Ne perdez pas de temps à lire ce texte, connectez-vous vite pour commenter les articles des CDF. Attention à ne pas confondre vos minuscules et vos majuscules.
Vous avez oublié votre mot de passe ?
Inscription
Vous avez oublié votre mot de passe ? Il reste un espoir ! Saisissez votre adresse e-mail ; nous vous enverrons un nouveau mot de passe. Cette procédure est quasiment gratuite : elle ne vous coûtera qu'un clic humiliant.
Nous vous avons envoyé un email sur votre adresse, merci d'y jeter un oeil !

CONDITIONS D'INSCRIPTION :

1. Vous devez nous adresser, via le formulaire ci-dessous, un texte (format .txt inférieur à 100 ko) en rapport avec le football, dont la forme est libre : explication de votre passion, anecdote, aventure, souvenir, essai, commentaire composé, portrait, autobiographie, apologie, réquisitoire, etc. Vous serez ensuite informés de la validation de votre inscription par mail. Les meilleurs textes seront mis en ligne sur le Forum.

2. Nous ne disposons pas d'assez de temps pour justifier les retards d'inscription ou les non-inscriptions, et ne pouvons pas nous engager à suivre une éventuelle correspondance à ce sujet. Merci de votre compréhension.

Nous avons bien reçu votre candidature, on y jette un oeil dès que possible. Merci !

Partager :

Aulas fume la pelouse

Jean-Michel Aulas a sorti l\'artillerie lourde pour pilonner le gazon de Caen et les forces du mal liguées contre lui... Il y a des tartes à la crème qui se perdent.

Auteur : Pierre Martini le 9 Mars 2005

 

Le président de l'OL a fait constater l'état du terrain du Stade Michel-d'Ornano par un huissier de justice, a déposé une réserve après le match Caen-Lyon et entend maintenant porter l'affaire devant le Conseil national de l'éthique... Ces faits d'arme ont aussi été accompagnés d'une salade de déclarations rivalisant de ridicule.

 

Une rémission trompeuse
Nous avons pu pourtant croire, au cours du début de cette saison, à un début d’amendement de la part du président lyonnais, qui parut afficher une plus grande sérénité et une capacité de recul inédite. Recul (relatif) dans l’organigramme du club d’abord, puisqu’en étoffant ce dernier, il laissait plus de place aux autres — à commencer par un Marino Faccioli, ci-devant directeur général du club un peu moins discret (mais dont l’intervention à propos de la pelouse caennaise ne fit que quatre lignes dans Le Progrès). Il semblait presque loin, le temps où certains lecteurs nous reprochaient d’en faire trop contre une de nos cibles préférées. Un procès fort injuste dans la mesure où c’était toujours lui qui commençait (à l’époque, outre le credo libéral inlassablement répété avec un niveau d’argumentation proche du zéro, il était déjà beaucoup question de pressions systématiques sur les arbitres — voir La méthode JMA et La méthode JMA (2)). Hélas, il ne s’agissait là que d’une accalmie probablement due à des parcours impeccables de l’OL dans les différentes compétitions sportives, ainsi qu’à des succès non moins significatifs sur le terrain politique. Mais aux premières contrariétés, le petit garçon capricieux resurgit derrière le masque du dirigeant responsable pour piquer une grosse colère. Et quand les vannes cèdent (une première fuite avait eu lieu lors de la 22e journée — voir le Feuilleton XXII), on assiste à un déferlement qui engloutit les pelouses normandes.

 

Jalousie et lutte des classes
Pour notre ami, c’est d'abord d’un complot qu’il s’agit, un complot qui unit les arbitres, les clubs adverses, la Ligue, la météo et les forces du mal contre un OL qui fait des envieux: "On pénalise toujours les meilleurs, par jalousie ou pour provoquer des difficultés artificielles au leader" (L'Équipe). Ou encore: "On a perdu, la France du football doit être contente, ça relance le championnat, mais j'aurais préféré perdre dans des circonstances honnêtes" (Canal+). Une façon de réécrire l'histoire et d'ignorer qu'au contraire, les clubs qui dominent leur époque ont toujours bénéficié de quelques indulgences arbitrales. Cette récrimination puérile masque à peine une vision profondément ancrée dans l'esprit de classe aulassien: "On devrait privilégier l'élite et ne pas se réjouir quand un gros perd. Mais, c'est là un mal français" (Le Progrès). Car il y a d'un côté cette élite, et de l'autre ces équipes aux "terrains innommables", "ceux de Bastia, d'Ajaccio, de Caen, et de Nîmes pour Istres. Mais, quand on voit le classement, on comprend mieux pourquoi ces formations tiennent tant à jouer" (Le Progrès encore).

Autre fuite de l'inconscient aulassien : "On a alors transformé le football en un jeu de hasard, et au regard des investissements économiques et sportifs qu'il provoque, ce n'est pas acceptable" (Le Progrès). Et "on est très amer parce que c'est pénaliser les équipes françaises qui jouent en Coupe d'Europe à un moment où elle en ont le plus besoin" (Canal+). C'est vrai, autant abolir les rebonds et le hasard, pour donner les trois points à nos oligarques et leur éviter des déplacements chez les pouilleux. Notons quand même que si les terrains bosselés aplanissent paradoxalement les écarts de niveau, il n'est pas encore prouvé qu'ils prennent partie contre l'équipe visiteuse. Emporté dans sa logorrhée, tout en protestant de sa bonne foi ("Bien entendu je ne conteste pas le résultat du match. On va dire que Lyon est mauvais perdant mais ce n'est pas le cas"), Aulas finit par tout mélanger: l'état des pelouses, le calendrier, et tant qu'à faire, le temps additionnel que l'arbitre a mal décompté.

 

Amnésie ou schizophrénie ?
Passons sur le fait que M. Derrien se soit "entêté, sous la pression amicale des Caennais" (l'intervention d'un huissier, dont Aulas voulait qu'il intercède auprès de l'arbitre, ce n'est pas une pression inamicale, évidemment), car la mauvaise foi du président lyonnais peut encore dépasser les sommets pour atteindre directement la stratosphère. Ainsi, il en veut énormément à "ceux qui ont la responsabilité de planifier ces matches [et qui] doivent être satisfaits". Cette fois il s'agit d'amnésie ou de schizophrénie, puisque Jean-Michel Aulas, vice-président de la Ligue, membre de son Conseil d'administration et de son Bureau, devrait se rappeler qu'il fait partie de ceux qui ont validé le calendrier de la saison 2004/2005 en mai dernier, malgré l'assurance d'embouteillages en janvier et février (voir CdF n°7).

On devrait d'ailleurs être d'accord avec JMA lorsqu'il en arrive à stigmatiser le doublement des coupes et la Ligue 1 à vingt clubs. Sauf que s'il avait consacré à ces dossiers un quart de l'énergie qu'il a affectée à l'obtention de mesures fiscales d'exception pour les footballeurs (entre autres dispositions législatives consenties par le gouvernement), cela fait longtemps que le démiurge de la LFP serait aussi arrivé à ses fins sur ces points-là. À lui d'assumer ensuite sa volonté d'éviter un affrontement supplémentaire avec les membres des basses couches du championnat (celles qui vivent dans la fange de terrains indignes). Mais non, finalement, il préfère taper sur la FIFA, qui ignore le G14 lorsque celui-ci "réclame des protections pour les divers championnats nationaux".

 

Le concierge du lobby des grands clubs devrait balayer devant sa propre porte. L’OL grandit, mais garde un président dont les succès semblent paradoxalement accentuer l'infantilisme. Il est bien trop tard pour espérer que cela change un jour, mais on peut toujours apprécier ses débordements comiques — s'ils ne sont pas trop répétitifs. Le mot de la fin pour Florent Malouda: "Le terrain? Si on avait gagné, cela aurait été anecdotique".

Réactions

  • ouais.super le 09/03/2005 à 01h23
    Ouais ! Vas-y Aulas !! Continue ! Lire l'aigreur de Martini est un vrai plaisir ! On en veut encore !

  • anahuf le 09/03/2005 à 01h25
    Ça reste du miel d'acacia en comparaison de la bile aulassienne ;-)

  • babou le 09/03/2005 à 02h22
    Que dire que dire ...Tout cela est vrai, tout cele est bien triste. Quand on voit le boulot fabuleux d'aulas à l'ol ca fait mal de l'entendre se ridiculiser avec de telles réactions.
    Mais bon la rédac, ca casse encore du sucre sur le jeam-mi mais c'est toujours la même rengaine non ?
    Faudrait peut-etre un peu changer d'angle non ?
    essayer de comprendre qu'est ce qui pousse cet homme à laréussite indéniable à se compromettre dans des déclarations aussi grotesques. Volonté de protéger le groupe, mégalomanie, soif de reconnaissance ?
    Un peu de tout ça surement. Faudrait demander à un psy ce qu'il en pense !

    Mais au final, le jean-mimi je crois que c'est un passionné de l'ol même si il n'est pas expansif. Et ca le pousse à réagir n'importe comment, sans réflexion.

  • wedr2 le 09/03/2005 à 02h51
    Aulas, c'est bien la seule personne qui me donne envie de supporter les Verts (avec Lamine Sakho bien sûr mais c'est pas pareil).

  • gurney le 09/03/2005 à 03h09
    Ouais ben désolé, je n'adhere pas a cet article.
    Je n'ai pas beaucoup entendu Aulas cette saison. Je ne l'ai meme globalement jamais entendu se plaindre de quoi que ce soit.
    Alors, oui, sa déclaration d'aprés match est moyenne dans le sens ou il exacerbe sa paranoia naturelle...
    Mais audela de ca, que peut on lui reprocher?
    L'ol a perdu quantité de joueurs sur des blessures cette saison. et effectivement c etait le 6e match en 18 jours qu'on jouait sur un terrain trempée et dangereux. Meme Le guen l'a affirmé, et ce n'est pas le genre d'entraineur a se chercher de fausses excuses.
    Alors non. Moi je dis non a cet article
    Il est médiocre.
    il est de mauvaise foi.
    Je n'adhère pas

  • hobbes le 09/03/2005 à 07h20
    Ouf il tombe a pic cette article. Tout le monde va pouvoir s’en donner a Coeur joie sur aulas et ses declarations, sans pourrir le forum lyonnais (tiens on me signale que c’est trop tard) qui ne devrait etre qu’une grande fete aujourd’hui.

    Quand a Aulas, il dit des conneries et alors? Qui n’en dit pas?
    Tout les entraineurs du monde le font.
    Wenger qui dit que Ruud VNR est un tricheur
    Mourinho et ses polemiques sur l’arbitre qui discutte avec un l’entraineur adverse
    Courbis, Tapie…. Etc etc…

    Alors oui Aulas est president et non pas entraineur, mais PLG est tellement peu locace dans ses interviews qu’il faut bien qu’Aulas l’aide un peu non? ;-)

    Plus honnetement Aulas est passiones et donc s’emporte facilement, la propention a dire des conneries s’eleve de maniere exponentiel quand on est passiones (il suffit de lire certains forum des CDF pour s’en appercevoir ;-)

    Aulas ne merite certainement pas toute la haine qu’il genere, apparement selon certain cet homme serait le diable incarnes…*

    Alors que tout ce ses declarations meritent sont:

    au pire du mepris
    au mieux une source de breve aussi prolifique que le poids de Darcheville et l’age de pedretti.

    En ce qui me concerne c’est un regard amuses qui me rendent le personage sympathique de grotesque. Comme un Courbis par exemple.




    * je ne parle bien sur ici que de ses declarations a l’emporte piece, son bilan sportif et financier ne pouvant que forcer le respect.


  • Tatoo le 09/03/2005 à 08h12
    Pas grand chose à dire qui ne serait un remake des dernières années de débat rédac/Aulas. Juste deux points :

    Prétendre que l'arbitrage favorise généralement les gros au profit des petits n'est-il pas tout aussi criticable, voire condamnable, que l'inverse? Ou doit-on préter a la première assertion un argumentaire et des nuances implicites que l'auteur se refuse à envisager dans le cas des déclarations d'après match de Aulas?

    Est ce si douloureux d'avoir une opinion commune avec Aulas sur le nombre de club en ligue 1 et la coupe de la ligue qu'il faille accompagner ce constat d'une critique sur son degré d'implication sur le dossier? D'autant que cette critique se voit parée d'un argumentaire que ne renierait aucun spécialiste du ballon rond, apotre du "si ils courraient aussi vite sur le terrain que pour aller chercher leurs chèques à la fin du mois, on ne l'aurait pas perdu ce match".

  • manuFoU le 09/03/2005 à 09h07
    "Plus honnetement Aulas est passiones et donc s’emporte facilement, la propention a dire des conneries s’eleve de maniere exponentiel quand on est passiones"

    les réactions à chaud sont une chose, certes excusable, les manoeuvres malhabiles et mesquines du type appel à un huissier en sont une autre, beaucoup plus calculée te donc condamnable.

  • Sacdebile le 09/03/2005 à 09h14
    La redac aurait tout aussi bien fait d'attendre 2 jours pour faire un article plus complet avec les déclarations tout aussi honteuses des marseillais aprés le match au chaudron, plutôt que de nous rejouer l'air du Aulas, le vilain petit canard.

  • Sacdebile le 09/03/2005 à 09h18
    oui c'est sûr, il ne faut pas confondre la passion de JMA qui est limitée à la réussite de son entreprise à une véritable passion du football.
    Aulas reste un pendant du MEDEF du football qui le rend au combien détestable mais ne fait rien pour s'en cacher, ce qui est louable...