Ne perdez pas de temps à lire ce texte, connectez-vous vite pour commenter les articles des CDF. Attention à ne pas confondre vos minuscules et vos majuscules.
Vous avez oublié votre mot de passe ?
Inscription
Vous avez oublié votre mot de passe ? Il reste un espoir ! Saisissez votre adresse e-mail ; nous vous enverrons un nouveau mot de passe. Cette procédure est quasiment gratuite : elle ne vous coûtera qu'un clic humiliant.
Nous vous avons envoyé un email sur votre adresse, merci d'y jeter un oeil !

CONDITIONS D'INSCRIPTION :

1. Vous devez nous adresser, via le formulaire ci-dessous, un texte (format .txt inférieur à 100 ko) en rapport avec le football, dont la forme est libre : explication de votre passion, anecdote, aventure, souvenir, essai, commentaire composé, portrait, autobiographie, apologie, réquisitoire, etc. Vous serez ensuite informés de la validation de votre inscription par mail. Les meilleurs textes seront mis en ligne sur le Forum.

2. Nous ne disposons pas d'assez de temps pour justifier les retards d'inscription ou les non-inscriptions, et ne pouvons pas nous engager à suivre une éventuelle correspondance à ce sujet. Merci de votre compréhension.

Nous avons bien reçu votre candidature, on y jette un oeil dès que possible. Merci !

Partager :

Vices et vertus de la faute utile

Faut-il condamner ces petites vicieuses que sont les fautes utiles? Ou bien sont-elles l’arme secrète de ceux qui ont "du métier"? Mais à quoi sont-elles utiles, au fait?

Auteur : Gilles Juan le 25 Oct 2013

 


La faute utile est un vice. Elle consiste à faire une faute volontairement, en vertu de motifs tactiques: l’équipe adverse part en contre, la défense n’est pas replacée, il faut alors faire faute sur celui qui a le ballon, pour briser les velléités de contre-attaques.
 

Pour le néophyte et le moraliste, il n’y a pas de faute utile. Toute faute est scandaleuse, dans quelque domaine que ce soit. Pour les entraîneurs, joueurs et supporters, connaisseurs, twittos, au contraire, il arrive seulement qu’il y ait des fautes inutiles. Et la faute utile est un art délicieux. Ceux qui excellent dans la faute utile parviennent même à ne pas recevoir un carton, et des félicitations enjouées dans les stades et les bars.

 


 


Pourquoi utile ?

"Utile": on suppose donc que la faute est avantageuse, voire nécessaire. Marquer de la main n’est-il pas, alors, une faute utile? Non, car la faute utile s’affiche davantage, se revendique comme une faute, et si les milieux défensifs (car ce sont eux) qui les commettent font mine de rouler par terre avec le joueur qu’ils ont subtilement crocheté, c’est davantage pour échapper au carton que pour éviter le coup franc. On n’a pas le sentiment de tricher avec la faute utile. On fait tout ce qu’on peut pour qu’il n’y ait pas faute, mais s’il y a faute, après tout, c’est normal. La faute utile s’assume. La main pour marquer… bref, n’y revenons pas.
 

Le coup franc est préférable au laisser faire de l’action: la faute utile est donc "efficace" au sens où elle est un moindre mal. Dangereuse ni pour le joueur qui la subit, ni pour l’équipe qui la commet, la faute utile digne de ce nom est effectuée dans les environs du rond central. Elle est toutefois de plus en plus risquée pour l’auteur: les Makelele, Gattuso et autres spécialistes de la faute utile recevaient déjà des cartons pour des fautes utiles, et cela arrive de plus en plus souvent aujourd’hui, malgré le savoir-faire des joueurs. Mêmes pour des petites obstructions de rien du tout. Les arbitres considèrent presque systématiquement que la faute utile mérite un jaune, car la faute utile, ce n’est pas beau – c’est même très méchant, car un contre est toujours "un bon coup à jouer".
 


Faut-il dénigrer les fautes utiles?

La recrudescence de cartons jaunes a permis un rééquilibrage pertinent. La faute utile reste une arme, et elle est même une arme plus subtile et attachante qu’avant. Le milieu défensif doit être capable d’évaluer la dangerosité d’un contre, de peser le pour et le contre, et décider de risquer ou non le carton jaune. Il doit en outre, désormais, exceller dans l’impression que la faute n’est pas si volontaire que cela.
 

La "gravité" de la faute ne correspond évidemment pas qu’à la brutalité d’un coup. La gravité est souvent d’ordre éthique ou symbolique: tout comme le petit croche-patte involontaire au mec qui partait seul face au goal, la faute utile est une chose condamnable pour le tort qui est causé non au joueur, mais au jeu. Interrompre un joli contre est chose immorale, bien que cela soit camouflé derrière une appellation connotée plutôt positivement (la connotation positive n’est assumée que lorsque l’auteur est un joueur célèbre; on parle alors du "métier"). Mais l’arbitre ne perd pas de vue le jeu: lui arrive même de sanctionner la faute utile avec le second jaune qui fait rouge.
 

Rien de tout cela n’explique, en revanche, quelle "gravité" légitime le carton jaune pour le maillot enlevé après le but. Les danses, chenilles, bandelettes dans la chaussette et autres cirages de pompes du buteur qui célèbrent leurs buts sont manifestement beaucoup plus graves. Mais il faudrait, pour les sanctionner, qu’interviennent des critères esthétiques, qui d’une part seraient délicats à imposer, et qui d’autre part disqualifieraient, en plus de l’intégralité des maillots third, la quasi-totalité des maillots allemands. Cela poserait donc des problèmes économiques, voire politiques, et les relations franco-allemandes s’aggraveraient – ce n’est pas le moment.
 

On s’autorisera néanmoins à user d’un vocabulaire esthétique pour caractériser définitivement la faute utile: c’est une faute de mauvais goût. Mais cette qualification est loin d’être une disqualification de la faute utile. Au contraire.

 

Réactions

  • leo le 26/10/2013 à 20h31
    Joey Tribbiani
    aujourd'hui à 20h27

    Pas étonnant.
    Le Barça a toujours été une équipe de vicelards aux pieds carrés prenant un malin plaisir à empêcher le talent des artistes - poètes madrilènes (Pépé, Marcelo et Sergio Ramos en tête) de s'exprimer.
    ___

    Je vais répondre au premier degré : le Barça fait presque systématiquement faute dès qu'un joueur du milieu de terrain est éliminé et qu'un décalage est créé par l'équipe adverse, quelle qu'elle soit, pas seulement face aux "artistes" du Real Madrid.

  • Joey Tribbiani le 26/10/2013 à 21h07
    Dans ce cas comment expliquer qu'à en croire les statistiques de la Liga Barcelone soit l'équipe qui ait reçu le moins de cartons et que seul Bilbao fasse moins de fautes depuis le début de la saison ...

    Les arbitres aussi sont dans le coup comme l'insinuait Mourinho ?

  • leo le 26/10/2013 à 22h22
    Non, les arbitres ne sont pas "dans le coup", ils ne sanctionnent simplement pas ces fautes comme elles devraient l'être.

  • Joey Tribbiani le 26/10/2013 à 22h54
    leo, je comprends ta déception, mais le procès que tu fais au Barça me semble un peu de mauvaise foi. Leur reprocher de simuler sur certains contacts, Ok (mais il faut voir ce qu'ils prennent continuellement face aux poètes qui composent votre défense ...).

    Sur la bonne dizaine de clasico que j'ai pu voir ces dernières années, j'ai vu un nombre incalculable d'actions du Barça stoppées par ce type de fautes "utiles", par des fautes évidentes, voire par des gestes qui avaient davantage leur place sur un terrain de rugby ou de football américain.

    Je n'ai pas le souvenir de l'anti-jeu systématique que tu décris côté barcelonais. Le pressing immédiat dès qu'ils perdent la balle, certainement (c'est la base de leur jeu), pourrir systématiquement les bons coups et les contres adverses, non.

  • leo le 27/10/2013 à 01h08
    C'est marrant parce que justement, je ne leur reproche pas de simuler et d'amplifier les contacts, je m'en tape de ça. Et je n'ai jamais défendu la violence dont font trop souvent preuve les joueurs du Real Madrid quand ils jouent le Barça (tu aurais su m'entendre gueuler sur Sergio Ramos après ses deux coups de coude sur Neymar qui auraient très bien pu le voie exclu en 2 minutes).

    Mais les fautes, quand le pressing immédiat dont tu parles a été déjoué, permettant au bloc équipe de se replacer derrière la ligne du ballon sont une marque de fabrique de la défense du Barça depuis au moins l'époque Rijkaard. Ils n'en ont pas le monopole et en subissent également un grand nombre mais c'est malgré tout un classique chez eux.

  • leo le 27/10/2013 à 01h10
    C'est marrant parce que justement, je ne leur reproche pas de simuler et d'amplifier les contacts, je m'en tape de ça. Et je n'ai jamais défendu la violence dont font trop souvent preuve les joueurs du Real Madrid quand ils jouent le Barça (tu aurais su m'entendre gueuler sur Sergio Ramos après ses deux coups de coude sur Neymar qui auraient très bien pu le voie exclu en 2 minutes).

    Mais les fautes, quand le pressing immédiat dont tu parles a été déjoué, permettant au bloc équipe de se replacer derrière la ligne du ballon sont une marque de fabrique de la défense du Barça depuis au moins l'époque Rijkaard. Ils n'en ont pas le monopole et en subissent également un grand nombre mais c'est malgré tout un classique chez eux.