auteur
Richard N

 

Pionnier du foot sur le Web avec Kick'n'Rush, historien pour les Cahiers et Footichiste pour son compte.


Du même auteur

> article précédent

7 mesures pour sauver la Ligue 1

> article précédent

Revue de Stress #70

Dhorasoo 2006, la tatane magnifique

Un jour un but – Le 29 avril 2006, Vikash Dhorasoo est le buteur inattendu d'une finale de Coupe de France opposant le PSG à l'OM.

Partager

 

Vikash Dhorasoo n'a jamais été un footballeur conventionnel. Non seulement son mètre soixante-huit un peu frêle et son type indo-mauricien le distinguaient physiquement de ses coéquipiers et adversaires, mais sa mentalité et le recul qu'il prenait par rapport aux choses du foot en faisait un homme à part, un intello suspecté de préférer les livres aux jeux vidéo.

 

 

Une frappe de dingue

Vikash Dhorasoo était un joueur offensif mais pas vraiment un buteur. Son expression était en seconde ligne, derrière les attaquants attitrés, où il donnait libre cours à son goût pour le geste juste et la passe onctueuse. Mais un jour, Vikash Dhorasoo marqua un but extraordinaire. Un but qui ne lui ressemblait pas: une longue course suivie d'une frappe de dingue façon Bundesliga. C'était en finale de la Coupe de France où le Paris Saint Germain, le club de sa fin de carrière, affrontait son ennemi préféré, l'Olympique de Marseille.

 

Cela se passa en début de seconde période. Le club parisien avait ouvert le score très tôt et maintenu son avantage jusqu'à la mi-temps. Le parisien Modeste M'Bami récupérait un ballon dans son camp et le transmit à Vikash Dhorasoo positionné dans le rond central. Libre de toute opposition, le numéro 10 parisien déclencha une accélération droit vers le but marseillais. Lorsqu'il s'approcha de la surface de réparation, alors qu'on s'attendait à une passe pour Pauleta ou Rothen, Vikash Dhorasso frappa du pied droit. Contre toute attente.

 

 

Le ballon, mû par la puissance du tir, survola la surface de réparation à mi-hauteur, se dirigeant vers la droite de Fabien Barthez. Le gardien marseillais se détendit suffisamment pour toucher le ballon du bout des gants, mais assez pour le dévier de sa trajectoire. La sphère s'en alla claquer au fond des filets.

 

 

Le seul but de sa carrière parisienne

Le Stade de France explosa de joie, ébahi par cet exploit d'autant plus inattendu que le principal intéressé n'avait pas marqué le moindre but depuis son arrivée au PSG en début de saison. Vikash Dhorasoo avait même plutôt déçu ses supporters agacés de voir leur équipe plafonner en milieu de classement. Malgré les tiraillements avec l'entraîneur en place, l'ancien Lyonnais conservait sa place de titulaire. Il gardait même la confiance du sélectionneur, Raymond Domenech, qui en avait fait un Bleu en puissance et l'avait retenu pour la Coupe du monde en Allemagne.

 

Avec deux buts d'avance sur son rival, le club de la capitale tenait cette finale. Il s'offrit même plusieurs occasions de creuser l'écart, envoyant notamment deux fois le ballon sur les montants de Fabien Barthez. La fin de match tourna en faveur de l'OM, qui avait réduit l'écart. Mais il n'empêcha pas le club parisien de s'imposer (2-1) et de remporter la septième Coupe de France de son histoire. Une fois de plus, le trophée sauvait une saison médiocre du club, que la chaîne Canal Plus, propriétaire depuis quinze ans, venait de céder au fonds d'investissement américain Colony Capital.

 

Quelques semaines après la finale, Vikash Dhorasoo verra son rêve de disputer la Coupe du monde gâché par le choix du sélectionneur de le laisser sur le banc. L'artiste profitera de son statut inattendu de substitute pour filmer son désarroi alors que ses coéquipiers réalisent un parcours historique jusqu'en finale. Quelques mois plus tard, en conflit avec le club, Vikash Dhorasoo sera tout simplement licencié. Son but du Stade de France aura été le seul de sa carrière parisienne.

 

 

 

Partager

> sur le même thème

Les caviars de Darder

> du même auteur

Zidane 1998, double Z au SDF

Un jour, un but


Christophe Zemmour
2018-07-14

Petit 1998, millénaire nuit

Un jour, un but – Au bout de la Coupe du monde 1998, Emmanuel Petit traverse tout le terrain pour inscrire le dernier but de la compétition. Le millième de l’histoire d’une équipe de France qui décroche alors sa première étoile.


Richard N et Christophe Zemmour
2018-07-12

Zidane 1998, double Z au SDF

Un jour, un but – Le 12 juillet 1998 au stade de France, Zinédine Zidane marque deux fois le même but et assomme le Brésil. Le jour de gloire est arrivé.


Richard N
2018-07-10

Thuram 1998, buteur dubitatif

Un jour, deux buts – Le 8 juillet 1998 au stade de France, des Bleus en difficulté face à la Croatie en demi-finale de leur Coupe du monde se découvrent un buteur inattendu...


>> tous les épisodes de la série "Un jour, un but"

Sur le fil

Pour un vice de procédure. Sans rien remettre en cause des révélations des Football Leaks et de ce qu’elles ont sou… https://t.co/cnoAnNeXUu

RT @remidupre: Victoire juridique et politique notable pour le PSG. Fair-play financier : le PSG obtient gain de cause devant le TAS https:…

RT @CKuchly: Le nouvel épisode est sorti, et ma plus grande fierté est d'y avoir placé le titre "SassuYOLO". https://t.co/K9HrthFyqY

Les Cahiers sur Twitter

Les brèves

De Nuremberg à Pôle Emploi

"Nuremberg vire son entraîneur." (lequipe.fr)

Faut pas des Koné

"Boxing Day en L1, Koné dit non." (maxifoot.fr)

Abstinence

"Fuchs absent trois mois." (lequipe.fr)

Doc Gynéco en public

"Les oreilles écartées par ses gants noirs, Mario Balotelli a ouvert ses écoutilles face aux tribunes de Gaston-Gérard." (lequipe.fr)

Flammengo

"Brésil : incendie meurtrier au centre de formation de football de Flamengo." (rfi.fr)