auteur
Rabbi Jacob

Du même auteur

> article suivant

La place de San Marco

> article précédent

In Bed With le PSG : S. A.

> article précédent

Monaco, la nouvelle ère a commencé

Caen : jamais loin de l'ascenseur

Highway to L1 – Roi du suspens, le Stade Malherbe garde le doigt sur le bouton en espérant refaire un tour à l'étage supérieur.

Partager

 

À neuf journées de la fin, rien n’est encore joué en tête d'une Ligue 2 qui, pour une fois, voit les favoris répondre présent. Présentation des prétendants au travers de quelques hommes fondamentaux dans la bonne saison de leur club, et susceptibles de (re)connaître la Ligue 1 la saison prochaine [1]. Aujourd'hui, le Stade Malherbe Caen (3e, 51 points, +19).


*  *  *
 


Quelle autre équipe peut se vanter de vivre autant de fins de saison à enjeu depuis une dizaine d'années? Le Stade Malherbe Caen incarne à merveille la Ligue 1,5 et cette année encore, ses fidèles supporters vibreront probablement jusqu'au dernier match avant de savoir à quel niveau joueront les Rouge et Bleu la saison prochaine. Si les Normands sont encore dans la course, ils le doivent à une politique de changement dans la continuité que n'aurait pas renié ce bon vieux Jojo Pompidou.


Le taulier : Jérémy Sorbon

Si le Stade Malherbe Caen est aujourd'hui en course pour une énième remontée, elle le doit en grande partie à une assise défensive peu vue depuis longtemps. Capitaine et patron de défense, le natif d'Hérouville-Saint-Clair réussit régulièrement cette saison des performances de haut niveau. Associé en défense centrale au jeune Molla Wagué ou à l'expérimenté Jean-Jacques Pierre, il est toujours un combattant redoutable en un-contre-un et semble avoir amélioré ses relances, tout en montrant une grande concentration – lui qui a parfois brillé dans l'art de la boulette.
 


(photo : smcaen.fr)


Jérém' n'a pas encore trente ans mais semble faire partie du décor depuis des lustres. Formé au club, il débute en professionnel en 2005 et a enquillé depuis près de 250 matches. Parfois écarté ou replacé à droite, parfois approché par d'autres clubs, connaissant trois descentes et deux montées, il est toujours resté fidèle aux couleurs caennaises. Ajoutez à cela une mentalité irréprochable, un calme olympien et des déclarations empreintes de recul et d'humour, vous comprendrez que la prochaine campagne pour le prochain Ballon d'Eau fraîche est déjà bien lancée.
 

À ce propos, il faut également souligner la transmission en douceur du brassard, hérité de son ami Nicolas Seube, qui avait sans doute besoin de redevenir un simple soldat pour mieux servir le club. Mais ces deux-là sont toujours en première ligne pour montrer l'exemple, mouiller le maillot et donner l'espoir aux supporters de fêter parmi l'élite le centenaire du club, à l'automne prochain.  
 

 

Le buteur : Mathieu Duhamel

Symbole d'une politique de recrutement axée sur des joueurs rompus aux joutes de la Ligue 2, Mathieu Duhamel a rapidement fait ce qu'on attendait de lui: prendre les espaces, peser sur les défenses et marquer. Son style de déménageur, épaules rondes et jambes arquées, et son caractère de battant un tantinet gueulard ont rapidement séduit du côté de d'Ornano, en particulier les nostalgiques de Lilian Compan.
 

Natif de Haute-Normandie, il a connu une éclosion tardive et a écumé les terrains de CFA et de National avant de se révéler comme buteur au niveau supérieur. C'est à Metz – oui, à Metz, nous parlons bien de football – qu'il a véritablement fait étalage de son talent, mais également de son tempérament ces deux dernières saisons.
 

À l'approche du sprint final, le bilan chiffré de MD7 reste néanmoins perfectible. On peut en grande partie l'expliquer par l'organisation tactique, qui fait de lui le seul véritable attaquant de pointe, régulièrement confrontés aux paires de molosses fort répandues dans les charnières de l'antichambre de la L1. D'une manière générale, si Caen est cette saison très bien en place défensivement, son animation offensive et son niveau technique sont clairement à améliorer. Si l'on en reste à ses performances individuelles, on peut également souligner un certain nombre de croquages nets d'occasions devant le but, où l'avant-centre ne peut s'en prendre qu'à lui-même.
 

Mathieu Duhamel est venu à Caen pour jouer la montée et connaître le droit de prouver quelque chose dans la cour des grands. Il s'agit maintenant, pour lui, de franchir le palier en même temps que son club.
 

> Son but contre Nantes (1-2).  
 

 

L'entraîneur : Patrice Garande

Troisième meilleur buteur de l'histoire de l'AJ Auxerre, champion olympique à Los Angeles et buteur adulé à Geoffroy-Guichard, Patrice Garande a connu une maturation lente dans sa carrière d'entraîneur. Arrivé à Caen dès 1995 comme adjoint de Pierre Mankowski, il continue son parcours du côté de Cherbourg avant de devenir l'adjoint et le prête-nom officiel de Franck Dumas ces dernières années.

 

 


(photo : smcaen.fr)

Quand ce dernier quitte le club à l'intersaison, l'éternel second peut enfin saisir l'occasion de passer au premier rang. Il marque sa prise de fonction par une rupture nette en termes de style, en imprégnant une grande rigueur dans l'approche tactique et dans l'implication mentale et physique des joueurs. Le groupe formé d'historiques du club, de jeunes pousses et de recrues expérimentées adhère et répond par des résultats.
 

Face aux caméras, le commissaire Garande, beau quinquagénaire à la voix grave et au blouson de cuir râpé, impose le respect et son style tout en autorité naturelle, en exigence et en franchise. Sa compétence, sa rigueur et son amour du club s'imposent comme des évidences et l'on en vient à se demander pourquoi il n'a pas eu sa chance plus tôt, et à imaginer un long bail en rouge et bleu.
 

Partager

> sur le même thème

Nantes à la sauce Der Zak

Les clubs et les équipes


Richard N
2020-03-29

FC Nantes 1995, le grand tourbillon

Les grandes équipes – Donné pour mort trois ans plus tôt, le FC Nantes réalise une saison exceptionnelle. Une réussite portée par la formation et un projet de jeu sans recrutement ni vedettariat. 


Richard N et Christophe Zemmour
2020-03-21

United 1995 : une saison rouge et sèche

En 1995, au beau milieu de sa mainmise sur le football anglais, Manchester United rate complètement sa saison 1994/95: l'équipe d’Alex Ferguson termine deuxième. 


Hugo Hélin
2020-02-17

OL : sans colonne vertébrale, c'est dur de marcher

Visualisation – Onzième de Ligue 1, l'OL a peu de certitudes dans le jeu. Et cela se voit dans les temps de jeu de sa première partie de saison. 


>> tous les épisodes du thème "Les clubs et les équipes"

Le forum

Café : "Au petit Marseillais"

aujourd'hui à 07h32 - Tonton Danijel : Les messages de condoléances sur Twitter de Jean-Michel Aulas et du PSG font chaud au coeur. >>


Observatoire du journalisme sportif

aujourd'hui à 05h47 - Lucho Gonzealaise : Metzallica31/03/2020 à 17h24--------Je pense que ton postulat de départ n'est pas bon, on parle... >>


Toujours Bleus

aujourd'hui à 02h23 - Milan de solitude : Décidément, c'est Petit Bateau qui te remercie. >>


Foot et politique

aujourd'hui à 01h54 - Tricky : Hmmm, je ne dis pas que c’est ce qu’il faudrait faire, mais ça a pas mal marché sur Microsoft... >>


En rouge et noir !

aujourd'hui à 00h34 - rougénoir : La saison ne verra pas son terme à cause du convinement ! A votre santé ! >>


CDF sound system

aujourd'hui à 00h33 - leo : Je viens de m'inscrire et de voir la liste complète et... y'a pas de jazz ou presque.Korn, Deep... >>


Feuilles de match et feuilles de maîtres

31/03/2020 à 23h33 - Utaka Souley : Balthazaraujourd'hui à 17h14Utaka Souleyaujourd'hui à 17h06D'ailleurs, El-leu n'a, comme tu dis,... >>


Présentons-nous...

31/03/2020 à 23h00 - Balthazar : Bienvenue Gérard! Joli pseudo. >>


Scapulaire conditionné

31/03/2020 à 22h54 - Gérard Scolaire : Bonjour camarades cofilaires,je passe dire bonjour en coup de vent (en mettant les patins, on n'est... >>


L'Atelier du Diaporama

31/03/2020 à 22h50 - Tonton Danijel : La rédac avait fait un best of en hommage à Loulou Nicollin, peut-être pourrait-elle faire de... >>


Les brèves

Je crois que bon bon

"Laurent Blanc à Lyon, ça ne colle pas pour deux raisons" (foot01.com)

Aucun

"Euro U17 : qui sont les joueurs majeurs de l'équipe de France ?"

Autobiographie

"Ribéry : Des débuts fracassants." (lequipe.fr)

Ô Pep !

"Un pays africain rêve de Bruno Genesio !" (dailymercato.com)

Ruuuuuuuuuuuuuuuuuuud van Nistelrooy

"PSV Eindhoven : Ruud van Nistelrooy prolonge sur le banc des U19." (lequipe.fr)