Si vous saisissez votre mot de passe PUIS votre e-mail, vous aurez la confirmation que ça n'a aucun effet particulier. Attention à ne pas confondre vos minuscules et vos majuscules.
Vous avez oublié votre mot de passe ?
Inscription
Vous avez oublié votre mot de passe ? Il reste un espoir ! Saisissez votre adresse e-mail ; nous vous enverrons un nouveau mot de passe. Cette procédure est quasiment gratuite : elle ne vous coûtera qu'un clic humiliant.
Nous vous avons envoyé un email sur votre adresse, merci d'y jeter un oeil !

CONDITIONS D'INSCRIPTION :

1. Vous devez nous adresser, via le formulaire ci-dessous, un texte (format .txt inférieur à 100 ko) en rapport avec le football, dont la forme est libre : explication de votre passion, anecdote, aventure, souvenir, essai, commentaire composé, portrait, autobiographie, apologie, réquisitoire, etc. Vous serez ensuite informés de la validation de votre inscription par mail. Les meilleurs textes seront mis en ligne sur le Forum.

2. Nous ne disposons pas d'assez de temps pour justifier les retards d'inscription ou les non-inscriptions, et ne pouvons pas nous engager à suivre une éventuelle correspondance à ce sujet. Merci de votre compréhension.

Nous avons bien reçu votre candidature, on y jette un oeil dès que possible. Merci !

Partager :

Ultras à Montpellier, la Mosson de confiance

Supps Par Terre - Butte Paillade, Armata, Camarga Unitat: à la Mosson, trois groupes ultras se partagent l'animation du stade. Ils évoquent leur passion dévorante dans une ville qui ne laisse pas toujours la première place au football.

Auteur : Christophe-Cécil Garnier et Frédéric Scarbonchi le 10 Mars 2018

 

 

Inspirés par les "collectionneurs de stades" anglais, les deux auteurs de Supps Par Terre ont lancé un tour de France des vingt stades de Ligue 1 pour aller à la rencontre des supporters et vivre le supportérisme de l'intérieur. Au fil de cette saison, ils publient une partie de leurs reportages les Cahiers du football. Après NiceParisGuingamp, Nantes, Caen, LyonTroyes, MonacoSaint-Étienne et Toulouse, les voici à Montpellier.

 

* * *

 

Un déluge s’abat sur la Mosson. Sur le terrain, Montpellier mène face à l’OL, mais commence à reculer sous la pression lyonnaise. Dans les tribunes Gévaudan et Cévennes, tribunes latérales ouvertes aux quatre vents, les supporters ont également battu en retraite pour se protéger de la pluie. Sans toit, la population qui garnit la première nommée est même obligée de déserter les sièges.

 

L’averse n’empêche pas Sylvain de chanter. C’est un des capos de la Butte Paillade 91, le principal et plus ancien groupe ultra de Montpellier. Deux autres l’accompagnent dans le Stade de la Mosson: Les Armata et les Camarga Unitat.

 

Alors que la BP91 commence ses chants, les Armata, situés juste à côté d’eux, se préparent à la sortie des joueurs. Chacun a dans la main quelques morceaux de papiers. Manque de pot, certains ne sont peut-être pas bien réveillés et lancent les confettis avant que le capo n’en donne l’ordre. En face de leur tribune, les Camarga Unitat tentent de se faire entendre juste à côté du parcage lyonnais.

 

 

 

 

« La mentalité ultra, c’est faire des choses. Pas que des banderoles »

Trois groupes ultras dans une même enceinte, c’est assez inhabituel pour être souligné. "Les noyaux sont très petits", relativise Sylvain après la rencontre, conclue par un nul (1-1). Petits mais costauds, puisque l’effet de masse est accentué par la taille du gradin de la Mosson, composé de seulement neuf rangées.

 

Dans le bar des supporters qui jouxte le stade, Sylvain revendique une cinquantaine d’actifs. Avec son accent qui le ferait passer pour un expat’ italien, Sylvain chante au sein du groupe depuis dix-sept ans et compte "douze ans de mégaphone" derrière lui. Son parcours est celui de milliers d’ultras. Un père qui l’emmène au stade, une tribune qui le submerge. Et l’intégration dans le groupe une fois l’adolescence passée.

 

Longtemps, l’image de la BP91 était associée aux "gitans". "On le revendiquait, sans qu’il y en ait beaucoup dans le groupe. Après, la mentalité ultra, on l’a. On est allé la prendre en Italie pour les plus anciens, du côté de l’Atalanta Bergame." Une mentalité ultra pourtant peu conventionnelle, que le capo détaille, verre à la main: "On n'arrive pas à être carré comme tout le monde. On a toujours eu ce côté bordélique, on ne fait pas exprès, car la plupart des gens, dans leur vie, sont comme ça".

 

Preuve de ce côté un poil désordonné, Sylvain n’avait prévenu personne de notre arrivée dans la tribune. Ce qui a valu quelques coups de pression de membres qui apprécient globalement peu la presse, de la fellation mimée au regard inquisiteur, en passant par des petits entretiens pas forcément chaleureux. Au courant d’être face à des journalistes, certains meneurs viennent nous prévenir que la moindre photo est proscrite.

 

Retour au côté bordélique. Celui-ci a plusieurs conséquences. "On est capables de faire de gros déplacements, de grosses affluences à domicile, des manifestations. Mais on n’est pas capables d’aller à une réunion à Paris pour faire avancer la cause ultra. C’est vraiment des coups d’éclat, un peu à l’image de notre équipe." Sylvain fait notamment référence à 2012, quand les Montpelliérains avaient organisé une manifestation d'un millier d’ultras pour un de leurs membres, Casti, victime d’un tir de Flash-Ball dans l’œil. 

 

Face à l’expression de cette solidarité, Sylvain parle d’évidence même. "Parce que c’est ça la mentalité ultra. C’est faire des choses. Pas que des banderoles. On n’arrive pas à le comprendre en France. Le tifo dans les tribunes, c’est un tout : les gens qui applaudissent, qui chantent, qui font, qui se déplacent, qui manient les drapeaux."

 

Pour la manifestation en faveur de "Casti", ils étaient "dos au mur". "Donc il fallait le faire, il fallait réagir et mettre les rancœurs de côté. Un Nantais l’avait dit assez justement: il n’y a rien qui ressemble plus à un ultra qu’un autre ultra. Quand tu commences à parler et que tu enlèves tes couleurs, à part les accents en France, tu ne sais pas d’où tu es. Parce que tu parles de la même chose. Tu as la même passion, la même ferveur".

 

 

 

 

« C’était un gros pari car nous avions beaucoup à apprendre »

Assis dans un bar à quelques kilomètres de là, les Camarga Unitat ont également cette passion. Eux ont formé leur groupe en 2011. Ils comptent aujourd’hui une trentaine d’actifs. Mais ce soir, ce sont neuf membres qui se remémorent l’histoire autour de leur pinte. "Au départ, on est deux potes à chercher une façon de faire remonter les chants de la Butte dans la tribune au-dessus, la Petite Camargue", explique "Pré Dada", un alias pour le président du groupe. De là, ils tirent leur nom.

 

Le premier match est un Montpellier-Rennes en 2011, et ils ne se revendiquent pas encore comme "ultras". "On n’a pas eu ce toupet de se dire qu’on l’était, raconte Raf, un des deux capos. Surtout qu’on respecte énormément les autres groupes à Montpellier. On marchait sur les traces des anciens et, par respect, on n’allait pas arriver et bâcher n’importe où."

 

Les débuts sont compliqués, les Camarga se font "petits". "Comme partout quand on est un jeune groupe, continue Raf. Les premières années, il a fallu vraiment montrer que le groupe voulait perdurer. Et ceux qui sont là depuis le début ont galéré. Nous étions peu et limités en moyens. Il y en a eu pas mal, des groupes qui ont essayé de vivre en dehors des deux groupes historiques. C’était un gros pari car nous avions beaucoup à apprendre."

 

Après le titre, le groupe change de tribune. Au lieu d’être au-dessus de la Butte Paillade, elle se place en face, en tribune Corbières. "Le réel objectif était de s’affirmer comme troisième groupe et surtout casser le parcage visiteur, indique Raf, casquette sur la tête et tatouage de Montpellier sur le bras. Quand les Marseillais venaient par exemple, ils étaient sur toute la tribune. L’idée du fondateur était de casser ça et de dire que les visiteurs ne se sentiraient pas chez eux. Et on s’était dit qu’on devait faire notre histoire en tribune Corbières afin de développer le groupe."

 

S’éloigner pour mieux s’émanciper. Cependant, le timing du titre a joué en défaveur du jeune mouvement. "On a voulu s’affirmer après le titre. Ça nous a été reproché. On est passé pour des opportunistes. Mais on a su passer outre car ce n’était pas l’image qu’on voulait donner", lance Raf. Aujourd’hui encore, s’ils estiment que le lien entre les Camarga et la tribune Corbières est fait, il y a toujours du travail à effectuer. "Lors des gros matches, tous les supporters de Montpellier vont dans la tribune Étang de Thau, celle de l’Armata et de la Butte. Nous, malheureusement, il y a aussi des touristes", indique "Barbarossa", un des ultras du groupe – appelé ainsi pour sa barbe proéminente.

 

Et parfois, ils y retrouvent des ultras. Barbarossa: "On a de temps en temps des supporters adverses qui viennent en pensant être dans une tribune de touristes. Dorénavant on les vire et s'ils ont du matos ultras on leur prend. On se doit de faire le taf chez nous". Raf, quant à lui, estime que le groupe "sait qu’il doit encore progresser. Sur les gros matches, c’est compliqué pour nous de fédérer comme la Butte le fait".

 

 

 

 

« Si tu n'as pas l’amour de ta ville, tu peux pas avoir l’amour du club et du groupe »

Plusieurs raisons sont invoquées. Pour "Pré Dada", ils ne sont "toujours pas dans une tribune cataloguée ultra". Pour Raf, c’est aussi une affaire de prix: "La Butte, toutes les places sont vendues. La deuxième tribune moins chère, c’est la Corbières. Du coup, les gens viennent. Mais ils s’assoient par exemple dans notre bloc avant le match. Il n’y a pas encore cette culture".

 

D’autres explications sont avancées au cours de la conversation. "C’est une ville où il y a beaucoup de sports. De nombreuses personnes supportent le rugby, le handball", commence Pré Dada. Raf complète: "Il y a du water-polo et même du futsal. Tout ce que tu veux. Et surtout, c’est une ville étudiante où tu as un brassage tous les ans. Les vrais Montpelliérains, ça se fait rare".

 

Inculquer l’amour de la ville serait donc plus difficile. Car tous les membres de la tablée sont unanimes sur ce sujet. Il faut avoir cet amour. "Peut-être que d’autres le vivent différemment. Mais pour nous, si tu n'as pas l’amour de ta ville, tu peux pas avoir l’amour du club et du groupe. C’est une mentalité. Être ultra c’est un mode de vie."

 

Au sein de la Butte, Sylvain ne pense pas autrement. Avec son phrasé direct ponctué de sourires, il part en monologue. "Tu as une vie tout à fait normale, tu regardes un peu Internet, les autres mouvements ultras, le week-end arrive et tu vas au stade. Non, c’est pas ça être ultra. Être ultra, c’est tous les jours. Tu penses ultra, tu fais toujours plus que le plus. Avec ta femme, tu es ultra. Quand tu bois, tu es ultra. Quand tu te drogues, tu es ultra. C’est tout ça. C’est pas juste aller au stade, mettre ton écharpe et craquer un fumi. La 'mentalita', ça se vit."

 

Il s’arrête un peu, boit une gorgée de sa bière. Et reprend. "Je sais pas comment l’expliquer. Mais c’est être supporter et aimer sa ville, se déplacer et faire d’énormes sacrifices. Pourquoi, à l’arrivée? Parce que ça te rend fier. Tu te sens indispensable, un peu. Être ultra, c’est se donner corps et âme."

 

C’est pour cela qu’au moment de la remontée, la Butte Paillade a limité le nombre de cartes. "Tout le monde voulait être carté, se souvient Sylvain. Nous, on venait de manger cinq ans de Ligue 2 et le groupe s’était déjà bien formé. On avait connu plusieurs galères et fait nos armes ensemble." Voir arriver des supporters se revendiquant ultras et ayant "le même matos" que lui, "c’était pas possible". "On avait limité le 'grupetto', comme on dit, et les autres faisaient leurs preuves et s’intégraient. Le but était de faire une bonne saison, les déplacements, montrer que tu en veux… Faire la bagarre un peu, aussi, on va pas le cacher."

 

 

 

 

« Ils m’ont niqué le titre. J’ai tout vécu place de la Comédie »

Les actes de castagne reviennent souvent dans la discussion, mais Sylvain assure que "ça s’est calmé, comme de partout. À part en Coupe d’Europe où tu peux t’amuser encore". Il prend pour exemple les événements du soir, où les CRS ont attendu et contrôlé les supporters à la fin de la rencontre pour deux fumigènes craqués.

 

Certaines envies d’en découdre ont pourtant causé de nombreux tracas au groupe. En 2010, ils s’étaient rendus à Saint-Étienne pour "laver l’affront" d’une bâche volée quelques années plus tôt. Le groupe de 96 personnes avait été intercepté à la gare. Tous furent interdits de stade. "Après ça, le groupe a été mis en sommeil."

 

À la suite d’incidents à Reims en 2012, pour un 32e de finale de Coupe de France, le groupe est suspendu quatre mois. Sylvain est lui condamné à un an de prison dont quatre mois ferme et à deux ans d’interdiction de stade. "C’était des heurts dans la rue avec des gens, explique Sylvain aujourd’hui. J’essayais de calmer le groupe, les flics sont arrivés et ont canardé. Ils m’ont pris et m’ont niqué. Ils m’ont niqué le titre, la Coupe d’Europe. J’ai rien connu. J’ai tout vécu place de la Comédie." Il a fini par se mettre en retrait. "J’étais à fond, j’ai coulé mon entreprise à cause de ça. J’ai jamais pu travailler comme il faut. Je suis parti à l’étranger, ma vie a recommencé. Je viens au stade par petites doses homéopathiques. J’ai bousillé quelque part ma vie." Il coupe et n’en dira pas plus. 

 

La montée de la répression, les Camarga – appelés affectueusement les "quinze connards" par l’avocat du club – ont grandi avec. "On n’a pas connu les grandes époques où tout était permis, estime "Pré Dada". Cette répression, on s’y est fait. On ne s'en rend pas compte comme les anciens." Stéphane, à l'opposé de la table, prend la parole: " Montpellier a un gros passif de supportérisme, alors on ne s’entend pas avec tout le monde. On prend pas mal d’interdictions de déplacement". Barbarossa le déplore: "Pour des déplacements à Sainté, on nous ressort des trucs d’il y a quinze ans…"

 

Mais avec tout cela, le groupe a tenu. "Sur les quelques petits groupes qui se sont créés ailleurs en France, peu ont réussi à perdurer. C’est de ça que nous sommes fiers, mais nous sommes conscients que nous n’avons que sept ans. On n’est pas nombreux, mais on tient bon!", lance Pré Dada. Raf confirme: "Tous les ans, des gars partent, font leur vie et nous on récupère des jeunes, rarement des 'vieux'. Ce renouvellement est limité, certes, mais nous fait penser qu’il y a quelque chose à faire dans cette tribune!" Histoire de pérenniser cette "mentalita" dont parlait Sylvain.
 

 


Suivez les déplacements de Supps par Terre sur Twitter et Facebook 

 

LIRE AUSSI :
"GÉNÉRATIONS OL, SUPPORTERS AU PLURIEL"
"48 HEURES AVEC LA POPULAIRE SUD NICE"
"RETOUR DES ULTRAS AU PARC DES PRINCES : UN AN APRÈS" 
"À GUINGAMP, UN DERBY DISCRET MAIS PASSIONNÉ"
"AU NOM DE LA LOIRE"
"MNK, PLUS POÈTES QU'ULTRAS"
"ULTRAS À TROYES : L'AUBE EN SOLITAIRES"
"LOUIS-II, CLICHÉ 0"
"GREEN ANGELS, LES VERTS DU DECOR"
"À TOULOUSE, LES INDIANS VEULENT SORTIR DE LEUR RÉSERVE"

Réactions

  • leo le 10/03/2018 à 13h05
    "Histoire de pérenniser cette "mentalita" dont parlait Sylvain."

    "il y a aussi des touristes"

    "On a de temps en temps des supporters adverses qui viennent en pensant être dans une tribune de touristes. Dorénavant on les vire et s'ils ont du matos ultras on leur prend."

    Comme d'hab, le manque des respect pour les amateurs de foot qui ne partagent pas leur manière de voir.

    "Pour "Pré Dada", ils ne sont "toujours pas dans une tribune cataloguée ultra". Pour Raf, c’est aussi une affaire de prix: "La Butte, toutes les places sont vendues. La deuxième tribune moins chère, c’est la Corbières. Du coup, les gens viennent. Mais ils s’assoient par exemple dans notre bloc avant le match. Il n’y a pas encore cette culture". "

    C'est notre bloc, c'est nous qu'on décide de qui vient et de comment il faut s'y comporter.

    "Les vrais Montpelliérains, ça se fait rare" Aaaaaah...

    "Le but était de faire une bonne saison, les déplacements, montrer que tu en veux… Faire la bagarre un peu, aussi, on va pas le cacher." Aaaaaaah, bis.

    "ça s’est calmé, comme de partout. À part en Coupe d’Europe où tu peux t’amuser encore" s'amuser...

    "Laver l'affront" d'une bâche volée

    "les grandes époques où tout était permis"

    Et, comme d'hab, le mec qui se fait arrêter était au milieu d'une bagarre pour "calmer le groupe", pauvre pitchoune.

    Quelle plaie, sérieux, cette "mentalita" qui serait à préserver.

  • Sens de la dérision le 10/03/2018 à 19h47
    J'ai tiqué comme leo, surtout sur ce pauvre gars encore qui s'est retrouvé par hasard au milieu d'une bagarre. Comme pour les Toulousains, c'est pas de bol.

  • Jamel Attal le 10/03/2018 à 20h28
    Attention, parce qu'avec des raisonnements comme ça, Casti, dont il est question dans l'article, a bien cherché son éborgnement.

    Or l'enquête a démontré (du moins une fois que les manipulations et les mensonges des autorités ont pu être démontrées) qu'il s'était littéralement retrouvé par hasard au milieu d'une échauffourée – due en réalité aux forces de l'ordre, qui ont fait un usage absurde et disproportionné de leurs moyens en tapant dans le tas… avec des tirs de Flash-Ball.

    Dans un autre registre, taper dans le tas en ramassant des "coupables" au hasard, c'est aussi la méthode des interdictions de stade administratives et autres mesures de rétorsion contre les supporters.

    Alors on peut certes sourire de la justification de ce Sylvain, mais on peut aussi garder à l'esprit le contexte et les comportements des pouvoirs publics dans ce domaine, histoire d'éviter les propos du type "Quand on n'a rien à se reprocher etc."

    Reste, ensuite, à aborder sans posture morale ni amalgames l'intéressante question de la persistance de la culture de la "bagarre" au sein d'une frange des ultras qui n'a pas coupé tous les ponts avec le hooliganisme (culture effectivement en voie de disparition).

  • Olivier Giroufle le 11/03/2018 à 07h01
    Attends Jamel, tu parles à Leo, là.
    Pas de posture morale ni d'amalgame, c'est pas trop son genre. Un peu comme l'objectivité ou la subtilité.

    Lui, il préfère voir la beauté d'un maillot blanc plutôt que le fascisme.
    Lui, il préfère voir la puissance d'une course plutôt que le dopage.
    Lui, il préfère voir l'application stricte du FPF plutôt que l'effacement d'une dette d'un trait de plume royal.

    Surement une histoire de perspectives, d'angles de vue, de paille et de poutre.

    On est tous le Sylvain d'un autre...

  • Tonton Danijel le 11/03/2018 à 08h24
    Mince, je vais devoir me retrouver à défendre leo.

    Il a aussi dit qu'il y a des supporteurs qui ne font pas de bruit, mais qui sont là à tous les matchs (et entraînements), qui connaissent tous les joueurs, l'historique du club... mais qui ne font pas (trop) de bruit au stade et réclament à voir le match en paix.

    Certains propos recueillis me dérangent un peu, de fait: ce côté "qui ne saute pas" faisant que les Ultras considèrent les "bons" supporteurs uniquement comme ceux qui acceptent leurs codes. Bizarre aussi de démarrer en reconnaissant la solidarité entre ultras (comme sur l'affaire Casti) et ensuite de soutenir qu'il faut qu'il y ait de la bagarre.

    Après, comme le précisent Sylvain, le cas de Montpellier est un peu particulier pour les supporteurs. Il ne faut pas voir de racisme dans l'allusion aux "vrais" Montpelliérains. La ville est extrêmement dynamique, accueille beaucoup de jeunes de toute la France, et de ce fait si Montpellier est une ville très jeune, beaucoup d'entre eux ne s'attachent pas particulièrement au club de leur ville d'adoption (à tel point que la venue peut être considéré comme un match à l'extérieur de plus). C'est le même problème à Toulouse du reste.

  • Tonton Danijel le 11/03/2018 à 08h24
    (Merde, il manque un mot: je parlais de la venue de l'OM).

  • et alors le 11/03/2018 à 10h23
    Comme leo, je trouve que c'est le genre d'articles qui ne donne pas envie de défendre les ultras. Le pire étant "être ultra c'est tous les jours, etc". Ca nous suffit pas de relâcher nos pulsions de gros beaufs au stade, il faut aussi qu'on le fasse en-dehors. Je plains leurs femmes et leurs gosses.

  • Jamel Attal le 11/03/2018 à 11h55
    @et alors
    Cet article et toute la série n'ont pas non plus vocation à "défendre les ultras", mais à montrer au final la diversité du mouvement, en proposant un panorama assez large, mais qui consiste à chaque fois à rencontrer certains groupes (pas tous) et à donner la parole à certains ultras (pas tous). Il s'agit d'échapper aux représentations univoques.

    Les SPT ont rencontré des groupes "familiaux", d'autres plus proches du noyau de la culture ultra ; ils montrent que chaque club / stade recèle des façons différentes de vivre le supportérisme, notamment en fonction du contexte et de l'histoire locale…

    Inévitablement, cela conduit à entendre des propos auxquels on va plus ou moins adhérer, et en tout cas ne pas cautionner a priori (ni censurer dans le but de présenter un visage seulement flatteur). Ce serait dommage de réduire le mouvement ultra aux plus discutables de ces propos alors que cette tournée met justement en évidence son caractère multiple.

  • leo le 11/03/2018 à 12h05
    Je ne connaissais pas les résultats de l'enquête dont tu parles, Jamel, dont acte, je retire mes propos sur Sylvain.

    D'autre part, je n'ai jamais tenu de propos du genre "quand on a rien à se reprocher..." et je trouve les interdictions de déplacement des supporters insupportables.

    Et je ne réduis pas le mouvement ultra aux propos discutables qu'on peut lire dans cet article, je pointais simplement les (nombreux) points de vue qui me dérangent parmi ceux rapportés dans l'article.

    Olivier Giroufle, parler de subtilité et d'absence de posture morale et d'amalgame et balancer immédiatement derrière ces trois énormités, c'est assez fort, bravo.

    La paille, la poutre... Je me suis jamais battu pour un match de foot ou un club, j'ai jamais insulté un adversaire du club que je supporte, alors que je me suis fait insulter plus souvent qu'à mon tour et que j'ai du quitter des bars, sous la pression de "supporters" ou du patron, parce que j'y étais le seul mec qui ne soutenait pas le PSG, hein.

    Qu'on dise à un mec "t'es pas le bienvenu ici, il va t'arriver des bricoles si tu restes" ou "c'est notre tribune ici, t'as rien à y faire" alors que tu veux voir un match de foot, sans même parler de violences, c'est une "mentalita" qui me plait pas bien bien, je le maintiens.

  • et alors le 11/03/2018 à 13h15
    Jamel, j'ai lu toute la série d'articles, et je suis aussi allé assez au stade pour savoir que tous les ultras ne sont pas coulés dans le même moule. Mais j'ai tiqué en lisant l'article (et j'ai vu dans les commentaires que je n'étais pas le seul) sur la posture qu'assument ceux de Montpellier - en tout cas ceux que l'article présente. Ce n'est pas un reproche aux auteurs qui ont raison de décrire ce qu'ils voient, mais aux gros beaufs en question. Ca m'a rappelé pourquoi j'ai parfois du mal à me sentir solidaire des ultras. On a peut-être la même écharpe, mais on n'a pas forcément les mêmes passions.