auteur
Gilles Juan

 

Footballeur du dimanche et philosophe de comptoir. @Gilles_Juan


Du même auteur

> article suivant

Club ou "institution" ?

> article précédent

La Gazette de la L1 : 32e journée

Et si Marquinhos avait marqué ?

Au terme d’un match d’une intensité insoutenable, Marquinhos envoie les Parisiens au paradis et renvoie Chelsea à ses illusions. Voici les notes du match, en données corrigées du score final.

Partager

 
Imaginons, si vous le voulez bien, qu’au terme du même match que celui qui s’est déroulé mardi, Petr Cech, masqué par ses défenseurs et surpris par la précise frappe enroulée de Marquinhos, n’a pu qu’effleurer le ballon, et que le Brésilien a envoyé le PSG en demies en marquant à la dernière minute du temps additionnel. [Rappel: "Comment L'Équipe note les joueurs"]


* * *

 

Salvatore Sirigu
Si les deux frappes qui ont frappé la barre avaient été cadrées, Sirigu les auraient-elles arrêtées aussi? On ne le saura jamais, et peu importe: tout (ou presque!) ce qui s’est approché de la ligne de but a été maîtrisé par le portier, aussi bon dans les sorties aériennes, les prises de balles, les réflexes que les relances.
7/10
 

Christophe Jallet
Parfois malmené, jamais décroché, le prétendu maillon faible du PSG a dans l’ensemble bien tenu la baraque. Il s’est permis de proposer quelques solutions en phase offensives, mais n’a guère su les exploiter.
5/10
 

Alex
Moins visible que son compère en défense centrale, il a tant bien que mal contenu le vif et combattif Samuel Eto’o, et s’est montré impérial dans les airs. Surmotivé et robuste, il a même su apporter le surnombre en fin de match!
6/10
 

Thiago Silva
L’image du capitaine prenant la parole au milieu de ses coéquipiers avant le début de la seconde mi-temps restera dans les annales. Meneur d’homme, vaillant défenseur, l’homme a été patron. Vous allez voir que Mourinho voudra le recruter cet été...
8/10
 

Maxwell
L’élégant défenseur, dans l’ensemble plus discret qu’au match aller, a eu l’occasion de plier le match en première mi-temps au terme d’une belle action collective, mais il n’a pas cadré sa frappe. Malheureux au marquage de Demba Ba sur le second but, il s’est bien rattrapé en choisissant la passe en retrait judicieuse pour Marquinhos, avec la réussite que l’on sait…
6/10
 

Thiago Motta
Toujours bien placé, faisant toujours les meilleurs choix, Motta aura écœuré les Londoniens tout au long des 180 minutes de ce quart de finale: au secours de sa défense dans les moments chauds, à l’initiative des offensives lorsque Paris possédait le ballon, il a été à la hauteur des espoirs placés en lui. Olé! comme l’ont crié les supporters qui avaient fait le déplacement à Stamford Bridge.
8/10
 

Marco Verratti
Laurent Blanc, qui connait la pression des matches à enjeu, a préservé son milieu de terrain d’une erreur traumatisante: on sentait que Marco allait faire le dribble de trop et que ça allait coûter cher. L’Italien doit apprendre à se canaliser.
4/10
Remplacé par un Cabaye qui n’a été discret qu’en apparence. D’ailleurs Cavani a failli marquer grâce à l’une de ses ouvertures.
(non noté)
 

Blaise Matuidi
Hyperactif, disponible, accrocheur: le Matuidi que l’on connait… peut-être moins en réussite que d’habitude, tout de même. Malgré quelques ballons perdus, il a globalement fait le job, et même un peu plus, en obtenant d’excellents coup francs.
6/10
 

Lucas
Virevoltant bien que conservant un peu la tête dans le guidon, Lucas a été généreux dans l’effort. Pas récompensé, il s’en tire quand même avec les hommages.
5/10
Remplacé par Marquinhos, entré (ironie du sort) pour tenir le 1-0 sans trop reculer... Coaching gagnant!
 

Ezequiel Lavezzi
Moins lumineux que lors de son extraordinaire match aller, il a néanmoins brillé dans d’autres registres que la finalisation: la disponibilité, le pressing, la rigueur tactique. Il a définitivement gagné le cœur des supporters parisiens.
7/10
Remplacé par Pastore, précieux dans la relance au moment le plus critique: il fallait absolument marquer mais garder son sang-froid pour s’appliquer. Mission accomplie.
 

Edinson Cavani
Injustement averti après un coup de Trafalgar de David Luiz, il a su rester dans le match et se montrer dangereux jusqu’à la dernière minute. Poison pour la défense, il a gratifié les téléspectateurs de deux extraordinaires contrôles orientés en pleine course, avant que ses frappes audacieuses du gauche ne manquent malheureusement le cadre de quelques centimètres. Frustrant.
6/10

 

En réalité, Chelsea a donc éliminé le Paris SG, et telles ont été (par exemple) les notes de L'Équipe.

 

 

Partager

> sur le même thème

Chelsea-PSG : patience et trahison

> du même auteur

Juventus, logo drama

Le jeu, les joueurs, les entraîneurs


Christophe Zemmour
2020-06-30

Totti 2000, le grand numéro

[rétro Euro 2000 • 4/5] Il y a vingt ans, le jeune Francesco Totti réalisait son meilleur tournoi sous le maillot de la sélection italienne. 


Richard N
2020-06-23

Figo 2000, un ballon en or

[rétro Euro 2000 • 3/5] Un jour, un but – Le 12 juin 2000, Luis Figo décoche une frappe limpide qui remet le Portugal dans le bon sens. 


Christophe Zemmour
2020-06-22

Toldo 2000, un Euro pour la vie

[rétro Euro 2000 • 2/5] L’Euro 2000 révèle un gardien méconnu, titulaire de dernière minute dans les cages italiennes. Francesco Toldo deviendra un héros à l’italienne. 


>> tous les épisodes du thème "Le jeu, les joueurs, les entraîneurs"

Les brèves

Je crois que bon bon

"Laurent Blanc à Lyon, ça ne colle pas pour deux raisons" (foot01.com)

Aucun

"Euro U17 : qui sont les joueurs majeurs de l'équipe de France ?"

Autobiographie

"Ribéry : Des débuts fracassants." (lequipe.fr)

Ô Pep !

"Un pays africain rêve de Bruno Genesio !" (dailymercato.com)

Ruuuuuuuuuuuuuuuuuuud van Nistelrooy

"PSV Eindhoven : Ruud van Nistelrooy prolonge sur le banc des U19." (lequipe.fr)