Si vous saisissez votre mot de passe PUIS votre e-mail, vous aurez la confirmation que ça n'a aucun effet particulier. Attention à ne pas confondre vos minuscules et vos majuscules.
Vous avez oublié votre mot de passe ?
Inscription
Vous avez oublié votre mot de passe ? Il reste un espoir ! Saisissez votre adresse e-mail ; nous vous enverrons un nouveau mot de passe. Cette procédure est quasiment gratuite : elle ne vous coûtera qu'un clic humiliant.
Nous vous avons envoyé un email sur votre adresse, merci d'y jeter un oeil !

CONDITIONS D'INSCRIPTION :

1. Vous devez nous adresser, via le formulaire ci-dessous, un texte (format .txt inférieur à 100 ko) en rapport avec le football, dont la forme est libre : explication de votre passion, anecdote, aventure, souvenir, essai, commentaire composé, portrait, autobiographie, apologie, réquisitoire, etc. Vous serez ensuite informés de la validation de votre inscription par mail. Les meilleurs textes seront mis en ligne sur le Forum.

2. Nous ne disposons pas d'assez de temps pour justifier les retards d'inscription ou les non-inscriptions, et ne pouvons pas nous engager à suivre une éventuelle correspondance à ce sujet. Merci de votre compréhension.

Nous avons bien reçu votre candidature, on y jette un oeil dès que possible. Merci !

Festival de CAN

La Coupe d'Afrique des Nations: fans d'Okocha, d'El Karkouri, de Kanouté ou d'Eto'o, lâchez-vous!

  • fabraf le 22/08/2022 à 17h34
    My bad, je ne savais pas qu'on ne jouait pas au foot en juin -juillet à Abidjan ou à Lagos ! Un petit coup d'oeil m'indique que les championnats locaux terminent à cette période (fin juin pour ceux de Côte d'Ivoire et du Cameroun, mi-juillet pour le Nigérian) mais ça doit être une erreur.

  • cachaco le 22/08/2022 à 23h18
    Comparer le championnat local avec une compétition internationale, comment dire... C'est ni le même standing ni le même afflux de spectateurs.
    La saison des pluies à Abidjan c'est pas de la bruine, les inondations sont dévastatrices (encore une vingtaine de morts le mois dernier). La circulation est littéralement impossible, les forces de sécurité (dont les pompiers) sont au four et au moulin. Ce n'est pas une question de joueurs en sucre, mais de sécurité publique.
    Edit: vidéo au hasard de la voie menant au Plateau, quartier où se situe le Felicia (le stade de la ville).

    lien

  • Toni Turek le 23/08/2022 à 05h33
    Adieu aux "Écureuils" du Bénin.
    Devinez quel est le nouveau surnom de l'équipe nationale béninoise ?

    lien

  • suppdebastille le 23/08/2022 à 07h29
    J'avais souhaité le python ( je vois que Mounie avait eu la même idée) si important au Bénin (ah le python qu'on vous dépose sur les épaules à Ouidah) et plus original qu'un énième félin.

  • LYon Indomptable le 28/08/2022 à 12h18
    Ce n'est pas une erreur. C'est juste de la méconnaissance du climat local.
    Et si au Cameroun on joue en juin juillet août et septembre, c'est le résultats du désordre du football camerounais.
    Dans ma tendre jeunesse, on se précipitait pour boucler le championnat et la finale de la coupe du Cameroun avant fin juin pour éviter de jouer sur des lacs éphémères (ceci n'étant pas le résultat d'un mauvais drainage des dits stades, au Parc ou à l'Allianz Arena, ce serait même tarif avec ces pluies là). A cause de ce désordre, on peine d'ailleurs à jouer la finale de la coupe du Cameroun en décembre, jusqu'à en empêcher le vainqueur de participer à la coupe d'Afrique des clubs correspondante du fait de l'enregistrement trop tardif de son vainqueur après de la CAF.

    La CAF étant mieux organisée que le foot camerounais (encore heureux!) avant l'arrivée de Eto'o, ils évitent les CAN de la zone inter tropicale au pire moment de l'année...
    On ne peut que saluer cela.

    En passant, à part Douala et Yaoundé qui ont des stades dont 15 à 30% des places seulement sont couvertes, les autres stades offrent maxi 10% des sièges couverts...
    Je te raconte pas pour nous spectateurs ce qu'on fait de ces matchs (on reste au sec devant sa télé, en évitant les embouteillages monstres pendant les pluies continues qui arrosent la ville du matin au soir...).
    Mais, entre des matchs de championnat suivis par 2000 personnes et des matchs internationaux retransmis en l'indivision et devant 50.000 personnes, sous une pluie de malade du matin au soir, on parle pas vraiment de la même chose.
    Viens sur place en ce moment, tu vas comprendre ce qui n'apparaît pas sur des pages Internet...

  • LYon Indomptable le 28/08/2022 à 12h19
    Bon tu as tout dit là.
    J'avais pas encore lu ton post éloquent et illustré.

  • liquido le 28/08/2022 à 15h08
    Avec retard, mais comme l'affaire court toujours...

    - L'affaire est devenue éminemment politique. Elle est un objet de grosse tension entre Côte d'Ivoire et Mali. Les Maliens accusent les 49 Ivoiriens d'être des mercenaires ayant pour plan de destabiliser la transition et sont montés d'un cran dans la judiciarisation de la crise en plaçant les Ivoiriens sous mandat de dépôt pour "tentative d'atteinte à la sûreté de l'état". Les Ivoiriens sont assez patients je trouve et communiquent prudemment (mais je me demande jusqu'à quel point les milis ivoiriens vont tenir face à l'humiliation que leur inflige le Mali). Une tentative de médiation du Togo a échoué récemment

    - Les 49 Ivoiriens ne sont évidemment pas mercenaires mais leur statut n'est pas bien clair pour autant. Ils appartiennent à la périphérie contractuellement obscure de la MINUSMA. Ils ne sont pas officiellement Casques bleus (pas dénombrés dans les contingents des Troop Contributing Countries) mais remplissaient des tâches au service des Casques bleus. Là où ça devient compliqué c'est que ce rôle d'auxiliaire des Casques bleus est codifié. Chaque contingent a droit à des National Support Elements ( lien). La Côte d'Ivoire affirme que ces gens sont des NSE. Or ils ne se trouvent pas là où sont les contingents ivoiriens, à Mopti et Tombouctou, mais sont stationnés à l'aéroport de Bamako dans une base où sont logés d'autres contingents (notamment allemands), dont ils assurent la sécurité. Cette base est gérée par une société privée Sudaf, Sahel Aviation Service qui fait de la logistique pour plein d'acteurs internationaux opérant au Mali (y compris CICR). Et c'est avec cette boîte que les Ivoiriens ont apparemment un contrat. La MINUSMA est elle-même perdue dans ces montages contractuels. Son porte-parole a dit au début de l'affaire que les Ivoiriens étaient des NSE, ce qui lui a valu d'être viré du Mali. Le porte-parole a ensuite été désavoué par le siège à New-York qui a dit "on a rien à voir avec ces Ivoiriens". Dans cette affaire, tout le monde s'est exprimé sauf Sahel Aviation Service dont le silence est très problématique

    - My two cents: i) les gars ne sont pas des mercenaires et le Mali s'en sert comme levier diplo pour faire chier la CIV et la MINUSMA; ii) le Mali est néanmoins fondé à exiger de la transparence de la part des acteurs sécuritaires internationaux qui depuis 2013 se sentent un peu trop chez eux au Mali; iii) il y a du pognon à la clé; les chaines de sous-traitance sécu sont un gros business et si la sauce a pu monter depuis des semaines sans qu'on puisse établir clairement les faits c'est peut-être bien parce que des acteurs de cette économie politique ont des trucs pas très nets à cacher

  • liquido le 28/08/2022 à 18h17
    Bonus:

    J'évoque une réaction officielle de la CIV assez mesurée, en revanche il semble qu'une riposte ait été mise en place sur le réseaux sociaux, avec notamment la création d'un compte twitter en train de rendre dingos les autorités maliennes. Le compte en question - qui se présente comme celui d'un journaliste / lanceur d'alerte français inconnu au bataillon - est sans nul doute un boulot collectif ivoirien alimenté par des opposants au pouvoir malien bien informés (pas mal de dignitaires de l'ancien pouvoir malien ont élu domicile en CIV). Au milieu d'un torrent d'infos bidon, il y a des trucs assez explosifs, des histoires croustillantes de fesses et d'argent. Ledit compte ne laisse aucun répit au régime malien et a gagné des milliers de followers en quelques semaines. Tout ça ne manque pas d'ironie puisque la junte malienne s'appuie elle-même sur une armée de trolls sur les RS, lesquels semblent pour une fois dépassés.

  • cachaco le 29/08/2022 à 14h21
    Merci beaucoup pour les infos, ça à l'air d'être un sacré nid de vipères sur place...
    La CIV calme le tempo, mais a-t-elle de toute façon les moyens de risquer une escalade avec son voisin? Les sanctions déjà adoptées par la Cedeao ne laissent plus vraiment de marge de manoeuvre sur les moyens de pression non militaires.

  • liquido le 30/08/2022 à 09h07
    Oui. Suivre le Mali provoque de sacrées aigreurs d'estomac. Prends l'exemple du massacre de Mourah de mars dernier. Autour de 400 personnes systématiquement liquidées, avec au milieu 70 djihadistes au maximum (qui ne se battaient pas vraiment et auraient dû être faits prisonniers). Eh bien la MINUSMA est censée sortir un rapport car c'est son mandat. Ses enquêteurs ont fait des entretiens en pagaille, à défaut de pouvoir se rendre sur place pour recueillir des preuves matérielles. Eh bien personne ne comprend pourquoi le rapport ne sort pas. C'est un scandale absolu. Les Nations unies sont une machine à provoquer de la désillusion.

    Pour revenir aux Ivoiriens, je pense qu'une sorte de tractation diplo finira par leur rendre la liberté. On est un peu dans la logique de l'Iran et des Occidentaux détenus arbitrairement (dernièrement : un humanitaire belge que l'on connaissait bien au Mali où il bossait pour MDM). Le problème est que les autorités qui ne cessent de parler de mercenaires fomentant un coup ne peuvent désormais plus les laisser partir à n'importe quel prix.