Ne perdez pas de temps à lire ce texte, connectez-vous vite pour commenter les articles des CDF. Attention à ne pas confondre vos minuscules et vos majuscules.
Vous avez oublié votre mot de passe ?
Inscription
Vous avez oublié votre mot de passe ? Il reste un espoir ! Saisissez votre adresse e-mail ; nous vous enverrons un nouveau mot de passe. Cette procédure est quasiment gratuite : elle ne vous coûtera qu'un clic humiliant.
Nous vous avons envoyé un email sur votre adresse, merci d'y jeter un oeil !

CONDITIONS D'INSCRIPTION :

1. Vous devez nous adresser, via le formulaire ci-dessous, un texte (format .txt inférieur à 100 ko) en rapport avec le football, dont la forme est libre : explication de votre passion, anecdote, aventure, souvenir, essai, commentaire composé, portrait, autobiographie, apologie, réquisitoire, etc. Vous serez ensuite informés de la validation de votre inscription par mail. Les meilleurs textes seront mis en ligne sur le Forum.

2. Nous ne disposons pas d'assez de temps pour justifier les retards d'inscription ou les non-inscriptions, et ne pouvons pas nous engager à suivre une éventuelle correspondance à ce sujet. Merci de votre compréhension.

Nous avons bien reçu votre candidature, on y jette un oeil dès que possible. Merci !

Paris est magique

Ou tragique, c'est selon.

  • Label Deschamps le 23/02/2024 à 10h34
    il a fait partie du meilleur milieu de terrain du monde, ça justifie un minimum de considération footballistique même si tu n'étais pas né à ce moment-là. Et mis ce pénalty qui pesait une tonne sans tergiverser.

  • suppdebastille le 23/02/2024 à 10h56
    Et au mondial 86 avec Tigana ils doivent compenser le fait que Platini blessé joue en marchant et que Giresse à 35 ans ne peut plus trop courir non plus à 2000m d'altitude.

    En fait @Marqueuh j'avais eu cette conversation avec un stagiaire au taf, je trouvais vraiment dommage qu'il ne connaissait de Fernandez que le bateleur médiatique du coup je lui avais conseillé d'aller jeter un oeil à France - Brésil 86.

  • Jeanroucas le 23/02/2024 à 11h14
    Luis, c'est la "chuppa" sur le bord de touche, c'est la danse des victoires contre l'OM c'est la déroute de la Corogne et c'est surtout la coupe d'Europe remportée contre le Rapid de Vienne !
    Et il n'était plus entraînor quand Fabrice est venu labourer nos vertes pelouses (bisous Fabrice)

  • Roy compte tout et Alain paie rien le 23/02/2024 à 11h26
    Des entraîneurs français ayant gagné des coupes d'Europe il n'y en a quand même pas 50, et même si la finale est contre le Rapid (avec quand même Carsten Janker devant et Ivanov derrière), le club a éliminé le Celtic, Parme et le Deportivo dans les tours précédents. C'est aussi Luis qui sort Raï du caniveau et qui relance Daniel Bravo au milieu. Pour moi Luis c'est comme Jorge : synonyme du grand PSG pré-Qatar. Quant à l'épisode Ronaldinho, on ne peut pas trop lui en vouloir d'avoir tenté de gérer l'ingérable. La carrière de Ronnie au plus haut niveau s'est quand même achevée à à peine 30 ans...

    Par contre je ne vois pas le rapport avec Pancrate !

    EDIT : un beau point sur Pancrate en 2024, ça doit pas courir les rues ça...

  • Marqueuh le 23/02/2024 à 11h55
    Parce qu'après l'avoir vu jouer au Parc pendant des années il a choisi sciemment de le recruter au Betis alors qu'il en était l'entraineur !

  • Krazy Kant le 23/02/2024 à 12h02
    Et la saison avant la victoire en coupe d'Europe, il y a aussi une demi de ligue des champions. Avec au passage une elimination du grand Barca de Cruyff.

  • José-Mickaël le 23/02/2024 à 12h23
    Il ne faut pas oublier non plus son premier poste d'entraîneur à Cannes (où il a terminé sa carrière de joueur). Wikipédia résume ses deux premières saisons :

    « Le championnat 1992-1993 en deuxième division ne démarre pas sous les meilleurs auspices, l'équipe étant rapidement détachée par les équipes de tête. Luis Fernandez quitte alors son poste de milieu de terrain pour prendre place sur le banc de touche à la place d'Erick Mombaerts. Le choc psychologique fonctionne à merveille, l'AS Cannes retrouvant finalement l'élite après une dernière victoire en barrage sur Valenciennes (2-0, 1-1).

    Luis Fernandez poursuit son travail en hissant le club azuréen jusqu'en Coupe UEFA. Élu meilleur entraîneur de Première Division par ses pairs à l'issue de la saison 1994, il séduit notamment par le jeu offensif qu'il fait pratiquer à ses joueurs (Franck Priou, Mickaël Madar, Johan Micoud...).

    Il ne faut jamais confondre les personnes réelles avec leurs caricatures. L. Fernandez a été un immense joueur et un grand entraîneur.

  • José-Mickaël le 23/02/2024 à 12h25
    Très juste ! Et là aussi je recopie Wikipédia :

    « Paris SG effectue également un excellent parcours en Ligue des Champions, remportant notamment ses 6 matchs de poule qualificative contre le Bayern Munich (2-0, 1-0), le Spartak Moscou (2-1, 4-1) et le Dynamo Kiev (2-1, 1-0). En quart de finale, ils éliminent le grand FC Barcelone de Johan Cruyff en faisant un match nul (1-1) au Camp Nou et en les battant au Parc (2-1) où Luis gagne tactiquement contre Cruyff en prenant le risque de ne jouer qu'avec trois défenseurs. Mais en demies, Luis Fernandez ne trouve pas la solution face au plus grand club européen du moment : le Milan AC. »

    (Et si on lit Wikipédia, on verra qu'il a connu d'autres succès, notamment en Espagne.)

  • suppdebastille le 23/02/2024 à 12h44
    La saison 1 de Luis est aussi largement la saison 4 d'Artur Jorge, il n'y a pas de grand chambardement. Il y a l'idée de faire descendre Le Guen en libéro et il y a surtout comme ça a été dit l'arrivée du grand Raï après une triste saison précédente, pour le reste ça ressemblait beaucoup au jeu du coach portugais.

    La patte Luis se fait vraiment sentir lors de sa 2e saison avec un automne 95 où le PSG joue peut-être le plus beau jeu jamais vu avec ce carrré magique "Youri - Raï - Loko - Dely Valdes" , on aurait dû être champions avec 10 points d'avance mais tout part en couille au printemps où les défaites en D1 se succèdent. Heureusement la C2 sera conquise.

  • El Mata Mord le 23/02/2024 à 13h37
    Moueh, le Grand Barçà de Cruyff c'est celui de 1990 à 1994, quadruple champion d'Espagne (après les 5 titres consécutifs du Real) et vainqueur de la première LDC de l'Histoire. Lors de la saison 94-95, beaucoup de joueurs de cette génération étaient sur le déclin (le Barçà finira 4ème de la Liga avec 10 défaites...tandis que le PSG finira 2ème dernière Nantes avec 11 défaites) et le Real sera champion d'Espagne malgré une bonne résistance de La Corogne.

    Contre le Barçà, j'étais convaincu qu'on devait se qualifier, contre le Milan AC, j'étais convaincu du contraire. Avec un scenario bien frustrant lors de l'aller au Parc en plus.

    J'ai souvenir de 2 matchs assez médiocres contre le Barçà, malgré la joie de la qualification pour le tour suivant. Et tout de suite de me dire que si on tombait sur le Milan AC, ça ne passerait pas, qui plus est avec match retour San Siro.