En vous connectant, vous certifiez n'avoir jamais trompé votre club favori. Attention à ne pas confondre vos minuscules et vos majuscules.
Vous avez oublié votre mot de passe ?
Inscription
Vous avez oublié votre mot de passe ? Il reste un espoir ! Saisissez votre adresse e-mail ; nous vous enverrons un nouveau mot de passe. Cette procédure est quasiment gratuite : elle ne vous coûtera qu'un clic humiliant.
Nous vous avons envoyé un email sur votre adresse, merci d'y jeter un oeil !

CONDITIONS D'INSCRIPTION :

1. Vous devez nous adresser, via le formulaire ci-dessous, un texte (format .txt inférieur à 100 ko) en rapport avec le football, dont la forme est libre : explication de votre passion, anecdote, aventure, souvenir, essai, commentaire composé, portrait, autobiographie, apologie, réquisitoire, etc. Vous serez ensuite informés de la validation de votre inscription par mail. Les meilleurs textes seront mis en ligne sur le Forum.

2. Nous ne disposons pas d'assez de temps pour justifier les retards d'inscription ou les non-inscriptions, et ne pouvons pas nous engager à suivre une éventuelle correspondance à ce sujet. Merci de votre compréhension.

Nous avons bien reçu votre candidature, on y jette un oeil dès que possible. Merci !

Partager :

Trois propositions pour améliorer la gouvernance de la FIFA

Le départ prochain de Sepp Blatter ne résoudra pas tous les problèmes qui gangrènent l'instance dirigeante du football mondial. Voici trois propositions qui, sans constituer une révolution, contribueraient à améliorer son fonctionnement.

Auteur : Julien Momont le 4 Juin 2015

 

 

Au-delà d'indispensables mesures fortes pour lutter contre la corruption et le clientélisme (par exemple, "faire gérer tous les contrats commerciaux de la FIFA par un organe autonome du comité exécutif", comme le proposait Jérôme Champagne) qui nécessiteront une extrême rigueur légale, voici trois propositions d'envergure plus modeste pour un meilleur fonctionnement de la FIFA.

 

 

1. Pondérer le poids des fédérations en fonction du nombre de licenciés

L'une des failles du système repose sur son égalitarisme extrême: la voix de Montserrat (200 licenciés enregistrés en 2006) vaut autant que celle de l'Angleterre (1,5 million de licenciés), celle de Saint-Marin (1.586 licenciés) autant que celle de l'Iran (449.644 licenciés), celle de la Nouvelle-Calédonie (5.200 licenciés) autant que celle du Sénégal (176.685 licenciés). Tous ces petits pays constituent un réservoir de voix considérable et des cibles de choix pour diverses tentatives de séduction.

 

Pondérer, au moins en partie, le poids des fédérations en fonction de leur nombre de licenciés reflèterait plus adéquatement le paysage footballistique mondial. Les dernières données globales remontent à l'enquête "Big Count" de 2006; elles ne concernent que les joueurs âgés de dix-huit ans et plus. Au nombre de "joueurs enregistrés", l'Allemagne serait en tête (6,3 millions), devant les États-Unis (4,2 millions), le Brésil (2,1 millions) et la France (1,8 million). Dans le top 10, on retrouverait également l'Afrique du Sud et le Japon. Loin d'une razzia européenne, donc.

 

 

 

 

Le classement serait légèrement différent si l'on prenait en compte l'ensemble des joueurs de football. Après tout, même les non-licenciés peuvent bénéficier des projets de développement financés par la FIFA. La Chine (26,2 millions) disposerait alors du plus gros poids électoral, devant les États-Unis (24,5 millions) et l'Inde (20,6 millions). L'Indonésie (7,1 millions), le Nigéria (6,6 millions) et le Bangladesh (6,3 millions) figureraient aussi dans le top 10.

 

Ces hiérarchies sont plus ou moins biaisées par le nombre total d'habitants et n'indiquent donc donc pas fidèlement le poids du football dans ces différents pays. On pourrait imaginer une autre méthode, basée sur le pourcentage de joueurs par rapport à la population totale. Les possibilités sont multiples.

 

Pour éviter que les plus grosses fédérations verrouillent les votes au point de disposer pratiquement d'un droit de veto, cette pondération pourrait ne pas se calquer exactement sur la même échelle que celle du nombre de licenciés, en établissant un seuil minimal et un plafond maximal de voix.

 

 

2. Diminuer le coût de fonctionnement

Cette proposition rejoint celle exposée par Jérôme Champagne dans son programme. L'ancien candidat à la présidence de la FIFA, s'il est monté au créneau pour défendre Sepp Blatter, dénonçait l'accroissement considérable des frais de fonctionnement de l'instance: "Sur 2015-2018, selon le rapport financier 2013, la FIFA dépensera plus en coûts de fonctionnement (990 millions de dollars) qu'en projets de développement (900 millions)". Une situation inacceptable pour une organisation dont la mission, clamée haut et fort sur son site Internet, est de "développer le football partour et pour tous".

 

La FIFA est aujourd'hui un mastodonte administratif dont les plus hauts représentants vivent dans le luxe. Les 474 employés de l'organisation ont touché 397 millions d'euros sur quatre ans (une hausse de 146 millions par rapport à la période 2007-2010), soit un salaire mensuel moyen de 17.449 euros. Dans ce domaine, l'heure doit aujourd'hui être à la transparence. Et cela commence par rendre public le salaire du président, chose que Sepp Blatter a toujours refusée, ainsi que du comité exécutif. Des éléments absents du dernier rapport financier.

 

 

3. Fixer un plafond aux réserves financières

Aujourd'hui, la FIFA disposerait d'1,5 milliards de dollars de réserves. Si l'on comparait cette somme avec le PIB des États (même si celui-ci est le résultat d'une seule année), cela placerait l'instance devant une trentaine d'États, dont Djibouti. Celle-ci se justifie par une nécessaire stratégie visant à l'indépendance financière par rapport aux revenus de la Coupe du monde, en raison de la disparition de l'assurance annulation. Prévention du risque, en quelque sorte, comme motivation de la maximisation des profits. L'organisation d'un Mondial coûte 1,3 milliard, répartis sur quatre ans (si l'on se fie aux chiffres de la période 2007-2010), à la FIFA, qui a donc atteint son but. Un graphique du site Expert Market illustre l'évolution de ses réserves, qui donne à l'association à but non lucratif des allures de gigantesque multinationale.

 

 

 

 

Une croissance liée à celle des revenus des Coupes du monde: d'1,7 milliards d'euros pour le Mondial 2002 en Corée du Sud et au Japon à 5,2 milliards d'euros de recettes pour la Coupe du monde brésilienne selon France 2. Fixer un plafond à ces réserves permettrait de s'assurer que la FIFA redistribue bien le maximum de ses recettes pour le développement du football. Dans le cas contraire, la somme continuera de grimper à l'issue de chaque Mondial, compétitions qui "génèrent une marge d'activité de 62%".

 

Mais maintenant que la sécurité financière de la FIFA est assurée, il faut fixer un plafond à ses réserves pour s'assurer de la redistribution de toute marge supplémentaire. Ce ne semble pas être le cas: la FIFA a récemment annoncé avoir réalisé 308 millions d'euros de bénéfices sur la période 2011-2014, via un chiffre d'affaires de 5,1 milliards d'euros, ce qui permet donc à ses réserves d'atteindre 1,5 milliards de dollars.

 

L'instance clame profiter "du succès de la Coupe du Monde de la FIFA pour soutenir les projets de développement du football au sein de [ses] 209 associations membres". C'est ce développement qui devrait être sa priorité plutôt que celui de ses propres recettes. Pourtant, selon son dernier rapport financier, si ses recettes ont augmenté de 36% sur la période 2011-2014 (5,7 milliards de dollars) par rapport à 2007-2010 (4,2 milliards de dollars), les dépenses pour les projets de développement n'ont augmenté "que" de 32%, de 794 millions à 1,052 milliard de dollars. La solution: endiguer cette accumulation sans fin de richesses pour déboucher sur une meilleure allocation des ressources.

 

Réactions

  • osvaldo piazzolla le 04/06/2015 à 21h09
    Mais quel est le problème d'avoir "un pays, un vote" ? parce que si c'est juste pour les attributions de coupe du monde et la corruption, ça me paraît beaucoup plus simple de supprimer la coupe du monde. Qu'il y ait corruption ou pas pour le lieu de son attribution, la coupe du monde est une grosse merde sponsorisée par le BTP pour construire des stades inutiles partout dans le monde et accueillir la coupe du monde est clairement une malédiction pour un pays. TOUTES les compétitions qui se passent à UN endroit sont pourries jusqu'à la moëlle par définition, et vous pouvez avoir le système de vote du FMI si vous voulez, ça ne changera rien.

  • Carlos Alberto Riera Pas le 05/06/2015 à 15h02
    Je trouve marrant que dans le temple de l'égalitarisme, les CDF où on est farouchement contre la pondération des voix et des droits TV en fonction du "poids" des clubs on laisse passer l'idée de pondération au niveau de la FIFA où la France ne représente que 0,5%...

  • osvaldo piazzolla le 05/06/2015 à 15h41
    mais c'est même pire que ça. c'est carrément du post colonialisme. ça ne choque personne de refuser le vote d'un pauvre parce qu'il risque d'être corrompu parce qu'il est pauvre ?

  • Yohan Cowboy le 05/06/2015 à 16h21
    D'où est-il question de riches ou de pauvres ? Ça concerne aussi Andorre, San Marin... Mais je suis post-colonialiste, soit. J'ai pourtant pris soin de bien citer des gros pays africains qui mériteraient d'avoir un peu plus de poids que des petits européens ou autres, pour bien montrer qu'il n'était pas question d'avantager l'Europe plus que les autres.

    Et puis apparemment, l'idée de pas faire de pondération totale mais de la limiter, ça t'est passé au-dessus.

  • osvaldo piazzolla le 05/06/2015 à 17h41
    pardon Yohan, je n'aurais pas du te traiter TOI (et tes propositions) de colonialiste. Je m'excuse. Mon sentiment vient que j'ai l'impression que les medias nous sortent cette soupe et ces arguments (je ne regarde pas la télé mais je suis tombé sur une interview de Caïazzo (puisque je suis Sainté) à Canal+ où il avance tranquillement cet argument colonialiste (il cite Haïti et le Mozambique, pas Andorre et Saint Marin) sans aucune honte, un peu comme les discours sur l'immigration sont de plus en plus "décomplexés" et ça me fait froid dans le dos.
    Encore pardon de t'avoir assimilé à ça.

  • Yohan Cowboy le 05/06/2015 à 21h40
    Pas de souci, je peux comprendre la gêne, et c'est pour ça que ça me semble important de limiter la pondération. Histoire de diminuer un peu le poids de fédération qui, malgré tout, sont minuscules à l'échelle du foot mondial, légèrement au profit de certaines autres, et peu importe leur localisation.