Seuls 36% des internautes parviennent à saisir leur e-mail / password du premier coup. En feras-tu partie ? Attention à ne pas confondre vos minuscules et vos majuscules.
Vous avez oublié votre mot de passe ?
Inscription
Vous avez oublié votre mot de passe ? Il reste un espoir ! Saisissez votre adresse e-mail ; nous vous enverrons un nouveau mot de passe. Cette procédure est quasiment gratuite : elle ne vous coûtera qu'un clic humiliant.
Nous vous avons envoyé un email sur votre adresse, merci d'y jeter un oeil !

CONDITIONS D'INSCRIPTION :

1. Vous devez nous adresser, via le formulaire ci-dessous, un texte (format .txt inférieur à 100 ko) en rapport avec le football, dont la forme est libre : explication de votre passion, anecdote, aventure, souvenir, essai, commentaire composé, portrait, autobiographie, apologie, réquisitoire, etc. Vous serez ensuite informés de la validation de votre inscription par mail. Les meilleurs textes seront mis en ligne sur le Forum.

2. Nous ne disposons pas d'assez de temps pour justifier les retards d'inscription ou les non-inscriptions, et ne pouvons pas nous engager à suivre une éventuelle correspondance à ce sujet. Merci de votre compréhension.

Nous avons bien reçu votre candidature, on y jette un oeil dès que possible. Merci !

Partager :

Trois propositions pour améliorer la gouvernance de la FIFA

Le départ prochain de Sepp Blatter ne résoudra pas tous les problèmes qui gangrènent l'instance dirigeante du football mondial. Voici trois propositions qui, sans constituer une révolution, contribueraient à améliorer son fonctionnement.

Auteur : Julien Momont le 4 Juin 2015

 

 

Au-delà d'indispensables mesures fortes pour lutter contre la corruption et le clientélisme (par exemple, "faire gérer tous les contrats commerciaux de la FIFA par un organe autonome du comité exécutif", comme le proposait Jérôme Champagne) qui nécessiteront une extrême rigueur légale, voici trois propositions d'envergure plus modeste pour un meilleur fonctionnement de la FIFA.

 

 

1. Pondérer le poids des fédérations en fonction du nombre de licenciés

L'une des failles du système repose sur son égalitarisme extrême: la voix de Montserrat (200 licenciés enregistrés en 2006) vaut autant que celle de l'Angleterre (1,5 million de licenciés), celle de Saint-Marin (1.586 licenciés) autant que celle de l'Iran (449.644 licenciés), celle de la Nouvelle-Calédonie (5.200 licenciés) autant que celle du Sénégal (176.685 licenciés). Tous ces petits pays constituent un réservoir de voix considérable et des cibles de choix pour diverses tentatives de séduction.

 

Pondérer, au moins en partie, le poids des fédérations en fonction de leur nombre de licenciés reflèterait plus adéquatement le paysage footballistique mondial. Les dernières données globales remontent à l'enquête "Big Count" de 2006; elles ne concernent que les joueurs âgés de dix-huit ans et plus. Au nombre de "joueurs enregistrés", l'Allemagne serait en tête (6,3 millions), devant les États-Unis (4,2 millions), le Brésil (2,1 millions) et la France (1,8 million). Dans le top 10, on retrouverait également l'Afrique du Sud et le Japon. Loin d'une razzia européenne, donc.

 

 

 

 

Le classement serait légèrement différent si l'on prenait en compte l'ensemble des joueurs de football. Après tout, même les non-licenciés peuvent bénéficier des projets de développement financés par la FIFA. La Chine (26,2 millions) disposerait alors du plus gros poids électoral, devant les États-Unis (24,5 millions) et l'Inde (20,6 millions). L'Indonésie (7,1 millions), le Nigéria (6,6 millions) et le Bangladesh (6,3 millions) figureraient aussi dans le top 10.

 

Ces hiérarchies sont plus ou moins biaisées par le nombre total d'habitants et n'indiquent donc donc pas fidèlement le poids du football dans ces différents pays. On pourrait imaginer une autre méthode, basée sur le pourcentage de joueurs par rapport à la population totale. Les possibilités sont multiples.

 

Pour éviter que les plus grosses fédérations verrouillent les votes au point de disposer pratiquement d'un droit de veto, cette pondération pourrait ne pas se calquer exactement sur la même échelle que celle du nombre de licenciés, en établissant un seuil minimal et un plafond maximal de voix.

 

 

2. Diminuer le coût de fonctionnement

Cette proposition rejoint celle exposée par Jérôme Champagne dans son programme. L'ancien candidat à la présidence de la FIFA, s'il est monté au créneau pour défendre Sepp Blatter, dénonçait l'accroissement considérable des frais de fonctionnement de l'instance: "Sur 2015-2018, selon le rapport financier 2013, la FIFA dépensera plus en coûts de fonctionnement (990 millions de dollars) qu'en projets de développement (900 millions)". Une situation inacceptable pour une organisation dont la mission, clamée haut et fort sur son site Internet, est de "développer le football partour et pour tous".

 

La FIFA est aujourd'hui un mastodonte administratif dont les plus hauts représentants vivent dans le luxe. Les 474 employés de l'organisation ont touché 397 millions d'euros sur quatre ans (une hausse de 146 millions par rapport à la période 2007-2010), soit un salaire mensuel moyen de 17.449 euros. Dans ce domaine, l'heure doit aujourd'hui être à la transparence. Et cela commence par rendre public le salaire du président, chose que Sepp Blatter a toujours refusée, ainsi que du comité exécutif. Des éléments absents du dernier rapport financier.

 

 

3. Fixer un plafond aux réserves financières

Aujourd'hui, la FIFA disposerait d'1,5 milliards de dollars de réserves. Si l'on comparait cette somme avec le PIB des États (même si celui-ci est le résultat d'une seule année), cela placerait l'instance devant une trentaine d'États, dont Djibouti. Celle-ci se justifie par une nécessaire stratégie visant à l'indépendance financière par rapport aux revenus de la Coupe du monde, en raison de la disparition de l'assurance annulation. Prévention du risque, en quelque sorte, comme motivation de la maximisation des profits. L'organisation d'un Mondial coûte 1,3 milliard, répartis sur quatre ans (si l'on se fie aux chiffres de la période 2007-2010), à la FIFA, qui a donc atteint son but. Un graphique du site Expert Market illustre l'évolution de ses réserves, qui donne à l'association à but non lucratif des allures de gigantesque multinationale.

 

 

 

 

Une croissance liée à celle des revenus des Coupes du monde: d'1,7 milliards d'euros pour le Mondial 2002 en Corée du Sud et au Japon à 5,2 milliards d'euros de recettes pour la Coupe du monde brésilienne selon France 2. Fixer un plafond à ces réserves permettrait de s'assurer que la FIFA redistribue bien le maximum de ses recettes pour le développement du football. Dans le cas contraire, la somme continuera de grimper à l'issue de chaque Mondial, compétitions qui "génèrent une marge d'activité de 62%".

 

Mais maintenant que la sécurité financière de la FIFA est assurée, il faut fixer un plafond à ses réserves pour s'assurer de la redistribution de toute marge supplémentaire. Ce ne semble pas être le cas: la FIFA a récemment annoncé avoir réalisé 308 millions d'euros de bénéfices sur la période 2011-2014, via un chiffre d'affaires de 5,1 milliards d'euros, ce qui permet donc à ses réserves d'atteindre 1,5 milliards de dollars.

 

L'instance clame profiter "du succès de la Coupe du Monde de la FIFA pour soutenir les projets de développement du football au sein de [ses] 209 associations membres". C'est ce développement qui devrait être sa priorité plutôt que celui de ses propres recettes. Pourtant, selon son dernier rapport financier, si ses recettes ont augmenté de 36% sur la période 2011-2014 (5,7 milliards de dollars) par rapport à 2007-2010 (4,2 milliards de dollars), les dépenses pour les projets de développement n'ont augmenté "que" de 32%, de 794 millions à 1,052 milliard de dollars. La solution: endiguer cette accumulation sans fin de richesses pour déboucher sur une meilleure allocation des ressources.

 

Réactions

  • Zorro et Zlatan fouillent aux fiches le 04/06/2015 à 01h35
    Je crois qu'il y a méprise sur la valeur des PIBs. Celui de l'Espagne est de 1,400,000,000,000 USD environ. Le budget de la FIFA est de 1,500,000,000 USD environ. 1000 fois moins. La FIFA serait au niveau des Seychelles ou du Belize, dans les 170èmes de la liste.

  • Sens de la dérision le 04/06/2015 à 08h50
    Je ne sais que penser de la proposition 1. D'un côté ça semble une bonne idée, d'un autre ça veut dire privilégier les "gros" ce qui me semble aller à l'encontre d'un football pour tous. Donner plus de voix à un pays comme l'Allemagne (ou la Chine) pourrait favoriser un entre-soi de pays "riches" non ?
    J'y pense depuis plusieurs jours et je ne parviens à en tirer une conclusion claire. Est-ce qu'à la LFP il faudrait privilégier les clubs qui ont le plus de supporters par exemple ? Je pense aussi à la facilitation pour les champions des pays européens autre que le G5 de disputer la LDC qui a permis, si je ne m'abuse, à Platini de récolter les voix de ces pays. Un bien pour un mal ? Un mal pour un bien ? Je n'en sais rien.

  • Yohan Cowboy le 04/06/2015 à 08h51
    Exact j'ai sauté une virgule, et à la réflexion ça m'apparaît quand même beaucoup plus logique.

  • Zorro et Zlatan fouillent aux fiches le 04/06/2015 à 09h25
    Ca reste évidemmment gigantesque, mais c'est vrai que j'aurais tendance à placer l'influence géopolitique réelle de la FIFA bien au-dessus de celle d'un état comme les Seychelles.

  • suppdebastille le 04/06/2015 à 09h34
    Le point 1 a beau être tourné dans tous les sens, ce n'est pas simple de trouver la bonne solution.

    En tout cas (je copie colle ce que j'ai écrit sur un autre fil), une représentation par rapport au nombre de licenciés est un non-sens total, ça favorise largement les pays riches.

    Le nombre de licenciés est surtout proportionnel à la richesse et donc aux infrastructures du pays.
    Tous les gamins d'Afrique jouent au foot dans les rues mais peu sont licenciés.

    Le parlement européen semble un modèle intéressant avec un nombre de députés proportionnel à la population, donc pourquoi pas une espèce de parlement de la FIFA sur le même moule? L'inconvénient étant que dans ce cas des pays gigantesques comme la Chine et l'Inde mais des nains en matière de football se retrouveraient avec les plus gros bataillons d'électeurs .

    Au final, il est vraiment très compliqué de trouver un système juste.

  • Zorro et Zlatan fouillent aux fiches le 04/06/2015 à 09h52
    C'est sûr qu'entre le système actuel où on achète les voix de Nauru et Anguilla et un système type Conseil de Sécurité de l'ONU (Brésil, Allemagne, Italie, Argentine, Angleterre ce serait marrant tiens), difficile de voir ce qui serait le pire.

    Le nombre de licenciés comme dit plus haut, c'est pas forcément représentatif.

    Le nombre de joueurs incluant les non-licenciés, c'est pas vraiment disponible comme donnée ?

    Et dans les 2 cas, on peut faire confiance à Jack Warner pour dire qu'à Trinidad il y a 643 millions de footballeurs.

  • Yohan Cowboy le 04/06/2015 à 10h00
    Je pense qu'il y a un juste milieu à trouver : ne pas pondérer en respectant totalement l'échelle de différence, comme je le précise dans l'article. On peut aussi inclure dans le calcul les non licenciés ou un ratio joueurs/population du pays.

    Ça pourrait être compliqué (et ouvrir la porte à la manipulation des chiffres fournis par les fédés) mais ça ne peut pas être pire qu'aujourd'hui où les tous petits pays sont très vulnérables, parce que le moindre projet de la FIFA chez eux pèse très lourd dans le développement de leur football.

  • Luis Caroll le 04/06/2015 à 10h15
    Ou alors on calque ça sur la nomination du Dalai Lama. De grands sages (Bergkamp, Laudrup, Bossis, Taffarel, Zola) parcourent le monde à la recherche d'un jeune qui sera l'élu, et qu'ils formeront vingt ans durant avant de lui offrir le poste à vie.
    Il portera également une toge (sponsorisée par Budweiser parce qu'il faut bien manger).

  • Full Metal Caennais le 04/06/2015 à 10h21
    En prenant autant de voix que le logarithme en base 10 du nombre de licenciés on arrive a un truc qui se tient à peu près. Ca donne 1-2 voix pour les tous petits pays et les plus gros ont 6-7 voix, ça ne déséquilibre pas trop. Dans ce cas, 1/3 des voix sont reparties entre les 25% des pays les plus gros.

  • Luis Caroll le 04/06/2015 à 10h25
    A l'américaine : chaque fédération organise une primaire pour désigner des candidats, puis une élection pour élire des électeurs qui éliront le président de la FIFA. A la fin, on est pas d'accord avec le résultat, on recompte, et c'est finalement celui qui a eu le moins de voix qui est élu. On envoie Cristiano Ronaldo s'entraîner au tir en Irak et en Afghanistan.

    A la française : on élit un gros con pour la vidéo, puis un gros con contre la vidéo, puis un gros con pour la vidéo, puis un gros con contre la vidéo. Finalement, la FIFA ne fait rien et l'Ultimate Fighting devient de plus en plus populaire.

    A l'italienne : Blatter redevient président de la FIFA en 2019

    A la cubaine : Philip Blatter promet de mettre fin à la corruption lors de son prochain mandat de 20 ans.

    A la Russe : Jérôme Valcke devient président de la FIFA, Sepp Blatter devient secrétaire général. Les statuts sont préservés. On s'en remet un petit derrière la cravate.

    A l'Egyptienne : Michel Platini est élu à l'unanimité des voix. On l'envoie en prison et on le condamne à mort.