En vous connectant, vous certifiez n'avoir jamais trompé votre club favori. Attention à ne pas confondre vos minuscules et vos majuscules.
Vous avez oublié votre mot de passe ?
Inscription
Vous avez oublié votre mot de passe ? Il reste un espoir ! Saisissez votre adresse e-mail ; nous vous enverrons un nouveau mot de passe. Cette procédure est quasiment gratuite : elle ne vous coûtera qu'un clic humiliant.
Nous vous avons envoyé un email sur votre adresse, merci d'y jeter un oeil !

CONDITIONS D'INSCRIPTION :

1. Vous devez nous adresser, via le formulaire ci-dessous, un texte (format .txt inférieur à 100 ko) en rapport avec le football, dont la forme est libre : explication de votre passion, anecdote, aventure, souvenir, essai, commentaire composé, portrait, autobiographie, apologie, réquisitoire, etc. Vous serez ensuite informés de la validation de votre inscription par mail. Les meilleurs textes seront mis en ligne sur le Forum.

2. Nous ne disposons pas d'assez de temps pour justifier les retards d'inscription ou les non-inscriptions, et ne pouvons pas nous engager à suivre une éventuelle correspondance à ce sujet. Merci de votre compréhension.

Nous avons bien reçu votre candidature, on y jette un oeil dès que possible. Merci !

Taquetique du tic au tac

Imaginez, tentez, élaborez, surprenez... Décortiquez les schémas d'aujourd'hui et anticipez les plans de jeu de l'avenir!

  • Alexis le 20/07/2018 à 09h13
    ce débat est très complexe dans la mesure ou la notion de "beau" s'arrange de chacune de nos sensibilités. Et plus encore parce que l'exploit sportif (souvent gage de sensations fortes, d'émotions) ne garantit pas cette beauté.

    Il n'est pas rare que nous disions d'un match que c'en était un beau parce qu'il proposait de l'intensité, une forme de suspense, une u deux actions de qualité. Mais aura-t-il proposé pour autant du beau jeu ? Pas forcément. On peut voir des beaux matchs à St Symphorien pourtant personne ne me tiendra rigueur de penser que la qualité du jeu n'a plus pris le chemin de ce stade depuis des lustres.

    De mon point de vue, l'esthétisme d'un sport collectif et du foot en particulier, tient dans la qualité de la coordination du collectif, et plus particulièrement phase offensive. Peu importe le plan de jeu. Une attaque rapide peut être tout aussi élégante qu'une action qui connaît son terme au bout d'une longue séquence de possession : le deuxième but de Mbappé contre l'Argentine est un régal de coordination collective, de justesse technique, d'intelligence des choix. C'est ce que j'aime par dessus tout : rendre simple et fluide ce qui est difficile (création d'espace, courir dans le bon tempo au bon moment, se déplacer en fonction du triple paramètre adversaire/ballon/coéquipier...).

    Selon m

  • Alexis le 20/07/2018 à 09h25
    ce débat est très complexe dans la mesure ou la notion de "beau" s'arrange de chacune de nos sensibilités. Et plus encore parce que l'exploit sportif (souvent gage de sensations fortes, d'émotions) ne garantit pas cette beauté.

    Il n'est pas rare que nous disions d'un match que c'en était un beau parce qu'il proposait de l'intensité, une forme de suspense, une u deux actions de qualité. Mais aura-t-il proposé pour autant du beau jeu ? Pas forcément. On peut voir des beaux matchs à St Symphorien pourtant personne ne me tiendra rigueur de penser que la qualité du jeu n'a plus pris le chemin de ce stade depuis des lustres.

    De mon point de vue, l'esthétisme d'un sport collectif et du foot en particulier, tient dans la qualité de la coordination du collectif, et plus particulièrement phase offensive. Peu importe le plan de jeu. Une attaque rapide peut être tout aussi élégante qu'une action qui connaît son terme au bout d'une longue séquence de possession : le deuxième but de Mbappé contre l'Argentine est un régal de coordination collective, de justesse technique, d'intelligence des choix. C'est ce que j'aime par dessus tout : rendre simple et fluide ce qui est difficile (création d'espace, courir dans le bon tempo au bon moment, se déplacer en fonction du triple paramètre adversaire/ballon/coéquipier...).

    Selon ma sensibilité, donc, la France a par moment joué un beau jeu. Mais par moment seulement, probablement car les automatismes entre ces gars ne pouvaient donner davantage régularité dans la bonne réalisation des sorties de balle.

    Toutes les bonnes raisons de renvoyer les mauvais perdants à leurs faiblesses ont été avancées ici. Mais j'aimerais compléter en précisant que je pense, paradoxalement (ou pas), que le choix stratégique de Deschamps est d'abord un choix offensif. J'imagine aisément que sa réflexion s'est portée sur le meilleur moyen d'exploiter ses principales armes offensives (Grizeman et Mbappé). Or, une défense très basse offre des espaces à Mbappé et place le second dans les conditions de jeu qu'il maîtrise à la perfection pour les côtoyer toute l'année en club. En alliant la finesse de jeu et la justesse de Grizeman sur les sorties de balle à la technique en mouvement de Mbappé et sa (déjà) science des appels, il a trouvé la bonne formule, la preuve en est l'efficacité des Bleus.

    Pour finir, un petit mot sur le jeu de possession qui a en effet été dévoyé par beaucoup depuis Guardiola. Car ce qui en faisait le sel et la beauté, était sa manière d'attaquer le but adverse. Pas la tenue de balle au milieu de terrain lors des phases de préparation. Les nombreuses vidéos disponibles compilant les buts du Barça de cette époque sont des joyaux en ce sens : le jeu de possession de cette équipe l'amenait à construire des attaques d'une rare complexité apparente mais à base de gestes très simples, à très haute vitesse, mêlant multiples courses croisées, appels/contre-appels, dédoublements, jeu en triangle, appuis-remise dans des petits espaces, le tout souvent valorisé par une passe d'une précision diabolique que personne n'avait imaginé à cet instant (mis à part le joueur qui l'effectue donc). Cette symphonie collective dans les 30 derniers mètres était sa grande force, à la fois esthétique et en termes d'efficacité.

    (désolé pour les morceaux post qui traînent...)

  • Belmondo Bizarro le 08/08/2018 à 15h35
    Belmondo Bizarro
    19/07/2018 à 20h01

    D'ailleurs, en regardant des stats, j'ai l'impression qu'on pourrait mesurer la définition "guardiolesque" de beau jeu (post qui devrait peut-être aller sur le fil Stat)
    ---

    The Ringer propose donc un moyen de classer les équipes "regardables" ce qui revient à quantifier le beau jeu:

    "Quelle était l'équipe la plus fun à regarder la saison dernière ? Qui a eu le style le plus ennuyeux tout en gagnant ses matchs ? [...] Si votre intuition vous fait répondre Barcelone et Burnley, vous avez raison, et nous avons les chiffres pour le prouver."

    The Ringer décide de juger la "regardabilité" d'une équipe par son attitude proactive (avec ou sans le ballon), ce sont donc bien les intentions de jeu, et leur effectivité, qui sont jugées, en mesurant:
    - les dribbles (réussis ou non, partant du principe que la tentative est plus importante que le succès pour prendre du plaisir à regarder)
    - les passes réussies dans la surface adverse pour mesurer la dangerosité de la possession
    - le nombre de passes avant une tentative de récupération de la balle pour mesurer l'intensité du pressing
    - et, bien sûr, les expected goals.

    Cette somme de stats permet de définir le big 5 des équipes les plus sexy d'Europe: Barcelone, PSG, City, Real, Bayern. Oh ? Ca correspond exactement aux meilleures attaques, et en partie aux plus fortes possession. Mais également aux équipes les plus dominantes dans leur championnat, ce qui montre également que le plus important, ce n'est pas tant la façon dont on veut jouer, que la façon dont on réussit à jouer.

    Toutes les infos ici: lien

    Et pour revenir au cas de la France, on peut essayer d'appliquer ces stats pour la coupe du monde.

    La France se place au dessus de la moyenne en termes de dribbles, mais en dessous de la Croatie, de la Belgique, du Brésil ou l'Argentine.

    Pour les passes réussies dans la surface, la Croatie et le Brésil sont en tête, mais la France se défend bien, avec des chiffres similaires à la Belgique sur un match, et supérieurs sur leur confrontation.

    Le nombre de passes avant une récupération est évidemment élevé pour la France compte tenu de sa tactique et de son pressing intermittent.

    Quant aux xG, la France a souvent surperformé (sauf contre la Belgique), mais c'est le cas de beaucoup d'équipes, sauf le Brésil. Ces derniers sont donc en tête, suivis de la Croatie, et de la France.

    Bref, la France n'a pas été l'équipe la plus belle (à vue de nez, la Croatie coche plus de cases), mais à regarder les stats, peu d'équipes peuvent prétendre à être plus haut dans le classement, alors que certaines, arrivés assez loin, sont les Burnley de la CdM (Russie et Suède notamment).

  • Lucho Gonzealaise le 03/11/2018 à 17h46
    Est-ce que les dé-managers se sont déjà penchés, à l'écrit ou en audio, sur ce que j'appellerai la "stratégie Fellaini" ? Depuis très longtemps, il n'était pas rare de voir des milieux défensifs/relayeurs de grande taille se projeter et jouer quasiment deuxième attaquant pour faire profiter de leur qualité dans le jeu aérien, mais plutôt dans des périodes de match où leur équipe poussait pour marquer/égaliser.

    Mais là j'ai l'impression que cette tactique s'est démocratisée sur l'ensemble du match et pas seulement sur des périodes données. On l'a vu avec la Belgique et Fellaini, Angers le fait avec Ndoye, Bordeaux parfois avec Sankharé. Du coup, qu'est-ce que ça implique comme adaptation défensive pour l'équipe adverse ? Et comme adaptation à la perte de balle pour l'équipe qui utilise cette tactique ?