En vous connectant, vous certifiez n'avoir jamais trompé votre club favori. Attention à ne pas confondre vos minuscules et vos majuscules.
Vous avez oublié votre mot de passe ?
Inscription
Vous avez oublié votre mot de passe ? Il reste un espoir ! Saisissez votre adresse e-mail ; nous vous enverrons un nouveau mot de passe. Cette procédure est quasiment gratuite : elle ne vous coûtera qu'un clic humiliant.
Nous vous avons envoyé un email sur votre adresse, merci d'y jeter un oeil !

CONDITIONS D'INSCRIPTION :

1. Vous devez nous adresser, via le formulaire ci-dessous, un texte (format .txt inférieur à 100 ko) en rapport avec le football, dont la forme est libre : explication de votre passion, anecdote, aventure, souvenir, essai, commentaire composé, portrait, autobiographie, apologie, réquisitoire, etc. Vous serez ensuite informés de la validation de votre inscription par mail. Les meilleurs textes seront mis en ligne sur le Forum.

2. Nous ne disposons pas d'assez de temps pour justifier les retards d'inscription ou les non-inscriptions, et ne pouvons pas nous engager à suivre une éventuelle correspondance à ce sujet. Merci de votre compréhension.

Nous avons bien reçu votre candidature, on y jette un oeil dès que possible. Merci !

Manette football club

Botter le cul des dieux de l'Olympe à coups de glaive ? Trop facile. Repousser une invasion extraterrestre à la sulfateuse ? Sans problème. Vaincre Barcelone en finale de champion's league aux commandes du Stade Brestois 29 ? Pfff, du gâteau. Vous êtes chez vous, enfoncé dans votre fauteuil. Les doigts virevoltant sur les sticks ou dansant sur votre souris. Invectivant votre écran, la mâchoire serrée, sous l'oeil inquiet de vos proches. Les fesses ruisselant de sueur dans votre jogging. Deux yeux rouges brillant au milieu d'un visage blafard. Et assurément, ce fil est fait pour vous. Sans oublier, pour ceux qui en ont marre des plaisirs solitaires, cette excroissance créée par des forumeurs des cahiers pour organiser des événements entre gens de bonne compagnie et dédiée principalement aux jeux de futchebol : ici

  • Eric Sikh Aura le 15/04/2022 à 18h52
    J'ai jeté un œil, j'ai rien compris... ^^'

    Je préfère tes résumés, il y a la même passion et j'arrive à comprendre une partie !

  • cri soi gueule le 18/04/2022 à 01h26
    C'est normal de ne pas comprendre quand on n'y joue pas, mais c'est un truc de fou qu'un francais, soit déjà, en ce moment en finale loser bracket, je crois que c'est jamais arrivé. Super tournoi avec des matchs incroyable.

  • JeanLoupGarou le 18/04/2022 à 02h14
    En fait, Glutonny a déjà été en Loser Finale de l'EVO 2019, le plus gros tournoi de Smash EVER, en nombre de participants (il finit 3e à l'époque).
    Il a aussi été en Grande Finale via les Winners au CEO 2021, qui était un Major mais beaucoup moins blindé de top joueurs.
    Mais du coup, effectivement, ce qu'a fait Gluto cette nuit c'est quelque chose de grand, c'est sa meilleure performance en carrière très clairement (placement, joueurs battus, niveau de jeu), je vous prépare le compte-rendu complet du week-end mais pour rien vous spoiler j'étais comme Marc Madiot un certain jour de victoire de Tibopino dans mon pieu.

    Je vais pas vous mentir, j'avais pas ressenti d'émotions pareilles depuis un certain soir de juillet 2018, et c'est pas une exagération !

  • JeanLoupGarou le 21/04/2022 à 23h01
    Pour revenir sur le week-end dernier, et puisque les résumés sont plus compréhensibles (effectivement le jeu demande un minimum de compréhension et attention, au premier abord il est complexe), je tente un format différent, chronologique plutôt que joueur par joueur.
    C'était donc le Genesis 8, plus gros tournoi post-covid (5e plus gros de l'histoire de Smash Bros), avec 1959 joueurs inscrits (environ 1700 une fois les forfaits de dernière minute retirés (notamment les japonais qui n'étaient finalement que 3 présents)).

    PROLOGUE – Echauffement et montée de la hype

    La plupart des français sont arrivés à San Jose (Californie) en début de semaine. Mardi soir, un premier tournoi (le tournoi hebdomadaire de la ville) a lieu, et quelques représentants se sont inscrits. Globalement les performances sont belles, Pew termine 4e, sisqui (le joueur espagnol) termine 2e. Pas encore de joueurs du gratin mondial mais quelques très solides américains, un bon échauffement.
    Le mercredi soir, les choses sérieuses commencent. Quasiment tous les français s'inscrivent au Degenesis (le pre-major, tradition américaine un tournoi se joue toujours la veille des Majors). Les français s'entretuent dans le bracket, c'est assez triste, mais quelques matchs d'anthologie ont lieu, avec notamment le rennais NaetorU et son Pichu qui abattent la Palutena de Lui$ (prononcer Louie Money), un joueur habitué des top8/top16 en Major.
    Pendant ce temps, Glutonny et Leon ont décidé de ne pas aller au pré-Major (pour une fois) et de s'entraîner dans leur chambre d'hôtel, notamment avec Atelier, joueur japonais de Pokemon Trainer, récemment recruté par Team Liquid et qui se déplace pour la première fois aux USA.
    D'autre part, cf mon précédent post, des Showmatchs ont été organisés avec 100$ sur la table pour le vainqueur. Raflow a battu MVD 5-2, sisqui battu Scend 5-3, et AndresFN a perdu contre Riddles 5-4 dans un des plus beaux FT5.
    La hype est totale, le tournoi ne peut qu'être une dinguerie

    INTERMISSON – Mise en place du décor

    Petite explication/glossaire : A Smash Bros Ultimate, chaque affrontement (set) se joue en BO3 ou BO5, donc au meilleur des 3 ou des 5 matchs (games) (équivalent des matchs en 3 ou 5 sets au tennis). Pour chaque Game, les deux joueurs ont 3 vies (stocks), et un temps limite de 7minutes. En cas de time out, le joueur avec le plus de stocks, et si égalité le moins de % de dommages à la fin du temps l'emporte.
    Les tournois se jouent en double-élimination, tout le monde commence dans l'arbre des Winners, une défaite te fait reverser dans l'arbre des Losers, et une seconde défaite te renvoie chez toi. Il y a donc 2 5e, 2 7e, 4 9e, etc. Le seeding exact est donc peu important, c'est plus le tour prévisionnel de ta défaite qui permet de savoir si tu as surperformé ou sous-performé (Le seed 119 est prévu pour faire 97e/se qualifier en top128 mais pas top96).
    Le tableau du Genesis, pour des soucis de lisibilité et surtout d'organisation (séquençage des matchs) est divisé en 4 phases : 2 premières phases de 'Pools', avec 3 tours de Winners bracket dans chaque, puis le top64, et enfin le top8. Les phases de Pools sont en BO3, tout le top64 en BO5. Habituellement, tous les top joueurs du monde se qualifieraient facilement pour le top64 (et le BO5 leur bénéficie souvent, en théorie au moins), mais dans un tournoi aussi monstrueux, il y a facilement 200 joueurs qui peuvent prétendre au top64 sans pour autant que ce soit un exploit. On peut donc avoir des upset très tôt, en BO3, des habitués des top8 dans leur région qui tombent hors des 64, les enjeux sont énormes, la pression sur les épaules des joueurs, pfiou !
    Enfin, petit rappel des français engagés, (format : « sponsor|pseudo (Personnage, #seed)) : Solary|Glutonny(Wario,#9), BMS|Raflow(Palutena,#21), Solary|Leon(Lucina,#45), LOSC|Flow(Roy,#58), BMS|Ogey(Captain Falcon,#60), Oplon|Oryon(Wolf,#76), ES|TriM(MegaMan,#88), BMS|Neeroz(Pikachu,#95), MYD|Pew(Ness,#101), ES|Nitox(Lucas,#114), Tuskin|NaetorU(Pichu,#115), IZI|MoDzai(PacMan,#128), IZI|Enki(Pikachu,#134), IZI|VinS(Link,#152), ES|RyuKai(Wolf,#157), SEA|Artsnif(Joker,#290), Pulsar|Mika(Wario,#465), ES|Ib(Cloud,#591), Shido(Mario,#606), Kronk(Snake,#613), TOASTY(Palutena,#719), Sei Li(Lucas,#762), Astora(Link,#791), Ryuku(Lucario,#1242), KTZ(PacMan,#1507)
    La scène est prête, c'est parti !

    ACTE 1 – Vendredi

    Ce premier soir de tournoi, la première phase de Pools est jouée. Et encore, il y a tellement de participants que la dernière vague sera jouée le Samedi en ouverture. Cette première phase donne l'occasion aux petits joueurs de tenter de surpasser leur seed, ou de découvrir le très haut niveau s'ils sont confrontés à des top joueurs. C'est une lutte pour la survie pour la plupart, mais normalement une formalité pour le gratin mondial. Cela étant, c'est du BO3 donc on peut être pris de court par un match-up exotique et n'avoir pas le temps de s'y adapter et faire les ajustements nécessaires.
    Après cette phase de Pools1, 512 joueurs seront encore en vie, 256 en Winners et 256 en Losers. C'est le moment de penser aux joueurs anonymes, les fans qui n'ont pas le niveau de leurs idoles mais viennent les côtoyer. Les 25% des entrants qui finissent en 0-2, et les 25% en 1-2.
    Côté français, ça se passe plutôt bien, conformément aux attentes. Mika, le tonton bordelais, qui entretient sa rivalité de daron avec Leon (ils ont tous les deux 33ans), passe même tout près de renverser Dark Wizzy, un Mario habitué des top8 qui revient après une longue pause. VinS lui se fait très peur sur son dernier match, mais se qualifie bien dans l'arbre Winners.
    Je me couche tôt, avec l'ensemble des français censés survivre à cette phase 1 qualifiés, dans l'arbre prévu. Mais alors qu'il ne restait que quelques noms à jouer pendant mon sommeil, la première surprise me cueille à froid au réveil. Leon est tombé dans l'arbre Losers dès cette première phase de Pools, renversé par Dynomyte, un Yoshi assez fort qu'on a l'habitude de voir en Major, jamais top64 mais jamais loin (et qui avait vaincu Ogey au Genesis7). Les surprises ne sont pas toutes mauvaises, car Kronk s'est lui qualifié pour le top512 Losers Side, et Ib pour le Winners Side, alors qu'ils étaient censés tomber tous les deux dès cette phase.
    Pendant ce temps, Nitox est dans l'avion. En effet, la préfecture lui a délivré son passeport en retard, il n'a donc pas pu prendre l'avion prévu. Heureusement, il a négocié avec la direction du tournoi, qui s'est arrangée pour que sa Pool1 soit samedi. Il sera full jetlag par contre.

    ACTE2 – Samedi ; Fin des Pools 1

    Ce soir, je suis prêt à aller jusqu'au bout de la nuit. Quelques français sont dans la dernière vague de Pools1, les Pools2 nous amèneront jusqu'au top64, et on va aller sur le petit matin jusqu'au top8. Une très longue journée pour nos joueurs, une très longue nuit blanche pour nous !
    La fin des Pools1 se passe globalement sans anicroche, sauf pour Enki, qui se fait renverser pour son seul match sur la grande scène (stat intéressante, dans tous ses tournois US, et malgré quelques bons placements, il n'a jamais gagné un match sur la scène principale. Il évoque les lumières, le stress, etc… En tout cas, il tweet avoir demandé à ne plus jouer aucun match de ce tournoi sur la scène). Tout n'est pas perdu, reste la Losers Run pour le plus Instagrammeur des joueurs français.

    ACTE3 – Samedi ; 2e phase de Pools (top64 qualifiers), la nuit des teamkills commence

    Alors que la soirée commence à peine, et que sa Pool1 et ses matchs amicaux se passaient bien, Nitox se fait surprendre (par le pire match-up de son personnage) dès le premier tour des Pools2.
    Un peu plus tard, c'est au tour de Raflow de se faire surprendre par un Félinferno qui punit son incapacité à conclure le set, alors qu'il dominait de la tête et des épaules.
    Et alors que les autres français tombent un par un en Loser Bracket, la plupart contre des adversaires plus forts qu'eux (notamment MoDzai qui tombe contre le numéro 1 mondial), seuls Glutonny et Ogey sont en qualifier pour le top 64 côté Winner.
    Pour Glutonny, c'est le moment d'évoquer sa tendinite chronique à la main gauche, qui l'empêche de performer au mieux depuis 2-3 mois, particulièrement contre les personnages qui imposent de SDI leurs combos (le fait de bouger très vite le stick pour déplacer légèrement ton personnage à chaque frame des coups multiples, permettant de sortir de certains combos). Ainsi, Glutonny a terminé 17e du dernier Wanted (les gros tournois Français), en perdant contre deux joueurs de Luigi. Ici il est face à une Bayonetta pas dégueulasse, mais il ne devrait en faire qu'une bouchée, et on sent bien qu'il est diminué, et au moment d'aller annoncer ses bans pour le 2e match, après avoir remporté le premier, il se plie en deux de douleur sur sa chaise… Il finit par l'emporter, et se qualifier pour le top64 Winners, mais l'inquiétude est réelle dans le clan tricolore.
    Ogey quand à lui, affronte Dabuz, le « Roi de New-York », un vétéran américain reconnu universellement comme le 'gatekeeper'. Si vous êtes capable de battre Dabuz, vous êtes indiscutablement un top mondial. Avec un jeu défensif, et des personnages atypiques, il représente un test colossal, et notre Falcon ne le passe pas, il en est même très loin.
    Du côté des Losers, on retrouve la trace de nos deux déçus des Pools1, Enki et Leon, qui font tous les deux une Losers Run de folie, avec 7 sets consécutifs remportés pour se qualifier en top64 Loser Side. Et si pour Leon c'est un désherbage en règle, avec 7 victoires 2-0 faciles, Enki nous offre des émotions incroyables avec moults matchs serrés, pour accrocher un résultat inespéré, lui qui avait lâché la scène compétitive quelques temps pour se construire un revenu plus stable via Twitch et Youtube. Malheureusement, aucun match n'étant sur le stream officiel, il a fallu suivre ça sur des lives Instagram (ce qui a pu jouer sur la force du truc, une vraie dinguerie), mais vous pouvez tout de même voir ces deux tweets : l'image la plus marquante de sa Losers Run ( lien ; oui c'est un Pikachu qui survit à 300% de dégâts, et oui c'est du jamais vu) ainsi que le clip de sa qualification pour le top64 ( lien).
    L'autre point marquant, c'est que les upsets (pour et contre nous) ont créé un Loser Bracket absolument atroce. Ainsi, on a deux affrontements franco-français pour la qualification en top64 : Raflow vs Oryon et Pew vs Ogey. Le plus dur à vivre des deux est le premier, et Raflow s'arrête donc aux portes du top64, bien loin de ses ambitions (et du niveau affiché en France depuis 3 mois, avec 11/13 derniers tournois remportés, et 2 deuxièmes places). Perdre contre Oryon n'est pas non plus incroyable pour lui, mais cette première défaite contre le Félinferno restera amère longtemps. Pour vous donner une idée, c'est comme si Mbappe ratait un pénalty contre une nation plus faible, éliminant la France bien loin de ses ambitions légitimes sur le papier ; sauf que Mbappe serait un gosse de 16ans absolument adorable au quotidien. Les larmes du petit prince parisien ont brisé bien des cœurs de gamers endurcis ce soir…
    Résultat des courses, le top64 va se jouer avec 7 français encore en course : Glutonny en Winners, Oryon, Flow, Ogey, Enki, TriM et Leon en Losers. A noter, Sisqui (Espagne, en Winners) et Lancelot (Finlande, en Losers) représenteront également l'Europe en top64.

    ACTE4 – Samedi ; top64 (until top8), dernier baroud, encore des teamkills, et la légende de la darkroom

    Malheureusement, le Loser Bracket horrible n'est pas terminé. Ainsi, dès le premier match, TriM tombe face à Lancelot, et Ogey achève la Losers Run formidable d'Enki. Deuxième match franco-français consécutif pour lui, il a fait 20h d'avion pour jouer les mêmes matchs qu'à la Maison du Handball de Créteil…
    Flow et Leon tombent également aussitôt, le second étant surpris à la dernière seconde d'un match qu'il dominait pourtant par un Ryu en feu ce jour-là, qui terminera 9e en battant plusieurs des meilleurs du monde.
    Restent donc Ogey, Oryon et Glutonny. Si Ogey gagne son prochain match (contre Gackt, meilleur Ness au monde, venu du Japon pour l'occasion), il devra affronter Oryon (……..). Il échoue et s'évite un 3e affrontement contre un copain en 4 matchs, et c'est là que commence réellement la légende de la darkroom française.
    Solary (la structure esport qui sponsorise Glutonny et Leon) a décidé de marquer le coup de « l'invasion » française en payant le voyage à des gens de leur régie pour monter un stream en Français sur place (une première). Ils se sont arrangés avec BMS (structure de Raflow, Ogey et Neeroz) pour également amener plusieurs commentateurs pro, et ont négocié avec les organisateurs pour diffuser des matchs en exclusivité. L'organisation a donc tiré trois draps noirs derrière la scène pour créer un espace de stream supplémentaire par rapport aux prévisions. Ca donne un lieu renfermé, très sombre, avec 15 français surmotivés pour encourager leurs poulains, et quasiment aucun autre spectateur. Une ambiance électrique, et pro-France, inhabituelle donc pour un tournoi Majeur américain. Et cette darkroom a fait énormément parler, certains parlant d'avantage scandaleux (alors que bon on a des joueurs en jetlag qui jouent sur la grande scène devant 1000 spectateurs qui les huent, et le numéro 1 mondial est venu sur ce setup pour battre MoDzai. Et puis, les commentateurs français ont assuré ne pas forcer les joueurs américains à y venir, d'ailleurs certains ont refusé).
    C'est dans cette darkroom qu'Oryon affronte Gackt. Il prend les deux premiers games de manière étonnamment convaincante, mais le japonais s'adapte bien et remonte à 2-2. La tension est à son comble, et c'est là qu'Oryon fait un choix audacieux, il laisse tomber son Wolf, et choisit de jouer Mario sur le match 5. Alors ça ne sort pas de nulle part, il a pris l'habitude de jouer DrMario dans certains match-ups (Snake notamment) et on sait qu'il a entrainé son Mario normal depuis quelques temps, mais à ce niveau de compétition, et avec l'enjeu du Game5 contre un joueur de classe mondiale, c'est couillu. Je vous laisse constater le résultat : lien (attention, warning son très fort !). Fort de cette performance incroyable, Oryon va ensuite laver le sol avec SKITTLES!, pour aller finalement se frotter à Kola. Pour le coup, c'est un mec qui a des arguments pour être considéré top10 mondial, qui a remporté un Major en novembre dernier (le CEO), en battant Glutonny 2 fois en Grande Finale, c'est donc pas le péquin du coin. Et Kola le montre dès le début du set, avec un Game1 si dominant qu'Oryon décide de changer le rythme aussitôt en sortant son DrMario. Et là, autant Mario c'était couillu mais OK, autant Doc, c'est unanimement considéré dans les 5-6 pires personnages du jeu. Le seul avantage c'est que du coup personne ne le joue, donc il y a effet de surprise. Et d'ailleurs ça fonctionne un peu, puisqu'Oryon emporte le Game2 assez nettement. Les Games 3 et 4 seront très serrés, mais Kola s'est bien adapté, et les emportera de justesse. Oryon termine donc à une incroyable 13e place, en ayant fait vibrer tout un pays !
    De son côté, toujours en Winners, Glutonny affronte dans la darkroom Cosmos, un match entre deux excellents joueurs, seed 9 et 8 respectivement, que l'on pressent très serré. Et il l'est, puisque ça se joue Game5, dans une ambiance de folie ! Et c'est finalement Gluto qui l'emporte, et ira jouer un top8 qualifier côté Winners, contre le numéro 1 mondial, MkLeo. Qui va promptement se débarrasser du challenger, il n'y a même pas grand-chose à commenter…
    Tombé en Loser Bracket, Glutonny n'a tout de même qu'un set à jouer pour passer en top8 Loser Side, contre l'espagnol sisqui (sic) qui a fait une run fantastique ! Fidèle à sa réputation de tyran en Europe, Gluto lui inflige un 3-0 sec pour l'éliminer à la 9e place.
    Le top8 est connu, nous aurons donc dimanche :
    Winner Side : MkLeo (Mexique, Byleth) vs Light (USA, Fox) et Sparg0 (Mexique, Cloud) vs Zomba (USA, ROB)
    Loser Side : Marss (USA, Zero Suit Samus) vs Myran (USA, Olimar) et Kola (USA, Roy) vs Glutonny (France, Wario)

    ACTE5 – Championship Sunday, tout le monde derrière Gluto

    Tout le monde est réuni pour soutenir notre champion, et dès le début de la soirée, on sent qu'on va être très bien. La vingtaine de Français sur place chante plus fort que les 1000 américains, on ne voit et n'entend littéralement que nous !
    La soirée commence directement par Kola vs Glutonny. Kola qui domine les confrontations directes (3-0) avec notamment une double victoire en Grande Finale du CEO. Les deux premiers matchs sont tendus, et ça se rend coup pour coup (1-1), mais on sent que Gluto joue bien ce soir, il se permet même de montrer de l'émotion entre les matchs (chose rarissime), et l'emporte 3-1.
    Myran bat Marss, et on pas au Winner Side. Sparg0 vs Zomba. Deux jeunes prodiges (16 ans chacun) aux parcours et personnalités très différentes. Sparg0 est un jeune mexicain apparu dans l'ombre du géant MkLeo, qui a appris très vite à son contact, et a commencé à aligner de très bon résultats dès 12 ans. Depuis le retour des tournois, il a clairement passé un cap, et a même enchaîné deux victoires convaincantes aux derniers gros tournois (le Summit et le Major Collision). Zomba est sorti de nulle part au retour des tournois, en se qualifiant pour les finales du Smash World Tour via le Last Chance Qualifier et se hissant à la 4e place de l'ensemble avec un style si particulier qu'il a donné son nom à l'un des coups de son personnage, sur la foi de ce seul tournoi (sa manière de placer le BackAir de ROB est devenue le ZombBair). Les deux joueurs montent sur la scène, s'installent, et là un mec de la prod prend le micro pour dire qu'ils ont une annonce à faire. Les lumières s'éteignent, et passe sur l'écran géant cette vidéo : lien. Autant dire que c'est super hype, une équipe eSport de tout premier plan, connue dans le monde entier et sur de nombreux jeux, qui s'intéresse à Smash et sponsorise donc désormais le plus beau talent de la nouvelle génération ! C'est un peu comme si le Real Madrid avait annoncé avoir recruté Rafael Nadal pour représenter leur section tennis, pendant l'échauffement de sa première demi-finale de Roland Garros.
    Grosse pression sur les épaules de Sparg0, l'adversaire est de taille, et il a désormais le maillot FaZe sur le dos. Et le set est palpitant, que des matchs serrés, qui se jouent à rien du tout. Sparg0 finit par l'emporter 3-2. De son côté, MkLeo abat Light 3-1, pour assurer une Winners Final 100% mexicaine.
    Glutonny affronte donc Zomba, et le niveau du duel avec Sparg0 peut inquiéter, d'autant que Zomba a battu Glutonny au Collision en mars, leur seul affrontement. Mais Glutonny n'est pas dans son état normal, et Zomba semble un peu secoué par sa défaite, et c'est un sévère 3-0, avec des phases de combos à bas% hyper flashy du français, notamment sur Kalos (l'un des terrains, à la disposition un peu particulière, pourtant choisi par Zomba).
    Glutonny affronte ensuite Light, qui a battu Myran entre-temps, un adversaire contre qui les sets sont souvent serrés, et surtout jamais ennuyeux. Mais encore une fois, ce n'est pas le Glutonny habituel qui est sur scène, il est habité par une rage de vaincre terrible : lien. Et après 3 matchs écrasés d'une main de maître, Glutonny se qualifie pour la Losers Final. Lui-même a du mal à y croire : lien.
    Il affronte dans cette Losers Final Sparg0, car MkLeo a trouvé la solution pour reprendre son trône face à son jeune compatriote. Glutonny et Sparg0 se sont affrontés quelques fois et si l'avantage au set-count est à Sparg0, Glutonny l'a tout de même déjà battu, ça n'est pas impossible. Les deux premiers matchs montrent bien que tout est possible, les coups volent dans les deux sens, et comme contre Kola, on est à 1-1 après deux Games.
    Et là. Le truc de fou. Game 3. lien. Un des clips de l'année (parce que c'est Sparg0 en face, et la LF d'un Major).
    ET LA ! Game 4, Sparg0 en train de monter un comeback de fou après avoir été mené 3 stocks à 1. Et il se passe ça : lien. C'est un mix-up absolument fantastique, qui ne peut fonctionner que contre un excellent joueur (qui ne s'y attend pas). Une panenka en finale de Coupe du Monde. Et qui envoie Glutonny en Grande Finale.
    Grande Finale contre MkLeo, son grand ami, chez qui il est allé vivre plusieurs fois pour s'entraîner avec les meilleurs mexicains, qui est lui-même venu en Europe plusieurs fois et est tombé amoureux de la passion de la scène smash du vieux continent. Il le dira lui-même en interview, jouer une Grande Finale d'un Major US contre Leo, c'était un rêve, un objectif. Est-ce qu'y arriver lui aura coûté de perdre un peu en motivation pour la dernière marche ? Est-ce que la fatigue des sets à un tel niveau l'a rattrapé ? Est-ce que Leo est tout simplement beaucoup trop fort ? On ne saura jamais vraiment, toujours est-il qu'après 3 matchs assez serrés, surtout le 3e qui aurait pu, du selon toute logique, basculer du bon côté, Glutonny est balayé d'un bien sévère 3-0.
    La France est déçue, mais la France est heureuse, et peut célébrer une magnifique 2e place sur 1959 inscrits, une 2e place qui vaut déclaration « En cet instant, je suis le 2e meilleur joueur du monde ». Cet exploit de Glutonny, les très belles runs de certains Français, (résultats complets, avec comparaison du placement par rapport au seeding, dans ce Tweet : lien), tout cela est motif de fierté, et d'espoir. Et aussi un marqueur du travail qu'il reste à faire pour que l'Europe rejoigne les autres régions au top niveau !

    CONCLUSION

    De mon côté, je vous jure que j'avais pas autant vibré depuis un soir de juillet 2018. Que ce soit sur les sets d'Oryon contre Gackt, d'Enki en Losers Run sur des lives Instagram infâmes, ou sur le top8 colossal que nous a sorti Gluto, j'étais à deux doigts de sortir courir en slip dans la rue. J'ai vraiment crié et applaudi dans mon pieu sur certains moments forts, c'était absolument dingue ! Et dire que, contrairement aux sports plus traditionnels, j'ai la chance de pouvoir jouer régulièrement contre ces gars-là (car ils sont mine de rien assez abordables, si tu viens en tournoi et que tu leur proposes de jouer un peu même si tu es débutant, ils sont OK), pour voir un peu l'écart avec ce niveau-là.
    (Et pour vous donner une idée, quand je joue contre un gars du top 10-20 Français en pilote automatique, c'est comme si un mec qui fait du tennis 2h par semaine jouait contre Benoit Paire en sortie de boite à 3h du matin. Un bon 6-0 6-0 sans rien pouvoir faire, contre quelqu'un qui essaie à peine)
    Bref, la vie continue, Glutonny reste aux USA quelques temps pour notamment le Pound qui arrive déjà ce week-end (bien plus petit en nombre de participants, mais comptant pour le Smash World Tour 2022). Les autres français sont rentrés chez eux des étoiles plein les yeux et des images plein la tête, et il se planifie déjà une prochaine invasion française, encore plus grande si possible, pour la Smash Con, l'un des plus gros Majors, qui a lieu début août. Et on a déjà hâte d'y être pour revivre ça !

  • maDoudou Makhosa-Cisse le 22/04/2022 à 09h01
    Merci JLG pour les récits, ça se lit bien mieux qu'un retour sur Grand Prix de F1 ou sur des playoffs NBA par les amateurs respectifs, même si les vidéos de combat sont incompréhensibles au petit joueur de Civ-like.
    C'est très plaisant, et les mini extraits et images de joueurs sont eux très efficaces.
    Continue à nous partager tout ça stp.

  • Eric Sikh Aura le 25/04/2022 à 20h38
    Est-ce que quelqu'un a déjà joué à Nobody Saves The World ? Ça a l'air sympa et y a une (mini) promo steam...

  • Jah fête et aime dorer Anne le 25/04/2022 à 23h30
    Non.
    En ce moment, je joue à Triangle Strategy, et c'est très bien. Un jeu qui plaira aux vieux fans de Tactics Ogre ou de FF Tactics, mais sans surnaturel : les enjeux restent du politique réaliste.

  • JeanLoupGarou le 26/04/2022 à 00h00
    Eh bien tant mieux si ça plait ! N'hésitez pas aussi à lancer le jeu pour le connaitre un brin, vivre ces moments en live c'est des dingueries.

    Je ne comptais pas parler du Pound, plus petit que le Genesis, avec seulement Glutonny côté français à être resté aux US une semaine de plus, et dont je n'ai pas pu tout regarder, mais je me vois obligé d'en glisser un mot.

    En bref, Glutonny est cette fois seed4, suite à sa belle performance au Genesis, et à l'absence de Sparg0. De plus (malheureusement), Tweek (Seed3) a eu une urgence médicale dans la semaine et est donc forfait de dernière minute (rien de gravissime finalement, fort heureusement), Gluto est donc 3e meilleur joueur théorique (mais le seeding n'a pu être modifié de dernière minute, il joue donc toujours le bracket du Seed4, affrontant le Seed1 en demi-finale Winners).
    Quelques autres grands joueurs sont absents de dernière minute, notamment Kola.
    Cela étant, il reste du beau monde : MkLeo, Light, Zomba, Riddles, Dabuz, Gackt, Atelier, KEN, Cosmos, Jake, Sonix, Myran, ça reste le top mondial.

    La run de Glutonny commence assez facilement, tout se passe comme prévu jusqu'au top64. Sur ce tournoi, on joue jusqu'au top16 le samedi, et le top 16 est joué le dimanche (en deux temps, les premiers matchs dans l'après-midi et le top8 en soirée après celui de Smash Melee).

    Il reste donc deux matchs à Glutonny avant de pouvoir aller se coucher. Et diantre je suis limite content de ne pas avoir vécu ça en live, mon palpitant n'aurait pas supporté.
    Premier set contre Axiom XL, joueur de Kazuya de New England (3e/4e de l'état, état extrêmement fort puisque Light et Marss en sont (4e et 7e au Genesis). Kazuya c'est un perso de Tekken, un des derniers ajouts au jeu via les DLC, et il est BRU-TAL. Il a moults combos qui peuvent te tuer sur une ouverture alors que tu étais à 0.
    Le stress est donc intense, en particulier lors du Game2, où les deux joueurs se retrouvent sur leur dernière stock avec 0% chacun. S'ensuit une phase de neutral où chacun a super peur de s'engager trop fort et se faire punir parla mort instantanée. Ca donne des footsies assez incroyables, et c'est pas bon pour le coeur : lien
    Gluto gagne finalement cette game, et arrache la 3e malgré un retard conséquent sur sa dernière vie. Très stressant, mais le meilleur joueur a gagné (sur certaines situations on le sent, l'expérience/talent fait la différence)

    Au match suivant, Glutonny retrouve Sonix, le représentant de la République Dominicaine, qui comme son nom l'indique, joue Sonic. Le hérisson bleu est un des personnages très controversés de Smash, puisque sa vitesse et son kit en font un personnage joué de manière très chiante (à affronter comme à voir). Il joue les dix premières secondes, et dès qu'il a un avantage il s'enfuit et te force à l'approcher, profitant de sa vitesse pour te punir dès que tu fais une petite erreur. Il est capable de jouer le timeout dès la première minute du match. Et Sonix est un des représentants du personnages les plus portés sur cet aspect.
    La première Game l'illustre bien, et non seulement on se fait un peu chier, mais il y a un sentiment d'impuissance terrible à le voir se barrer à l'autre bout du terrain et le gros Wario essayer de lui courir après comme il peut. 1-0 Sonix.
    Les 3 Games suivantes seront toutes selon le même modèle, Glutonny ayant bien compris le danger va réussir à prendre l'avantage initial avec un combo suffisamment fort pour que Sonix soit obligé de l'approcher pour rattraper le retard, et les rôles s'inversent, Glutonny est très fort pour punir les approches, et même les fois où il se fait dépasser il reprend le match en main rapidement. 3-1, qualifié pour dimanche.

    En top 16, Gluto affronte désormais Dabuz, un autre de ses démons. J'ai parlé de lui dans mon résumé du Genesis, Dabuz est très défensif, et joue des personnages très particuliers (et peu représentés) : Olimar, Rosalina&Luma, Min Min. Glutonny ne l'a battu qu'une seule fois, en 2019 à l'Albion IV, en Angleterre, rare déplacement d'un américain en Europe. Sur le sol américain, il y a 5-0 pour Dabuz dans leurs affrontements.
    Mais Glutonny a beaucoup progressé récemment, et battu plusieurs de ses démons au Genesis, o est donc curieux de voir ça.
    Dabuz commence avec Olimar, personnage très peu représenté en Europe et dont le match-up a donc toujours donné du mal à Glutonny. Mais ça, c'était avant, il remporte les deux premiers matchs sans transpirer. Dabuz va donc s retrouver contraint de changer, et il choisit un nouveau personnage qu'il entraîne depuis quelques temps, Sora (de Kingdom Hearts). Dernier arrivé dans le jeu, c'est un personnage très particulier, flottant, avec des coups d'épée actifs très longtemps et qui s'enchaînent naturellement. Evidemment, aucun bon Sora en Europe, Glutonny a (de mémoire) seulement affronté le Sora de Nakat sur 1 Game après avoir tellement humilié son Pichu qu'il avait lui aussi du changer ; c'était au Summit tout début mars. Glutonny démarre très bien la Game3, malgré tout, et se retrouve avec une avance confortable, mais un waft-combo (waft = le pet de Wario, coup très puissant qui charge pendant le match et ne peut être utilisé que 2 à 3 fois max dans les matchs longs) qui échoue et des options de paniques un peu foirées le font finalement perdre. On le sent fort agacé et le début de Game4 n'est pas bon. Mais cette fois-ci c'est lui qui fait un comeback, et se qualifie pour le top8.

    La soirée commence, il est presque 1h à Paris car Melee s'est éternisé, et le top8 commence.
    Glutonny affronte MkLeo, le seul joueur à l'avoir battu au Genesis, numéro 1 mondial sans discussion possible depuis la sortie du jeu.
    La Game 1 est très serrée, les deux joueurs arrivent sur leur dernière vie à peu près en même temps, et la suite appartient déjà à l'histoire : lien
    C'est un combo extrêmement difficile, adapté à la situation (plateforme et DI de Leo qui essaie d'en sortir), c'est super clutch, c'est la spécialité de Glutonny.
    La Game2 est également très serrée, mais c'est cette fois-ci Leo qui clutch la victoire.
    La Game3 part toujours sur les mêmes bases, et puis.. Et puis ! lien
    (Un chemin différent car la DI est différente, pour montrer à quel point la reconnaissance de situation, et la connaissance parfaite des chemins possibles, sont les spécialités de notre Gluto)
    Sur la Game4, encore une fois très serré, et cette fois-ci le combo ne passe pas, il fut donc jouer la dernière stock 'honnêtement' : lien

    Glutonny est donc en Winners Final, en ayant tombé LE roi de Smash Bros Ultimate. Mais le tournoi n'est pas fini, il y a encore 2 sets à gagner.

    C'est Light qui se présente face à lui. L'explosif joueur de Fox est remonté après la leçon qu'il a subi au Genesis. Ca se voit tout de suite, et il a la main sur la Game1 à peu près tout le long (même si ça reste serré). Mais il suffit d'une erreur face à Wario, surtout piloté par Glutonny : lien
    La Game2 est bien plus dominante pour Gluto, on se croirait le week-end dernier.
    Mais Light n'est pas le premier venu, et un peu d'inattention de la part de Glutonny, un peu de momentum côté Light, et les Game3 et 4 partent de son côté.
    La Game5 est extrêmement tendue, avec un joueur ayant un momentum fou face à notre champion. Light prend le jeu en main dès le début, avec une pression constante. Glutonny arrive finalement à revenir quasiment à égalité pour la dernière stock grâce à une adaptation fantastique suivie d'une phase d'edgeguard (frapper l'adversaire lorsqu'il essai de revenir vers le terrain) digne d'un orfèvre. Mais Light a toujours l'avantage, et le pousse nettement, jusqu'à un coup fatal. Fatal ? Non, la DI est bonne et Glutonny survit quasiment au pixel près, on a donc une situation extrêmement tendue, où les deux joueurs font un peu n'importe quoi pour essayer de conclure (on sent la panique dans leur jeu, je vous met toute la séquence finale) : lien

    Glutonny est donc en Grande Finale, pour la 2e fois consécutive, cette fois en Winner Side.
    La Loser Final Light vs MkLeo tourne en faveur du Mexicain, qui gagne le droit de défier Glutonny pour sa revanche.
    Et on a donc une Grande Finale identique au Genesis (mais les rôles sont inversés). Et cette fois-ci Glutonny n'est pas satisfait simplement d'être en Finale, il est là pour gagner.
    Il ouvre la Game1 par une phase monstrueuse, en suivant bien le drift de Leo pour un edgeguard réussi sur Byleth (personnage très dur à edgeguard justement). C'est un 0-death, sur le meilleur joueur de l'histoire, c'est monstrueux : lien
    Evidemment Leo ne se laisse pas faire, et la Game1 finit par être très serrée, mais remportée par Glutonny.
    L'adaptation du GOAT a commencé à pointer son nez ceci dit, et les 3 Games suivantes vont être de pire en pire. Notamment lorsque Gutonny revient au bord du terrain, il lui est quasiment impossible de retrouver le centre, il est en prison au ledge, et son bracelet électronique est plus efficace que celui des Balkany ! MkLeo emporte le set 3-1. Toutefois, comme il vient de l'arbre Loser (et Glutonny de l'arbre Winner), c'est ce qu'on appelle un Bracket Reset, et un 2e set sera donc joué, pour déterminer le vainqueur du tournoi.

    Mais l'espoir est maigre, au vu de la fin du premier set. Je ne sais pas ce qu'il doit y avoir dans le mental des joueurs professionnels, mais je sais que j'aurais craqué bien avant sous la pression de l'aura de Leo. La Game1 est à peu près dans la lignée du premier set, et je vous avoue que ça commençait à pas sentir bon. Les combos waft ne passent plus, le miracle de la Winner Semi semble difficile à reproduire sans eux.
    Mais dans la Game2, Glutonny semble avoir commencé à s'adapter lui-même, et la dernière stock prouve que MkLeo n'est pas immunisé contre la pression qu'exerce le français : lien
    (Oui c'est quasiment le même clip que contre Light, une tech-roll vers Wario au lieu de vers l'autre côté, cette fois Glutonny ajoute juste le UpTilt car le pet n'allait peut-être pas tuer sans. TOUT LE MONDE qui suit un peu la scène compétitive sait qu'il ne faut jamais tech-roll vers Wario lorsque le pet est chargé. Mais même les meilleurs mondiaux font l'erreur une fois tous les 2 ou 3 sets)
    Les Games3 et 4 sont d'un niveau incroyable, la 3e partant chez Leo, la 4e chez Gluto.
    On aura donc un Game5 pour le dernier set de ce tournoi. Mon cœur est au bord de lâcher, c'est comme regarder une séance de tirs aux buts en finale de Coupe du Monde, l'air est absolument irrespirable.
    Glutonny commence bien la Game, mais MkLeo nous sort tous ses tours du chapeau pour renverser le match, et Glutonny est mené, d'une stock entière.
    Le clip qui suit est avec le commentaire du stream Solary qui retransmettait l'évènement en Français pour suivre notre héros : lien
    (Avec une petite référence à l'athlétisme français, pour les connaisseurs)

    Glutonny emporte donc le Pound 2022, face a numéro 1 MkLeo, qui est aussi son grand ami. Car oui, si Glutonny a autant progressé, c'est aussi grâce à Leo, qui l'a invité chez lui au Mexique plusieurs fois, pendant plusieurs semaines pour s'entraîner, qui l'a emmené aux tournois mexicains, l'a aidé sur certains aspects de son jeu. Et ce faisant lui a aussi permis de passer au total sur les 3 derniers mois quasiment 2 mois complets en Amérique, il arrive au Genesis et au Pound prêt pour ces environnements comme rarement, et ça a sacrément payé!
    Et je vous met le clip du diffuseur américain, qui s'attarde sur l'embrassade des deux amis, qui me fout quasiment les larmes aux yeux, c'est une bromance de fou et Glutonny a suffisamment progressé pour qu'ils se retrouvent en Grande Finale de plusieurs Majors consécutifs, c'est incroyable comme histoire : lien

    La scène Smash Bros française, qui se développe énormément depuis le retour des tournois "post-covid" (sic), est donc auréolée d'un succès planétaire. De nombreux streamers très connus se sont laissés gagner par la hype, le tournoi lyonnais (mensuel) de samedi étant diffusé par exemple par Zack Nani.
    Et L'Equipe de faire une interview de Glutonny de belle facture : lien

    Allez, cette fois-ci je vous laisse jusqu'au retour des énormes tournois et des invasions française, cet été ! Et n'hésitez pas à acheter le jeu et doser un peu pour pouvoir suivre en direct les prochains en comprenant tout, voir être happés par le phénomène et venir en tournoi avec nous !

  • Danishos Dynamitos le 26/04/2022 à 08h28
    J'ai absolument rien compris à ce que je voyais mais ce genre de liesse fait toujours grand plaisir à voir

  • Koller et Thil le 26/04/2022 à 08h59
    Merci encore, j'aime beaucoup tes comptes-rendus JLG. Comme beaucoup, je n'ai jamais joué et j'ai du mal à comprendre ce qu'il se passe. Juste une question de béotien qui me vient régulièrement : qu'est-ce qui fait que quand on est éjecté, alors que visuellement on a l'air d'être sur l'écran d'à côté, on peut quand même revenir sur le bord de la carte ? Ça dépend de ses points de vie, du coup qu'on s'est pris, de soi-même ? Est-ce un geste technique ? Plus généralement, comment ça marche les points de vie ? J'ai l'impression qu'au delà de 100% de dégâts on est sur la sellette, mais parfois je vois des joueurs survivre jusqu'à plus de 150%, et parfois mourir à moins de 100%.