demi-finale, dans laquelle il a finalement récolté d’un petit avertissement. L’Espagnol a été d’une grande régularité, affichant une énergie incomparable dans les anticipations et les duels.

 

Meilleur Allemand du tournoi, Khedira a eu une activité appréciable au milieu de terrain, faisant même du service sur le côté droit et remettant en selle rapidement son équipe face à la Grèce grâce à une reprise de volée magnifique. À son côté, qui d’autre que le merveilleux Pirlo, qui a accompli un Euro à la hauteur des meilleurs moments de sa carrière? Sa conduite de balle, son trot, son allure, ses caviars, ses passes longues ont été un régal. Le joueur de la Juventus est celui qui a glané le plus de suffrages.

 

 

Souvent le premier à être remplacé, David Silva a été l’un des meilleurs Espagnols et a convaincu par ses passes décisives et ses buts (Irlande, Italie), par ses déplacements et sa tendance à occuper l’axe pour venir gêner les défenseurs adverses et se tenir au soutien de ses partenaires. Après deux premiers matches en demi-teinte, Cristiano Ronaldo a retrouvé la confiance et les gestes de classe pour qualifier deux fois de suite son équipe, tout d’abord face aux Pays-Bas avec un doublé de l’intérieur du pied droit, et ensuite contre la République tchèque grâce à une tête plongeante imparable.

 

Malgré une condition physique déclinante, l’éternel Xavi a, à l’image de sa sélection, su gérer ses temps forts et faibles pour constituer un repère toujours aussi sécurisant et décisif, notamment en finale avec cette passe parfaite dans la course de Jordi Alba. Auteur de trois buts lors des deux rencontres initiales, Mandzukic a tapé dans l’œil et l’a emporté face aux Ibrahimovic, Gomez et autre Balotelli.

 

Le banc est occupé par Del Bosque, dont la gestion de la concurrence au poste d’avant-centre, du rythme des matches comme de la compétition, et de la condition physique de ses joueurs (notamment Xavi) ont été admirables.

 

Parmi les cités, il y a de quoi faire une belle équipe de coiffeurs, avec Buffon dans les cages, Gebre Selassie, Hummels, Lescott et Lahm en défense, Xabi Alonso, Gerrard, Nani, Özil et Iniesta au milieu, et Fabregas devant.

 

 

 

 

La Revelations Team

 

 

 

Il n'a pas été très difficile de dégager une équipe des révélations du tournoi, dans laquelle figurent les sus-cités Jordi Alba, Gebre Selassie, Hummels, Mandzukic ainsi que le gardien Rui Patricio, auteur de prestations régulières, le défenseur tchèque Kadlec, les milieux lusitaniens Veloso et Moutinho qui seraient accompagnés de Cabaye – seul français à véritablement tirer son épingle du jeu–, et des offensifs Iarmolenko et Pilar.

 

Cette formation serait bien entendu entrainée par Prandelli, qui a confirmé lors de cet Euro les progrès et le style qu’il a imprimés à la sélection italienne, optant pour un schéma à deux attaquants et des ambitions offensives.

 

 

 

 

La NightmareTeam

 

 

 

Imprécisions, gestes ratés, comportement agaçant, prestations décevantes, autant d’ingrédients qui constituent une équipe cauchemar digne de nom. Beaucoup plus inspirante que son homologue Dream, elle a été également plus discutée, le choix de certains joueurs ayant porté à débat. Un 4-4-2 avec deux milieux offensif excentrés s’en est dégagé, un schéma que son sélectionneur Laurent Blanc n’a pas encore testé. Le coach des Bleus s’est illustré par des remplacements tardifs, sa frilosité face à l’Espagne avec ses deux arrières latéraux sur le côté droit, sa gestion des caractères ainsi que son inconstance dans le choix de ses titulaires.

 

En ballotage avec le gardien grec Sifakis auteur d’une prestation inquiétante face à l’Allemagne en quarts, Szczesny paie son oeuvre brève mais intense, avec ce carton rouge récolté lors du match d’ouverture face aux Hellènes, justement. Son manque d’autorité sur le but encaissé s’ajoute à son débit.

 

Willems et Évra sont déçus : c’est Holebas qui est aligné à gauche de la défense. Si la coïncidence de son remplacement par Tzavelas avec la qualification grecque peut prêter à discussion, son match face la Pologne a été épouvantable, pris qu’il fut en défaut par Blaszczykowski et Piszczek. Boateng a été un problème pour sa sélection, à plus d’un titre. Tout d’abord sur sa qualité et son niveau de jeu, ensuite parce qu’il a fait exporter Lahm sur le côté gauche, privant l’Allemagne d’une exploitation optimale du couloir droit dont son capitaine est un des meilleurs spécialistes du monde.

 

Si les défenseurs centraux Mexès et Rami ont été cités, ce sont plutôt leurs homologues Dunne et Ignashevich qui ont le plus retenu l’attention. Pensionnaire d’une équipe qui a pris l’eau (9 buts encaissés en trois matches pour l’Irlande), le premier a payé ses limites, son manque de concentration et son mauvais placement. Le Russe paie surtout sa bourde face à la Grèce.

 

Cadre agaçant mais utile de sa sélection en 2010, Van Bommel n’a été que l’ombre de lui-même. En manque de grinta, devenu franchement dispensable – il a d’ailleurs été écarté par son beau-père de sélectionneur pour le dernier match face au Portugal –, et toujours un peu vicieux (coup de coude sur Özil), le Néerlandais a fait peine à voir. À ses côtés au milieu de terrain, Andrews ne fait pas tache, avec notamment son expulsion face à l’Italie.

 

 

Egoïste, caricatural, loser de l’année, Robben cristallise les maux hollandais, avec une qualité individuelle indéniable mais un apport au collectif douteux et une incapacité à être utile ou décisif. Un délit de mauvaise réputation dont Nasri fait également les frais, compte tenu de son insistance à la confirmer. Surtout, il est apparu comme l’un des principaux responsables de la lenteur et de la stérilité du jeu français – en dépit de son joli but contre l’Angleterre, vengeance hélas consommée bien trop tôt.

 

Probable injustice de cette sélection, car il a joué en blessé, Elmander incarne le manque de réalisme suédois. Un bon nombre d’occasions ratées, l’impression de tirer une caravane, l’ancien joueur du TFC fait mal au coeur, surtout quand on se souvient de ses prestations brillantes en L1. Il est accompagné en attaque d’un autre joueur qui a connu les joies et la vitesse du championnat de France, le sympathique Milan Baros.

 


Merci à Raspou, Tricky, Tonton Danijel, LMD, le Bleu, Le Meilleur est le Pires, Mevatlav Ekraspeck, Toni Turek, bolkonsky, Nicaulas, Pan Bagnat, Beau 6, On meinau au score, Nagrom, Cyril Gignac, BigS, Park Chu-Young to die, leo, Benoit Fleck, Lescure, Hal 9000, narcoleps et samirbalbir pour leurs contributions.
 

Partager

> sur le même thème

Le Mario de l'an 12

> Dossier

L’Euro 2012

L’Euro 2012


Jérôme Latta
2012-10-02

Les clubs riches se payent en Euro

Une Balle dans le pied – L'UEFA indemnise les clubs pour la mise à disposition de leurs internationaux, et gavent les plus riches avec un artifice très peu "fair-play financier".


Jacques Blociszewski
2012-08-31

L'Euro 2012 entre Spidercams et écrans géants

Plus légère et inventive à bon escient, la réalisation TV de l'Euro a réservé de bonnes surprises – non sans confirmer des tendances plus inquiétantes.


Mike Ticher
2012-08-13

Erreurs système

Invité : When Saturday Comes – L'Angleterre ne produira pas de joueurs capables de gagner des tournois internationaux avant d'avoir des entraîneurs dignes de ce nom.


>> tous les épisodes du thème "L’Euro 2012"

Le forum

Foot et politique

aujourd'hui à 04h34 - Jankulowski Desailly Galasek : C'est justement le fait qu'il ait deux ans le point central, tel que je le perçois.CH est plutôt... >>


Dans le haut du panier

aujourd'hui à 02h59 - Lucho Gonzealaise : Rebondissement inattendu sur le marché des coachs, selon Marc Stein, Kenny Atkinson serait en... >>


Et PAF, dans la lucarne !

aujourd'hui à 01h12 - Jean-Huileux de Gluten : J'ai fini The Haunting of Bly Manor, vraiment chouette. Mike Flanagan est vraiment un mec que je... >>


Le Ch'ti forum

aujourd'hui à 00h35 - PCarnehan : Au final, merci Lille pour les point UEFA. >>


Le fil prono

aujourd'hui à 00h07 - DansonsLaBostella : Giants@Eagles 24-28Panthers@Saints 28-35Bills@Jets 28-17Browns@Bengals 24-20Cowboys@Football Team... >>


En rouge et noir !

22/10/2020 à 23h02 - rougénoir : d'autant plus qu'il manquait des joueurs à Kasnodar...Après sans être trop optimiste car les... >>


CdF Omnisport

22/10/2020 à 22h58 - PCarnehan : Ghislain Lambert est le plus grand cycliste des 70's sur le tour de France. Et d'avant les 70's, et... >>


Ligue Europe, la coupe de l'UEFA

22/10/2020 à 22h43 - PCarnehan : Bon, en voilà déjà un pour le Celtic. Question de corriger tout ça. Et ça pousse bien pour... >>


Observatoire du journalisme sportif

22/10/2020 à 22h38 - I want my Mionnet back : Est-ce que le commentateur de RMC Sport est obligé de dire "et oui un club français va peut-être... >>


Café : "Au petit Marseillais"

22/10/2020 à 22h32 - Super Hérault : Le match de Lille après le notre hier soir c'est impressionnant de différence.De l'engagement,... >>


Les brèves

Je crois que bon bon

"Laurent Blanc à Lyon, ça ne colle pas pour deux raisons" (foot01.com)

Aucun

"Euro U17 : qui sont les joueurs majeurs de l'équipe de France ?"

Autobiographie

"Ribéry : Des débuts fracassants." (lequipe.fr)

Ô Pep !

"Un pays africain rêve de Bruno Genesio !" (dailymercato.com)

Ruuuuuuuuuuuuuuuuuuud van Nistelrooy

"PSV Eindhoven : Ruud van Nistelrooy prolonge sur le banc des U19." (lequipe.fr)