auteur
Brice Tollemer

Du même auteur

> article précédent

L1 :: la Gazette :: Journée 8

Enlarge your Euro

Le championnat d'Europe des nations passe à 24 équipes. Encore une réforme Platini pour plaire à tout le monde?
Partager
Le 26 septembre dernier, le comité exécutif de l’UEFA a décidé de porter à vingt-quatre (contre seize) le nombre de pays participants à l’Euro – changement qui sera effectif pour la première fois en 2016. La réforme semble contenter toutes les fédérations, et pour cause…

euro24_1.jpg


L'Europe en morceaux

Le football est bien évidemment fils de la géopolitique. Le déroulement de la première édition de la "Coupe d’Europe des nations", organisée en 1960, est très éloigné de ce que nous connaissons maintenant. Dix-sept équipes participent à ce tournoi, dans lequel elles s’affrontent par matches aller-retour jusqu’aux demi-finales.
Les équipes britanniques ne daignent pas prendre part à cette coupe "continentale", tandis que l’Espagne de Franco refuse en quart de finale l’entrée des joueurs soviétiques sur son territoire – qui de fait remportent la rencontre par forfait.
Les quatre pays qualifiés choisissent ensuite où se dérouleront les demi-finales, le match pour la troisième place et la finale. Et c’est à Paris que l’URSS bat la Yougoslavie 2 buts à 1.
En 1968, le "Championnat d’Europe des Nations" change de formule: huit groupes de qualifications sont mis en place, les premiers de chaque poule s’affrontant en quarts de finale en aller-retour, le tournoi final se déroulant dans un seul et même pays.

Ce système perdure jusqu’en 1980, avant de rentrer dans une période un peu plus moderne. La phase finale compte désormais huit équipes, réparties en deux poules de quatre, les vainqueurs de chaque groupe s’affrontant pour le titre suprême. Quatre ans plus tard en France, nouveau changement: cette fois-ci, on crée des demi-finales pour les deux premiers de chaque poule.
Les éditions de 1988 en Allemagne et de 1992 en Suède suivent le même schéma. En 1996, l’UEFA. est rattrapée par l’Histoire: l’éclatement de la Yougoslavie et l’effondrement de l’Union soviétique provoque l’apparition d'une vague de nouveaux pays et par conséquent de nouvelles fédérations. Quarante-huit nations participent aux éliminatoires, contre trente-deux auparavant (depuis 1964). Seize équipes sont ainsi qualifiées pour la phase finale, réparties en quatre groupes, avec l’apparition de quarts de finale. L’Euro 2012 sera ainsi le dernier à obéir à cette formule.


euro24_platini.jpgLes vingt-quatre meilleurs
et les meilleurs troisièmes


L’UEFA compte désormais cinquante-trois membres. En 2016, vingt-quatre pays pourront participer à la phase finale de l’Euro... C'est-à-dire pratiquement la moitié des fédérations affiliées. En guise de comparaison, c’est comme si une centaine d’équipes participaient à la Coupe du monde. Cette augmentation soudaine, que techniquement rien ne justifie véritablement, aura deux conséquences majeures. D’un côté, elle assurera, en principe, la participation des "grandes" nations européennes, ce dont semble se satisfaire Michel Platini (1), pourtant opposé au projet initialement. De l’autre, elle provoquera inévitablement un certain abaissement du niveau général de l’épreuve, et un déroulement bancal de la compétition.
En effet, si l'on part du principe que six groupes de quatre équipes seront crées, et en suivant le modèle des Coupes du monde 1986 à 1994 fonctionnant à vingt-quatre équipes, les deux premiers de chaque poule seront qualifiés pour les huitièmes de finale, en compagnie des quatre "meilleurs troisièmes", concept qui ne rime strictement à rien. Mais cette réforme aura un énorme avantage: celui de multiplier le nombre de matches joués (on passera alors de 31 à 51)… et diffusés.

Tout le monde trouvera donc un intérêt indéniable à cette nouvelle formule, qui correspond à un élargissement du marché: les fédérations, les diffuseurs, les sponsors et l’UEFA qui pourra augmenter l'enveloppe des droits de retransmission et de marketing. L’Euro s’étalera sur un mois, contre trois semaines auparavant. Quant à la plus-value sportive en elle-même, elle est bien évidemment inexistante.


Ce passage de seize à vingt-quatre équipes s'inscrit dans la continuité des décisions en quart-de-teinte de l’UEFA depuis l’arrivée de Michel Platini à sa présidence: toilettage cosmétique de la Ligue des champions, refonte à la brosse à dents de la C3, règle du 6+5 en trompe-l'œil, dossiers trop sensibles endormis (2)… De cette réforme, il reste l'impression tenace qu'elle est le fruit d'une forme de clientélisme plus qu'une façon de servir le football.


(1) "Je me suis fait une idée avec le temps et avec l'Euro 2008, déclarait le président de l’UEFA en août dernier.  Certains disent qu'on avait les seize meilleurs. Mais est-ce que ceux qui n'étaient pas à l'Euro 2008 comme l'Angleterre ou le Danemark ne méritaient pas d'être là? Je pense que, sincèrement, il y a plus que seize bonnes équipes pour un Championnat d'Europe".
(2) Calendriers, dopage, exception sportive, contrôle de gestion européen, etc.
Partager

> sur le même thème

Faut-il voter Platini ?

L'UEFA et la FIFA


2018-12-08

Les bénéfices de la Coupe du monde ruissellent (sur les gros clubs)

Une Balle dans le pied – La FIFA va distribuer 209 millions de dollars aux clubs ayant mis leurs joueurs à disposition des sélections, suivant l'éternel principe de l'enrichissement des plus riches.


Robin Tireloque
2018-11-15

Ligue des nations, le mode d'emploi définitif

Alors que la trêve internationale signifie un retour de la nouvelle compétition du football européen, il est temps d'enfin en expliquer ses enjeux et conséquences sur le prochain Euro.


Jérôme Latta
2018-11-05

Super Ligue, la fin du super bluff ?

Le chantage des clubs riches auprès de l'UEFA repose depuis vingt ans sur la menace d'une ligue privée. Le projet d'une "European Super League", révélé par les Football Leaks, semble plus concret que jamais. 


>> tous les épisodes du thème "L'UEFA et la FIFA"

Le forum

Toujours Bleus

aujourd'hui à 02h54 - leo : Lucho Gonzealaiseaujourd'hui à 01h03C'est De Rossi en 2006 qui a pu jouer la finale alors qu'il... >>


CDF sound system

aujourd'hui à 01h52 - Tricky : (J’ai le plus grand mal à le croire. Je parierais volontiers que ladite section occupe un bureau... >>


Foot et politique

aujourd'hui à 01h49 - Tricky : Manx Martinaujourd'hui à 01h28Sinon, tous les témoins s'accordent sur le fait que la manif de la... >>


Lost horizons

02/06/2020 à 23h58 - theviking : Et les chaleurs accablantes, c'était ironique (mais on est mieux au frais) >>


Manette football club

02/06/2020 à 23h41 - Jah fête et aime dorer Anne : Flo Riant Sans Sonaujourd'hui à 20h53Parfois, je songe à le refaire,A propos d'Open World, as-tu... >>


Qui veut gagner des quignons ?

02/06/2020 à 23h41 - KL : Je cherche un 11 d’internationaux A (1 minute en sélection suffit comme pour Franck Jurietti)... >>


La L1, saison 2019/2020

02/06/2020 à 23h36 - jeannolfanclub : ucho Gonzealaiseaujourd'hui à 12h27Pour nous, téléspectateurs-supporters, ce serait... >>


Gerland à la détente

02/06/2020 à 23h20 - impoli gone : Ah tiens, on va un peu reparler de foot.Perso, pas tant d'états d'âme que ça s'il part,... >>


L'AJA, je te veux si tu veux de moi

02/06/2020 à 22h27 - Redalert : Désolé... Bon, Hamel, vu l'âge, j'y suis pour rien ! >>


La revue des Cahiers du football : saison 2 !

02/06/2020 à 21h17 - Hydresec : En attendant de découvrir le quatrième numéro de la revue, je poursuis ma lecture très... >>


Les brèves

Je crois que bon bon

"Laurent Blanc à Lyon, ça ne colle pas pour deux raisons" (foot01.com)

Aucun

"Euro U17 : qui sont les joueurs majeurs de l'équipe de France ?"

Autobiographie

"Ribéry : Des débuts fracassants." (lequipe.fr)

Ô Pep !

"Un pays africain rêve de Bruno Genesio !" (dailymercato.com)

Ruuuuuuuuuuuuuuuuuuud van Nistelrooy

"PSV Eindhoven : Ruud van Nistelrooy prolonge sur le banc des U19." (lequipe.fr)