Le cable réseau du serveur étant presque saturé, merci de ne vous connecter qu'en cas d'absolue nécessité de vous amuser. Attention à ne pas confondre vos minuscules et vos majuscules.
Vous avez oublié votre mot de passe ?
Inscription
Vous avez oublié votre mot de passe ? Il reste un espoir ! Saisissez votre adresse e-mail ; nous vous enverrons un nouveau mot de passe. Cette procédure est quasiment gratuite : elle ne vous coûtera qu'un clic humiliant.
Nous vous avons envoyé un email sur votre adresse, merci d'y jeter un oeil !

CONDITIONS D'INSCRIPTION :

1. Vous devez nous adresser, via le formulaire ci-dessous, un texte (format .txt inférieur à 100 ko) en rapport avec le football, dont la forme est libre : explication de votre passion, anecdote, aventure, souvenir, essai, commentaire composé, portrait, autobiographie, apologie, réquisitoire, etc. Vous serez ensuite informés de la validation de votre inscription par mail. Les meilleurs textes seront mis en ligne sur le Forum.

2. Nous ne disposons pas d'assez de temps pour justifier les retards d'inscription ou les non-inscriptions, et ne pouvons pas nous engager à suivre une éventuelle correspondance à ce sujet. Merci de votre compréhension.

Nous avons bien reçu votre candidature, on y jette un oeil dès que possible. Merci !

Partager :

Trezeguet 2000, de l'or sous la barre

Un jour, un but – Le 2 juillet à Rotterdam, cette année-là, l’équipe de France remporte l’Euro grâce à un débordement de Robert Pires et une volée exceptionnelle de David Trezeguet.

Auteur : Richard N. le 27 Juin 2012

 

Le stade De Kuip à Rotterdam bouillonne. Sylvain Wiltord a décroché in extremis une prolongation pour l’équipe de France et les supporters des deux camps poussent leurs équipes respectives. "Italia, Italia" contre I Will Survive. La France baigne dans l’euphorie des rescapés. Du coté italien, on est sonné, après avoir été à dix secondes de la victoire. On commet même, chose rare, quelques fautes de concentration au sein de la défense, comme cette passe trop appuyée de Fabio Cannavaro que Demetrio Albertini ne parvient pas à contrôler. Nous sommes à la 103e minute et Robert Pires s’empare du ballon.

 

 


Frappe fatale

Sur le côté gauche, dans les vingt mètres, l’ex-Messin a plusieurs options. Zinédine Zidane se tient à ses côtés, tout comme Thierry Henry, pas très loin devant le porteur du ballon. Les Italiens restent un peu figés, persuadés qu'il va donner son ballon. Mais celui-ci est pris d'une audace: il snobe ses prestigieux coéquipiers, s’engouffre sur l’aile gauche, s'emmène le ballon devant un Cannavaro pris de vitesse mais qui renonce à faire faute, et lève la tête avant de centrer un mètre devant la ligne. Non sans réussite, puisque le ballon passe entre les jambes de Nesta. À hauteur du point de penalty, David Trezeguet est à l'affût depuis longtemps. En vrai renard des surfaces, il se dégage du marquage adverse en quelques petits pas de côté: Iuliano est effacé, Maldini n'a pas bougé. Le Franco-argentin déclenche sa volée du gauche, sans élan ni contrôle, et la balle va se ficher sous la barre, tout près de la lucarne, ne laissant aucune chance à Toldo qui était parti de l'autre côté – renforçant l'impression de perfection de cette frappe fatale.

 

On ne réalise pas immédiatement, mais la France devient championne d’Europe, deux ans après avoir remporté la Coupe du monde. Jamais depuis la RFA des années 1972-1974, une équipe ne s’était ainsi maintenue au sommet deux tournois consécutifs. Les chroniqueurs chipotent même sur l’ordre des victoires, comme s’il avait une réelle importance.

 

 


Le blues du remplaçant

Pour le deuxième Euro consécutif, la finale se règle par un but en or inscrit par un remplaçant. À Oliver Bierhoff, héros inattendu de l’Allemagne en 1996, succède David Trezeguet, héros d’un tournoi où il n’a pratiquement pas joué. Barré par le duo Henry-Anelka, le jeune buteur monégasque n’a été titularisé que pour Pays-Bas-France, match sans enjeu entre équipes déjà qualifiées. Tout le reste n’a été qu’une longue attente sur le banc. Il ne réapparaît que durant la prolongation de la demi-finale contre le Portugal, une douzaine de minutes qui lui suffiront pour provoquer l’action amenant le penalty – également en or – de Zidane.

 

La finale, c’est aussi sur le banc que David Trezeguet la débute. Une drôle de situation pour un homme qui, depuis deux mois, passe par des sentiments contradictoires. Il connaît des moments de joie, avec le titre de champion de France conquis au sein de l'AS Monaco, en inscrivant 22 buts. Et la naissance de son fils, en mai, alors qu’il est à Clairefontaine en pleine préparation de l’Euro avec les Bleus. Des moments difficiles: la frustration de n’avoir eu que quatre jours de permission pour profiter de son fils Aaron, la déception du remplaçant qui constate que ses coéquipiers n’ont plus besoin de lui pour gagner, la colère, un jour à l’entraînement, où il jette sa chasuble et quitte ses coéquipiers en les insultant (en espagnol). Le positif reprend le dessus quand, la veille de la demi-finale, il signe un contrat avec la Juventus Turin. Puis rejoue quelques minutes avec les Bleus.

 

 


Un bonheur fou

Ce n’est qu’au début du dernier quart d’heure du temps réglementaire que David Trezeguet fait son entrée. Il remplace Youri Djorkaeff et se place à la pointe de l’attaque. La France est alors au plus mal, menée qu’elle est par d’opiniâtres Italiens. Roger Lemerre, le sélectionneur, a déjà fait entrer Wiltord, à l’heure de jeu. Il fera entrer Robert Pires à cinq minutes de la fin, comme contre le Portugal. Un coaching pour le moins gagnant: à la dernière minute, Sylvain Wiltord égalise. David Trezeguet est partie prenante du miracle grâce à une déviation de la tête que n’a pu maîtriser Fabio Cannavaro. En prolongation, Robert Pires virevolte et centre pour David Trezeguet qui ne laisse pas passer l’occasion. En or.

 

Étrangement, le passeur décisif ne montre aucune émotion: il continue de marcher le long des panneaux publicitaire, le regard baissé vers le sol tandis que Trezeguet, fou de joie, retire son maillot et le brandit à bout de bras dans une course folle. On voit Roger Lemerre, en survêtement, courir vers lui les bras largement ouverts. Une image rare du sélectionneur français, qui s’efforce continuellement de maîtriser ses émotions. Mais là, il s’agit de Trezeguet, un de ses préférés. Il ne le fait pourtant pas jouer autant qu’il le voudrait, pour des impératifs tactiques. Alors le voir marquer un but, dans ces conditions, est un bonheur rare. Il n’a pas oublié, Roger, que si la France dispute ce tournoi, c’est aussi parce que David Trezeguet avait inscrit le but décisif en éliminatoires face à l’Islande (3-2). Déjà un but en or.

 

 

Un jour, un but - série spéciale Euro

Panenka 1976, le penalty de velours
Arconada 1984, naufrage au Parc
Gazza 1996, pourvu qu'on ait l'ivresse
Wiltord 2000, héros sur le tard
 

Réactions

  • Moravcik dans les prés le 27/06/2012 à 04h24
    A propos de l'attitude, effectivement étrange, de Pires après le but, il me semble que c'est lors de ce match-là que Desailly, à sa rentrée, s'était permis de lui lancer un commentaire assez limite du genre 'bon bah on va voir ce que tu vaux maintenant', qu'on pourrait considérer, si on veut être gentil, comme étant un discours de motivation, ou alternativement comme étant franchement désobligeant (l'un n'empêchant d'ailleurs pas l'autre), enfin bref, un classique du Marcel sympa et toujours bon camarade qu'on connait tous, quoi.

    Je peux complètement me tromper, mais j'ai toujours eu l'impression que Pires, profondément vexé par l'épisode, avait réagi de la sorte pour cette raison-là.

    Quant à Trézeguet, je ne peux qu'imaginer son éternelle frustration de n'avoir jamais été considéré sur la durée comme un titulaire clair en EdF. Pour un joueur aussi spécifique et aussi atypique en France, il y a sans doute des raisons culturelles qui expliquent, en partie, tout cela.

  • bcolo le 27/06/2012 à 08h09
    Oui, c'est vrai, je n'avais jamais fait attention à ça. Dommage d'ailleurs que Trezeguet ne soit pas parti de son côté pour le remercier, Pires a dû se sentir un peu seul sur le coup. Son geste (balle récupérée, percée jusqu'à la ligne de but et centre en retrait fatal) est d'ailleurs étrangement semblable à celui de Tigana contre le Portugal en 84. Et Platini, emporté par son élan, s'était aussi précipité vers le banc français alors que Tigana était resté derrière les buts, épuisé.

  • Luis Caroll le 27/06/2012 à 08h32
    Ah mais non, ça ne va plus du tout.
    Après le but de Wiltord hier, ça fait un jour DEUX buts. Il faut changer le titre de cette rubrique.

  • le Bleu le 27/06/2012 à 08h54
    Bernard Lacombe, meilleur buteur français de l'histoire du championnat, n'a jamais été non plus indiscutable en Equipe de France, pour le même profil d'attaquant de surface.

  • Il m harcèle de saillies le 27/06/2012 à 09h13
    "la colère, un jour à l’entraînement, où il jette sa chasuble et quitte ses coéquipiers en les insultant"

    J'espère que des sanctions seront prises et que ce sale type ne portera plus jamais le maillot de l'Équipe de France.

  • Tonton Danijel le 27/06/2012 à 10h07
    "Le Bordelais, légèrement décalé sur la gauche, contrôle de la poitrine, entre dans la surface, laisse le ballon rebondir le temps de trouver l’angle idéal. Puis il frappe du pied gauche. Le ballon passe entre les jambes d’Alessandro Nesta, qui s’était placé en opposition."

    "Sur le côté gauche, dans les vingt mètres, l’ex-Messin a plusieurs options. (...) il snobe ses prestigieux coéquipiers, s’engouffre sur l’aile gauche, s'emmène le ballon devant un Cannavaro pris de vitesse mais qui renonce à faire faute, et lève la tête avant de centrer un mètre devant la ligne. Non sans réussite, puisque le ballon passe entre les jambes de Nesta."

    Purée, j'avais pas fait attention mais sale soirée pour Nesta, à deux doigts d'intervenir sur les deux buts tricolores... A quoi tient un destin.

  • Mevlut Alors ! le 27/06/2012 à 10h25
    Il m harcèle de saillies
    aujourd'hui à 09h13

    "la colère, un jour à l’entraînement, où il jette sa chasuble et quitte ses coéquipiers en les insultant"

    J'espère que des sanctions seront prises et que ce sale type ne portera plus jamais le maillot de l'Équipe de France.

    -----------------

    On voit bien la différence de contexte à l'époque par rapport à maintenant. La médiatisation et les réseaux sociaux ont profondément changé la donne et un incident anodin d'une vie de groupe devient maintenant une affaire nationale...

  • Sens de la dérision le 27/06/2012 à 11h15
    C'est surtout la différence entre une équipe qui gagne, qui montre quelque chose sur le terrain et une équipe qui perd, qui montre rarement quelque chose d'intéressant.

  • Justin Bibard le 27/06/2012 à 11h38
    Moravcik dans les prés
    aujourd'hui à 04h24

    J'avais lu la même chose à l'époque, Pires racontait que Desailly l'avait en effet piqué dans son orgueil à son entrée en jeu. Il racontait aussi que 2 joueurs (Liza et Thuram ?) étaient venus le féliciter plutôt que de s'agglutiner sur Trezeguet.

  • Christ en Gourcuff le 27/06/2012 à 11h56
    Juste une petite coquille s'est glissée dans le texte : "et la balle va se ficher sous la barre, (et non pas se "fichier")

    Mais sinon, comme beaucoup j'avais pas vu la réaction de Pirès! C'est pourtant pas faute d'avoir vu et revu cette action!!

Bonjour, le site souhaite utliser des cookies à des fins marketing.