Ne perdez pas de temps à lire ce texte, connectez-vous vite pour commenter les articles des CDF. Attention à ne pas confondre vos minuscules et vos majuscules.
Vous avez oublié votre mot de passe ?
Inscription
Vous avez oublié votre mot de passe ? Il reste un espoir ! Saisissez votre adresse e-mail ; nous vous enverrons un nouveau mot de passe. Cette procédure est quasiment gratuite : elle ne vous coûtera qu'un clic humiliant.
Nous vous avons envoyé un email sur votre adresse, merci d'y jeter un oeil !

CONDITIONS D'INSCRIPTION :

1. Vous devez nous adresser, via le formulaire ci-dessous, un texte (format .txt inférieur à 100 ko) en rapport avec le football, dont la forme est libre : explication de votre passion, anecdote, aventure, souvenir, essai, commentaire composé, portrait, autobiographie, apologie, réquisitoire, etc. Vous serez ensuite informés de la validation de votre inscription par mail. Les meilleurs textes seront mis en ligne sur le Forum.

2. Nous ne disposons pas d'assez de temps pour justifier les retards d'inscription ou les non-inscriptions, et ne pouvons pas nous engager à suivre une éventuelle correspondance à ce sujet. Merci de votre compréhension.

Nous avons bien reçu votre candidature, on y jette un oeil dès que possible. Merci !

Feuilles de match et feuilles de maîtres

Qui a dit que football et littérature étaient incompatibles ? Voici le forum où vous pourrez parler de vos lectures récentes et anciennes, liées ou non avec le ballon rond.

Un conseil de lecture ? Une bonne librairie ? =>> "You'll never read alone", le Gogol Doc: http://bit.ly/11R7xEJ.

  • Pierluigi Scollina le 14/01/2022 à 15h18
    Tu parles, il a plutôt la VAR sans rien voir.

  • Maniche Nails le 15/01/2022 à 00h08
    Marquet Moon et MarquonsVanPasteque ?

  • inamoto le 17/01/2022 à 10h43
    [Des nouvelles des Nouvelles]

    Up ! Toi le rouillé, le primé, le frustré, le blasé, le pas-édité, le rangé, le jeune premier, ressors tes papiers, fais chauffer ton clavier, dompte ta logorrhée. Ta nouvelle est attendue pour le 1er mars, sur le thème de "Marquer". Intéressé ? Fais toi connaître ici.

  • Sens de la dérision le 17/01/2022 à 11h44
    N'empêche que ce thème ne m'inspire à peu près rien du tout.

  • Mevatlav Ekraspeck le 17/01/2022 à 12h03
    Il ne t'a donc pas marqué...

    ...

    Oui d'accord, j'ai déjà fait mieux, mais je suis en petite forme et c'est lundi.

  • John Six-Voeux-Berk le 17/01/2022 à 19h05
    Croisé aujourd'hui au fil d'une lecture. Pierre Bergounioux à propos des motivations de Flaubert :

    « Ce qu'il escompte de la littérature, ce n'est pas, comme Balzac, une rétribution en argent, ou, comme Stendhal, le plaisir égotiste de choisir, de refuser, de cultiver, en marge des « eaux glacées du calcul égoïste », un style de vie raffiné, artistique, mais c'est d'obtenir le contentement amer qu'on tire de ce qu'on a privé autrui de sa raison d'être, de l'élémentaire satisfaction qu'il trouvait au monde et à soi. »

    "Brrou", se dit-il, en se rappelant combien le monde lui avait paru soudain stupide et vain une fois "l'Education sentimentale" reposée, "j'ai donc été la dupe de Flaubert, cet empêcheur de jouir en rond !"

  • Red Tsar le 17/01/2022 à 20h33
    Désolé, c'est plus fort que moi, je prends ce fil en otage. Parce que vous pouvez me mettre une camisole de force ou un siphon sur la tête, mais Marx c'est aussi une sacrée expérience littéraire. Des textes piquetés de multiples références aux grands classiques et de beaux morceaux de bravoure. Et donc, le paragraphe d'où sont tirés les eaux glacées du calcul égoïste citées par Bergounioux (qui me rappelle le "le capital arrive au monde suant le sang et la boue par tous les pores") :
    "La bourgeoisie a joué dans l'histoire un rôle éminemment révolutionnaire. Partout où elle a conquis le pouvoir, elle a foulé aux pieds les relations féodales, patriarcales et idylliques. Tous les liens complexes et variés qui unissent l'homme féodal à ses "supérieurs naturels", elle les a brisés sans pitié pour ne laisser subsister d'autre lien, entre l'homme et l'homme, que le froid intérêt, les dures exigences du "paiement au comptant". Elle a noyé les frissons sacrés de l'extase religieuse, de l'enthousiasme chevaleresque, de la sentimentalité petite-bourgeoise dans les eaux glacées du calcul égoïste. Elle a fait de la dignité personnelle une simple valeur d'échange ; elle a substitué aux nombreuses libertés, si chèrement conquises, l'unique et impitoyable liberté du commerce. En un mot, à la place de l'exploitation que masquaient les illusions religieuses et politiques, elle a mis une exploitation ouverte, éhontée, directe, brutale. La bourgeoisie a dépouillé de leur auréole toutes les activités qui passaient jusque-là pour vénérables et qu'on considérait avec un saint respect. Le médecin, le juriste, le prêtre, le poète, le savant, elle en a fait des salariés à ses gages. La bourgeoisie a déchiré le voile de sentimentalité qui recouvrait les relations de famille et les a réduites à n'être que de simples rapports d'argent."

    Pour me faire pardonner, je vous livre à la suite cet extrait de Sidoine Apollinaire, l'un me faisant penser à l'autre. Sidoine y critique l'abandon de Rome pour Ravenne (si ma mémoire ne me fait pas défaut) :
    "Dans ce marécage sont continuellement inversées les lois de la nature : les murs tombent, les eaux stagnent ; les tours flottent, les navires sont échoués ; les malades se promènent, les médecins sont alités ; les bains sont glacés, les appartements brûlants ; les vivants ont soif, les morts nagent dans l'eau ; les voleurs veillent, les autorités dorment ; les clercs pratiquent l'usure, les Syriens le chant des Psaumes ; les commerçants font la guerre, les moines du commerce ; les vieillards aiment les balles, les jeunes gens les dés ; les eunuques les armes, les fédérés la littérature. Ainsi peux-tu voir en quel genre de cité tu as établi ton foyer domestique, une cité qui peut plus facilement avoir un territoire que de la terre."

  • kotinho le 20/01/2022 à 11h42
    Je me permets de venir ici et remonter le fil pour faire un peu de promotion.

    Dites-moi si c'est déplacé ou si ça doit l'être sur un autre fil.

    Après beaucoup de travail et de recherches de financement, le livre traduit par ma compagne voit enfin le jour. C'est le 1er, l'émotion est palpable, je viendrai pas vous bassiner ici pour les suivants (je l'espère, en tout cas), et je me dis aussi que ça peut peut-être intéresser du monde ici.

    lien

  • Julow le 20/01/2022 à 13h17
    C'est très bien placé, les amis de nos amis sont nos amis, et les femmes de nos amis sont.. Bref. Félicitations à kothinette, un roman plyphonique, ça doit être coton mais rigolo à traduire.

    (et je ne veux pas faire le gâte-sauce, mais le rédacteur de la quatrième de couv est un cochon : on n'a pas le droit d'utiliser le mot "sociétal", en général, et en littérature en particulier)

  • Utaka Souley le 20/01/2022 à 13h59
    Je voudrais pas faire le rabat-joie, mais il manque un "o" dans ta deuxième phrase, qui pourtant n'en est pas dépourvue.