Le cable réseau du serveur étant presque saturé, merci de ne vous connecter qu'en cas d'absolue nécessité de vous amuser. Attention à ne pas confondre vos minuscules et vos majuscules.
Vous avez oublié votre mot de passe ?
Inscription
Vous avez oublié votre mot de passe ? Il reste un espoir ! Saisissez votre adresse e-mail ; nous vous enverrons un nouveau mot de passe. Cette procédure est quasiment gratuite : elle ne vous coûtera qu'un clic humiliant.
Nous vous avons envoyé un email sur votre adresse, merci d'y jeter un oeil !

CONDITIONS D'INSCRIPTION :

1. Vous devez nous adresser, via le formulaire ci-dessous, un texte (format .txt inférieur à 100 ko) en rapport avec le football, dont la forme est libre : explication de votre passion, anecdote, aventure, souvenir, essai, commentaire composé, portrait, autobiographie, apologie, réquisitoire, etc. Vous serez ensuite informés de la validation de votre inscription par mail. Les meilleurs textes seront mis en ligne sur le Forum.

2. Nous ne disposons pas d'assez de temps pour justifier les retards d'inscription ou les non-inscriptions, et ne pouvons pas nous engager à suivre une éventuelle correspondance à ce sujet. Merci de votre compréhension.

Nous avons bien reçu votre candidature, on y jette un oeil dès que possible. Merci !

Partager :

«Une autre dimension du match»

Interview – De À nous la victoire à Substitute en passant par Olive et Tom : Jean-Philippe Tessé, rédac chef adjoint des Cahiers du cinéma, nous donne son sentiment sur les représentations du football au cinéma et à la télévision.

Auteur : Jacques Blociszewski le 9 Jan 2014

 

 

Même s'il existe aussi des Cahiers de psychologie clinique ou encore des Cahiers de la retraite complémentaire, le choix de notre nom de baptême ne s'était évidemment pas fait sans lien avec celui de notre glorieux aîné cinématographique. Le lieu de notre rencontre, tardive, était tout trouvé: le terrain de foot quand il devient le champ des caméras.

* * *
 

 
Quelles sont les principales contributions sur le football et l’image (cinéma, télévision, jeux vidéo…) des Cahiers du cinéma, à ce jour?

Il existe une tradition d’analyse de l’image du sport aux Cahiers du cinéma, elle remonte aux origines de la revue parce que la question de l’enregistrement est au cœur de la théorie d’André Bazin, le fondateur. Et quand on tire le fil du thème de l’enregistrement du réel, on arrive vite à celui du direct télévisé et de l’événement sportif en particulier, qui est une dramaturgie mise en scène avec des moyens d’expression visuelle (cadrage, montage, etc.) qui sont les mêmes qu’au cinéma. Éric Rohmer a publié un long article sur la retransmission des Jeux Olympiques de Rome en 1960. Serge Daney, qui fut longtemps rédacteur en chef des Cahiers, a beaucoup écrit dans Libération sur le tennis – un sport que Godard affectionne beaucoup. Sur le football, il y a eu notamment des textes de Charles Tesson, et récemment une analyse du style des différents réalisateurs de match durant l’Euro 2012. Nous avions même publié un entretien avec François-Charles Bideaux en 98.
 

 


 

 

Que pensez-vous de la manière dont le football est montré au cinéma?

Intuitivement, les images de foot, de sport en général et de foot en particulier, telles qu’elles apparaissent dans les fictions, semblent toujours inadéquates parce qu’elles ne correspondent pas avec notre expérience commune, qui est celle du foot télévisé. C’est pourquoi on a tendance à les trouver bizarres, insolites ou fausses, même quand elles visent un effet de réalisme simple, fonctionnel, contemporain (avec de vrais joueurs, comme Coup de tête de Jean-Jacques Annaud par exemple). Parce qu’il y a des plans impossibles (par exemple, comme si un cadreur courait sur la pelouse au milieu des joueurs) ou un syndrome Olive et Tom: un délire logique qui agrandit l’espace ou dilate le temps. Pour accepter le foot dans une fiction, même s’il y a du beau monde sur la feuille de match (comme dans À nous la victoire de John Huston, avec Stallone dans les buts et de grands joueurs sur le terrain, dont Pelé), il faut faire l’effort de se défaire de ses représentations habituelles et accepter un autre régime visuel.
 

 

Un film dans lequel il est question de football n'a généralement pas pour objectif de restituer un match, du moins pas à la manière de la télévision...

Les films de fictions ne cherchent pas tant à rivaliser ou questionner la représentation du foot qu’à y faire passer un fil narratif. Sur la représentation elle-même, il y a eu plusieurs tentatives intéressantes ces dernières années, mais hors fiction, et pas signés par des cinéastes reconnus comme tels: Zidane, un portrait du 21e siècle de Douglas Gordon et Philippe Parreno, deux artistes vidéastes très célèbres, et Substitute de Vikash Dhorasoo, milieu de terrain parfois inspiré. Ce sont deux films-essais, qui empruntent leur forme à des registres connus (le documentaire de captation, le journal filmé), et qui donnent à voir une autre dimension du match, du côté des temps morts, de la vacance, du hors-jeu.
 

 


 

Comment se pose la question du réalisme ?

Malgré la multiplicité des plans dans un match, ce qu’on voit à la télé est toujours un peu enveloppé, feutré, comme dans du papier-bulle, et suppose une action, un "fait de jeu": dès qu’on sort de ce régime d’image archi-dominant, notre attention grandit, comme lorsque les arbitres sont équipés de micros ou qu’une parole est attrapée au vol (le "J’l’ai pas touché!" de Brandao, Antonetti qui engueule un joueur, etc.), ou bien quand on utilise une caméra isolée sur un joueur, comme dans le film sur Zidane. Alors l’impression de réel est soudainement accrue, et ramène le spectacle à une dimension très humaine, organique, presque triviale – tout à coup on a la sensation que l’image fait du bruit, elle qui d’ordinaire est muette (le plan large neutralisant le son). On entend le souffle de l’ailier, le bruit du protège-tibia malmené, le gardien qui place son mur. C’est pourquoi les images de certains documentaires "en coulisses" captent singulièrement l’attention, comme dans Les Yeux dans les bleus par exemple, avec les matches vus du banc. Par contre, je n’ai pas vu 3-0 ou Les Seigneurs, donc no comment.
 

 

Qu’est-ce qui vous frappe le plus dans la façon dont la télévision a filmé jusqu’à présent et filme aujourd’hui les matches de football?

Au fil du temps, avec la multiplication des caméras sur le terrain, on a vu émerger deux usages stratégiques de l’image de foot, qui visent à en changer le statut, afin qu’elle ne soit plus seulement sur le registre de la captation, mais de la signification. Le premier usage est analogue à la vente à la découpe. D’un événement unique, on va tirer une multitude de petits événements via les plans de coupe qui s’insèrent et donnent du sens selon leur fréquence (le nombre de plans sur Ibrahimovic proportionnel à son statut de star) et la façon dont ils interviennent. C’est parfois joli et révélateur, comme la super-loupe qui "raconte" assez bien le foot comme jeu basé sur la maîtrise de l’échec (les pieds n’étant pas aussi pratiques que les mains pour manipuler un ballon, c’est le moins maladroit qui gagne). Mais cela suppose, aussi, autant de possibles effets de montage qu’il y a de micro-événements, surtout que les réalisateurs n’hésitent pas à briser la continuité du direct (jusques et y compris dans une visée politique, par exemple avec la manière dont, et le moment où, on va insérer des plans sur le président de la République pendant un match de l’équipe de France, pour l’associer ou non à la lose ou à la win des Bleus).
 

 

« Derrière toutes ces innovations, il y a l’idée d’une équivalence entre le "mieux voir" et le "voir plus". »

 

Quel est le second "usage stratégique" des caméras?

Il consiste à transformer l’image-captation en image-arbitre. Faire d’un plan le lieu et l’instance d’un jugement, quitte à l’isoler ou le déguiser (le révélateur de hors-jeu) pour disséquer l’espace et le temps sans prendre en compte la continuité et les relations de causalité. L’image doit prouver quelque chose, délivrer une certitude. Or, bien souvent, elle ne prouve rien et nous laisse, c’est naturel, à notre "affaire d’impression", ce dont ne se satisfait pas le commentaire sportif, qui insiste à lui faire rendre vérité, comme on dit rendre gorge. La conséquence de cette croyance absurde que l’on peut tirer une vérité univoque de chaque image est le prosélytisme irréfléchi pour l’arbitrage vidéo, qui n’est qu’une façon de déplacer et démultiplier le problème, de l’interprétation du réel par l’arbitre à l’interprétation de l’image par, potentiellement, chaque spectateur. Avec le risque consubstantiel à l’image qu’elle ne restitue qu’imparfaitement le réel (on se souvient du yapéno/yapapéno pendant le Brésil-Norvège de la Coupe du monde 98). Si Godard a pu dire que le cinéma, c’est la vérité vingt-quatre fois par seconde, la définition ne vaut guère pour l’image de foot…
 

 

Les innovations de la télévision sont-elles au service du sport collectif qu'est le football?

Derrière toutes ces innovations, il y a l’idée d’une équivalence entre le "mieux voir" et le "voir plus". Elle reste à prouver. On pourrait rapprocher la manière de filmer le sport à celle de filmer un concert: les concerts filmés sont charcutés par un surdécoupage de plans très brefs qui défait l’idée du "jouer ensemble", qui est pourtant le propre d’un groupe de musique comme d’une équipe de foot. Les réalisateurs pensent qu’on s’ennuierait devant un concert de musique filmé en un plan fixe – vraiment? Pas sûr. En la matière, je serais plutôt partisan de la loi dite du "montage interdit" d’André Bazin: "Quand l'essentiel d'un événement est dépendant d'une présence simultanée de deux ou plusieurs facteurs de l'action, le montage est interdit". Ce n’est pas vraiment la tendance actuelle, mais ça vaudrait le coup d’essayer, pour voir, pour moins bousculer le simple, et dramatique, et beau déroulé qu’est un match.
 

 

À quoi pourrait ressembler le football télévisé (et plus généralement sur écrans) dans dix ans?

La chasse aux temps morts à la télévision, qui ne les supporte pas, ira sans doute en s’accélérant. Et le remplissage de ces temps morts croisera peut-être les opportunités commerciales, comme on le voit déjà sur certaines chaines sud-américaines avec ces interruptions publicitaires incessantes, par incrustation ou image anamorphosée pour laisser place à un logo… ce qui suppose que la télé décide de ce qui est un temps mort ou pas (ce qui est discutable). À l’avenir, je pense que l’on ira vers plus de contrôle de la part du spectateur: déjà, le direct disparaît, puisqu’on peut faire pause, et on pourra certainement choisir ses angles de prises de vue, donc devenir soi-même réalisateur. Après tout, c’est peut-être une bonne nouvelle pour les baziniens amateurs de foot!

 

Réactions

  • Hugo by Hugo Broos le 09/01/2014 à 09h33
    Tout arbitre moyennement constitué vous dira que la prétendue équivalence entre "mieux voir" et "voir plus" est une escroquerie très dangereuse, contre laquelle sont d'ailleurs mis en garde les jeunes arbitres dès leurs premières formations (notamment en supprimant les ralentis lors des séances d'entraînement sur vidéo).

    Très intéressant en tous les cas

  • 12 mai 76 le 09/01/2014 à 10h05
    J'ai conservé un Cahier des Cinémas de 1986. Il comprenait un très long article sur Michel Platini. Il était présenté comme un joueur-caméra, dont la vision du terrain était différente des autres, comme si sa vue du terrain était celle d'une caméra fixée en hauteur et englobant l'aire de jeu dans son entier.

  • Tonton Danijel le 09/01/2014 à 11h13
    Intéressant de comparer les réalisations, en effet.

    Par contre, on parle beaucoup du match mais ceux-ci prennent souvent une faible part dans le film (excepté dans "A nous la victoire" où le match est le clou du film). Dans "Coup de tête", par exemple, la dénonciation du rapport du public avec son équipe de village et un de ses joueurs qui passe du dernier des derniers (pour avoir bousculé la star de l'équipe) au mec que tout le monde adore (pour son doublé en coupe de France) me semble assez juste, malgré les exagérations (comme dans toute comédie). Cela peut être aussi intéressant de voir si les aspects 'sociologiques' évoqués dans des films autour du foot ("A mort l'arbitre", "Le corps de mon ennemi", "Hooligan", "Looking for Eric", etc...) sont pertinents ou non. Cet article fait écho à un article repris dans le livre collector et qui m'avait un peu heurté: ne juger les films de foot que sur la réalisation du match, alors que ce site traite aussi beaucoup des à-côtés.

  • Bouderbala le 09/01/2014 à 13h21
    Passionant, merci. Et merci aux deux intervenants. J'aurais bien aimé assister à la discussion.

    Je suis d'accord que "Coup de tête" vaut plus pour les à-côtés et la peinture générale du milieu (Jean Bouise et son "L'autre moitié si on gagne", je ne m'en lasserai jamais) que pour les scènes de matchs. Mais c'est aussi ça le football (c). Après tout, on pourrait dire que ce qui se passe sur le terrain est secondaire, ou n'est que la conséquence inéluctable de tout le reste: entraînement, ambiance, esprit d'équipe, motivation, encadrement. Les 90 minutes sur le terrain passent en un éclair par rapport à tout le reste.

    Modestement, je crois qu'il y aurait aussi beaucoup à dire sur le tennis, où la dramaturgie peut être très forte, où deux personnes (ou plus) s'affrontent physiquement et mentalement, où le temps s'étire et se tend parfois soudainement. Par contre c'est plus facile à filmer, les contraintes de cadrage "de façon réaliste" sont moins fortes, l'espace beaucoup plus restreint, à taille humaine. On peut voir les regards des joueurs et leurs mimiques, pas besoin d'un gros plan ou d'un zoom exagérément long. Ça a donné plusieurs scènes de pure comédie dans les Yves Robert, bien sûr. Il y a aussi Match Point où c'est juste un prétexte métaphorique, mais très présent mine de rien. Tel ou tel film Français avec sa scène aux courts du Jardin du Luxembourg, où le tennis est synonyme d'un milieu social. Un terrible navet sur une amourette à Wimbledon dont j'ai oublié le nom (peut-être "Jeu, set et match", ou un truc du genre).

    Mais pour pour finir d'étaler ma maigre culture cinéma (on est sur les Cahiers ou pas ?), je pense surtout à la scène finale de Blow Up, un grand moment de tennis. J'ai le sentiment que ça rejoint bien les thèmes évoqués dans cet entretien, réalité/fantasme, voir plus/voir mieux, etc... (Un gros "etc." pour éviter de dire des bêtises, il y a peut-être des vrais connaisseurs dans le coin).

  • Tonton Danijel le 09/01/2014 à 13h47
    Bouderbala
    aujourd'hui à 13h21

    Je te recommande aussi, si tu ne l'as pas vu, "L'inconnu du Nord-Express" d'Alfred Hitchcock (adapté d'un livre de Patricia Highsmith), avec un très grand match de tennis au milieu, niveau intensité dramatique et mise en scène.

  • Bouderbala le 09/01/2014 à 13h59
    Tonton Danijel
    aujourd'hui à 13h47

    Non pas vu, merci du conseil ! Je vais chercher ça dès que possible.