Le cable réseau du serveur étant presque saturé, merci de ne vous connecter qu'en cas d'absolue nécessité de vous amuser. Attention à ne pas confondre vos minuscules et vos majuscules.
Vous avez oublié votre mot de passe ?
Inscription
Vous avez oublié votre mot de passe ? Il reste un espoir ! Saisissez votre adresse e-mail ; nous vous enverrons un nouveau mot de passe. Cette procédure est quasiment gratuite : elle ne vous coûtera qu'un clic humiliant.
Nous vous avons envoyé un email sur votre adresse, merci d'y jeter un oeil !

CONDITIONS D'INSCRIPTION :

1. Vous devez nous adresser, via le formulaire ci-dessous, un texte (format .txt inférieur à 100 ko) en rapport avec le football, dont la forme est libre : explication de votre passion, anecdote, aventure, souvenir, essai, commentaire composé, portrait, autobiographie, apologie, réquisitoire, etc. Vous serez ensuite informés de la validation de votre inscription par mail. Les meilleurs textes seront mis en ligne sur le Forum.

2. Nous ne disposons pas d'assez de temps pour justifier les retards d'inscription ou les non-inscriptions, et ne pouvons pas nous engager à suivre une éventuelle correspondance à ce sujet. Merci de votre compréhension.

Nous avons bien reçu votre candidature, on y jette un oeil dès que possible. Merci !

Dans le haut du panier

NBA, Pro A, EuroLigue : l'important, c'est les (paniers à) 3 points.


  • BIG le 25/10/2021 à 23h53
    J'ai oublié le moment du match, sans doute Patty Mills en train de dessiner des ronds en courant autour de la ligne à 3 pts en attaque. Sacré FIBA-Patty, je m'en lasserai jamais.

  • Mevatlav Ekraspeck le 26/10/2021 à 02h30
    La lose… je veille pour voir les pistons et leur pépite draftee, et j'apprends qu'il est tout cassé déjà.

    Résultat je me tape une purge avec des Hawks qui ronronnent paisiblement face au peu de danger que représente Détroit.

    Pffff

  • BIG le 26/10/2021 à 14h02
    [Le tour des 30 - Jour 5 (en retard) - 11 à 14/30]
    Premier claquage visuel de la saison avec le maillot vert fluo des Wolves, un modèle du genre de third qui dépasse les bornes et rend les matchs fatigants pour les yeux. En face, NOLA avait sorti un ensemble blanc particulièrement ennuyeux pour marquer le contraste.
    Les Wolves, c'est bien simple, faut les regarder le plus tôt possible dans la saison, quand ils affichent plein d'intentions et une énergie qui déborde. Et alors là, je sais pas comment expliquer ce que j'ai vu, mais c'était l'équipe la plus amusante depuis le début de ma tournée. Peut-être l'effet Beverley qui fait monter l'intensité de six niveaux quand il apparaît dans une pièce, peut-être Chris Finch qui a décrété qu'il jouerait run and gun avec un quarteron d'athlètes survitaminés (Okogie, Edwards) et le pivot le plus doué de sa génération (ces feintes à 3 puis drive comme un arrière, quelle folie). Et donc ça court comme aucune autre équipe ne court, de manière souvent désordonnée, ça court après les lignes de passes, après les shooteurs adverses oubliés dans les corners, ça court en avance sur l'early offense, bref y'a du déchet en pagaille mais c'est très divertissant. Entre la surpression déraisonnable sur la balle en défense et les premiers signes d'une attaque qui se trouve collectivement, j'en ferais bien une équipe surprise à surveiller cette année, quoique je ne sais pas si leur rythme de jeu est tenable sur plus de trois semaines.
    Bon, tout bien réfléchi, ce kiff pris à regarder les Wolves jouer correspond peut-être au fait que les Pels en face avaient l'air bien nuls. Enfin pas nuls genre les joueurs sont nuls, mais nuls genre "pfff, il manque notre joueur majeur qu'on a remplacé par un mec qui s'appelle Jones et qui passait par là, alors allons-y, on a qu'à suivre le run and gun et mettre un sérieux extrêmement variable en attendant qu'il revienne". Même si les nombreuses erreurs en face les laissent tard dans ce match précis, j'avoue que même avec pas mal d'imagination j'ai du mal à comprendre leur projet : Zion aura besoin d'isos pour peser sur le jeu (...pas fier de celle-ci) qui seront autant de tickets shoots en moins pour Ingram (alors que Jean Castex a probablement promis de lui en inscrire dans le projet de loi de finances), et il aura besoin d'un espace dans lequel vit Valanciunas, lequel n'est même pas arrivé sur le demi-terrain d'attaque quand le shoot est pris sur les deux tiers des possessions, du fait notamment d'un Graham qui joue l'accélérateur de particules perpétuel. Vraiment, le projet m'échappe, donc à revoir avec Zion par acquit de conscience.
    Le moment du match : la meute des jeunes loups qui s'envoie à 4vs1 en contre-attaque comme si sa vie en dépendait dans le money time pour une action mélangeant Harlem Globe Trotters et Benny Hill, après un des plus de 30 (!) ballons perdus par NOLA.

    Le même soir, déjà le second passage dans la soporifique Staples Center (surtout quand le bruit de fond est aussi mal mixé que sur la version que je me suis procuré), pour voir les Grizzlies affronter les Clippers.
    Avis réservé sur les Clippers sans leur meilleur joueur, qui m'ont surpris par une non-dépendance à l'égard de Paul George dans la création (même si dans le scoring brut, fatalement ...) et des qualités collectives intéressantes pour une équipe qui aligne un backcourt aussi vilain stylistiquement que ce duo RJax-Bledsoe. Le plus logique serait qu'ils passent la saison à se montrer perpétuellement pénibles à jouer vu le nombre de briscards un peu vicieux qu'ils alignent. Le manque de talent bouche un peu leurs perspectives à court terme, c'est sans doute une saison qu'il faudra juger moins sur le bilan V-D que sur la fierté et la cohésion affichées et sur la capacité à développer ou non un Mann, ou à faire de Luke Kennard un sous-genre de JJ Reddick.
    Je trouve nettement plus intéressant de m'arrêter sur le cas des Grizzlies qui sont un peu à la croisée des chemins, entre l'évolution de Ja Morant, la confiance réaffirmée à coup de dollars en JJJ, ou encore ce banc façon boîte de chocolats dont on ne sait pas s'il va révéler un praliné du meilleur goût ou un truc à la liqueur qui fait grimacer. Sur ce dernier point, difficile de ne pas être séduit par Melton sur ce match, à la fois malin et incisif. S'agissant de JJJ, le eye-test est convaincant aussi, et si la santé tient ("important, la santé !"), j'en réévaluerais bien entièrement ce trade pour Steven Adams que j'avais trouvé débile de leur part : finalement, autant filer à JJJ les isos qui allaient à Valanciunas, et autant avoir un monstre du rebond offensif pour descendre au cercle à côté ou dans le sillage de Morant qui fait quasi systématiquement venir l'aide à lui. Sacré joueur que le néozed, qui avait l'air de nécessiter une prescription de prozac à NOLA et qui trouve finalement dans le Tennessee un contexte où ses qualités de dureté seront appréciées et réclamées. Quant à Ja, je l'ai vu allumer un peu de loin ce qui ressemble à une évolution très positive pour lui permettre d'alterner dans son jeu mais qui doit rester à mon sens sur des dosages raisonnés, car je dois dire que c'est sur le mode de l'agressivité permanente que je préfère le voir insister, tant ça donne le ton pour son équipe.
    Le moment du match : une étrange publicité diffusée sur la télé locale de Memphis pour un restaurant du coin dans laquelle Z-Bo fait une apparition remarquée entouré de serveuses très court-vêtues, lesquelles semblent constituer, bien avant la nourriture servie, l'argument principal pour attirer des clients.

  • DansonsLaBostella le 27/10/2021 à 13h16
    Mais oui on dirait qu'ils font un duel Mexicain avec l'equivalent vert fluo des Seattle Seahawks pour la Cacamiseta 2021.

  • Label Deschamps le 27/10/2021 à 13h24
    Ce n'est pas Ingram qui va peser, c'est sûr. (pas fier non plus m'enfin j'assume et je ne me retire pas de la vie calembouresque pour autant)

  • BIG le 27/10/2021 à 14h26
    [Le tour des 30 - Jour 7 (en retard) - 15 à 18/30]
    Je vis en Picardie et j'aime bien la Central Division, voilà pour ma santé mentale, donc direction Indiana pour la réception des Bucks, un bien beau matchup local et passionnant sur le principe.
    Toujours un plaisir de regarder jouer les équipes de Rick Carlisle, venu paisiblement avec un système offensif adorable et une envie de défendre très intermittente (quoique ludique). En attaque, pas de fausse pudeur : tout passe par Domantas Sabonis et ses mains de dentellière associées à ce qui ressemble de plus en plus à un sur-physique, capable de déménager les 4 et de prendre de vitesse les 5. Ce mec est une académie basket à lui tout seul et fait briller une ligne arrière propre mais qui manque singulièrement d'explosivité. Par contre le fit avec Mules Turner est toujours étrange. Mention quand même à Chris Duarte qui fait mentir le théorème qui veut que Carlisle marginalise les rookies. Voilà, ils un vieux match de traînards même pas payé mais je m'en fous, j'ai bien aimé ce que j'ai vu, et non je suis pas objectif.
    Pas vraiment une mauvaise pioche mais une bien étrange pioche tout-de-même côté Bucks avec les absences d'Holiday et Lopez sur ce match. Ce qui pouvait ressembler à une occasion manquée de se faire un avis se transforme en démonstration de force à travers une séance de travail studieuse de coach Bud, qui cisèle ses rotations en mode force tranquille. Du Giannis hallucinant de facilité en point-center (quelle qualité de passe, ça n'en finit pas de me surprendre) au point de rendre George Hill pertinent en 2021, un Thanasis toujours en sur-tonicité, du Middleton super pertinent, du Grayson Allen incisif, des mecs improbablement utiles et efficaces jusqu'au treizième membre de la rotation (Nwora, Mamukelashvili, Robinson ...), et des absents concernés qui conseillent depuis le banc. J'ai vu passer des débats sur le fait qu'ils seraient un ton en dessous des Lakers et des Nets en termes de "plafond" ... alors je peux pas juger ledit plafond avec une telle rotation devant les yeux, par contre le plancher doit être largement le plus élevé de la ligue, c'est tout simplement l'équipe la mieux en place qui me soit passée devant les yeux à ce stade, avec un côté franchement implacable dans la conduite des opérations, du jeu rapide au massacre organisé dans la raquette.
    Le moment du match : Goga Bitadze assis par terre et traîné sur 5 mètres par son staff alors qu'il tentait de déclencher une générale façon pilier de Pro D2 avec Middleton. La Géorgie comme on l'aime !

    Direction ensuite la Floride pour un derby entre Heat et Magic qui sentait bon la sieste entre midi et deux.
    On peut dire de Miami qu'ils savent entretenir leur culture, tant les arrivées de Kyle Lowry et PJ Tucker confirment jusqu'à la caricature les tendances de ce roster à employer des vétérans portés sur la dureté et qui savent conduire ou compléter admirablement un collectif. Du second nommé, on notera seulement pour l'instant qu'il est aligné en 4, mais on se demande si, le moment venu (notamment en playoffs), il ne viendra pas à la place de Dedmon en 5 derrière Bam. Du premier nommé, on se régale déjà d'interventions pleines d'à-propos, pour conclure des possessions mal embarquées par exemple, et on guettera l'équilibre dans la création avec Butler et Adebayo (étonnamment peu impliqué dans la conduite du jeu sur ce match), dans une configuration qui rappellera peut-être l'association avec Marc Gasol et Kawhi Leonard qui a mené les Raptors au titre. Pour le reste, c'est du très classique désormais avec la candidature officielle de Tyler Herro au trophée de sixième homme, une académie de jeu bien en place, des velléités de jouer un peu plus la transition et l'impression tenace que ça va jouer un peu en sous-régime pour une bonne partie de la saison régulière, comme sur ce match dans lequel ils laissent Orlando traîner trop longuement à mon goût.
    Euh, vraiment, ça va pas être évident de faire quelque chose avec cette équipe du Magic. Bon, d'abord, sans être aussi malhonnête qu'on pourrait le croire (surtout en contexte SeGaBaBa), c'est faible. C'est pas non plus OKC, y'a de vrais joueurs NBA qui sont égarés là, mais des joueurs qui peuvent servir de complément dans des équipes qui tournent, mais certainement pas assumer des responsabilités dans un environnement bancal (coucou Gary Harris), mais ça manque singulièrement de talent, si on tient compte du fait que Suggs et Wagner sont en apprentissage. Parce que le reste est totalement à l'avenant je trouve : Cole Anthony pas vraiment câblé pour la régularité, RJ Hampton intermittent, Markelle Fultz et Jonathan Isaac qui creusent le trou de la sécu, des apparitions spectrales de T-Ross, Wendell Carter Jr. vraiment douteux au poste 4, une défense collective assez naïve et martyrisée par un Butler en charentaises, la vision cauchemardesque du serre-tête de RoBin Lopez ... Reste la bonne surprise d'un Mo Bamba en bonne santé et fort bien disposé avec ses presque deux triplés à ce stade de la saison, qui effacent un peu l'idée à mon sens franchement effarante de l'aligner aussi souvent à côté d'un second pivot. Sauf performances christiques de Jalen Suggs, on évitera pour le reste de l'année, en leur souhaitant quand même de garder une bonne part du sérieux des intentions affichées sur ce match pour que les jeunes se développent.
    Le moment du match : Moritz Wagner qui cherche la bagarre deux actions de rang avec Markieff Morris puis Dewayne Dedmon, séquence que les commentateurs du Heat attribueront dans une formule très comique à un manque de sommeil.

  • Maniche Nails le 27/10/2021 à 14h28
    Excuse-moi, t'as Giànnis et les Boucles de l'Oise dans ta vie, on a connu moins bling bling.

  • Lucho Gonzealaise le 27/10/2021 à 17h36
    Pauvre Gary Harris n'empêche... Passer de joueur plus que correct dans une équipe en constante progression à... cet Orlando-là, au moment où il attaque ses meilleures années physiquement. Y a bien une équipe un peu ambitieuse qui va aller le chercher contre un tour de draft quand même ?

  • DansonsLaBostella le 27/10/2021 à 20h13
    Il était en grosse perte de vitesse sur ses dernières saisons aux nuggets tout de même, des deux côtés du terrain, et vu son contrat pas sur qu'il attire tant de pretendants.

  • Gouffran direct le 27/10/2021 à 20h22
    Quelle horreur.
    Passer du Colorado à la Floride.
    Bon courage à lui.
    Hi hi.