auteur
Jérôme Latta

 

Chef d'espadrilles.


Du même auteur

> article suivant

Trente-cinq

> article précédent

Revue de Stress #30

> article précédent

Paris au rendez-vous

Comment la Ligue des champions a rétréci la coupe d’Europe

Une Balle dans le pied – Pour prendre la mesure de ce que la Ligue des champions a fait à la C1, le mieux est de la comparer avec sa devancière, la Coupe d'Europe des clubs champions au travers d'un indicateur majeur: leurs quarts de finalistes.

Partager

 

La création de la Ligue des champions, en 1992/93, a précipité le football dans l'ère du football-business en permettant la concentration du pouvoir économique – et sportif – au sein d'une élite de clubs et de pays. Ce basculement ne s'est pas tout à fait produit du jour au lendemain, notamment parce la compétition a connu plusieurs formules et modes de qualification au cours des années 90, mais aujourd'hui il est devenu pérenne. Pour en prendre la mesure, nous allons comparer ici la compétition actuelle avec celle qui l'a précédée, la Coupe d'Europe des clubs champions.

 

L'introduction en 1991/92 d'une phase de groupe (après deux tours à élimination directe) a en réalité précédé l'inauguration de l'appellation Ligue des champions. En faisant abstraction des ajustements géopolitiques des années 50 et 60, ainsi que des différentes modalités, jusqu'à aujourd'hui, des tours préliminaires, la succession des formules est la suivante.

 

Jusqu'en 1990/91
seizièmes de finale > huitièmes de finale > quarts de finale > demi-finales > finale
1991/92 – 1992/93
16e > 8e > 2 groupes de 4 > finale
1993/94
16e > 8e > 2 groupes de 4 > demi-finales > finale
1994/95 – 1996/97
4 groupes de 4 > quarts de finale > demi-finales > finale
1997/98 – 1998/99
6 groupes de 4 > quarts de finale > demi-finales > finale
1999/00 – 2002/03
8 groupes de 4 > 4 groupes de 4 > quarts de finale > demi-finales > finale
2003/04 – …
8 groupes de 4 > huitièmes de finale > quarts de finale > demi-finales > finale

 

L'introduction des phases de groupes a présenté plusieurs intérêts majeurs pour ses partisans (notamment le lobby des "grands" clubs, réunis à la fin des années 90 au sein du G14) : la multiplication du nombre de rencontres à diffuser, et l'assurance pour les clubs qualifiés d'en disputer un nombre minimum. Les groupes, en réduisant les aléas des matches à élimination directe, jouent surtout le rôle de "filtre" pour retenir les clubs les plus modestes et laisser passer les plus huppés.

 

Un objectif d'autant plus crucial que l'augmentation exponentielle des droits de diffusion de la compétition s'est accompagnée d'une redistribution calculée de manière à enrichir les clubs les plus riches. Lesquels s'y sont retrouvés plus nombreux, à partir de 1997/98, lorsque la Ligue des champions a usurpé son propre nom en y invitant les deuxièmes, puis troisièmes voire quatrièmes des principaux championnats. (…)

 

Lisez la suite, il y a des tas de graphiques aussi sexy et riches que celui-ci, en plus lisibles. 

 

 

Partager

> du même auteur

Un Pierre dans notre jardin

Les coupes européennes


Antoine Picardat
2019-09-16

Tentative de classement des "grands clubs" européens

On parle souvent de "grands clubs", mais comment mesurer cette taille? Proposition de méthode à partir des performances en C1, et résultats du classement.


Richard N
2019-05-30

Francis 1979, un million le but

Un jour un but – Le 30 mai 1979, Trevor Francis marque le seul but de la plus improbable des finales de la Coupe des clubs champions qui voit la victoire de Nottingham Forest sur Malmö FF.


Christophe Zemmour et Richard N
2019-05-06

Iniesta 2009, fucking grace

Un jour, un but – Le 6 mai 2009, au bout du bout de Chelsea-Barcelone, demi-finale retour de la C1, Andrés Iniesta trouve la lucarne de Petr Cech. Un but colossal et fondamental pour le club, pour lui et pour l’histoire récente du football.


>> tous les épisodes du thème "Les coupes européennes"


Les brèves

Je crois que bon bon

"Laurent Blanc à Lyon, ça ne colle pas pour deux raisons" (foot01.com)

Aucun

"Euro U17 : qui sont les joueurs majeurs de l'équipe de France ?"

Autobiographie

"Ribéry : Des débuts fracassants." (lequipe.fr)

Ô Pep !

"Un pays africain rêve de Bruno Genesio !" (dailymercato.com)

Ruuuuuuuuuuuuuuuuuuud van Nistelrooy

"PSV Eindhoven : Ruud van Nistelrooy prolonge sur le banc des U19." (lequipe.fr)