Le cable réseau du serveur étant presque saturé, merci de ne vous connecter qu'en cas d'absolue nécessité de vous amuser. Attention à ne pas confondre vos minuscules et vos majuscules.
Vous avez oublié votre mot de passe ?
Inscription
Vous avez oublié votre mot de passe ? Il reste un espoir ! Saisissez votre adresse e-mail ; nous vous enverrons un nouveau mot de passe. Cette procédure est quasiment gratuite : elle ne vous coûtera qu'un clic humiliant.
Nous vous avons envoyé un email sur votre adresse, merci d'y jeter un oeil !

CONDITIONS D'INSCRIPTION :

1. Vous devez nous adresser, via le formulaire ci-dessous, un texte (format .txt inférieur à 100 ko) en rapport avec le football, dont la forme est libre : explication de votre passion, anecdote, aventure, souvenir, essai, commentaire composé, portrait, autobiographie, apologie, réquisitoire, etc. Vous serez ensuite informés de la validation de votre inscription par mail. Les meilleurs textes seront mis en ligne sur le Forum.

2. Nous ne disposons pas d'assez de temps pour justifier les retards d'inscription ou les non-inscriptions, et ne pouvons pas nous engager à suivre une éventuelle correspondance à ce sujet. Merci de votre compréhension.

Nous avons bien reçu votre candidature, on y jette un oeil dès que possible. Merci !

Partager :

Numérologie des footballeurs

Infographie – De 1 à 99, quels sont les numéros préférés de 12.200 joueurs pros dans 442 clubs européens? La réponse en chiffres, et l'occasion de refaire un peu l'histoire de la numérotation des maillots. 

Auteur : Jérôme Latta et Mathieu Garnier le 8 Oct 2014

 

 

Le 25 août 1928, les rencontres Sheffield Wednesday-Arsenal et Chelsea-Swansea Town sont l'occasion d'expérimenter une nouveauté: les joueurs de chaque équipe portent en effet un numéro au dos de leur maillot, de 1 à 11, ce qui permet aux spectateurs de les identifier plus facilement. Par convention, chaque numéro correspond à un poste.

 

À l'occasion de la Coupe du monde 1954, la FIFA impose que chacun des 22 joueurs sélectionnés en dispose d'un qui lui soit propre. La correspondance avec les postes en prend un coup, qui sera plus définitif lorsque la Premier League adoptera le même principe en 1993/94 pour les effectifs des clubs, faisant école dans la plupart des autres championnats – le numéro commençant aussi, à cette époque, à s'accompagner du nom du joueur.

 

Depuis une vingtaine d'années, la porte est donc ouverte aux fantaisies, même si l'attachement aux onze premiers numéros persiste et conserve un sens quand ils désignent un poste sur le terrain (voir ci-dessous). L'étude des numéros attribués dans 24 championnats européens, réalisées à partir de la base de données du site footballsquads.co.uk donne une idée des préférences actuelles…

 

[cliquez sur l'image pour l'agrandir]

 

 

 


Les observations en vrac

Numéro le plus emblématique avec le 1 du gardien, le 10 – peut-être parce qu'il est un peu plus lourd à porter – est toutefois devancé par le numéro 7 (effet Beckham-Cristiano?).

 

Les numéros de 1 à 11 conservent une certaine préséance numérique, mais aussi une correspondance avec les postes: les 4 et 5 sont par exemple dans leur grande majorité des défenseurs, et les 9 des attaquants dans une proportion encore plus importante.

 

On note quand même la relativement faible popularité du 2 et du 3, concurrencés par les numéros de 14 à 23. Les 12 et 13 sont peu prisés, peut-être parce qu'ils sont trop associés au statut de remplaçant.

 

Au-delà du 11, le statut de gardien, défenseur, milieu ou attaquant ne semble plus entrer en ligne de compte, même si les portiers ont une prédilection pour le 12, le 13, le 16 (effet Barthez?) ou le 30.

 

Les numéros "redoublés" (33, 44, 55…) exercent une séduction notable, certainement par défaut quand le chiffre "premier" n'est pas disponible. Ainsi, les 55 sont-ils en majorité des défenseurs, les 99 des attaquants. La surreprésentation est toutefois moindre pour le 66 (peur du diable?) et le 88 (crainte de l'assimilation au néo-nazisme?).

 

 

 

Numéros et compositions d'équipe

Le lien entre le numéro et le poste sur le terrain a connu des interprétations différentes selon les traditions nationales, et il a nécessairement suivi les principales évolutions des organisations tactiques. Le schéma originel né en Angleterre (qui suit l'ordre numérique de la droite vers la gauche et du bas vers le haut sur notre image) a posé certains fondamentaux qui perdurent, notamment pour les attaquants. Le 4-2-4 de la tradition brésilienne a accordé un rôle créateur essentiel eu numéro 10, imité par le 4-3-1-2 argentin.

 

 

On peut retenir un schéma "canonique", qui s'est fixé au cours des années 70 et auquel on continue à faire référence pour désigner les rôles et les postes. Il attribue le 2 et le 3 aux défenseurs latéraux, le 4 et 5 aux centraux. Le 6 est le milieu défensif souvent axial, alors que le 8 est plus "relayeur". La tradition attribue évidemment au 10 le rôle de meneur de jeu et au 9 celui d'avant-centre, mais elle donne aussi le 7 à l'ailier droit et le 11 à son homologue à gauche. Ailiers qui, dans une ère plus contemporaine, auront tendance à devenir des milieux offensifs, tandis que le 4-4-2 brouille un peu la numérotation classique dans l'entrejeu…

 

Pour conclure, les amateurs de règlements peuvent consulter ce visuel extrait de celui de la FIFA, qui fixe les emplacements et les dimensions des numéros pour les maillots des équipes nationales.
 

Réactions

  • osvaldo piazzolla le 08/10/2014 à 01h28
    ah bah du coup, je peux reposer ma question: y a t il une règle qui impose aux gardiens de ne pas porter un numéro entre 2 et 11?

  • PCarnehan le 08/10/2014 à 03h32
    Là, à propos de numéro, il faut que je vous raconte ce qui m'est arrivé dans un tournoi minime régional du nord en 1985. Oui, le nord, même je n'y suis pas resté longtemps.
    (A ma décharge je ne décidais pas de l'affection professionnelle de mes parents. Mais bon.)

    Donc, après quelques semaines de qualifications, nous arrivons en poules, et le tournoi final a lieu lors d'un week-end printanier dans un très joli patelin au nom improbable. Auberchicourt, que ça s'appelait, c'est marquant(d'ailleurs je pense qu'ils ne l'ont pas modifié depuis, le nom).

    Là, premier match, on joue face aux terreurs locales d'à coté. Lewarde, la ville du Centre Historique Minier. « Des bons », ils disaient, dans la Voix du Nord. Bref.

    Je joue numéro dix (10, en chiffre, c'est important pour la suite), et on mène facilement au score 2-0 à la mi-temps, dont un but de votre obligé sur coup-franc. En face ils étaient vifs, engagés, mais ils souffraient de leur petite taille, de leur hourra-football désordonné, et de leur physique. Finalement, facile.
    On vient de la grande ville, nous.

    Début de 2e MT, il arrive ce qui est arrivé à Ayew mais en plus rigolo. Le pote attaquant se blesse sur un contact et le coach, éploré, se voit contraint de le sortir. Problème, gros problème, quand le remplaçant enfile son maillot. Il porte le numéro 10, comme moi.

    Évidemment, le juge de touche, chargé de gérer tout ça, intervient, et le signale à l'arbitre. Pas question que le copain foule le gazon avec un numéro doublon.
    Pas grave, sur le banc on ne s'affole pas, et on prend le maillot du petit gros, le fils de l'adjoint au maire, celui qui ne joue jamais, pour qu'il le file dare-dare au copain avant-centre qui doit entrer en jeu.

    Re-problème, le jeu de maillot des remplaçants est intégralement floqué 10, pour tout le monde. Même pour le deuxième gardien, et le gros. Une erreur d'intendance, ou de livraison des maillots, ou les deux, je ne sais plus.

    Dépités, on reprend le match à dix, puis à neuf, après le claquage d'un défenseur. En face les autres fourbes en profitent pour nous claquer deux buts, 2-2. Il reste vingt minutes.

    Finalement, c'est le gros qui trouve la solution. « Ya qu'à mettre du scotch sur le 1 comme ça il jouera avec le numéro zéro. »

    Et bien, messieurs, l'arbitre, faisant preuve d'une grande ouverture d'esprit, a accepté.

    Notre attaquant est entré avec le numéro zéro. Et il en a planté deux. 4-2, qualifiés, on va en finale, on remporte le tournoi.

    Depuis ce jour-là je porte un regard bienveillant sur les petits gros qui jouent au football.

  • Toni Turek le 08/10/2014 à 06h19
    osvaldo piazzolla > En Autriche, l'un des gardiens du club du SCR Altach porte le numéro 4. Donc je suppose qu'il n'y a pas de règle internationale à ce niveau.

    Particularité autrichienne : à Salzbourg, les trois gardiens de l'équipe Red Bull première portent respectivement les numéros 31, 33 et 40. Quant aux joueurs de champ, Quatschner porte le 42, l'international slovène Kempl a le 44, et le Belge Bruno le 77 - ce qui doit être le numéro le plus élevé du pays (à égalité avec un gardien remplaçant de l'Austria).

    A contrario, en Allemagne, le numéro le plus élevé au Bayern est le 34 de Höjbjerg, pour un effectif de 27-28 joueurs. Et si on regarde tous les clubs de Bundesliga allemande, les numéros ne dépassent pas 40 généralement - sauf pour Philipp Bargfrede (Werder) qui porte le 44 et Immanuel Höhn (Fribourg) qui a le 41.

    Il serait intéressant de connaître la répartition géographique des numéros supérieurs à 40. Peut-être sont-ils plus présents à l'Est de l'Europe ? Ou bien au Sud ?

  • Julow le 08/10/2014 à 07h01
    « toutefois devancé par le numéro 7 (effet Beckham-Cristiano?). »

    Un seul être me manque. Quand les mouette suivent le noble voilier, c’est parce qu’elles pensent grappiller les sardines de sa gloire.

  • Sens de la dérision le 08/10/2014 à 08h27
    J'avais fait une fixette sur le grand nombre de numéros 88 mais votre explication me satisfait ! Même si j'aimerais bien connaître les gens qui choisissent ce fameux numéro honni.

    Justement vous avez fait comment pour ce joli graphique ? Vous avez tout fait à la main ? Ou vous avez aspiré le site ? Vous avez une belle base de données ?

    PCarnehan
    aujourd'hui à 03h32
    Depuis ce jour-là je porte un regard bienveillant sur les petits gros qui jouent au football.
    ----
    À noter qu'il ne joue pas au football le petit gros puisqu'il est sur le banc. Le bon esprit du foot. (et non je n'étais pas petit gros)

  • Chaban del Match le 08/10/2014 à 09h23
    Sens de la dérision
    aujourd'hui à 08h27

    J'avais fait une fixette sur le grand nombre de numéros 88 mais votre explication me satisfait ! Même si j'aimerais bien connaître les gens qui choisissent ce fameux numéro honni.
    ------
    Ils sont peut-être tout bêtement nés en 1988 et n'ont pas fait le rapprochement.

  • De Gaulle Volant le 08/10/2014 à 09h39
    Sens de la dérision
    aujourd'hui à 08h27

    À noter qu'il ne joue pas au football le petit gros puisqu'il est sur le banc. Le bon esprit du foot. (et non je n'étais pas petit gros)

    -------

    Bah si, il joue à l'entraînement, même s'il est choisi en dernier et il rentre pour les 10 dernières le samedi parce que bon, il a payé sa licence.

  • Sens de la dérision le 08/10/2014 à 09h58
    Toni Turek
    aujourd'hui à 06h19
    ---
    En France ça s'arrête souvent à 30 ou 31 avec quelques joueurs qui ont le 40 mais rien entre les deux sauf à Monaco (mais est-ce vraiment la France hein, j'vous l'demande ?).
    En Angleterre, c'est un peu nawak mais faut dire qu'avec les équipes. Genre Swansea, 57 numéros mais seuls 7 manquent !

    J'ai aussi regardé la Russie et la Hongrie et c'est là que c'est vraiment vraiment n'importe quoi au niveau des numéros. Et c'est là où on trouve des numéros 88 (non je n'avais pas pris la Hongrie et la Russie par hasard) : 15 sur les deux championnats (4 Hongrois, 6 Russes, un Serbe, un Franco-Sénégalais, un Brésilien et un Ivoirien) dont 4 nés en 88.

  • De Gaulle Volant le 08/10/2014 à 10h00
    Sens de la dérision
    aujourd'hui à 08h27

    À noter qu'il ne joue pas au football le petit gros puisqu'il est sur le banc. Le bon esprit du foot. (et non je n'étais pas petit gros)

    -------

    Bah si, il joue à l'entraînement, même s'il est choisi en dernier et il rentre pour les 10 dernières le samedi parce que bon, il a payé sa licence.

  • leo le 08/10/2014 à 10h31
    osvaldo piazzolla
    aujourd'hui à 01h28

    ah bah du coup, je peux reposer ma question: y a t il une règle qui impose aux gardiens de ne pas porter un numéro entre 2 et 11?
    __

    En France, les gardiens doivent porter le 1, le 16 ou le 30.