Le cable réseau du serveur étant presque saturé, merci de ne vous connecter qu'en cas d'absolue nécessité de vous amuser. Attention à ne pas confondre vos minuscules et vos majuscules.
Vous avez oublié votre mot de passe ?
Inscription
Vous avez oublié votre mot de passe ? Il reste un espoir ! Saisissez votre adresse e-mail ; nous vous enverrons un nouveau mot de passe. Cette procédure est quasiment gratuite : elle ne vous coûtera qu'un clic humiliant.
Nous vous avons envoyé un email sur votre adresse, merci d'y jeter un oeil !

CONDITIONS D'INSCRIPTION :

1. Vous devez nous adresser, via le formulaire ci-dessous, un texte (format .txt inférieur à 100 ko) en rapport avec le football, dont la forme est libre : explication de votre passion, anecdote, aventure, souvenir, essai, commentaire composé, portrait, autobiographie, apologie, réquisitoire, etc. Vous serez ensuite informés de la validation de votre inscription par mail. Les meilleurs textes seront mis en ligne sur le Forum.

2. Nous ne disposons pas d'assez de temps pour justifier les retards d'inscription ou les non-inscriptions, et ne pouvons pas nous engager à suivre une éventuelle correspondance à ce sujet. Merci de votre compréhension.

Nous avons bien reçu votre candidature, on y jette un oeil dès que possible. Merci !

Partager :

Le martyre de Saint-Valentin

Lorsque la Saint-Valentin tombe un mercredi, cette fête douteuse entre en conflit direct avec le calendrier footballistique. Livrons ici l'analyse de Jean-Patrick Sacdefiel, un lot spécial de lucarnes sexistes et même 7 adages misogynes sur les femmes et le foot. Lamentable.

Auteur : Jean-Patrick Sacdefiel le 14 Fev 2007

 

Misère de la Saint-Valentin

Par Jean-Patrick Sacdefiel.

Ce soir, observez la file d’attente devant le fleuriste : peut-on imaginer spectacle plus pathétique que ces mâles, l’air aussi enjoué que des moutons menés à la tonte, venus ici cotiser à la banque des sentiments, faire poinçonner le ticket qu’ils eurent avec cette femelle en un temps où leurs sentiments ne se payaient pas de prestations tarifées. Saint-Valentin, symbole de l’amour obligatoire, invention des fleuristes, des bijoutiers et des restaurateurs, version annuelle du coït hebdomadaire... Observez leurs visages: vous essaierez en vain d’y déceler la moindre trace du bonheur dont ils croient pourtant acheter la démonstration.

Serais-je une femme (Dieu m’en a gardé), que je prendrais comme une insulte l’accomplissement de ce devoir conjugué comme une obligation administrative. Fête des amoureux? Mais que reste-t-il de l’amour, quand on doit le prouver comme on fournit une attestation? L’amour certifié conforme, voilà la vraie morale de cette institution imposée par la peur d’en faire moins que les autres, ou par la crainte d’essuyer des reproches aussi affreusement prévisibles que cette date du calendrier.

Comme ils peuvent manquer de dignité et de respect pour eux-mêmes, ceux qui souscrivent lâchement à ce rituel qu’on fait passer pour immémorial, alors même qu’il est plus récent que l’importation de Halloween (la fête de la citrouille au goût américain étant, elle, tombée plus vite en désuétude). Programme-t-on la tendresse? La nourrit-on de bouquets emplastifiés ou de plats bâclés dans l’arrière-cuisine d’une gargote quelconque?


Allez, avance dans la file, prépare ta monnaie. Tu obtiendras quitus de ta gestion amoureuse, pauvre garçon, tel un syndic de copropriété qui s’est bien acquitté de sa tâche sans trop alourdir les charges. Tu marcheras le cœur plus léger, mais seule ta bonne conscience sera apaisée: ton cœur, lui, aura devancé la flétrissure de ces pauvres fleurs dont tu auras pris soin de comparer les prix avant de t’en emparer, inquiet de te les faire barboter par un de tes congénères. Vous voilà concurrents, bougres d'ânes, bien qu'apparié chacun avec sa propre moitié!


Allez, va. Va verser ton obole à Saint-Valentin. Une sordide histoire de culte, voilà à quoi en est réduite ta bluette de jadis. L'odeur de violette n'en camouflera les remugles que le temps d'une soirée.





7 adages misogynes sur les femmes et le foot
« Autant le basket et le handball n’ont pas de sexe, autant le football et le rugby se jouent avec des poils sur les pattes et sur le menton », a déclaré un jour Thierry Roland. Nous avons tâché d'être à la hauteur de ce modèle (extrait du n°16 des Cahiers, "Ni buts ni soumises" - mai 2005).

1. « Une femme qui parle de foot, c’est comme Bakayoko qui tente une volée: c’est mal fait, mais on est touché qu’elle essaie ».
2. « La femme est une sorte de stade duquel on est sorti et où l'on essaye de retourner aussi souvent que possible. D’où l’abonnement ».
3. « Les femmes ne peuvent pas être arbitres parce qu’elles sont trop émotives ».
4. « Le jour où les femmes comprendront le hors-jeu, les poules auront des couilles ».
5. « Il faut se servir du fer à repasser pendant que le match est encore chaud ».
6.
« Si le foot rend con, c’est pour compenser l’amour qui rend aveugle ».
7.
« Le sexe est un sport qui se joue à deux où c’est toujours le mec qui jouit à la fin ».

 

 

 

7 lucarnes sexistes

mobilier.jpg
Intrigués par cet ami de la femme, les journalistes de Canal+ ont décidé de consacrer un reportage à la table à repasser.



cisse_lunettes.jpg
À adopter le look d’une femme battue, on en viendrait à oublier que Djibril Cissé est avant tout un homme brisé.



supportrice_estac.jpg
"Mon papa il me crie dessus, ma maman elle m’écrit dessus".



vestiaires_fruites.jpg
"Moi aussi je sais faire la cuisine. Regarde, j’ai fait une confiture tout seul".



bruet_tableaunoir.jpg
Philippe Bruet est formel : pour atteindre le point G, il faut commencer par se retrousser les manches.



bianchi_string.jpg
Oubliez le coup de boule de Zidane ou le but de Cambiasso contre la Serbie: l'image de l'année, c'est définitivement celle-ci.



meite_facecam.jpg
Avant, dans le milieu du football, il y avait beaucoup de prostituées. Aujourd'hui, on se contente d'enfiler leurs manteaux.

Réactions

  • Raspou le 14/02/2007 à 03h18
    Je me permets de remettre ici les échanges qu'il y a eus hier sur le sujet sur le fil PEM, ça me semble bien cadrer... (zut, on ne peut plus dire "mieux que Moussilou")

    Et si ça ne cadre pas, la raide action enlèvera.


    Casimir
    mardi 13 février 2007 - 00:16
    Pas de Fiorèse sur ce fil, mais une question existentielle...
    Mercredi, c'est la 14 février, la fête des amoureux. J'ai beau expliquer à ma moitié que c'est commercial, que j'ai pas besoin d'une date précise pour lui prouver mon amour, blablabla, elle n'en démord pas, faut qu'on passe la soirée ensemble. Je lui propose après 22h30, va savoir pourquoi, elle refuse. Je propose alors de dîner dans un resto, elle est enchantée, malgré la banalité de la chose, mais curieusememt, lorsque que je lui parle nourriture irlandaise dans un pub, elle me toise du regard...

    Alors, c'est quoi l'excuse imparable? Faire un break de 24h?


    olerouge
    mardi 13 février 2007 - 00:26
    Tu peux toujours lui proposer une soirée thématique. Tu commences avec quelques antiquités grecques au Louvre, puis tu enchaînes avec un grec-frites, et enfin AEK Athènes.
    Ca, c'est pour la solution, je sors de la crise par le haut.

    Sinon, tu simules une rage de dent. C'est infantile et stupide, mais après tout, la Saint-Valentin, c'est pareil.

    Dernière solution. Tu lui sors l'adage de tout bon supporter parisien : "une fille pour la nuit, le PSG pour la vie."
    Mets un protège-dents à tout hasard.


    ORRG
    mardi 13 février 2007 - 00:44

    Finalement, je ne sais pas ce qui est le plus terrible dans l'histoire. Rater un match du PSG ou fêter la St-Valentin ? Il est encore temps de changer de copine. Tu auras l'un et tu éviteras l'autre.


    Raspou
    mardi 13 février 2007 - 03:50
    Casimir, Casimir, la meilleure défense, c'est l'attaque... Pour être peinard mercredi soir, c'est AUJOURD'HUI que tu dois lui fêter la Saint-Valentin.

    Tu prévois un bon resto, diner aux chandelles, tout le tintouin, un joli collier à offrir au dessert, un qui va si bien avec son regard, mais si, fais un effort... Et pour l'y convier, tu lui envoies un bouquet de fleurs au boulot avec ce petit mot:

    "Ma Casimirette,

    Est-ce mon impatience qui m'empêche d'attendre un jour de plus?
    Est-ce pour prendre de court le tintouin mercantile?
    Est-ce tout simplement parce que c'est tous les jours que je t'aime, et pas juste le 14 février?

    Je ne sais... Mais si tu acceptais de me retrouver à 20h au [nom du resto] pour un diner en amoureux, je serai juste, comme chaque jour, le plus heureux des hommes.

    Ton Casimir"


    Avec ça, normalement, demain soir, t'es tranquille.


    doumdoum
    mardi 13 février 2007 - 09:29
    Casimir, tel un Lucifer Nandez, je te propose une startégie improbable et audacieuse.

    Car Casimir, il te faut, auprès de ta mie (avant transmission au CNE), porter une reclamation.

    En effet, mièvre, superficielle, rose bonbon et commerciale, là n'est pas la question madame la juge. Il reste un fait : la St Valentin est la fete des amoureux, pas des amoureuses. Il n'est stipulé nulle part, dans aucun registre, dans aucune loi que ce sont les hommes qui font les cadeaux.

    Aussi mon client réclame-t-il le droit de pouvoir assister au superbe AEK-PSG de mercredi soir au titre du cadeau pour la fete en cours, et au titre du préjudice moral, une mousse fraiche, la possibilité de mettre son jogging bleu marine en coton et ses charantaises fourrées, plus une dispense de remarques désobligeantes valable 24 heures.

    Et un gros bout de corde en cas de 0-0 moisi.


    Ant-Wan
    mardi 13 février 2007 - 10:27
    Casimir, je ne vois plus qu'une solution, tu vas devoir la jouer Tom Cruise MI3 en rejetant la responsabilité sur ta promise avec un truc du genre : "c'est facile de me faire passer pour un égoïste, juste parce que je ne veux pas aller au resto avec toi pour la Saint Valentin. Tu m'accompagnerais toi à un match de foot pour me prouver que tu m'aimes?".
    A ce moment précis, la femme déclenche son processus le plus naturel, le "je parle sans réfléchir et je réfléchis après" qui devrait se traduire par un truc du genre "OK on va au Parc voir ton match / OK on regarde le match à la télé".
    C'est gagné.


    Casimir
    mardi 13 février 2007 - 11:57
    Je tiens ici à remercier solenellement la communauté CDF et plus particulièrement les PEMistes pour toutes leurs propositions et solutions. Et j'ai trouvé LA soluce. Après un diner pas trop tard dans un resto grec où je l'aurais abreuvée de boisson locale alcoolisée, je sais d'avance qu'elle me dira, je me sens toute chose... Et moi de lui répondre, c'est rien, c'est l'alcool, mais j'ai ce qu'il te faut pour te détendre et te sentir bien. Et là, et là, je sors la soirée Spa, avec massages, soins, hamman, sauna et tout le bordel. Mais pour une personne seulement. Donc moi, désolé, je peux pas t'accompagner, c'est pour une personne, je vais aller t'attendre tranquillement dans le bar à côté. Non non, je ne vais pas m'ennuyer, j'ai pris un bouquin, profites en bien surtout, à tout à l'heure!

    Et hop, sinon, j'ai maintenant un calepin plein de bonnes excuses, ce qui me fait bien plaisir pour l'avenir tout de même...

  • la menace Chantôme le 14/02/2007 à 04h45
    Tu tiens à me réduire au silence Raspou? Et bien tant pis, je prends le micro en otage:

    "Amour certifié conforme
    Serais-je une femme (Dieu m’en a gardé), que je prendrais comme une insulte l’accomplissement de ce devoir conjugué comme une obligation administrative. Fête des amoureux? Mais que reste-t-il de l’amour, quand on doit le prouver comme on fournit une attestation?"

    Faudrait voir à pas utiliser ce genre d'arguments uniquement comme excuse par flemme de jouer le jeu ou par peur de ne pas réussir. Des fois, l'amour on ne l'entretient pas qu'en étant vrai, il y a certains gestes symboliques et conformistes qui s'accordent pourtant parfaitement avec la notion de couple libre (et qui ne sont pas faux pour autant). Ne prennons pas la Saint Valentin pour une démarche administrative, c'est un jeu.

    Au delà de tout le négatif que les grincheux arrivent à écarter de cette convention, j'y vois surtout une occasion de montrer qu'on est près à faire un geste dans les règles, à se plier à une obligation au nom de l'amour, à relever un défi.

  • Raspou le 14/02/2007 à 09h06
    RG7, tu prends le cro-mi en otage? OK, tu l'auras voulu, Jack.

    Oyez, oyez, braves gens, l'impudent qui défend la Saint-Valentin sous de nobles prétextes et de saintes raisons... Mais ce qu'il écrivait hier sur le fil PEM fait tomber le ske-ma terre-par, et quelques-unes de ses dents avec, il ne parle comme ça que pour une simple et bonne raison, c'est qu'il n'a pas à se la frapper cette année, la Saint-Valentin:

    "RG7
    mardi 13 février 2007 - 01:49
    [...]
    Moi j'avoue que je suis content de pouvoir être devant ma télé ce mercredi soir, mais je donnerais n'importe quoi pour avoir une copine (n'importe toi, j'galère trop!).
    Y a vraiment des gens qui aimeraient être à ta place."

    Je sens d'ailleurs pointer une solution: RG7 ne pourrait-il pas emmener Casimirette au restaurant ce soir? Casimir, tu peux grave faire monter les enchères, il a dit "n'importe quoi", qu'il donnerait...

    Ah, excusez-moi, j'ai la Brigade des Moeurs qui sonne à la porte, pardon? proxénétisme agravé? boh, tout de suite les grands mots :-(


  • fantomette le 14/02/2007 à 10h35
    En tant qu'individu féminin, je me permets de signaler que certaines jeunes filles n'apprécient pas la Saint Valentin et ne torturent pas leurs amoureux ou maris pour exiger un cadeau ce jour-là.
    De toutes façons, j'aime pas les fleurs ( sauf les jonquilles fraîchement coupées dans un sous-bois), je porte pas de parfum, alors c'était vraiment pas une fête pour moi.
    Et puis, c'est beaucoup mieux (et beaucoup plus rentable) d'avoir plein de cadeaux toute l'année....
    Après il reste à voir si le fait d'aimer le foot a un lien avec celui de ne pas aimer la Saint Valentin...Quoique mon mari n'aime ni la Saint Valentin ni le foot , mais comme il aime la bière, on arrive toujours à un compromis, assez ruineux pour moi en général !


  • Antwan le 14/02/2007 à 11h27
    Jean-Patrick je t'aime.

  • la menace Chantôme le 14/02/2007 à 12h53
    Gna ha!! Mais c'est exactement ce que je disais madame fantomette!! Analysons Freudiennement votre lexique et vous comprendrez ce que je veux dire (entre crochets, les parties intéressantes):

    "fantomette - mercredi 14 février 2007 - 10h35
    En tant qu'individu féminin, je me permets de signaler que [certaines] jeunes filles n'apprécient pas la Saint Valentin et [ne torturent pas] leurs amoureux ou maris [pour exiger un cadeau] ce jour-là.
    [De toutes façons], j'aime pas les fleurs ( sauf les jonquilles fraîchement coupées dans un sous-bois), je porte pas de parfum, alors c'était vraiment pas une fête pour moi.
    Et puis, [c'est beaucoup mieux] (et beaucoup plus rentable) d'avoir plein de cadeaux toute l'année[....]

    > Je reprends le micro, donc, afin d'illustrer ma thèse qui est déjà claire pour les plus vifs d'entre nous:

    1. "Certaines jeunes filles" dites-vous? Et donc la majorité, que veut-elle?

    2. "ne torturent pas" "pour exiger un cadeau"=> mais la plupart ne serait pas déçue qu'on lui fasse vibrer le coeur, y compris la minorité dont vou parlez, n'est-ce pas, puisqu'il est question de "torturer". Celles qui torturent sont rares, mais celles qui attendent poliment, combien sont-elles? Posez-vous la question messieurs, dans quelle situation se trouve votre conjointe? (je ne nie pas que pas mal n'en ont effectivement rien à faire).

    3. "De toute façon" "c'est beaucoup mieux" "...." => Bingo! Alors là, si votre texte constituait une réponse au mien, je pense qu'on peut dire que vous avez perdu le débat, surtout avec vos 1, 2, 3, 4 points de suspension! ;-)

    Avouez-le: vous êtes vous-même super déçue! Et si M. Fantôme débarquait ce soir avec un petit cadeau bien senti et avec tout le discours solennel et conformiste, vous seriez quand même aux anges! Vous seriez aux anges s'il relevait le défi!

    La vérité est que cette fête frustrait les hommes en leur mettant la pression et que dorénavant, si ce mouvement de reniement se propage, elle frustrera les femmes car elles auront à renoncer à un petit truc sympa.

    Mais evidémment, comme Raspou le dit, je ne suis qu'un petit frustré moi-même qui n'en mènerait pas large si la Saint machin bidule le concernait!

    (Je suis tellement sûr de moi que je sens que je vais me faire tuer par M. Fantôme s'il est supporter d'une équipe jouant ce soir...)

  • la menace Chantôme le 14/02/2007 à 12h58
    J'ai oublié de conclure mon post correctement!

    Ici, un rire sarcastique à la Jules-Edouard Moustic peut donc être entendu en mode fade out.

  • Raspou le 14/02/2007 à 13h08
    Oh la, oh la, j'insulte suffisamment de gens sciemment pour qu'on ne me prête pas d'insultes non proférées: Renseignements Généraux number 7, je n'ai pas dit que tu étais frustré, juste que ton célibat momentané (et j'en suis sûr très passager) te mettait en situation avantageuse pour faire le gros gentleman... On en reparlera, dans 4 ans, quand la St-Val tombera le jour de PSG-OM, on en reparlera...

  • animasana le 14/02/2007 à 13h13
    , quand la St-Val tombera le jour de PSG-OM, on en reparlera...

    ils ont le droit?

  • Dinopatou le 14/02/2007 à 13h37
    RG7 - mercredi 14 février 2007 - 12h53

    (Je suis tellement sûr de moi que je sens que je vais me faire tuer par M. Fantôme s'il est supporter d'une équipe jouant ce soir...)


    Relis le message de la dame :


    fantomette - mercredi 14 février 2007 - 10h35
    Quoique mon mari n'aime [...] ni le foot

    Il semble effectivement qu'il soit supporter du psg :p


    animasana - mercredi 14 février 2007 - 13h13

    A lire le fil bisoun... psg vs om pardon, Canal va bientôt demander ça dans ses requêtes de calendrier comme célébration de l'amour entre nos deux fratries (avec, avant le match, une longue interview de Fabrice Fiorèse, nous expliquant ses histoires de coeur, et après le match, Cana qui vient faire un bisou à Rodriguez)

La revue des Cahiers du football