Seuls 36% des internautes parviennent à saisir leur e-mail / password du premier coup. En feras-tu partie ? Attention à ne pas confondre vos minuscules et vos majuscules.
Vous avez oublié votre mot de passe ?
Inscription
Vous avez oublié votre mot de passe ? Il reste un espoir ! Saisissez votre adresse e-mail ; nous vous enverrons un nouveau mot de passe. Cette procédure est quasiment gratuite : elle ne vous coûtera qu'un clic humiliant.
Nous vous avons envoyé un email sur votre adresse, merci d'y jeter un oeil !

CONDITIONS D'INSCRIPTION :

1. Vous devez nous adresser, via le formulaire ci-dessous, un texte (format .txt inférieur à 100 ko) en rapport avec le football, dont la forme est libre : explication de votre passion, anecdote, aventure, souvenir, essai, commentaire composé, portrait, autobiographie, apologie, réquisitoire, etc. Vous serez ensuite informés de la validation de votre inscription par mail. Les meilleurs textes seront mis en ligne sur le Forum.

2. Nous ne disposons pas d'assez de temps pour justifier les retards d'inscription ou les non-inscriptions, et ne pouvons pas nous engager à suivre une éventuelle correspondance à ce sujet. Merci de votre compréhension.

Nous avons bien reçu votre candidature, on y jette un oeil dès que possible. Merci !

Partager :

2020 : l'Euro de l'Atlantique à l'Oural

Treize stades pour autant de villes : l'UEFA a annoncé la liste des lauréats de l'organisation du championnat d'Europe 2020. Elle a fait des gagnants et des perdants, et tenté de trouver un "juste milieu". 

Auteur : Nicolas P. le 19 Sept 2014

 

 

La sélection définitive des villes qui accueilleront l’Euro 2020 a été rendue publique. Des dix-neuf stades qui avaient postulé pour héberger un ou plusieurs matches de la compétition, seuls treize ont été retenus. Alors que Londres s’est adjugée seule le package "demi-finales / finale" après le retrait in extremis et de Munich, les quarts de finale se disputeront à Munich, Rome, Bakou et Saint-Pétersbourg. Bruxelles, Copenhague, Budapest, Amsterdam, Dublin, Bucarest, Glasgow et Bilbao accueilleront les huitièmes et les matches de poule.

 

Le dossier d’évaluation des candidatures, publié il y a quelques jours par l’UEFA, était instructif à plusieurs égards: les critères que l’UEFA considère comme essentiels s’y dévoilent en effet sans retenue.

 

 


Cliquez sur l'image pour l'agrandir

 


De nouvelles enceintes quand même

La formule inhabituelle de l’Euro 2020 avait été décidée dans un contexte de crise économique généralisée en Europe: Michel Platini proposait de l’organiser dans plusieurs pays à la fois pour éviter que l’un d’eux n’ait à financer de lourdes et chères infrastructures. Si, effectivement, aucun pays n’aura à supporter seul la charge d’onéreux travaux d’aménagement et de rénovation, un premier constat s’impose: de nombreuses enceintes sélectionnées seront neuves à la date de la compétition. Ainsi, cinq des treize arènes (Bakou, Bilbao, Bucarest, Budapest, Saint-Pétersbourg) sont neuves ou restent à construire restent à construire, certaines devant être inaugurées en 2019 au plus tôt, quand le Stadio olimpico de Rome doit être soumis à des rénovations majeures.

 

Une part significative des stades sélectionnés auront donc fait l’objet d’un financement important. En tout état de cause, l’UEFA n’a pas semblé modifier les contraintes de taille qu’elle impose aux prétendants à l’occasion de cette formule atypique: crise ou pas, les candidatures insuffisantes en termes de voies d’accès, réseaux de transports, parkings, ne se sont pas vues accorder un traitement de faveur.

 

Autre constat aisé: les questions politiques ne semblent pas avoir joué de rôle majeur dans le choix des villes hôtesses. Mieux, elles paraissent avoir été habilement évitées. La candidature de Jérusalem suscitait un début de polémique, mais avait de toute façon récolté une évaluation mitigée, de même que celle de Minsk, nettement insuffisante. Le résultat du référendum écossais épargnera à l’UEFA le délicat réexamen du dossier qu’elle avait envisagé en cas d’indépendance. Tout juste peut-on s’interroger sur le choix de la Russie, qui aura accueilli deux ans plus tôt un Mondial, ainsi que sur le retrait in extremis de la candidature munichoise au package demi-finales / finales, apparemment après un accord avec l’Angleterre en vue des Euro 2024 et 2028.

 


Compromis géographique

Côté perdants, outre Israël et le Belarus, on peut supposer que le Millenium de Cardiff a pâti de la concurrence géographique, de même que Sofia et Skopje, la région étant plutôt bien servie avec les capitales roumaines et hongroises. L’élimination du plus grand stade scandinave, la Friends Arena de Stockholm représente, elle, une surprise. Cette sélection a donc le mérite d’une répartition géographique relativement égalitaire, quoique cela implique un bilan carbone probablement catastrophique, et une compétition peut-être un peu fade, sans identité particulière.

 

Le dossier d’évaluation des candidatures, qui permettait finalement de se faire une idée assez précise des futurs gagnants, restait relativement vague sur d’autres critères, pas moins importants : les "aspects légaux", souvent, se concentraient sur l’existence et l’efficacité des législations en vigueur en termes d’"ambush marketing" ou de recel de tickets, sur les restrictions en termes de publicité, la possibilité de faire appel à des volontaires… Ce chapitre de l’analyse des dossiers présente en réalité peu de différences avec celui intitulé "aspects commerciaux", dans lequel sont scrutés avec une attention que l’on imagine minutieuse le nombre, la qualité, la gratuité et la non-imposition des espaces publicitaires mis à disposition de l’instance de Michel Platini et de sa longue traîne de sponsors. Les conditions d’accueil des invités de l’UEFA, les "key targets", sont également passées au peigne fin.

 

L’Euro se déplace donc un peu plus à l’Est, mais rien de nouveau sous le soleil. On pourra regretter que l'UEFA n'ai pas poussé l'imagination (et la cohérence géographique) aussi loin que nos neuf projets pour un Euro dans tous ses états.

 

Réactions

  • manuFoU le 22/09/2014 à 19h56
    "Oui mais cette observation n'est valable que si le pays est immense. Remplace le Brésil par le Benelux (2000) ou le Portugal (2004) : les habitants de Porto semblaient ravis de pouvoir voir Italie-Angleterre tandis que le Portugal jouait à Lisbonne --> s'ils veulent voir leur équipe nationale, c'est trois heures d'autoroute et basta."

    Le hic, c'est que des petites pays désireux et capables d'organiser un Euro ou une Coupe du Monde, il y en a de moins en moins, surtout en période de crise (exception faite du Quatar, évidemment, où vous serez comblés : si on ne risquait pas de mourir de chaud en chemin, on pourrait presque aller d'un stade à l'autre à pied).

  • José-Mickaël le 22/09/2014 à 20h03
    L'Angleterre, l'Italie ou même la France ne sont pas si grands que ça. Mais je comprends que la formule du pays organisateur soit difficile à mettre en place de nos jours, surtout avec 24 qualifiés. D'où l'idée de ne plus proposer de phase finale comme la Coupe du Monde mais, à la place, de se déplacer dans toute l'Europe. Seulement quitte à abandonner la formule actuelle (abandon que je comprends), j'aurais préféré qu'on reviennent à l'ancien système, comme je le disais dans mon premier message.

  • Safet le prophète le 23/09/2014 à 00h56
    manuFoU
    22/09/2014 à 12h46

    Ça dépend ce que tu prends en compte (je ne suis d'ailleurs pas sur de comprendre de duel non sens tu parles).
    ...
    ---------

    C'est la garantie à chaque euro d’innombrables voyages. Un euro sur une zone ciblée, non.

    Si on ajoute à ça, les pays qualifiés sensés jouer à domicile si qualifiés, on va avoir le droit à un beau tirage dirigé pour peu que la plupart en soient.