auteur
Jamel Attal

Du même auteur

> article suivant

Libres arbitres

> article précédent

FC Babylone

> article précédent

Revue de stress, numéro 1

Entre les hooligans et Sarkozy...

C'est un peu l'inconfortable position de ceux qui comme nous prônent la répression contre la violence dans et autour des stades, et sont les témoins de l'opération de communication du ministre de l'intérieur sur le très médiatique football.
Partager
Si l'on pouvait craindre (ou espérer) que les médias soient un peu à court de sensationnel pour faire monter la sauce du PSG-OM de Coupe de France (voir la Revue de stress), c'était sans compter sur l'hyperactivité de notre ministre de l'intérieur, qui en une réunion Place Beauvau lundi et une sortie tonitruante devant les députés mardi, a subitement chaussé les crampons. Celui-ci ne pouvait manquer de profiter à la fois du potentiel médiatique du football, d'une merveilleuse illustration pour l'efficacité sécuritaire de notre gouvernement et d'une excellente diversion sur un sujet moins discutable que l'ensemble des autres mesures actuellement débattues à l'Assemblée. Du velours, surtout avec l'incroyable faculté des médias à se faire les auxiliaires enthousiastes des campagnes de communication gouvernementales ("guerre", "croisade", "offensive" sont les termes très neutres ayant qualifié cette opération dans la presse). Habilement, dans les consignes qu'il a données aux acteurs du football réunis lundi au ministère, Nicolas Sarkozy a demandé de "faire preuve de sévérité dans les décisions concernant la violence entre les joueurs, les tricheries et le mauvais exemple en général" (AFP 21/03). Prince de l'amalgame et des raccourcis, le maire de Neuilly a trouvé matière à son opportunisme dans le monde du ballon et aura même fait de Fiorèse son complice involontaire. Vitrine et réalité Et comme, depuis moins d'un an, on a l'impression que l'histoire s'est réduite à un scénario tragique écrit sur mesure, des incidents graves se sont déroulés en marge de Nice-PSG, une bagarre dans les tribunes ayant fait un blessé grave par arme blanche (en l'état de nos informations au moment de la mise en ligne), succédant aux débordements lyonnais du début de semaine. À l'autre bout de l'échelle de gravité des actes désormais prohibés, la panthère rose qui a envahi la pelouse de la Beaujoire écopera de 15.000€ d'amende, ce qui fait cher le costume. Évidemment, si c'est pour dire que les matches de football ne doivent pas justifier de dispositif militaire, qu'il faut éradiquer les racistes et sanctionner sévèrement les fauteurs de trouble (notamment en appliquant strictement les interdictions de stade), nous sommes totalement d'accord. Et nous voilà bêtement coincés entre les hooligans et Nicolas Sarkozy (ça nous apprendra à voter Besancenot au premier tour :-) Alors on rappellera que pendant que le ministre de l'intérieur amuse la galerie, il fait voter une loi sécuritaire qui criminalise la pauvreté et réduit les libertés individuelles, tandis que le gouvernement auquel il appartient applique progressivement le programme du MEDEF. Comme dans du beurre. Reste à aussi voir si la tolérance zéro dans les stades impliquera de museler toute forme d'expression des supporters, comme cela en prenait le chemin avec l'application abusive des lois Alliot-Marie (voir Nettoyage à sec). D'autre part, les autorités ont intérêt à bien cerner le problème si elles ne veulent pas qu'il leur retombe lourdement sur les pieds. Les acteurs à impliquer sont nombreux (les clubs en premier lieu), et il n'est pas dit que le durcissement ne convienne pas aux groupes hooliganisants, qui s'épanouissent dans l'affrontement, ni que les associations de supporters ne soient pas atteintes par le regain de tension. Il n'est pas sûr qu'un coup de matraque magique suffise à régler les problèmes. Pour conclure, nous avions évoqué, le 22 avril dernier, un ouvrage indispensable de Laurent Mucchielli sur la manipulation des "chiffres de la délinquance", leur exploitation politique et leurs experts patentés (comme un certain Xavier Raufer). Il vient de sortir en poche, et par les temps qui courent, on ne saurait trop recommander sa lecture. Une postface rédigée en septembre dernier, livre un éclairage accablant sur les événements politiques du premier semestre 2002. Laurent Mucchielli est historien et sociologue, chercheur au CNRS et co-signataire, avec le groupe Claris, d'un texte paru dans la rubrique Rebonds de Libération ce mardi 14 janvier.

La Découverte, 7€50.
Partager

> déconnerie

Les vœux du Diaporama

> sur le même thème

Un classique de la bêtise

Les supporters


Jérôme Latta
2020-09-15

L'abandon de la sodomie sonnerait-il la fin du mouvement ultra ?

Une série de banderoles déployées par des ultras parisiens les a mis dans la position qu'ils promettaient à leurs rivaux. Il est peut-être temps de changer de lexique. 


Pierre Barthélemy
2020-09-01

Plaidoyer en faveur d’une réévaluation de la jauge

La limitation des affluences dans les stades et la suspension des parcages visiteurs pénalisent clubs et spectateurs sans garantir la sécurité sanitaire. 


Antoine Zéo
2020-08-19

Les fausses ambiances de stade, c'est très mal ou c'est moins pire ?

Minichro – La reconstitution d'une bande-son artificielle mais réaliste pour les matches à huis clos interroge l’authenticité du factice.


>> tous les épisodes du thème "Les supporters"

Les brèves

Je crois que bon bon

"Laurent Blanc à Lyon, ça ne colle pas pour deux raisons" (foot01.com)

Aucun

"Euro U17 : qui sont les joueurs majeurs de l'équipe de France ?"

Autobiographie

"Ribéry : Des débuts fracassants." (lequipe.fr)

Ô Pep !

"Un pays africain rêve de Bruno Genesio !" (dailymercato.com)

Ruuuuuuuuuuuuuuuuuuud van Nistelrooy

"PSV Eindhoven : Ruud van Nistelrooy prolonge sur le banc des U19." (lequipe.fr)