auteur
Pierre Martini

Du même auteur

> déconnerie

HBA, le BHL du futur

> article précédent

La Ruhr de la fortune

Bleus : une charnière à coulisse

Sept joueurs et huit associations différentes se sont succédé pour former l'axe de la défense de Santini… Étude de cas et tableaux en couleurs sur le seul secteur de l'équipe de France encore très incertain.
Partager
Si le schéma tactique à partir duquel Jacques Santini travaillera jusqu'à l'Euro ne fait plus de doute, si la hiérarchie est assez clairement établie concernant tous les postes (à l'exception de celui de milieu offensif droit pour lequel Pires et Wiltord sont très proches l'un de l'autre), c'est la défense centrale des Bleus qui suscite encore le plus d'interrogations. Depuis sa prise de fonction, les indisponibilités — en particulier celles de Desailly, Silvestre et Gallas — ont obligé le sélectionneur à un important turnover. Reconduit dans ses fonctions de capitaine au terme de la controverse de l'été 2002, Desailly est en principe un titulaire indiscutable. Mais des blessures à répétition — plus que les doutes fréquemment mais assez injustement évoqués sur son niveau — laissent planer un doute sur sa présence en juin au Portugal, et obligent Santini à envisager des alternatives. Et là où les solutions de remplacement sont assez limpides concernant par exemple les milieux récupérateurs (Vieira, Makelele, Dacourt et Pedretti étant relativement interchangeables, sans remettre en cause l'équilibre de l'équipe), les options sont plus nombreuses et plus compliquées à gérer pour les défenseurs centraux. D'abord parce que les choix dans ce domaine impactent l'ensemble de la défense et ont une influence sur la désignation des latéraux. Ensuite parce que les associations sont moins évidentes, les complémentarités plus incertaines. Desailly-Gallas en premier choix Le premier tableau ci-dessous récapitule les titularisations dans l'axe de la défense depuis septembre 2002 — nous avons exclu de cette étude le Tunisie-France d'août 2002, premier match de Santini à l'occasion duquel il avait testé une défense à trois restée sans lendemain (Silvestre-Christanval-Thuram). Il faut noter qu'en compétition, aucun remplacement n'a eu lieu en cours de match à ces postes (1).

En dix-huit matches, huit charnières différentes ont été alignées. Chronologiquement, on voit que le sélectionneur a d'abord privilégié la paire Desailly-Gallas (quatre matches consécutifs), avant d'offrir deux chances à Silvestre-Gallas au printemps 2003, en raison de l'absence de Desailly. Le premier tour de la Coupe des confédérations a été l'occasion de quelques expérimentations avec Mexès et Boumsong, le duo Desailly-Gallas effectuant son retour en demi-finale et en finale — un autre indice de la priorité donnée initialement aux Blues de Chelsea. Thuram en dernière extrémité Le début de la saison 2003/2004 donne lieu à des innovations: Gallas étant blessé, Santini fait appel à Silvestre et Desailly pour trois matches, avant que le genou du premier et la hanche du premier ne l'incitent à recentrer Thuram avec Boumsong contre Israël, puis avec Silvestre, rétabli, en Allemagne. C'est plutôt une surprise, car le Turinois semblait durablement reparti pour un nouveau bail à droite de la défense… Mais Santini pouvait-il faire autrement sachant qu'aucune des six charnières déjà testées ne pouvait être alignée, puisque toutes comprenaient Gallas et/ou Desailly? Thuram n'ayant pas fait des étincelles dans l'axe (ce qui est compréhensible compte tenu du peu de temps qui lui a été laissé), il est probable que le sélectionneur n'aura recours à lui qu'en cas d'absences cumulées et en valorisant son expérience (en particulier si Desailly est indisponible). Silvestre, une cote ascendante Le bilan global confirme le net ascendant de la paire Desailly-Gallas, qui a disputé sept rencontres, à chaque fois que les deux joueurs étaient disponibles (à l'exception des matches de poule de la CdC). Mais chronologiquement, la charnière Silvestre-Desailly semble avoir marqué des points avec trois victoires sans buts encaissés, alors que l'autre a le désavantage d'avoir encaissé deux fois deux buts, face aux Tchèques et aux Turcs... Le deuxième tableau ci-dessous, qui fait un bilan individuel, indique le changement de statut de Silvestre, d'abord employé comme latéral (mais là encore, la blessure de Lizarazu a eu son influence), puis recentré lors de quatre des cinq derniers matches des Bleus. Avec six matches disputés au total comme défenseur central, Il arrive loin devant les autres en troisième position. Mais n'est-il encore qu'un second choix? Après avoir beaucoup navigué entre l'axe et le couloir (avec des positionnements en club et en sélection souvent contradictoires), Silvestre a-t-il réussi à mettre d'accord Ferguson et Santini en obtenant d'eux qu'ils le fassent jouer à son poste de prédilection? Deux bémols cependant : d'abord, au contraire de Gallas ou Mexès (mais comme Boumsong), Silvestre oblige Desailly à jouer sur à droite de l'axe, ce qui n'est pas le côté de prédilection du champion du monde. Ensuite, Santini peut continuer de privilégier l'emploi de Silvestre comme suppléant de Lizarazu, emploi dans lequel il a fait ses preuves et qu'il a occupé à six reprises durant la période considérée...

En définitive, le pronostic reste favorable à la charnière Desailly-Gallas, même si le second semble avoir un peu été oublié par les médias spécialisés ces derniers temps. Pour changer la donne, il faudrait que les circonstances offrent à Silvestre la possibilité de s'affirmer un peu plus comme le complément idéal de Desailly, ou plus simplement que Santini confirme son option de la fin de l'été. Mais comme lors de cette première partie du mandat de Santini, ce sont les aléas physiques qui risquent d'être les plus déterminants dans les mois à venir. "Si ça continue comme ça, déclarait Silvestre à L'Équipe, on ne sera peut-être pas fixé avant le premier match de l'Euro". Au moins, quel que soit le personnel disponible en juin, le sélectionneur bénéficiera-t-il d'un maximum d'informations sur les différentes possibilités qui s'offrent à lui… (1) Signalons tout de même que Mexès a disputé l'intégralité de la seconde période de France-Yougoslavie (se substituant à Desailly au côté de Gallas).
Partager

> sur le même thème

La prime en direct

Le jeu, les joueurs, les entraîneurs


Jérôme Latta
2020-08-06

Anelka, trop bien compris

Une Balle dans le pied - Le documentaire de Netflix Anelka, l’incompris est un autoportrait trop complaisant pour ne pas passer à côté de son sujet. 


Jérôme Latta
2020-07-29

Revoir Guadalajara

Une Balle dans le pied – Qu’est-ce qui fait le mythe d’un match comme France-Brésil 1986, faut-il sortir de la légende du football une rencontre qui y est entrée, que peut-il en rester ?

 


Christophe Zemmour
2020-06-30

Totti 2000, le grand numéro

[rétro Euro 2000 • 4/5] Il y a vingt ans, le jeune Francesco Totti réalisait son meilleur tournoi sous le maillot de la sélection italienne. 


>> tous les épisodes du thème "Le jeu, les joueurs, les entraîneurs"

Le forum

Foot et politique

aujourd'hui à 02h31 - Tricky : Bah, tout de même, Luis, il y a quand même deux trois éléments discutables outre l’accusation... >>


Scapulaire conditionné

aujourd'hui à 01h41 - Gérard Scolaire : Pas de fausse modestie. On peut même dire que Briand a déjà marqué 100 buts de plus que le roi... >>


Les Princes de Louis II

aujourd'hui à 01h05 - Le Meilleur est le Pires : J'espère que la Coupe de France reste l'objectif #1.Pas vu le match, semblerait qu'on ait besoin... >>


Y a pas que le foot à Auteuil !

aujourd'hui à 01h03 - Le Meilleur est le Pires : Label Deschamps25/10/2020 à 19h06Humbert est basque, non ?Non.Il remporte ses premiers ATP 250... >>


Aux Niçois qui manigancent

aujourd'hui à 00h49 - lyes : L'action du but est vraiment sympa, jolie combinaise mais ce qui fait la différence c'est la... >>


Gerland à la détente

aujourd'hui à 00h37 - impoli gone : Alors l'enseignement de la soirée, c'est qu'avec ce 433 et ces joueurs, on est vraiment très... >>


Observatoire du journalisme sportif

25/10/2020 à 22h30 - balashov22 : C'est donc ma mémoire qui me joue des tours. Mais c'est vrai que c'est bien son style... >>


Premier League et foot anglais

25/10/2020 à 22h16 - Özil paradisiaque : Perdre contre Liverpool à Anfield et City à Manchester. C’est dommage, mais ok, a priori, on... >>


Au tour du ballon ovale

25/10/2020 à 20h51 - Pascal Amateur : En tout cas, contre le rugby à XV, Mev réhabilite le rugby à cèpes. Bon appétit (veinard) ! >>


En Vert et contre tout

25/10/2020 à 20h31 - OhVertige : a force de leur répéter qu'il faut être généreux dans l'effort, voilà le résultat !M'enfin ! >>


Les brèves

Je crois que bon bon

"Laurent Blanc à Lyon, ça ne colle pas pour deux raisons" (foot01.com)

Aucun

"Euro U17 : qui sont les joueurs majeurs de l'équipe de France ?"

Autobiographie

"Ribéry : Des débuts fracassants." (lequipe.fr)

Ô Pep !

"Un pays africain rêve de Bruno Genesio !" (dailymercato.com)

Ruuuuuuuuuuuuuuuuuuud van Nistelrooy

"PSV Eindhoven : Ruud van Nistelrooy prolonge sur le banc des U19." (lequipe.fr)