Seuls 36% des internautes parviennent à saisir leur e-mail / password du premier coup. En feras-tu partie ? Attention à ne pas confondre vos minuscules et vos majuscules.
Vous avez oublié votre mot de passe ?
Inscription
Vous avez oublié votre mot de passe ? Il reste un espoir ! Saisissez votre adresse e-mail ; nous vous enverrons un nouveau mot de passe. Cette procédure est quasiment gratuite : elle ne vous coûtera qu'un clic humiliant.
Nous vous avons envoyé un email sur votre adresse, merci d'y jeter un oeil !

CONDITIONS D'INSCRIPTION :

1. Vous devez nous adresser, via le formulaire ci-dessous, un texte (format .txt inférieur à 100 ko) en rapport avec le football, dont la forme est libre : explication de votre passion, anecdote, aventure, souvenir, essai, commentaire composé, portrait, autobiographie, apologie, réquisitoire, etc. Vous serez ensuite informés de la validation de votre inscription par mail. Les meilleurs textes seront mis en ligne sur le Forum.

2. Nous ne disposons pas d'assez de temps pour justifier les retards d'inscription ou les non-inscriptions, et ne pouvons pas nous engager à suivre une éventuelle correspondance à ce sujet. Merci de votre compréhension.

Nous avons bien reçu votre candidature, on y jette un oeil dès que possible. Merci !

Foot et politique

Le fil politique est un fil du rasoir, alors évitons de s'y couper. Par ailleurs, n'oublions pas que son but est d'accélérer l'avènement du grand soir, un des ces quatre matins!

  • John Six-Voeux-Berk le 20/10/2021 à 19h10
    Et donc...?

    Tu veux dire que la mission du défenseur des droits est absurde puisque le concept de "discrimination indirecte" (terme qui figure explicitement dans la définition de ses missions) est un "non-sens absolu" (ce sont tes mots)?

    Ou alors veux-tu dire qu'il faut attendre que la loi définisse les "discriminations indirectes" contre lesquelles le défenseur des droits doit lutter ? Mais, mais, problème : la notion de "discrimination indirecte" est justement là pour aller plus loin que la lettre de la loi et appliquer son esprit ! (en effet, les "discriminations indirectes" se caractérisent justement par leur conformité à la lettre neutre de la loi et par leurs effets objectivement discriminatoires).

    Donc bien sûr, la mission est connectée au droit, mais justement avec un regard plus large. Regard que j'essaie, maladroitement, de définir, et que tu refuses d'envisager comme socialement valable.

  • Edji le 20/10/2021 à 19h17
    Allons bon…tu peux me définir le critère de discrimination en l'occurrence ?

    C'est quand même hallucinant, quoi ; on parle d'un procédé par essence marqué par l'universalisme (au moins à l'échelle française), et avec un succès confondant…mais non, il faut aller essorer jusqu'à l'absurde le concept fourre-tout de discrimination pour contester des mesures dont le bon sens est évident pour tout esprit normalement constitué et un tant soit peu animé du souci de l'intérêt général.

    Déprimant.

  • Cheikhou Boule à thé le 20/10/2021 à 19h21
    Si tous les gens qui n'ont pas de pass sanitaire sont des gens qui refusent le vaccin, vous faites quoi des couillons comme moi qui, vivant à l'étranger, se sont fait vacciner dès qu'ils ont pu, avec un vaccin non-reconnu par la France ? Si je rentre en France, je serais obligé de prendre rendez-vous pour une 3e dose puis d'attendre un certain délai avant d'avoir mon pass. Personnellement, je m'en fiche un peu (je n'ai pas prévu de rentrer avant les présidentielles et je compte sur Poutou pour supprimer ça, et j'ai les moyens de payer les tests), mais je ne pense pas que ce soit le cas de mes jeunes collègues en volontariat qui n'auront même pas le droit au chômage à la fin de leur contrat.
    Ce n'est qu'un exemple, mais je ne serais pas surpris qu'il y ait d'autres situations où des gens n'ont pas accès au pass sanitaire malgré leur bonne volonté.

  • Edji le 20/10/2021 à 19h24
    En outre, il faudrait quand même m'expliquer il est plus simple aujourd'hui de se faire tester que vacciner.

    Quand on te retire un droit (déjà exorbitant au regard des pratiques internationales, mais bon, passons…) mais qu'on t'en laisse un, également accessible à tout point de vue (matériellement comme pécuniairement) et plus efficace pour le bien-être de la collectivité, que tu raisonnes en sociologue, juriste, géographe ou citoyen, il n'y a juste aucune possibilité de recourir au vocable de « discrimination », et c'est grave erreur que d'employer un tel vocabulaire pour une autorité chargée par la Constitution de lutter contre lesdites « discriminations ».

  • Sens de la dérision le 20/10/2021 à 19h24
    Ouais enfin la majorité des non-vaccinés ne sont pas des expats.

  • John Six-Voeux-Berk le 20/10/2021 à 19h44
    Justement, on pourrait parler d'universalité s'il y avait obligation vaccinale ; ce à quoi je suis, du fond de mon insignifiance, favorable dès le début. Ici on coupe objectivement l'accès à des services à une population selon un critère qui était censément optionnel ; or ce critère est rempli de manière inégale selon les endroits et selon des facteurs ethniques (fact).

    On ne peut pas à la fois jouer sur le tableau de la non-obligation formelle et de l'obligation réelle. C'est en substance, ce que me semble dire l'avis qui lie la question de l'obligation dissimulée et de la discrimination indirecte.

    Et je constate, assez peiné, que tu n'arrives toujours pas à dépasser la question de la gratuité et de la disponibilité pour aller vers la réalité d'une vaccination inégale (cf ma comparaison avec le cas des femmes, qui ont formellement accès à tout, mais qui sont surreprésentées dans le travail partiel, etc)

  • Cheikhou Boule à thé le 20/10/2021 à 19h45
    Je réagissais à l'affirmation que toutes les situations étaient prévues dans les exceptions au non-remboursement, ce qui n'est pas le cas. Parmi les personnes non-vaccinées, il y en a qui ont des difficultés à accéder au vaccin. J'ignore leur proportion, mais leur existence fait qu'on peut considérer le déremboursement comme discriminatoire.

    @Edji : l'Etat n'a pas été discriminatoire dans l'accès au vaccin (à mon avis). En revanche, s'il réserve des libertés au fait d'être vacciné tout en sachant qu'il y a des disparités dans la vaccination selon l'origine géographique, sociale, etc., ET qu'il ne prend pas de mesure pour accompagner ces populations (que ce soit dans la vaccination ou l'accès au pass sanitaire), ça devient discriminatoire.
    Pour prendre un autre exemple, proche de celui de John : si tu organises une réunion professionnelle en soirée, ce n'est pas discriminatoire. En revanche, si tu le fais en sachant que les femmes ne pourront pas être présentes parce qu'elles doivent s'occuper de leurs enfants, et que tu ne proposes pas de solution alternative (garde d'enfants par exemple), ça devient sexiste.

  • suppdebastille le 20/10/2021 à 19h50
    Mais un moment l'Etat doit faire quoi pour "accompagner les populations éloignées " des vaccins ? Envoyer les flics pour aller les chercher ? Ca serait populaire probablement.
    Je répète mais à part peut être quelques vieux complètement isolés (je ne pense pas que de ce côté le 93 soit particulièrement touché) qu'est ce qui empêche les populations que vous considérez éloignées du vaccin de se faire vacciner ?
    Fatigant ce misérabilisme

  • Edji le 20/10/2021 à 19h56
    Mais enfin, en quoi l'obligation vaccinale changerait la donne de ce point de vue ?
    On passerait de 90 à 95 % éligibles vaccinés, avec des chiffres tout autant inférieurs qu'aujourd'hui chez les « défavorisés »….soit exactement ce que tu qualifies aujourd'hui de situation « discriminatoire », au mépris du bon sens et de la langue française.
    Je suis encore plus peiné de te voir te complaire dans cette posture littéralement intenable, à vrai dire.

  • Edji le 20/10/2021 à 19h57
    Il est totalement faux de soutenir que les pouvoirs publics ne prennent pas ce genre de mesures d'accompagnement.