Le cable réseau du serveur étant presque saturé, merci de ne vous connecter qu'en cas d'absolue nécessité de vous amuser. Attention à ne pas confondre vos minuscules et vos majuscules.
Vous avez oublié votre mot de passe ?
Inscription
Vous avez oublié votre mot de passe ? Il reste un espoir ! Saisissez votre adresse e-mail ; nous vous enverrons un nouveau mot de passe. Cette procédure est quasiment gratuite : elle ne vous coûtera qu'un clic humiliant.
Nous vous avons envoyé un email sur votre adresse, merci d'y jeter un oeil !

CONDITIONS D'INSCRIPTION :

1. Vous devez nous adresser, via le formulaire ci-dessous, un texte (format .txt inférieur à 100 ko) en rapport avec le football, dont la forme est libre : explication de votre passion, anecdote, aventure, souvenir, essai, commentaire composé, portrait, autobiographie, apologie, réquisitoire, etc. Vous serez ensuite informés de la validation de votre inscription par mail. Les meilleurs textes seront mis en ligne sur le Forum.

2. Nous ne disposons pas d'assez de temps pour justifier les retards d'inscription ou les non-inscriptions, et ne pouvons pas nous engager à suivre une éventuelle correspondance à ce sujet. Merci de votre compréhension.

Nous avons bien reçu votre candidature, on y jette un oeil dès que possible. Merci !

Premier League et foot anglais

Le rendez-vous des amateurs du foot venu d'Angleterre, qui sent la sueur de pub et la bière chaude.

  • Mangeur Vasqué le 19/10/2021 à 23h19
    Ouais et d'ailleurs à ce propos je recommande le livre de Reni Eddo-Lodge ( lien), "Why I'm No Longer Talking to White People About Race" (2017), lien.

    Ce propos pour rappel étant une forte hypocrisie et déni portant sur le niveau réel du racisme-xéno & préjugés, cette difficulté qu'ont les Britanniques à discuter ouvertement de ce problème qui existe ici de manière prégnante.

    Comme je l'écrivais la semaine dernière, y'a quand même toujours un max de gens qui pensent que c'est une tare réservée aux pays outre-Manche, du Continent,souvent estampillés racistes, avec comme obstacle principal pour les Britanniques (sans vouloir trop caricaturer ou catégoriser on parle donc ici surtout de gens de droite, donc la majorité, on parle des progressophes and co mais ça touche aussi la bien-pensance, et la grosse frange travailliste pro-Brexit de gauche, surnommée les "Lexiters") la prévalence de cette réputation inoxydable de grande tolérance etc. – en partie savamment façonnée par les politiciens & médias britanniques d'abord, puis médias internationaux ensuite, sur une iconographie forte et des clichés accumulés au fil des décennies, et une réputation dont le disque dur fut dûment rebooté fin années 1990 par l'ère "Cool Britannia" (débuts euphoriques du Blairisme) qui donc venait après, et tranchait avec, presque deux décennies de gvts conservateurs qui ternirent cette réputation.

  • AKK, rends tes sets le 20/10/2021 à 01h48
    C'est cool de te lire MV.
    J'ai une question de néophyte sur un de tes précédents messages :
    Quelle est la différence entre un pub et un débit de boisson ? Et qu'est-ce qui définit « un pub » à l'anglaise ? (Par rapport à un bar ou un PMU en France)

  • Eric Sikh Aura le 20/10/2021 à 04h42
    Je ne suis pas autant spécialiste que les angliches du forum mais je me suis pas mal baladé au R-U (d'ailleurs je suis passé par le Northumberland à vélo, c'est très sympa comme coin)
    Pour moi, le pub est plus proche d'un restau bistrot dans la campagne française, celui qui fait un peu tout : boissons, nourriture et social :)
    Je ne sais pas si c'est toujours le cas, mais les pubs avaient gardé leur ancrage dans la communauté qu'on aurait trouvé dans un bistrot des années 60 en France

  • khwezi le 20/10/2021 à 15h31
    A proper send off: au revoir Steve Bruce, et - apparemment - à jamais.

    Steve Bruce vient de quitter Newcastle, par "consentement mutuel", c'est à dire suite à une décision de la nouvelle direction mutuellement d'accord avec le nouveau propriétaire. Lorsque la nouvelle est rendue publique, il accorde une interview au Telegraph: "I think that might be my last job".

    Faut le comprendre, c'est pas rien: Steve est Geordie de naissance, Geordie de coeur, et le management de Newcastle devait être le firmament de sa carrière managériale. Quoiqu'il en dise maintenant. Petit retour sur la carrière de Steve Bruce, qui mérite quelques highlights, car elle fut largement moins ennuyeuse que le football de ses équipes.

    Steve Bruce, The Last Kick'n Rush Romantic.

    Geordie, donc, natif de Corbridge, 20 miles de Newcastle, Northumberland. Prometteur sans génie, milieu de terrain, recalé par les academies et les équipes premières. Eclosion tardive après quelques années en D3, il arrive à 24 ans à Norwich, ou il va gagner la coupe de la ligue pour sa découverte de l'élite, et rester trois saisons avant de rejoindre Manchester United. recruté par un Alex Ferguson qui n'est pas encore Sir, et commence seulement à bâtir son équipe pour le futur. Et Steve en fera partie, il sera même capitaine d'une équipe de United qui fera le doublé Coupe Championnat. Ce qui n'est qu'une petite partie de son palmarès de joueur avec Manchester United, qu'il quittera à l'issue de la saison 97/98 pour partir gentillement vers la retraite sportive à Birmingham, puis à Sheffield ou le rideau va tomber et ou il commencera sa nouvelle carrière d'entraineur.

    Anecdote interéssante: Steve Bruce quitte Birmingham à cause d'un conflit ouvert avec son manager sous pression qui le met sur le banc alors que lui même tente d'oeuvrer en coulisse pour devenir entraineur joueur et faire limoger son rival d'alors (Trevor Francis).

    Bref, il voulait être entraineur, et le sera, essentiellement en D2 (First Division au départ, Championship ensuite) avec quelques incursions au cours des deux dernières décennies, en Premier League, Birmingham de 2002 à 2006, ensuite Wigan ou il remplacera le manager viré au cours de la saison 2007 / 2008, et ou il restera 18 mois, avant de partir... pour Sunderland, le rival honni de Newcastle.

    A ce stade, il faut ajouter du relief à cette narration wikipediesque. Steve est une diva. Steve est une anguille. Le mec change de club comme ça lui chante, sans trop d'égard pour le job pour lequel il avait signé avant de changer d'avis. Il sera même un temps le manager le plus chèrement acquis par son club dans l'histoire du football, lorsque Wigan racheta son contrat à Birmingham pour près de 3M£ fin 2007. Ricanez, vous pouvez. Il fera aussi, tel le premier Puel venu, embaucher son fiston comme joueur dans deux de ses clubs (sans toutefois aller jusqu'à oser le faire jouer).

    Au cours de toute son épopée managériale, son rêve avoué, son ambition était claire: manager Newcastle. Et il en aura l'opportunité. A deux ou trois reprises. Opportunités jamais concrétisées, pour diverses raisons. Pas forcément indépendantes de lui, puisqu'il avait refusé la succession de Keegan en 2008 pour mener Wigan à une glorieuse première place de seconde moitié de Premier League.

    Le tout donc, pour se barrer chez l'ennemi juré un an plus tard. Sunderland. Deux ans et demi plus tard, quand il se fait virer fin 2011 - l'équipe est 16e, la catastrophe Sunderland est mise en route, la responsabilité de Bruce dans ce processus est disuctable et discutée encore aujourd'hui - il clame qu'on le vire parce qu'il est fan de Newcastle. Deux ans et demi pour découvrir ce que l'Angleterre entière savait, sont pas futé les proprios à Sunderland. Tu m'étonnes que le club ait plongé à ce point depuis.

    Il sera ensuite l'oubliable entraineur de l'oubliable équipe des Hull Tigers avec qui il jouera l'europa league 2014 - 2015 par la grâce d'une finale de coupe perdue face à un Arsenal qualifié en LdC (et oui, figurez-vous, fut un temps, Arsenal...). Jusqu'à ce que Mike Ashley vienne le chercher quatre ans plus tard, il ne tatera plus de Premier League, se cantonnant à la championship avec Aston Villa, de douloureuse mémoire pour les supporters Villans qui se pinçaient déjà le nez à son arrivée, lui le produit des rivaux honnis de Birmingham (ou il avait joué et entrainé), et un soir de match nul à domicile contre Preston North End, un supporter lui jette un choux à tronche. Il sera viré le lendemain, on est en 2018.

    2019 donc. Le "Pauvre" Bruce arrive dans un club, ou, selon son fils, on ne lui donne pas les moyens de travailler. Mais contre mauvaise fortune bon coeur, avec 70M pour retaper une attaque orpheline de Salomon Rondon et Ayoze Perez, il fait banco sur un buteur pur race, 100% certain, Joelinton, 44M€, moins de dix buts toutes compétitions confondues en deux ans et demi. Et Allan Saint Maximin, puisqu'il faut aussi le créditer de la signature d'un des seuls joueurs pouvant prétendre à rester sous le nouveau management, pour moins de 20 patates en plus.

    Au final, que restera t'il de l'entraineur Bruce ? Rien au niveau tactique. Quelques montées, quelques descentes, pas de joueurs spécialement developpé ou lancé, mais l'image d'un mec venu tenir sa place sur un banc de Premier League après avoir pété la gueule à deux wannabe voleurs de voiture en 2004, un écrivain de polars hors paires, trois au total, ou un certain Steve Barnes, entraineur de foot originaire du Northumberland, déjoue des complots terroristes et pédophile et sauve le monde un peu aussi, tout en gagnant des trophées en même temps. Une trogne sans sourires, certainement un bon mec, si on le mesure à l'inexistante quantité d'ennemis qu'on lui connait.

    Il ne marquera pas le football britannique plus que ça, mais il s'en fout: il a eu une belle vie et un super palmarès. Le reste c'était pour de rire.

  • Tricky le 20/10/2021 à 22h00
    Ah ah note que ça fait depuis au moins le premier Teenage Kicks que tu nous promets la fin de Steve Bruce, mais qu'on n'est jamais à l'abri d'une reprise en main de Derby County ou de Barnsley, parce que bon, on a beau se plaindre que les Rolland Courbis ou Bruno Genesio finissent toujours par retrouver un poste dans des clubs calfeutrés dans la peu de la descente dans la même division que Pau ou Dunkerque, mais les Anglais ne sont pas les derniers à remettre en selle au moindre spasme leur lignage infini de rougeauds en surpoids amateurs de lagers, de chevaux, de soupe de pois et de latéraux frustres.

    Allez, je te parie une place pour la troisième manche de The Ashes qu'on le verra resurgir du côté de Palace dans les six prochains mois.

  • Mangeur Vasqué le 22/10/2021 à 15h10
    @ AKK & Eric.
    Merci. Je vous réponds en développant un peu, + tard, dans l'aprèm ou ce week-end.

    @ Tricky.
    Cool de te revoir. Toujours Villain ? Je ne les suis plus trop, depuis que le classieux Grealish s'est barré je déprime. J'en avais brossé ce très court portrait en 2015 lien quand c'était un p'tit jeune prometteur de 19 ans, alors aligné en D2 à Villa. Ravi de voir qu'il a confirmé les espoirs placés en lui, y'en a tellement qui disparaissent à cet âge-là ou pire, qui se retrouvent chez les Mags.

    Villa a Mings et Ings dans le XI de départ, amusant, faudrait qu'ils fassent signer Ngs pour compléter le lot et figurer dans la mythique émission BBC "Only Connect" lien (chépa si tu connais), il doit bien exister. Quand Liverpool avait recruté Ings en 2015, c'était un peu une nouvelle ère, on sentait que Klopp allait arriver (ce qu'il fit en octobre), les supps attendaient du lourd donc et furent pas mal déçu de voir arriver Ings, et je me souviens de chants et banderoles marrants à la rentrée en août, comme "We said: 'we want signings' not 'sign Ings'!"
    lien

    @ khwezi.
    Ah ouais Steve Bruce a été viré, shock news, on s'y attendait pas du tout à ça. J'espère pour lui qu'il ne sera pas invité cordialement à passer par l'ambassade saoudienne à Londres pour "y signer des papiers".

    La couverture de son premier polar, "Striker!" (buteur), publié avec une grosse police, est mythique : lien

    'tain que je m'en veux de ne pas l'avoir alors acheté (on m' l'avait prêté), collector's item aujourd'hui qui va chercher dans les 1,000 £ l'exemplaire.

    Le deuxième opus, intitulé "Sweeper!" (libéro), a apparement (je l'ai pas lu celui-là) des mafieux yougos ex criminels de guerre, des prostituées lesbos qui veulent pervertir le vestiaire de "Mulcaster United" (en fait Manchester United), des espions Nazis (en fait des Israéliens) et le Mossad en embuscade qui idolâtre Eyal Berkovich (d'où le drapeau israélien sur la couverture).
    Oh, et 2 voisines de l'entraîneur Steve Barnes (manager du fictif Leddersford Town, en fait Huddersfield Town que Bruce manageait qd il a écrit ces bouquins) sont des chaudasses qui fricotent avec les mobsters locaux. Pfff, pas étonnant que Steve Mounié se soit casser d'Huddersfield, voulait pas être perverti.

    A part ça de mon côté, une bonne et une mauvaise nouvelle.

    La bonne : je suis parvenu aux vacances (aujourd'hui) vivant, sans me faire covider par les élèves et collègues, un soulagement vu la situation désastreuse ici au Royaume-uni où c'est la fête au village depuis des mois malgré tout ça (plus de masques depuis longtemps, gestes barrières oubliés depuis encore + longtemps, etc.) . Chuis vacciné mais c'est reparti fort ici depuis 2 bons mois avec le Delta, hôpitaux déjà pleins (Urgences et le reste, les ambulances doivent poireauter des heures devant l'hosto, complet, patients décèdent même dans ambulances en attente).
    lien et
    lien

    La mauvaise : mon beauf, thuné (héritages familiaux) et récemment évangélisé-shooté à l'écologie, débarque ce soir sur ma zone pour un séjour chez les beaux-parents avec sa famille d'eco warriors et va nous prosélytiser et cogner tout le week-end avec sa nouvelle Tesla à 60 boules (l'empreinte carbone du lifestyle, assiette incluse, de sa famille doit par ailleurs torcher celle d'un village de pays pas forcément super pauvre mais passons). Il ferait un beau personnage de Viz tiens, lien (comic mythique d'ailleurs créé à Newcastle)… Il va encore "s'étonner" à voix haute "qu'on ne fasse pas comme eux" et je vais encore lui envoyer que je ne suis qu'un prolo pollueur "nonsumer" lien mais qui par contre adorerait voyager à travers le pays (Royaume-Uni) en TGV pour sauver la planète ah mais merde alors, c'est ballot ça mais y'a toujours que des tortillards hyper cher en Britannie 50 ans après les premiers apparus TGV apparus chez ces gauchistes rétrogrades d'Europe continentale.

    Et en plus, il déteste le foot. Mais évidemment il adore le cricket. Alors je le chauffe avec Ian Botham, grand cricketter anglais – aussi ex footballeur, brièvement –, et encore plus grand Brexiter et fait "Lord" l'an dernier et membre du parlement (House of Lords) pour services rendu au Brexit et au parti conservateur lien

    Mais c'est un bon gars notre Baron Botham, il donne aux pauvres les faisans & perdrix tirés dans des chasses organisées sur ses domaines.
    lien

  • Tricky le 22/10/2021 à 16h29
    Ah putain mais on ne me dit jamais rien à moi, MV est de retour, alleluiah !
    Welcome back mate.

    (Non, c'était une passade, Villa. Agbonlahor, Young, Milner, Laursen, Mellberg, Bouma, Taylor, etc, c'était du bonheur absolu mais ils ont fini par virer O'Neill, et je suis parti. Historiquement, mon club à moi, c'est le LUFC -après tout, j'y ai vécu)

  • Mangeur Vasqué le 22/10/2021 à 18h09
    Prose promise, prose due. Évacuons de suite le bar PMU, y'a pas de ça ici, les paris se font dans des bookmakers, ils picolent pas en pariant en Angleterre. (Évidemment les paris se font désormais bcp en ligne.) A ce propos, anecdote amusante (véridique. Doit y'avoir une dizaine d'années sur Téléfoot, une journaliste devant l'Emirates interrogent des supps d'Arsenal, l'un d'entre eux fait (en anglais) : "En ce moment les Gunners sont nuls, j'ai arrêté de parier sur eux dans les bookmakers." Et là le bandeau traducteur rend ça par : "[…] j'ai arrêté de parier sur eux dans les boulangeries. Celui ou celle ayant fait la trad' avait visiblement compris "bakers"…

    Déjà, le concept de pub est large, grosses différences entre pubs. Pas grand chose à voir entre un pub de village ou quartier, même animé, et un pub de centre-ville envahi le week-end par des hordes de soiffards et soiffardes chichement vêtues.

    Dans les grandes lignes… Et après je dirai un mot sur la bouffe de pub.

    A la campagne et dans quartiers périphériques, le pub joue, ou peut jouer en tout cas, un rôle social bien plus significatif que le bar/café en France même si cette fonction de cohésion sociale/de communauté est forcément moins marquée "qu'avant" (délitement du ciment communautaire, individualisation de la société, prolifération des pubs de chaînes plus impersonnels et avec gros turnover de staff, etc.). Je connais plein de pubs ruraux ou de quartier qui ne sont pas du tout sur ces registres.

    Le pub est aussi un lieu de détente et socialisation : flèchettes, billards, tournois/championnats. Pas mal de pubs organisent des quiz réguliers, évènements caritatifs, divers services rendus pour le quartier ou communauté, musique live, karaokés, etc. Et dans certains coins des jeux régionaux (un peu cô dans les estaminets des Hauts-de-France) , style "table skittles" (jeu de quilles de table) du Nottinghamshire, Derbyshire, Leicestershire et aussi un peu ailleurs (y'a différents types, eg lien

    Malheureusement très vintage, y'en a plus des masses, on les trouve davantage dans les pubs traditionnels de type "real ale pubs", pubs qui cherchent à preserver la tradition sous l'égide du CAMRA, lien), ainsi que les jeux d'adresse avec une ondelle de type "quoits" (palet), lien

    Liens avec le foot aussi, bcp d'entre eux ont des équipes dans la fameuse "pub league", officiellement Sunday League Football lien , un peu l'équivalent de notre corpo. Avec bien sûr diffusion de matchs de PL sur écrans géants même si l'abonnement Sky est cher pour les pubs (min. 1,000 £/mois) , pas mal font l'effort d'avoir Sky Sports.

    Autre différence entre pub et bar : le pub est toujours ouvert le soir (mais rarement le matin, avant 11h), en général jusqu'à 23h30/minuit mais les heures d'ouvertures ne sont plus rigides comme autrefois, avant 2005, une avancée qu'on doit à New Labour depuis la relaxation des heures d'ouverture via le lien, entré en vigueur fin 2005. Une révolution, controversée à l'époque.

    Blair tenait en effet que le pays soit "ouvert 24/24 & 7/7, comme sur le Continent". Mesure de flexiblité vue comme une "mission civilisatrice" : il fallait civiliser ces bourrins de buveurs british, essayer de leur faire avaler leurs 10 pintes non pas en 2 heures mais sur 4-5 heures, l'idée étant de diminuer les effets néfastes de la "binge drinking culture" et son cortège de problèmes venu le retentissement de la fameuse cloche "last orders", donc fermeture dans 10-15 minutes. Donc là les mecs, déjà braisés, en entendant la cloche se précipitaient sur le zinc et commandaient en gros 2 fois plus qu'une tournée normale, exacerbant donc l'effet biture et les niveaux d'agressivité.

    Et là donc, sur le coup de 23h20-23h30, tant bien que mal le personnel mettait tout le monde dehors, créant des wagons de problèmes. Je me souviens de discussions fin 1990s avec une infirmière des Urgences dans un hôpital de Sheffield – une de mes voisines en fait, j'habitais à 500m de cet hosto, le Northern General – me disant devoir traiter chaque samedi soir d'environ 23h à 1 heure du mat jusqu'à 100 personnes blessées à la suite de violence, chutes, intoxication, blood poisoning etc., (avec peu de moyens, genre 2 infirmières et 1 médecin et encore). Le hic c'est que, d'après les stats en tout cas, ces probs de violence liés à la fermeture des pubs n'auraient absolument pas diminué mais même doublés depuis 2005 (dépassant le million d'incidents de violence enregistrés), selon certaines stats en tout cas mais la méthodologie diffère d'une source à une autre.

    En 2005, y'avait alors environ 60,000 pubs et 2,000 d'entre eux avaient de suite demander (à la police) des extensions d'ouverture jusqu'à 2-3 h du mat' au moins, et quelques centaines prenant Blair au mot et pour une licence 24/24h le vendredi au dimanche soir. Gros vent libératoire ressentie dans le pays car beaucoup détestaient les restrictions horaires évidemment.

    C'était aussi un gimmick électoral, Blair avait promis (durant la campagne élections 2001) aux jeunes & étudiants de casser les codes et dynamiter ces heures d'ouvertures archaïques bien arriérées par rapport au reste de l'Europe (le status quo soutenu par la droite, faiblarde à l'époque, qui redoutait une flambée de violence et une mobilisation des moyens de police, en sous-effectif, sur un possible augmentation des problèmes). Blair s'était même fendu de textos en language djeun ("cdnt give a xxxx 4 lst ordrs? vote labour on thrsdy 4 xtra time". (avec jeu de mots en bonus, le "XXXX" évoyant une pub de l'époque très connue de le marque de bière australienne, Castlemaine, "Australians wouldn't give a Castlemain XXXX", marque qui avait décliné ses pubs sur les chaînes britanniques depuis les années 1980 donc ça parlait à tout le monde). lien

    Labour explosa les compteurs à ces élections : 412 deputés élus – 61 % des sieges –, vs 165 pour les Conservateurs.

    Le pub est aussi un lieu de réunion pour la communauté, les associations, groupes, organismes caritatifs, chorales, club de musiciens, joueurs de jeux de sociétés, etc. On les appelle parfois dailleurs "community pubs". Les pubs prêtent souvent des salles (gratos ou contre paiement). J'ai tout vu se réunir dans les pubs, en général dans les pièces du dessus ou annexes, ou même le beer garden.

    Par exemple j'ai suivi des cours de langue dans un pub (allemand et arabe, organisé par des particuliers) et quand je vivais à Sheffield dans la deuxième partie années 1990, on faisait souvent nos meetings Amnesty International dans des pubs qui nous prêtaient une grande pièce (ça arrangeait aussi leur business, 30 personnes consommant généreusement après une réunion c'était bien pour eux, et ça fidélisait, certains sont devenus clients réguliers). Pis vers 1998 les Quakers nous ont prêté leur Quaker Meeting House, sympas les Trembleurs.

    Au Royaume-Uni, y'a moins de lieux publics pour se réunir ou associatifs qu'en France, les municipalités sont beaucoup moins portées là-dessus (pas ou très peu de subventions pour assos, la société en général compte beaucoup plus sur l'initiative privée et les œuvres caritatives, un gros business) alors le pub comble un peu ces lacunes.

    De + en + aussi, pas mal de pubs font dans le logement style B & B, basique ou de luxe (pièces au-dessus transformées en chambres). Par exemple ce pub que je connais bien, le Red Lion lien situé dans le village d'Alnmouth (50 kms au nord de Newcastle, sur la côte qui monte jusqu'à la frontière écossaise, village assez touristique, le coin est sympa lien), s'est mis à faire B&B y'a quelques années pour diversifier car il ne faisait plus assez de thunes avec juste le pub. Les 3-4 autres pubs du village font B&B aussi. Dans les coins non touristiques, certains pubs ont aussi une activité B&B et accueillent principalement des travailleurs de passage.

    Autre développement ces derniers années : l'explosion des pubs craft beers et pubs alternatifs spécialisés dans les micro-brasseries indépendantes, insi que le formidable essor des micropubs, lien
    Je parlais de ces micropubs ici, dans un article sur Hartlepool United, lien un super micropub là-bas, le Rat Race Ale House, situé sur le quai de la gare, par ailleurs l'une des pionniers du mouvement micropub, un peu un mouvement alternatif en réaction aux chaînes et pubs impersonnels. D'une poignée de micropubs y'a 15 ans on est passé aujourd'hui à environ 750.

    Pas mal pour un micro mouvement devant se farcir la puissance des énormes chaînes, de l'uniformisation et les gros pubs prix cassés de centre-ville (style Stonegate, et leurs pubs au noms à la con tel "Slug & Lettuce", la limace et la laitue, qui possède 4,500 pubs au Royaume-Uni, ou les n souvent énormes Wetherspoons, lien, dont le proprio est le notoire Tim Martin, l'un des plus virulents Brexiters et qui maintenant chouinent qu'il faudrait « plus d'immigration venant de l'UE». You couldn't make it up, comme ils disent ici. lien

    Ces micropubs ont aussi été créés (quasiment toujours par des gens non thunés, étant donné la nature & statut du micropub, 10,000-15,000 £ peuvent suffire pour en monter un) pour fournir un point focal communautaire, un lieu de communication. Aussi parfois créé avec conception éthique qui tend vers le "social enterprise", certains mettent un point d'honneur a employer des exclus, réfugiés, SDF, personnes handicapées, ex prisonniers, etc. Je conseille vivement aux amateurs de pubs une visite dans un micropub lors de leur prochaine escapade au Royaume-Uni, endroits originaux et en général très conviviaux. Ils sont un peu aux pubs (de + en + corporate car accaparés par des chaînes, des brasseries et "pub companies") ce que sont ou étaient les fanzines et sites "alternatifs" au football mainstream et footixien.

  • Mangeur Vasqué le 22/10/2021 à 18h38
    Haha, merci !

    Not' Gabby est recordman buts de Villa en PL l'air de rien, 73 pions. On s'moque on s'moque car on est méchant, mais quand même, recordman hein, y'en a beaucoup qui sont recordman de zilch.

    OK, c'est 73 buts sur 13 saisons les médisants retorqueront mais les moyennes c'est dépassé tout ça bordel, seul compte le data brut. J'espère qu'il aura sa statue devant Villa Park un jour, comme ce bon vieux Joleon Lescott, lien Il finira peut-être à la House of Lords lui aussi, surtout s'ils glisse son billet.

    Décevant Leeds cette année, je sais bien qu'ils ont quelques joueurs clés blessés (Ayling, Bamford Kalvin Phillips...) mais bon, c'est tout de même décevant. Défaite assez minable le week-end vs Soton.

    J'étais de passage à Wetherby l'an dernier, j'ai toujours pas mal de connaissances et famille dans le Yorkshire, et là un type m'a montré où habite Bielsa, un truc quand même incroyable : le gars habite au-dessus d'un fish & chips dans un T2… Souvent le matin il va au Costa de Wetherby et lit le canard local, pour améliorer son anglais j'imagine (il a toujours besoin d'un interprète pour les confs et points presse d'après match à la TV).

    Pis après son p'tit kawa il rallie à pied le centre d'entraînement de Leeds, Thorp Arch, à 50 minutes de là. Pas vraiment la vida loca pour El Loco mais il s'épanouit comme ça. Qd il est arrivé, le club l'avait collé dans un hôtel-château 5 étoiles mais il s'emmerdait ferme et voulait vivre "comme les Britanniques".

    Leeds-Wolves devrait être sympa à suivre demain. Incroyable remontada des Wolves le week-end dernier dans le derby contre Villa, menés 2-0 à 10 mns de la fin, ils l'emportent 3-2 à la dernière seconde. lien

  • Oook le 22/10/2021 à 19h50
    La vie de Bielsa à Leeds ressemble fortement à celle de Ted Lasso dans la série éponyme. Ca ne m'etonnerait pas qu'ils s'en soient inspirés, non?

Bonjour, le site souhaite utliser des cookies à des fins marketing.