Seuls 36% des internautes parviennent à saisir leur e-mail / password du premier coup. En feras-tu partie ? Attention à ne pas confondre vos minuscules et vos majuscules.
Vous avez oublié votre mot de passe ?
Inscription
Vous avez oublié votre mot de passe ? Il reste un espoir ! Saisissez votre adresse e-mail ; nous vous enverrons un nouveau mot de passe. Cette procédure est quasiment gratuite : elle ne vous coûtera qu'un clic humiliant.
Nous vous avons envoyé un email sur votre adresse, merci d'y jeter un oeil !

CONDITIONS D'INSCRIPTION :

1. Vous devez nous adresser, via le formulaire ci-dessous, un texte (format .txt inférieur à 100 ko) en rapport avec le football, dont la forme est libre : explication de votre passion, anecdote, aventure, souvenir, essai, commentaire composé, portrait, autobiographie, apologie, réquisitoire, etc. Vous serez ensuite informés de la validation de votre inscription par mail. Les meilleurs textes seront mis en ligne sur le Forum.

2. Nous ne disposons pas d'assez de temps pour justifier les retards d'inscription ou les non-inscriptions, et ne pouvons pas nous engager à suivre une éventuelle correspondance à ce sujet. Merci de votre compréhension.

Nous avons bien reçu votre candidature, on y jette un oeil dès que possible. Merci !

Partager :

Messieurs les Lyonnais, vous repasserez

Plutôt que de regretter un statut de mal-aimés qui s'explique pourtant assez bien, l'OL et ses supporters feraient mieux d'en prendre leur parti. Analyse d'un désamour logique.
Auteur : Étienne Melvec le 24 Avr 2006

 

Aux grandes années, le destin des Verts était d'être populaires, jusqu'à l'excès. Celui des Marseillais, de flirter avec les limites. Sans modération. Celui des Parisiens, de verser, à un moment ou un autre, dans le burlesque. Exagérément. Le destin des Lyonnais, c'est d'être... pas assez aimés. Jamais assez aimés. L'OL est toujours dans le moins, navigue dans l'en-deça. L'excès façon lyonnaise, c'est cette série inédite de titres, obtenus de manière de plus en plus "inexorable", selon le vœu de Jean-Michel Aulas qui qualifiait ainsi, il y a quelques années, la future consécration de son club. Une méthode qui n'encourage pas la fameuse "passion", même si elle ne l'exclut pas. Décréter ce déficit et en gloser est d'ailleurs particulièrement inintéressant, même si c'est très courant. Au moins postulera-t-on que même si les sondages accordent à Lyon la première place "dans le cœur des Français", il lui "manque" effectivement quelque chose. Après avoir abordé les aspects sportifs dans le numéro 25 ("Lyon: pas de génie sans bouillir"), venons-en à des éléments plus symboliques, c'est-à-dire à ces quatre carences élémentaires qui empêchent l'Olympique lyonnais…


Les histoires les plus courtes…
Les règnes stéphanois et marseillais furent presque aussi hégémoniques. Mais les procès faits à ces deux clubs ne furent pas de même nature. Aussi, plutôt que de chercher dans tel ou tel atavisme local les raisons de la spécificité de cet Olympique-là, on ferait mieux de considérer simplement son histoire. Un constat s'impose d'emblée: son ascension ne repose pas sur des antécédents très forts, même s'il serait idiot de lui nier toute mémoire. On peut ainsi souligner, sans lui faire injure, la disproportion totale entre son palmarès au 20e siècle et son parcours au 21e. L'armoire à trophées lyonnaise a sextuplé de volume en cinq ans...
Un véritable choc culturel qui implique que l'OL d'aujourd'hui n'a que lui-même pour modèle: pas seulement en raison de la singularité du modèle aulassien, mais aussi parce qu'il n'a pas de référent fort dans son propre passé.

Ainsi, émergeant d'un long anonymat relatif, le club n'a pas connu... la chute, tout simplement, celle qui confère à l'expérience d'un supporter toute la richesse d'une palette de sentiments qui incluent l'amertume, la déception, la nostalgie, les souvenirs enjolivés, etc. On comprend que les soutiens de l'OL ne soient pas très pressés de connaître ces affres, mais ils doivent alors accepter le regard des autres, qui n'est pas seulement empreint de jalousie mais aussi du sentiment qu'il manque quelque chose à ce club dont la grandeur – réelle – est trop récente dans un sport qui accorde tant d'importance aux souvenirs glorieux, aux certificats d'authenticité délivrés par les livres d'histoire, à l'épaisseur des souvenirs.

arm_trophees2.jpg


Syndrome Anquetil
Gérard Houllier, ayant plusieurs fois recouru à la métaphore cycliste au cours de la saison pour évoquer les "séries de cols" que son équipe devait franchir, prenons sa roue. Pas pour évoquer la préférence supposée des Français pour les valeureux seconds au travers du mythe de Raymond Poulidor, mais plutôt pour rappeler que la contrepartie nationale de celui-ci, que son indispensable moitié, c'était Jacques Anquetil... Une machine à gagner froide et antipathique, encore plus que Merckx. Le problème est qu'en guise de référence importée de la petite reine, plutôt qu'un Anquetil qui savait tirer de ses victoires d'autres formes de reconnaissance, c'est Armstrong et son règne qui viennent à l'esprit. La Ligue 1 n'arrive même pas, en effet, à opposer un second sympathique au leader lyonnais, ne serait-ce que parce que Poulidor était régulier à la seconde place, lui, et que le duel passionnait les foules.

Résultat : il faut aux dirigeants et joueurs lyonnais répéter à quel point ce dernier championnat fut difficile à conquérir, qu'il l'a été "de haute lutte" – en dépit de l'évidence et sans convaincre, forcément. On touche là une des nombreuses ingratitudes du haut niveau: l'exploit consistant à s'y maintenir est énorme, mais mal reconnu, et la performance sportive n'est pas vraiment valorisée sous cette forme quasiment routinière.
Il manque donc à l'OL des rivaux sérieux et durables. Il lui manque donc d'avoir laissé échapper un ou deux titres – ce qu'on peut difficilement lui reprocher... Mais aussi de n'être pas aller porter ailleurs une flamme qui pouvait difficilement s'embraser dans le cadre étriqué de la Ligue 1.


L'Europe, l'Europe, l'Europe !
Ni équipe de coups, ni équipe de coupes – comme semble le confirmer ce contraste persistant entre des parcours impeccables dans les poules de la C1 et des éliminations qui paraissent toujours prématurées – l'OL a donc surtout échoué à sortir des sentiers battus du championnat pour enrichir son histoire d'une saison européenne exceptionnelle véritablement mémorable, ou encore pour agrémenter son palmarès d'un doublé national.
L'urgence à enfin décrocher un titre européen, ou du moins à vivre une épopée jusqu'en finale, se fait un peu plus vive chaque saison, sous peine de laisser la trace paradoxale, dans l'histoire, d'un profond sillon en France et de quelques éraflures en Europe. Imaginons un retour en force des rivaux français de l'OL: voyez le tableau si plusieurs d'entre eux en venaient à dépasser régulièrement le seuil de compétence européenne des Lyonnais... Déjà, en 2004, l'OM et Monaco lui avaient nettement volé la vedette avec leurs finales continentales.

Les dirigeant rhodaniens sont bien convaincus de cette nécessité, mais il ne se départissent pas de leur stratégie consistant à s'appuyer sur la certitude que le pompon finira par se décrocher tout seul, que le titre européen succombera inévitablement à leurs assiduités. Mais est-ce vraiment ainsi que l'on accède au toit de l'Europe ou que l'on entraîne des élans amoureux au travers du pays, transcendant les habituels clivages?


Un président à double tranchant
Comme nous le soulignions plus haut, l'OL n'a donc pas marqué les esprits au cours d'époques qui furent plus héroïques que celle qui a cours aujourd'hui – dont il est justement le pur produit. Si Jean-Michel Aulas fait ainsi l'unanimité pour sa gestion, non seulement son discours est aussi peu évocateur qu'un bilan comptable, mais en plus il joue constamment contre son camp en matière d'image, donnant aux détracteurs de l'OL leurs plus belles cartouches.
Ne s'étant jamais départi, en dépit d'une reconnaissance sportive croissante, d'une paranoïa et d'une aigreur de plus en plus déplacées et déplaisantes, il a en effet significativement contribué au désamour dont souffre l'OL – embarquant avec lui de nombreux supporters ne souhaitant pas se démarquer de "leur" président. On objectera que Roger Rocher, Claude Bez ou Bernard Tapie ne faisaient pas plus l'unanimité, mais ces trois-là possédaient une humanité particulière qui en faisaient justement des objets de passion... là où JMA est surtout un motif d'énervement qui peinera toujours – du moins tant qu'il agira comme un factotum du G14 et représentera une philosophie qui conçoit l'élite comme un cénacle exclusif – à incarner l'intérêt collectif du football français.


L'OL, qui a radicalement changé de statut depuis son sacre de 2002, doit assumer la domination qui s'est ensuivie, et les frustrations paradoxales qui l'accompagnent. Si tous les voyants économiques et sportifs sont au vert, si le club peut à juste titre compter sur des projets aussi essentiels que la construction de son futur stade, si aucun des quatre points évoqués ci-dessus n'est insurmontable, il doit s'attendre à ne pas rattraper tout de suite ces déficits structurels… À moins d'une révolution d'autant moins probable que le principe même de profonds bouleversements est très étranger à l'Olympique lyonnais. Il faut bien s'assumer tel que l'on est. Et attendre que l'histoire resserve les plats avec plus de justice. Messieurs les Lyonnais, vous repasserez!

Réactions

  • luckyluke le 24/04/2006 à 09h10
    L'OL aurait donc gagné 15 trophées en 5 ans?

  • CHR$ le 24/04/2006 à 09h25
    Enfin, ça fait quand même 3 ou 4 ans qu'on répète qu'on s'en fout de ne pas être aimé tant qu'on gagne.
    Et que, comme le faisait remarquer un rédacteur en chef d'un fanzine de football, les cotes d'amour des clubs ne sont pas figées, et dans 15 ans on nous expliquera comment l'OL, c'était bien et que le FC Mulhouse restera toujours un club sans âme malgré son 3e titre.

    Sinon, il y a 5 ans, la comparaison cycliste attribuée à l'OL, c'était Poulidor, pour la manie de finir toujours second (enfin, une fois en fait) et de ne rien gagner. En ce qui me concerne, je suis content d'être passé plutôt du côté Anquetil voire Armstrong. Et j'attends avec impatience le passage à Jeannie Longo.

  • axgtd le 24/04/2006 à 09h25
    Et l'OL n'aurait jamais été 7ème du groupe A de la deuxième division, derrière Thonon-les-Bains et Alès ?
    Mon père m'aurait menti ?

  • luckyluke le 24/04/2006 à 09h26
    Bon d'accord, mais le palmarès qui aurait "sextuplé"?
    Hein?

  • rhonalpino le 24/04/2006 à 09h32
    Dire que les verts sont plus aimés que Lyon, qui est moins aimé que l'om, etc,........n erime a rien

    Il faut regarder aussi en terme de generations : les nostalgiques des verts, quel age ont ils maintenant ? entre 35 et 60 ans, pour la tres grande majorité
    et ceux de l'om, entre 20 et 35 , egalement dans leur grande majorité !

    Les lyonnais batissent aujourd'hui, et ce sont les genarations de jeunes actuelles qui en deviendront nostaligiques.

    C'est logique : la seule equipe que l'on voit a la télé (hormis sur C+) est l'OL : on verra donc dans 10 ans que l'OL est bien le club le plus aimé.

    surtout, c'est vrai si ce club offre une finale, voire une victoire.

  • Gentil Ghana le 24/04/2006 à 09h48
    Puisqu'on en est aux métaphores cyclistes, je trouve que pour ce qui est des parcours européens, l'OL, ce serait plutôt du Jean François Bernard: on nous annonce avec tambour et trompette que ce coup-ci, c'est la bonne, on s'est préparé comme des ouf, et dès la première étape de haute montagne, patatras!

    Je verrais bien une carrière à la Jean François Bernard, d'ailleurs, pour la suite: en bon coéquipier, l'OL aura toute la pression à gérer, pendant que, style de rien, un autre club français ira décrocher une nouvelle place en finale de LdC...

    De toute façon, tant que GH sera manager, ce sera déjà bien d'éviter les bastons dans les vestiaires...

    Bon, chapeau quand même pour les 5 titres d'affilée, mais c'est sûr que sans une épopée européenne, l'OL ne gagnera pas mon admiration.

    D'autre part, je suis tout à fait d'accord avec un aspect de l'article: le côté nostalgie et prise de distance avec les performances du club qui fait défaut chez les supps lyonnais, alors que même dans l'histoire récente, il y a quand même de quoi rire, n'oubliez pas qu'il n'y a pas si longtemps votre gardien de but s'appelait Gilles Rousset!

    Ca y est, c'est bon, il y a assez de provo? On peut couper? OK, à bientôt tout le monde.

  • axgtd le 24/04/2006 à 09h57
    Voui, lckyluke, je suis d'accord : le palmatès n'a pas du tout sextuplé, de même que de dire que l'OL n'a jamais connu la chute est très exagéré.
    Et sinon, je dis bien comme les autres gones : on s'en fout que notre club et/ou notre président ne soient pas aimés, tant qu'on gagne.

  • Modestesurunejambe le 24/04/2006 à 10h26
    Pour devenir aussi grand qu'ils veulent l'être, les Lyonnais devraient engager Luis Fernandez. C'est un secret que Paris avait saisi avant l'heure. Après, il est certain qu'il y a des séquelles...

  • Damiou le 24/04/2006 à 10h29
    Hum vous oubliez bien vite les quatre trophées des champions remportés par l'OL, sans compter la coupe de la paix de la secte Moon....

  • luckyluke le 24/04/2006 à 10h32
    En comptant les trophées des champions (donc en comptant celui de 1973), le palmarès de l'OL est passé de 4 à 14.

La revue des Cahiers du football