Ne perdez pas de temps à lire ce texte, connectez-vous vite pour commenter les articles des CDF. Attention à ne pas confondre vos minuscules et vos majuscules.
Vous avez oublié votre mot de passe ?
Inscription
Vous avez oublié votre mot de passe ? Il reste un espoir ! Saisissez votre adresse e-mail ; nous vous enverrons un nouveau mot de passe. Cette procédure est quasiment gratuite : elle ne vous coûtera qu'un clic humiliant.
Nous vous avons envoyé un email sur votre adresse, merci d'y jeter un oeil !

CONDITIONS D'INSCRIPTION :

1. Vous devez nous adresser, via le formulaire ci-dessous, un texte (format .txt inférieur à 100 ko) en rapport avec le football, dont la forme est libre : explication de votre passion, anecdote, aventure, souvenir, essai, commentaire composé, portrait, autobiographie, apologie, réquisitoire, etc. Vous serez ensuite informés de la validation de votre inscription par mail. Les meilleurs textes seront mis en ligne sur le Forum.

2. Nous ne disposons pas d'assez de temps pour justifier les retards d'inscription ou les non-inscriptions, et ne pouvons pas nous engager à suivre une éventuelle correspondance à ce sujet. Merci de votre compréhension.

Nous avons bien reçu votre candidature, on y jette un oeil dès que possible. Merci !

Partager :

Vices et vertus de la faute utile

Faut-il condamner ces petites vicieuses que sont les fautes utiles? Ou bien sont-elles l’arme secrète de ceux qui ont "du métier"? Mais à quoi sont-elles utiles, au fait?

Auteur : Gilles Juan le 25 Oct 2013

 


La faute utile est un vice. Elle consiste à faire une faute volontairement, en vertu de motifs tactiques: l’équipe adverse part en contre, la défense n’est pas replacée, il faut alors faire faute sur celui qui a le ballon, pour briser les velléités de contre-attaques.
 

Pour le néophyte et le moraliste, il n’y a pas de faute utile. Toute faute est scandaleuse, dans quelque domaine que ce soit. Pour les entraîneurs, joueurs et supporters, connaisseurs, twittos, au contraire, il arrive seulement qu’il y ait des fautes inutiles. Et la faute utile est un art délicieux. Ceux qui excellent dans la faute utile parviennent même à ne pas recevoir un carton, et des félicitations enjouées dans les stades et les bars.

 


 


Pourquoi utile ?

"Utile": on suppose donc que la faute est avantageuse, voire nécessaire. Marquer de la main n’est-il pas, alors, une faute utile? Non, car la faute utile s’affiche davantage, se revendique comme une faute, et si les milieux défensifs (car ce sont eux) qui les commettent font mine de rouler par terre avec le joueur qu’ils ont subtilement crocheté, c’est davantage pour échapper au carton que pour éviter le coup franc. On n’a pas le sentiment de tricher avec la faute utile. On fait tout ce qu’on peut pour qu’il n’y ait pas faute, mais s’il y a faute, après tout, c’est normal. La faute utile s’assume. La main pour marquer… bref, n’y revenons pas.
 

Le coup franc est préférable au laisser faire de l’action: la faute utile est donc "efficace" au sens où elle est un moindre mal. Dangereuse ni pour le joueur qui la subit, ni pour l’équipe qui la commet, la faute utile digne de ce nom est effectuée dans les environs du rond central. Elle est toutefois de plus en plus risquée pour l’auteur: les Makelele, Gattuso et autres spécialistes de la faute utile recevaient déjà des cartons pour des fautes utiles, et cela arrive de plus en plus souvent aujourd’hui, malgré le savoir-faire des joueurs. Mêmes pour des petites obstructions de rien du tout. Les arbitres considèrent presque systématiquement que la faute utile mérite un jaune, car la faute utile, ce n’est pas beau – c’est même très méchant, car un contre est toujours "un bon coup à jouer".
 


Faut-il dénigrer les fautes utiles?

La recrudescence de cartons jaunes a permis un rééquilibrage pertinent. La faute utile reste une arme, et elle est même une arme plus subtile et attachante qu’avant. Le milieu défensif doit être capable d’évaluer la dangerosité d’un contre, de peser le pour et le contre, et décider de risquer ou non le carton jaune. Il doit en outre, désormais, exceller dans l’impression que la faute n’est pas si volontaire que cela.
 

La "gravité" de la faute ne correspond évidemment pas qu’à la brutalité d’un coup. La gravité est souvent d’ordre éthique ou symbolique: tout comme le petit croche-patte involontaire au mec qui partait seul face au goal, la faute utile est une chose condamnable pour le tort qui est causé non au joueur, mais au jeu. Interrompre un joli contre est chose immorale, bien que cela soit camouflé derrière une appellation connotée plutôt positivement (la connotation positive n’est assumée que lorsque l’auteur est un joueur célèbre; on parle alors du "métier"). Mais l’arbitre ne perd pas de vue le jeu: lui arrive même de sanctionner la faute utile avec le second jaune qui fait rouge.
 

Rien de tout cela n’explique, en revanche, quelle "gravité" légitime le carton jaune pour le maillot enlevé après le but. Les danses, chenilles, bandelettes dans la chaussette et autres cirages de pompes du buteur qui célèbrent leurs buts sont manifestement beaucoup plus graves. Mais il faudrait, pour les sanctionner, qu’interviennent des critères esthétiques, qui d’une part seraient délicats à imposer, et qui d’autre part disqualifieraient, en plus de l’intégralité des maillots third, la quasi-totalité des maillots allemands. Cela poserait donc des problèmes économiques, voire politiques, et les relations franco-allemandes s’aggraveraient – ce n’est pas le moment.
 

On s’autorisera néanmoins à user d’un vocabulaire esthétique pour caractériser définitivement la faute utile: c’est une faute de mauvais goût. Mais cette qualification est loin d’être une disqualification de la faute utile. Au contraire.

 

Réactions

  • On meinau score le 25/10/2013 à 11h02
    Il me semble relativement normal qu'une faute volontaire arrêtant une action, qu'on ne peut cependant souvent pas encore qualifier d'occasions certes, mène à un carton jaune, sans en appeller à la morale. C'est de l'antijeu et ça doit être sanctionné, ça me parait la moindre des choses.

  • Save Our Sport le 25/10/2013 à 12h39
    Pour apprécier la "faute utile", il faut filmer la scène dans deux bars différents lors d'un match voyant s'affronter bleus contre verts.

    La faute utile des bleus sera accompagnée chez les supporters de la même couleur de:
    - "Bien vu Claude, c'était dangereux ce contre..."; -ou de: "Qu'est ce qu'il est malin ce Claude, on a de la chance d'avoir des joueurs d'expérience comme ça!".

    La même faut utile des bleus vue par les supporters verts donnera:
    -"Héééééééééééé carton làààààààà, c'est quoi ce joueur lààààà??? Quel Enc... !!!";
    -"Put... on partait au but lààààà, c'est scandaleux !!!"

    Inutile de préciser que si dix minutes après c'est le milieu déf' vert qui commet la même chose, suffit d'inverser les commentaires.

    Bref, la faute utile, c'est un peu comme une erreur de la banque, tout dépend à qui profite "le crime".

  • Gloup le 25/10/2013 à 15h12
    @ On meinau score: tt à fait d'accord avec toi, même si la limite entre antijeu et maladresse peut être difficile à établir.
    C'est au jugement de l'arbitre que l'on doit s'en remettre.
    Jugement qui peut varier au cours du match, notamment si le joueur comment 2 fautes d'anti jeu, il est rare de voir une explusion.

    Le carton jaune reste un avertissement, donc son usage semble approprié, et permet en théorie d'éviter la récidive.
    Tactiquement, cela devrait encourager l'équipe à effectuer ses contres via la zone où évolue le défenseur averti (qui n'en vaut pas 2, dans ce cas).

    Reste à sacoir si une nuance supplémentaire serait utile pour ce cas, ou pour d'autres, afin de faire évoluer la règle (j'adore les peines de prison dans le hockey, que l'on retrouver dans certaines formules de championnats de foot)

  • Gloup le 25/10/2013 à 15h13
    Désolé pour les fautes de frappe... me suis pas relu.

  • Gloup le 25/10/2013 à 15h45
    Désolé pour les fautes de frappe... me suis pas relu.

  • Yes, Hakan! le 25/10/2013 à 17h17
    Arf... t'inquiètes pas, ce sont des fautes "utiles".

  • kimporte el flaco le 26/10/2013 à 01h35
    On pourrait comparer avec cet autre sport co qu'est le basket, quand un score est serré en fin de match il est communément admis d'utiliser la faute comme une tactique de jeu.
    Des équipes comme le FC Barcelone qui à priori n'aurait pas besoin de ça ont toujours su jouer de cet élément que ça soit sur des fautes commises ou des fautes subies que l'on va exagérer.
    Ca ne m'a jamais vraiment choqué en fait, ça fait partie du jeu (aussi paradoxale que ça puisse paraître).

  • leo le 26/10/2013 à 02h36
    Ca ne m'a jamais vraiment choqué en fait, ça fait partie du jeu (aussi paradoxale que ça puisse paraître).
    ___

    ça ne me choque pas dans la mesure où c'est correctement sanctionné : toutes ces fautes devraient être sanctionnées d'un carton jaune.

    "Un joueur peut être averti pour comportement antisportif notamment s’il :
    • commet, avec témérité, l’une des sept fautes sanctionnées par un coup
    franc direct ;
    • commet une faute à des fins tactiques pour interférer dans une attaque prometteuse ou la faire échouer ;
    • tient un adversaire à des
    fins tactiques pour l’écarter du ballon ou l’empêcher d’en prendre possession ;
    • touche le ballon de la main pour empêcher un adversaire d’en prendre possession ou de développer une attaque (à l’exception du gardien de but dans sa propre surface de réparation)"

  • leo le 26/10/2013 à 20h17
    Une nouvelle superbe démonstration du concept par le Barça aujourd'hui.

  • Joey Tribbiani le 26/10/2013 à 20h27
    Pas étonnant.
    Le Barça a toujours été une équipe de vicelards aux pieds carrés prenant un malin plaisir à empêcher le talent des artistes - poètes madrilènes (Pépé, Marcelo et Sergio Ramos en tête) de s'exprimer.