auteur
Lisa Dumont

Du même auteur

> article suivant

Double jeu à la française

> article précédent

La taille compte

> article précédent

L1 :: la Gazette :: J18

De bons petits Diables

Si la sélection belge est redoutable dans quelques années, il ne faudra pas dire qu'on ne vous avait pas prévenus...
Partager

Les belges années

Si, en matière de ballon, la Belgique n'a jamais connu la gloire de sa voisine hollandaise, il fut une époque où le plat pays comptait sur la planète foot. C'était il y a longtemps, très longtemps. Le point d'orgue de l'histoire des Diables Rouges fut la demi-finale de la Coupe du monde 1986, perdue face à l'Argentine de Maradona. Les nostalgiques de la belga vita ont depuis dû se résigner à voir les Rode Duivels dégringoler au classement FIFA. Quelques résultats corrects en Coupe du monde (1), mais pas suffisants pour compenser le néant absolu lors des championnats d'Europe: à part l'Euro 2000 auquel la Belgique fut qualifiée en tant que co-organisatrice, la dernière participation des Diables Rouges remonte à 1984, meilleur souvenir pour Platini que pour les Belges.

Côté clubs, la dégringolade suit le même chemin. Malgré un meilleur palmarès que ses voisins français (onze finales dont quatre gagnées: trois C2 et une C3), la Belgique peine à exister depuis la victoire du FC Malines contre l'Ajax Amsterdam en 1988.


Un retour olympique

Outre Quiévrain, le renouveau est l'affaire d'un homme: Jean-François De Sart. Le sélectionneur des Espoirs s'applique depuis douze ans à construire l'équipe nationale de l'avenir, celle des "Diablotins". Dans le même temps, certains clubs comprennent qu'ils n'auront d'avenir qu'à travers la formation. Ce sont trop souvent les clubs étrangers qui décèlent les talents belges et les font fructifier: le LOSC accueille Kevin Mirallas à seize ans et Eden Hazard à quatorze. Le PSV Eindhoven a récemment fait signer un contrat pro à Stijn Wuytens (dix-sept ans).

Concentrée sur la critique des mauvais résultats des aînés, la presse occulte les résultats des Diablotins. Alors quand les Espoirs décrochent leur billet pour les JO de Pékin, la surprise est de taille pour le grand public. Cependant, malgré la qualité évidente de l'équipe, la sélection s'avère difficile pour De Sart, confronté à la grogne des clubs qui ne veulent pas lâcher leurs joueurs et à l'immobilisme de la fédération belge. Il réussira à envoyer le noyau de sa sélection en Chine, devant laisser Defour ou Witsel au pays, ne disposant de Kompany et Fellaini que pour les deux premières rencontres.
À la surprise générale, la Belgique olympique étonne, séduit, domine le Brésil lors de son premier match, bat l'Italie et décroche son ticket pour les demi-finales. Et si les gamins perdent le match pour la troisième place, ils gagnent – enfin – l'attention des médias et de nombreux clubs européens.
Ils sont jeunes, talentueux, et convoités. Mais qui sont-ils?



Les talents confirmés

belgique_kompany.jpgVincent Kompany
22 ans – défenseur central – Manchester City
Le grand défenseur bruxellois (1,90 m) est présent dans le paysage du foot belge depuis si longtemps qu'on en oublie parfois son jeune âge. A dix-sept ans, il signe son premier contrat pro avec Anderlecht, où il devient rapidement un élément majeur et engrange titres et récompenses (2). Après quatre ans en mauve et blanc, il prend son envol international en direction de Hambourg où il a quelques difficultés à s'imposer à cause, notamment, de plusieurs blessures. Les liens avec son club se détériorent durant la campagne olympique des Diablotins (il aurait voulu rester à Pékin jusqu'à la fin de la compétition, mais son club a refusé, le menaçant de lourdes sanctions) et très rapidement, il est transféré à Manchester City, où il devient titulaire indiscutable au poste de milieu défensif.
Doué techniquement, rapide, élégant, il jouit d'une bonne vision du jeu. De nombreuses blessures et des cartons réguliers ont freiné son ascension.


belgique_vertonghen.jpgJan Vertonghen
21 ans – défenseur / milieu – Ajax Amsterdam
Grâce à l'accord de coopération entre le GB Antwerpen et l'Ajax, il est transféré aux Pays-Bas à dix-neuf ans. Prêté pour six mois au KRC Waalwijk où il réalise de très bons matches, il décide les Ajacides à le rappeler. Le grand Anversois (1,89 m) évolue en club au poste d'arrière-gauche, plus souvent en milieu récupérateur devant la défense en équipe nationale – poste qui a clairement sa préférence. Les observateurs en font le futur grand patron des Diables.
Sobre, travailleur, leader naturel et disposant d'un énorme volume de jeu à la récupération, Vertonghen fait partie de ces joueurs que le public a découverts lors de leur sélection chez les Diables: il n'a jamais joué en division 1 belge.


Steven Defour
20 ans – milieu – Standard Liège
C'est au Racing Genk que le talent de Defour éclate. Aligné pour la première fois à l'âge de quinze ans, il devient rapidement l'un des joyaux du club. Après trois saisons passées au sein du club limbourgeois, il fait des pieds et des mains pour être transféré au Standard, provoquant des incidents diplomatiques entre les deux clubs. Il finit par avoir gain de cause et est, depuis 2006, l'un des fers de lance du club. Après le départ de Sergio Conceiçao, il hérite du brassard de capitaine et malgré son jeune âge, assume ce rôle avec brio.
Vif, doté d'une bonne technique, aussi combattif que précis, il organise le jeu avec une maturité et un mental étonnants. Sa polyvalence lui a aussi valu de recevoir le Soulier d'Or "officiellement", avant le match Standard-Anderlecht (qui vit son équipe conquérir le titre) des mains de son idole, Zinédine Zidane.


Moussa Dembele
22 ans – attaquant – AZ Alkmaar
Comme Vertonghen, il est formé au GBA où il disputera son premier match en D1 à seize ans. Il est lui aussi transféré très tôt aux Pays-Bas, à Willem II où il disputera 33 matches. 2006 sera une année particulière pour lui: transfert à l'AZ et première sélection sous le maillot national. Comme quelques-uns de ses coéquipiers, il fait tour à tour partie des Diables et des Diablotins, et est l'auteur du doublé permettant à la Belgique de battre l'Italie en quart de finale des JO.
Dribbleur multi-facettes doté d'une excellente protection de balle, son très bon sens de la passe est parfois mal utilisé, par excès d'individuaisme. Il a été élu joueur de l'année par les supporters de l'AZ en 2007.


Marouane Fellaini
21 ans – milieu défensif – Everton
Né de parents marocains, il fait ses classes dans différents clubs belges et finit par être transféré de Charleroi au Standard en 2005. En 2006, il fait ses débuts officiels sous le maillot rouche… en Ligue des champions, face au Steaua Bucarest. Très rapidement, il s'impose au sein du milieu de terrain liégeois, et dépanne avec brio dans l'axe de la défense. Avec Defour et Witsel, ils forment la colonne vertébrale, devenue indiscutable, de l'équipe nationale.
Technique et bon de la tête, doté d'un caractère bien trempé et souvent dans les bons coups offensifs, il a toutes les qualités du milieu de terrain moderne – fautes vicieuses et nombreux cartons inclus. Il est, à ce jour, le transfert le plus cher du football belge (19 millions d'euros). Cette seule transaction a remboursé l'investissement du centre de formation du Standard (la Robert Louis-Dreyfus Academy).


Axel Witsel
18 ans – milieu offensif – Standard Liège
Arrivé au Standard à neuf ans, le jeune Liégeois est l'un des purs produits du club. Élu Jeune pro de l'année en 2008, sa complémentarité avec Defour est la force principale du Standard, bien qu'il ne soit pas en reste lorsque ce dernier est absent. Il a fait part de son envie d'évoluer dans un championnat étranger dès la saison prochaine, et semble avoir la maturité nécessaire pour ne pas s'emballer devant les sommes mirobolantes annoncées pour lui, ça et là dans la presse.
Élégant, technique, précis, il est doué des deux pieds et sait distribuer le jeu, même s'il donne parfois l'impression d'en garder sous la pédale. À l'instar de Cissé, il change très souvent de coiffure, avec plus ou moins de réussite. Contrairement à Cissé, l'Europe s'affole pour le recruter.


Tom De Sutter
23 ans – attaquant – Cercle de Bruges
Formé chez le voisin du FC Bruges, il n'a pas pu y décrocher un contrat et, avec une humilité étonnante, a accepté de redescendre en D3 afin de trouver du temps de jeu et de l'expérience. Bien lui en a pris... Un peu plus âgé que les autres, mais pas moins talentueux, le grand Tom a vu sa progression retardée par une blessure en match amical Espoirs, qui l'a éloigné des terrains durant de longs mois. Sitôt de retour, il est vite redevenu indispensable à son club.
Rapide, polyvalent, il peut marquer des deux pieds, mais gagnerait à améliorer son jeu de tête. Au prochain mercato d'hiver, il partira pour Anderlecht.



Les graines de star

Yves De Winter
21 ans – gardien – Westerlo
Peut-être le futur numéro un des gardiens belges (avec Kenny Steppe), il est pour beaucoup dans la bonne place actuelle de son équipe au classement.

Guillaume Gillet
22 ans – défenseur / milieu – Anderlecht
L'un des derniers très bons transferts des Mauves. Solide derrière, efficace en milieu et un apport offensif extrêmement utile.

Tom De Mul
22 ans – milieu – FC Séville
Il est sans doute l'un des deux meilleurs ailiers belges du moment. Le fait d'évoluer dans l'un des championnats européens les plus relevés lui permettra incontestablement d'améliorer encore son niveau de jeu pour devenir un grand.

belgique_vanden_Borre.jpgAnthony Van den Borre
22 ans – milieu – Genoa
Parfois tellement nonchalant qu'on a envie de lui coller une paire de claques, il est pourtant très doué. Peut-être même plus que certains joueurs mieux considérés aujourd'hui.

Eden Hazard
17 ans – milieu – Lille
Si sa progression se poursuit au même rythme, il deviendra sans doute l'un des grands du foot belge… Il est, à ce jour, le deuxième plus jeune buteur de L1, derrière un certain Kevin Mirallas.

Sébastien Pocognoli
21 ans – défenseur – AZ Alkmaar
Défenseur avec un bon apport offensif, il est très bon sur les coups de pied arrêtés. Déjà suivi par plusieurs clubs de L1.

Cette liste est loin d'être exhaustive : d'autres auraient pu y figurer et rien ne garantit que ceux-ci deviendront des joueurs extraordinaires. Mais le talent est là.



Avocate des Diables

Après les feux d'artifices pékinois, la Belgique a vite remis les pieds sur terre au vu du programme de qualification pour la Coupe du monde 2010: Estonie, Arménie, Bosnie-Herzégovine et surtout Turquie et Espagne sont au menu des Diables. Vandereycken sélectionne quelques-uns des Diablotins devenus Diables, et c'est une équipe nationale méconnaissable qui tient tête aux Turcs à Istanbul (1-1). Face à l'Espagne, si le score final se solde par un 1-2 en faveur des Ibères, toute la Belgique du foot vibre en voyant ses Diables retrouver leur allant, leur énergie, leur fougue parfois maladroite et leur hargne d'antan. Le match est serré et il faut un coup de génie d'Iniesta pour que l'Espagne l'emporte. Alors que quelques mois auparavant, personne n'aurait parié un centime sur une possible qualification belge, un peu d'espoir et surtout de fierté sont revenus au cœur des supporters noir-jaune-rouge.

Le renouveau belge se traduit également au niveau des clubs. La campagne européenne du Standard est plus qu'honorable: après avoir tenu tête à Liverpool pendant 210 minutes lors du tour préliminaire de la C1, les Liégeois ont successivement vaincu Everton, le FC Séville, le Partizan Belgrade et la Sampdoria en Coupe de l'UEFA. Le vivier de jeunes talents belges semble intéresser les recruteurs étrangers. Et si les instances, au lieu de contribuer à enflammer d'artificielles tensions communautaires (3), travaillent au bien de ses sportifs de haut niveau, peut-être la devise du pays pourrait-elle rester "L'union fait la force".


(1)
1990 : élimination en huitième de finale face à l'Angleterre
1994 : élimination en huitième de finale face à l'Allemagne
1998 : élimination au premier tour
2002 : élimination en huitième de finale face au Brésil
2006 : non qualifiés
(2) Deux titres de champion de Belgique et neuf récompenses individuelles dont le Soulier d'Or (meilleur joueur du championnat belge).
(3) L'Union belge de football a donné son feu vert à la scission du foot amateur entre Flamands et Wallons.
Partager

> déconnerie

Haircut 2001

> sur le même thème

Teenage kicks - Saison 2, Épisode 2

Le football d'ailleurs


Jérôme Duval
2020-03-04

Le football chilien, entre répression et rébellion

Supporters et joueurs se sont engagés dans le soulèvement insurrectionnel chilien, soutenant la contestation, et faisant face à la répression dans les stades et les rues. 


Matthieu Richard
2020-02-21

Une semaine de foot en Israël et Palestine

Trois stades, deux villes, plusieurs atmosphères. De Tel-Aviv à Jérusalem-Est, récit d'un visiteur en tribune. 


Guy Pichard
2020-02-08

Retour de flamme

Il y a un an, l'incendie du centre d'entraînement de Flamengo provoquait la mort de dix jeunes. Depuis, le club a connu une année sportive exceptionnelle… et laissé les familles des victimes à l'abandon. 


>> tous les épisodes du thème "Le football d'ailleurs"

Les brèves

Je crois que bon bon

"Laurent Blanc à Lyon, ça ne colle pas pour deux raisons" (foot01.com)

Aucun

"Euro U17 : qui sont les joueurs majeurs de l'équipe de France ?"

Autobiographie

"Ribéry : Des débuts fracassants." (lequipe.fr)

Ô Pep !

"Un pays africain rêve de Bruno Genesio !" (dailymercato.com)

Ruuuuuuuuuuuuuuuuuuud van Nistelrooy

"PSV Eindhoven : Ruud van Nistelrooy prolonge sur le banc des U19." (lequipe.fr)