Seuls 36% des internautes parviennent à saisir leur e-mail / password du premier coup. En feras-tu partie ? Attention à ne pas confondre vos minuscules et vos majuscules.
Vous avez oublié votre mot de passe ?
Inscription
Vous avez oublié votre mot de passe ? Il reste un espoir ! Saisissez votre adresse e-mail ; nous vous enverrons un nouveau mot de passe. Cette procédure est quasiment gratuite : elle ne vous coûtera qu'un clic humiliant.
Nous vous avons envoyé un email sur votre adresse, merci d'y jeter un oeil !

CONDITIONS D'INSCRIPTION :

1. Vous devez nous adresser, via le formulaire ci-dessous, un texte (format .txt inférieur à 100 ko) en rapport avec le football, dont la forme est libre : explication de votre passion, anecdote, aventure, souvenir, essai, commentaire composé, portrait, autobiographie, apologie, réquisitoire, etc. Vous serez ensuite informés de la validation de votre inscription par mail. Les meilleurs textes seront mis en ligne sur le Forum.

2. Nous ne disposons pas d'assez de temps pour justifier les retards d'inscription ou les non-inscriptions, et ne pouvons pas nous engager à suivre une éventuelle correspondance à ce sujet. Merci de votre compréhension.

Nous avons bien reçu votre candidature, on y jette un oeil dès que possible. Merci !

Le fil dont vous êtes le héros

Amoureux des jeux de société & de plateau, qu'ils soient d'aventures, de rôles, de stratégies, de figurines, de cartes : ce fil est pour vous.

  • Koller et Thil le 13/01/2022 à 11h15
    Ouverture intéressante hier, contre le redouté Eric Cantonné. Gambit dame refusé, variante d'échange. Mon idée était simplement de suivre un des deux plans blancs habituels : attaque de minorité ou poussée centrale puis attaque sur l'aile roi. Mais Eric joue b6, ce qui désamorce un peu les deux idées à la fois : l'attaque de minorité n'a plus sa cible c6, et l'ouverture du centre libère son fou b7 ce qui n'est pas sans danger pour mon roi et justifie son système, qui resterait un peu bancal sans ça. Par contre une troisième option s'ouvre : la pression sur la colonne c. Je finis par la rejeter car je ne sais pas exactement quel plan adopter après un c5 noir. Ça ressemble à la variante Tartakower mais avec des pièces noires un peu mieux développées (normalement le plan est d'échanger fou contre cavalier par Fxf6 Fxf6, mais ça ne marchait pas dans cet ordre de coup). Bref je sens bien que ça doit être l'idée "canonique" de la position, mais je ne sais pas comment la jouer en pratique. C'est pour ça que j'ai joué Td1 : avec un brin d'obstination, je reste sur mon plan de poussée centrale. C'est certes à double tranchant, mais la case e4 est sous contrôle, contrairement à la case d4 qui est facilement mise sous pression. C'est aussi une bonne chose de protéger le fou d3 dans certaines variantes. Raspou a très bien senti ces petites tergiversations qui font que les deux camps se retrouvent avec un développement non naturel.

    Entre temps j'avais intercalé un Da4 un peu pénible, auquel l'ordinateur préfère un Cb5, sans doute pour la manœuvre Ca7-Cc6 que je n'ai pas vue (je n'ai pas regardé en détails).

    Ensuite toutes ces considérations hautement stratégiques volent en éclat car je vois une élégante tactique qui gagne un pion central. Je passe du temps à calculer si cette gourmandise ne lui donne pas trop de jeu sur mon roi, sachant que mes pièces sont assez mal disposées pour défendre. Je décide que ça doit quand même aller. J'intercale un échange en d7 pour éviter une variante fantôme (dans ma tête je me prenais un pion arriéré en c3, mais je me demande comment j'ai pu en arriver là). Et là... Eric trouve tranquillement b5, raté par l'assemblée. Je frotte un peu mes yeux. C'est juste une pièce de moins. Je n'arrive pas à récupérer la pièce, ni un troisième pion. Je tente quand même une bidouille mais je suis calmé par un Cb6 encore raté. Puis une nouvelle double-attaque, sur sa dame et son fou, qu'il défend facilement. Malgré la pièce de moins j'échange sans remords mon cavalier (dont je ne sais que faire) contre son fou (qui me paraît ingérable à moyen terme). D'après la machine, ma tactique était bonne sans le Fxd7 intermédiaire. Je n'ai pas regardé mais ça reste bien compliqué dans ma tête, car certes j'ai des échecs de cavalier en e7 et en f6, mais dans le premier cas il est sérieusement menacé d'enfermement, et dans le second cas il a Dxf6 qui menace mon fou g5 non protégé. Je me demande si la clef n'est pas une improbable menace de fourchette royale en g6, mais j'ai du mal à croire que ça fonctionne... Il faudra que je vérifie. Reste que la passe d'armes a été catastrophique. Mes deux pions de compensation sont bien inoffensifs en b2 et en e3.

    Heureusement pour moi, Eric se met à déjouer sérieusement. Son Txc5 me donne un premier pion passé sans raison. Son a5 un deuxième, tout en me donnant une cible et sans lui donner de jeu très clair (une colonne a ouverte aurait peut-être pu être muse à profit). Son cavalier en c4 est bancal et ne me gêne pas vraiment. J'ai alors le plan simple de jouer e4 dans de bonnes conditions. Eric ne me l'empêche pas- il faut dire que sa position, bien que supérieure, est devenue un peu compliquée à jouer - et perd même un troisième pion dans l'affaire, ce qui lui donne une position complètement injouable.

    Bref, j'ai eu chaud ! Une seule vraie erreur de ma part, mais une grosse. Il faut vraiment que j'améliore ma sûreté tactique.

  • Utaka Souley le 13/01/2022 à 11h28
    Merci Raspou pour ton stream, que j'ai regardé, comme souvent, en différé.
    C'est à la fois très instructif et très plaisant à écouter.
    Les parties de P1 et P2 étaient très disputées et très intéressantes, celle de P5 a malheureusement rapidement perdu de son potentiel de suspense.

    Je suis toujours très impressionné par le sens du jeu de Label et Pavlo (le tien aussi, ne te vexe pas inutilement), qui arrivent à trouver des séquences assez surprenantes (pour moi), et à les calculer correctement.

  • Raspou le 13/01/2022 à 11h44
    Oh, ça va... Je ne vois pas d'où vient cette réputation que les joueurs d'échecs se vexeraient facilement: lien

  • Sens de la dérision le 13/01/2022 à 11h54
    Oh mais c'est simple. Dans la partie d'hier particulièrement, je suis mal à l'aise dès le pion qui avance sur mon cavalier. Donc je décide de contre-attaquer en ne pensant pas à l'avancée du pion (j'oublie souvent les avancées de pion bizarrement).

  • Label Deschamps le 13/01/2022 à 12h12
    Merci, c'est gentil même si en fait de calcul correct les centipions ont valsé entre le 30ème et le 40ème coup, nous avons tour à tour manqué des ressources tactiques qui pour conforter l'avantage qui pour le réduire.

    C'était une partie intéressante en effet, Je choisis une anglaise un peu par défaut, n'ayant que très peu de temps à dédier aux échecs ces jours-ci, et mon traitement n'est pas très convaincant, Pavlo égalise sans grand mal voire un peu plus. Toutefois, il se laisse tenter par un Cd4 qui semble très naturel pour occuper la case fraichement conquise mais qui se révèle un peu prématuré.
    L'arrivée de la dame se heurte en effet à e5 ! qui change radicalement la nature de la position, ce dont Pavlo a bien conscience puisqu'il prend presque dix minutes pour réévaluer la question et rentrer dans une suite quasi forcée dans laquelle je récupère deux pièces mineures pour une tour et un pion.

    Raspou l'a bien expliqué, sur le principe un fou et un cavalier font plus qu'une tour donc cette escarmouche m'est plutôt favorable toutes choses égales par ailleurs. Il faut quand même faire jouer tout ça, la coordination n'est pas terrible à ce stade. Je rejette l'immédiat Cf3 à cause d'un De4 pénible qui attaque à la fois le cavalier et la Tb1, pour répondre à l'interrogation du stream sur mon De2. Pavlo s'empare logiquement de la colonne ouverte et je me lance dans un plan d'activation de la tour sans la bouger par b4, en me disant que ma configuration de pièces est solide à défaut d'être active.

    Même si objectivement je ne suis pas foncièrement mieux j'ai réussi à amener une position où je suis plus à l'aise donc je suis plutôt content à ce stade, tout en m'étant fait assez arnaquer par le bestiau pour ne pas verser dans l'excès de confiance prématuré, j'en ai perdu de plus favorables.
    Je sens qu'il tergiverse un peu, les Td8 puis c8 puis h6 sont plus des coups d'attente que des coups de boutoir disons, tandis que j'améliore graduellement l'aile-dame en fixant la faiblesse a7 et en activant la tour.

    Par contre, une fois a7 gagné et l'avantage clair je parviens à échanger les dames, ce qui me fait plaisir, mais je ne suis pas très soigneux pour coordonner mes pièces, ce qui me laisse sous la menace de ces cheap tricks dans lesquels Pavlo excelle quand il n'a plus le temps de se lancer dans les concepts.
    Je trouve malgré tout un joli schéma de mat par Txg7 et Cf6 qui me laisse le temps de sauver mon fou en prise, et là ça semble plié. Le pion b est désormais trop fort, et même rendre le cavalier ne change plus grand chose, je parviens à coordonner mes pièces et la menace de découverte b8D+ me laisse le temps de gagner a8 et de prendre une tour nette pour éviter la promotion.
    Derrière avec un fou et un pion c'est un gain technique pas trop compliqué, il faut juste être un peu soigneux pour repousser le roi mais être méthodique suffit, le pion avance inexorablement.

  • Raspou le 13/01/2022 à 12h18
    Je comprends bien, mais il y a deux choses (je ne m'acharne pas, hein, c'est pour t'aider):

    - Tu ne devrais pas être "mal à l'aise" après 4.e5, c'est le 4e coup d'une des deux lignes principales de la défense que tu joues contre 1.d4. Tu as déjà joué la position contre Lagakhan (au moins), donc si tu te sens mal à l'aise si vite c'est qu'il y a quelque chose qui ne va pas dans ton Gambit-Dame accepté: peut-être faut-il changer de variante et ne pas jouer 3...Cf6 (qui invite e5 comme dans une Alekhine)? tu as par exemple 3...e5 qui est très joué... Ou bien il faut que tu regardes un peu plus cette variante avec 3...Cf6 4.e5 pour te rassurer et te convaincre que c'est ok, comme dans ta partie contre Lagakhan où tu avais bien réagi par 4...Cd5. Ca c'est pour l'aspect "préparation" et étude de tes parties passées.

    - Mon point c'était de dire que si tu as été surpris par 4.e5 et que tu ne savais pas déjà comment réagir, tu dois prendre plus de temps de réflexion (tu as joué 4...Fg4 en 9 secondes). C'est un conseil général pour tous: le premier coup hors "préparation", c'est-à-dire hors savoir livresque ou ordinateuresque préalable à la partie, vous prenez une minute pour réfléchir. Ensuite que tu te trompes, rates qu'il y a f3 sur Fg4, c'est la vie, on fait tous des erreurs de calcul... Mais que ce soit une erreur de calcul, pas une absence de calcul, pas un coup joué de manière réflexe.

    Pour recaser ma citation préférée de tous les temps: "Les échecs sont une lutte constante entre mon désir de ne pas perdre et mon désir de ne pas réfléchir." (Jan Gustafsson, GMI et secondant de Carlsen)

  • Cheerman le 13/01/2022 à 15h24
    Pour revenir sur les questions de Sens De, je m'en pose une également : jusqu'à quel point vous faites votre "préparation"? Enfin plutôt combien de coups en gros?

    Je vais faire bondir plus d'un joueur, voire me faire exclure (bon en même temps je suis dernier de la saison d'avant, faut pas non plus s'attendre à des miracles...) mais avant une partie, je sais en gros les 3 premiers coups que je vais jouer, en croisant les doigts pour que la réponse de mon adversaire soit celle que j'attends. A partir de là, je n'ai en général plus de plan.

    Est-ce une bonne idée? (bon la question est évidemment un peu provoc, je connais la réponse). Mais en gros, qu'est que vous conseillerais, en tant que bons/très bons/etc... joueurs à un amateur comme moi. Maitriser 2/3 ouvertures grand max, à combien de coups de profondeur?

    J'avoue avoir la flemme d'apprendre, j'aime le coté feeling du jeu. Mais je suis bien obligé de constater que ça ne fonctionnera pas...

  • Label Deschamps le 13/01/2022 à 15h49
    Question intéressante mais compliquée. La réponse dépend de plein de choses : ton niveau, ta connaissance générale des ouvertures, ta connaissance particulière de cette ouverture, ta connaissance de cet adversaire, ton investissement pour la partie.

    Quand tu commences c'est relativement anecdotique, en tout cas tant que tu rencontres des homologues. Les ouvertures répondent aux principes généraux du jeu, ouvrir des lignes, mettre ses pièces sur de bonnes cases, essayer d'être actif, contrôler le centre. Ce dernier point n'étant pas à confondre avec occuper le centre d'ailleurs.

    La structure de pions détermine pas mal de choses. Philidor disait que le pion est l'âme des échecs, et c'est très juste.

    Ce qu'on appelle un peu pompeusement théorie n'est rien d'autre que de la jurisprudence, mais en presque cinq siècles avec les règles actuelles on commence à avoir pas mal d'études de cas, pratiquement tout ce qui est jouable a été essayé et même une partie de ce qui ne l'est pas dans les débuts.

    J'aurais tendance à préconiser à quelqu'un qui commence d'essayer de choisir deux trois grandes lignes côté blanc et côté noir qui correspondent à ses affinités (on ne peut pas vraiment parler de style tant qu'on donne du matériel régulièrement), et d'essayer de comprendre les idées principales et de les jouer régulièrement.
    Si un adversaire vous prend au dépourvu, réfléchissez, faites ce qui vous parait logique et vérifiez avec les bases si ce que vous avez choisi est jouable. Si ce n'est pas le cas, essayez de comprendre ce qui vous a échappé.
    Dans à peu près n'importe quelle ouverture pas grotesque je peux jouer six ou sept coups théoriques sûrement, parfois dix ou quinze si c'est une ligne déjà pratiquée mais la préparation peut aussi consister à regarder un répertoire adverse, choisir une ligne annexe intéressante et en explorer les premiers embranchements. Là, ça dépend du niveau de connaissance de l'adversaire et de l'ouverture qu'on a déjà.
    Ceci dit l'adversaire comprend sans doute mieux les subtilités de son ouverture fétiche donc c'est une approche un peu risquée sauf si l'on a beaucoup de temps pour creuser.

  • Raspou le 13/01/2022 à 15h56
    Avec Pavlo on s'est fait de vrais beaux duels théoriques sur plusieurs ouvertures... J'ai des fichiers avec des lignes analysés sur une vingtaine de coups, ce qui est un peu débile vu notre niveau: on n'est pas assez forts pour avoir des préparations de joueurs professionnels, mais c'est quand même rigolo à faire, on a l'impression de faire comme les grands.

    En poule 5, je pense que ça ne sert absolument à rien de vouloir se préparer spécialement contre un adversaire précis. En revanche, connaître les grandes lignes de ton répertoire d'ouverture, ça c'est utile:
    - Oui, plutôt se fixer sur un répertoire limité qu'essayer de tout jouer (= un premier coup avec les Blancs, une réponse à 1.e4 et une à 1.d4 avec les Noirs).
    - Surtout avec les Noirs, avoir une idée de l'arbre des possibles. Il ne s'agit pas de connaître de longues lignes, mais si l'on reprend l'exemple du Gambit-Dame accepté de Sens de, il faut savoir que les Blancs ont deux grandes façons d'y répondre, l'une avec Cf3 et e3 (centre plus retenu) et l'autre avec e4 et Cc3 (centre plus avancé). Sans ingurgiter des tonnes de théorie, il faut avoir une idée de ce que tu réponds à chaque schéma blanc, par exemple en sachant que sur Cf3-e3 tu vas préparer c5 (ça te donne tes trois coups suivants = Cf6 e6 et c5) et que sur le schéma avec e4 tu vas jouer toi-même pour e5, ou pour Cf6 comme l'a fait Sens, ou pour Cc6 comme c'est aussi possible. A ce stade il ne s'agit pas d'aller plus loin, mais savoir ce qui peut t'attendre et savoir la base de la réaction que tu vas adopter, c'est super utile. Ensuite, au fur et à mesure, tu approfondiras, par cercles concentriques pourrait-on dire.

  • Sens de la dérision le 13/01/2022 à 16h11
    J'aime bien cette citation.
    Bon j'ai compris, je vais tenter de reprendre les vagues notes que j'avais commencées à faire mais que je n'ai pas eu le temps/l'envie de poursuivre. Contre des joueurs lambda de lichess, on peut s'en sortir parce qu'ils jouent quasiment toujours les mêmes coups. Avec les branquignols, il y a tout de suite plus de maîtrise je trouve.