Seuls 36% des internautes parviennent à saisir leur e-mail / password du premier coup. En feras-tu partie ? Attention à ne pas confondre vos minuscules et vos majuscules.
Vous avez oublié votre mot de passe ?
Inscription
Vous avez oublié votre mot de passe ? Il reste un espoir ! Saisissez votre adresse e-mail ; nous vous enverrons un nouveau mot de passe. Cette procédure est quasiment gratuite : elle ne vous coûtera qu'un clic humiliant.
Nous vous avons envoyé un email sur votre adresse, merci d'y jeter un oeil !

CONDITIONS D'INSCRIPTION :

1. Vous devez nous adresser, via le formulaire ci-dessous, un texte (format .txt inférieur à 100 ko) en rapport avec le football, dont la forme est libre : explication de votre passion, anecdote, aventure, souvenir, essai, commentaire composé, portrait, autobiographie, apologie, réquisitoire, etc. Vous serez ensuite informés de la validation de votre inscription par mail. Les meilleurs textes seront mis en ligne sur le Forum.

2. Nous ne disposons pas d'assez de temps pour justifier les retards d'inscription ou les non-inscriptions, et ne pouvons pas nous engager à suivre une éventuelle correspondance à ce sujet. Merci de votre compréhension.

Nous avons bien reçu votre candidature, on y jette un oeil dès que possible. Merci !

Partager :

Les entraîneurs français sont-ils nuls ?

Tandis que la corporation se ligue contre Marcelo Bielsa, minorité étrangère dans un championnat très franco-français, on se rend compte que ce dernier exporte bien peu de coaches. Un symptôme, et pas le moindre, de la crise du football français. 

Auteur : Christophe Kuchly le 11 Sept 2014

 

 

Ils sont très largement majoritaires dans l’Hexagone, également présents en nombre en Afrique et… c’est à peu près tout. Hormis Rudi Garcia à Rome (et bien sûr, depuis une éternité, Arsène Wenger à Arsenal), aucun entraîneur français ne brille en dehors de la Ligue 1 [1]. Comme ils occupent quasiment tous les postes dans notre cher championnat, il y en a forcément un qui se mettra en valeur ici en finissant parmi les premiers, sans que l’on puisse l’étalonner par rapport au reste du monde.


La situation en 2014 n’est pas forcément alarmante, mais elle interroge tout de même. Que valent vraiment ces techniciens qui n’ont quasiment jamais l’occasion de se mesurer à leurs homologues étrangers… hormis en coupe d’Europe, pour un résultat souvent mitigé. Les entraîneurs français sont-ils aussi mauvais qu’on pourrait le penser?
 

 


 

Pas de lumière

Pour être courtisé, il faut susciter le désir. Se faire remarquer, briller suffisamment pour, au moins, que quelqu’un se penche sur votre cas. Ce n’est malheureusement pas le cas des clubs français sur la scène européenne. Et comme la L1 n’est pas beaucoup suivie à l’étranger, il y a peu de chances de sortir de l’entre-soi. Tout intéressant qu’il puisse être, un coach tricolore peut échapper aux radars pendant un long moment. Le cercle est vicieux pour les joueurs – les clubs ne font rien d’extraordinaire en coupe d’Europe donc attirent moins, le niveau du championnat baisse et les résultats européens suivent –, mais aussi pour les techniciens. L’image de marque de la L1 dégradée, il faut sortir du lot pour avoir une chance.
 

C’était le cas de Rudi Garcia, qui a obtenu une chance à la Roma après de nombreuses années à bien faire jouer Le Mans et Lille – combinant le spectacle aux titres une fois dans le Nord. Là aussi, le bon parcours était surtout local et le scepticisme en Italie à l’annonce de sa vue confirme le regard négatif posé sur la Ligue 1 et ses entraîneurs. Garcia a certes eu l’opportunité malgré tout et a prouvé qu’il était capable d’assumer le poste, redorant ainsi l’image du coaching made in France. Mais cela n’a pas entraîné de mouvement. L’AS Rome est certes un grand club, mais pas un très grand, et la liste des derniers occupants du poste (Zeman, Luis Enrique, Ranieri pour les non-intérimaires) indique que la porte est plus facile à pousser qu’au Real ou à Manchester. Et il s’en est fallu de peu pour que celui qui était pourtant une référence ici – peut-être pas “le meilleur d’entre eux”, mais pas loin – obtienne le poste.

 

 

Pas de projet

Comme Philippe Montanier avant lui – les deux se connaissent très bien puisqu’ils ont joué ensemble et espéraient coacher à l’étranger depuis longtemps –, Garcia a une certaine idée du football. Lui confier les rênes, c’est ouvrir la porte à un projet de jeu. Cela peut effrayer certaines équipes majeures, à l’identité très marquée, mais c’est un gage de sûreté pour les autres, la preuve que le résultat obtenu est la conséquence du travail plus qu’une heureuse coïncidence. Ce passeport pour l’étranger, ils sont malheureusement peu à le détenir. Ce qui fait recette en Ligue 1, c’est la maximisation du résultat en fonction des moyens. C’est René Girard (lequel rêve pourtant d’Angleterre), qui peut transformer n’importe quelle équipe en bloc solide et l’amener dans le top 5, mais n’incarne pas grand-chose de plus. Le travail est fait, généralement plutôt bien, mais quasiment aucun entraîneur ne semble transcender la frilosité imposée par des projets sportifs à court terme.


Souvent moqué pour sa platitude, le Toulouse d’Alain Casanova est entré dans une autre logique. Un projet clairement énoncé, basé sur la construction au sol, qui rend le spectacle bien plus agréable. Et si cela aide à faire venir du monde au stade et devant sa télévision, c’est aussi comme ça que l’intéressé se constitue une carte de visite. Tant que les résultats ne suivent pas, il est évidemment compliqué de prétendre intéresser des présidents – ce n’est d’ailleurs généralement pas ce à quoi pensent les entraîneurs quand ils s’inscrivent dans cette logique. Mais un technicien n’aura jamais autant de propositions que quand il sera identifié de la manière la plus large possible. Zdenek Zeman a fait de la formation et du jeu offensif des spécialités, et a pu enchaîner les postes alors qu’il n’a que peu gagné. Paco Jemez, à la tête du Rayo Vallecano, permet à sa petite équipe d’être l’une des meilleures du continent dans les chiffres de possession. Cela l’a rapproché – entre autres – du banc de Barcelone cet été, alors que le bon classement de sa formation (huitième) aurait sinon été vite oublié.

 

 

Pas de variété

Pour intéresser un championnat étranger, les résultats intéressent moins que les méthodes, surtout quand on vient d’un pays mal vu tactiquement. Car, il faut le dire, les commentaires négatifs que l’on entend sur la L1 au bar ne sont pas bien différents quand on passe les frontières. Les médias ne s’y intéressent pas… et il est difficile de les blâmer à la vue des performances européennes et de la faible qualité de beaucoup d’affiches du dimanche soir. Au-delà du nombre de buts, c’est le nombre d’actions construites qui interpelle. Les lacunes individuelles sont forcément plus grandes qu’ailleurs, là où l'on peut recruter à coups de dizaines de millions. Et les entraîneurs français semblent tout faire pour les masquer, quitte à forcer leurs joueurs à ne pas exploiter leurs qualités. Dans le doute, on demande au milieu relayeur de ne pas trop monter pour éviter d’exposer les défenseurs.
 

Le choc avec d’autres approches est violent. Marcelo Bielsa, qui n’est pas le personnage le moins clivant du lot, en fait l’expérience depuis son arrivée. Il y a sa communication, évidemment. Mais il y a tout le reste: le sérieux demandé à l’entraînement, la mise à disposition de moyens techniques et technologiques pour exploiter au mieux le potentiel de son groupe, les ajustements tactiques en cours de match… De la rigueur la semaine et une certaine folie – contrôlée – le week-end. En exagérant un peu, on pourrait dire l’exact opposé pour beaucoup d’autres clubs. Même si l'on est enchanté par la fantaisie qui s'en dégage, les méthodes d’un Bielsa exigent une grande quantité de travail. Il est en effet beaucoup plus compliqué de créer des failles en coordonnant les mouvements offensifs que de faire coulisser un bloc attentiste.

 

 

Pas d’ouverture d’esprit

La question "sémiologique" est bien plus qu’un détail. Quand on entend un entraîneur français réclamer de la rigueur, on pense immédiatement solidité (compensation des montées des latéraux, bien jouer le hors-jeu, etc.). En oubliant que le football moderne ne laisse pas de place à l’approximation et que le totaalvoetbal de Rinus Michels était un système tout aussi rigoureux que le catenaccio d’Helenio Herrera. La seule question est celle du point d’emphase: Bielsa est dans une logique offensive, de prise en main de son destin. Ce n’est évidemment pas le cas de cette armée de réactifs qui peuple les divisions françaises, et c’est là qu’a lieu le choc culturel. Il ne s’agit pourtant pas de nationalité, mais de vision du football, et l'on imagine sans peine Rudi Garcia et Marcelo Bielsa discuter de longues heures autour d’un grand tableau blanc. Le suivisme se brise légèrement avec l’instauration de quelques défenses à trois, mais les organisations sont souvent simplistes, figées et conservatrices (on ne comparera pas le 4-4-2 nantais et celui que peut utiliser Dortmund).


Pour que la Ligue 1 sorte du trou qu’elle est en train de creuser, il ne faut pas nécessairement de l’argent, il faut avant tout des idées. Ou, plutôt, des volontés et une ouverture d’esprit. Si cela marche à l’échelle nationale, cela se remarquera ailleurs, et les entraîneurs français pourront renouer avec une bonne réputation. Ils ne sont pas nuls, mais ils ne font rien pour être bons, n’inspirent rien. Carlo Ancelotti, critiqué pour le jeu fourni, avait les résultats pour lui. Un palmarès long comme le bras et complètement hors d’atteinte pour les entraîneurs français. Marcelo Bielsa, lui, a la réputation. Et ceux qui reprochaient à l’Italien l’absence de flamboyance (pas forcément à tort) tombent cette fois sur l’Argentin avec l’argument du palmarès. On peut l’entendre. Mais qu’il soit aussi loué et courtisé est plus parlant que tout: si le but du football est de gagner, le classement n’est qu’une finalité provisoire. Les grands entraîneurs le savent et pensent bien au-delà. Que cela puisse interpeller vu de France prouve que l’on n’en voit pas souvent ici.

 

[1] On peut toutefois considérer que Didier Deschamps, qui a entraîné la Juventus, a un statut "international", et que Laurent Blanc entraîne actuellement un grand club étranger.
 

Réactions

  • Belmondo Bizarro le 11/09/2014 à 10h50
    Sur Laurent Blanc: le PSG a beau être un club dans la galaxie des grands clubs internationaux (ou plutôt supranationaux), c'est justement parce qu'il "réside" en France que Laurent Blanc a eu le poste. La même équipe dans un autre pays n'aurait jamais pensé à lui pour le poste je pense.

    Bon article sinon, particulièrement sur l'idée que l'analyse tactique en France se fait en suivant les résultats, et non les projets de jeu. On n'a pas de mal à croire que conférences de Bielsa laissent certains sur le carreau ("on n'analyse pas un résultat, on l'obitent")

  • Tonton Danijel le 11/09/2014 à 11h02
    Les entraîneurs français continuent cependant d'avoir la cote en Afrique (Hervé Renard, Alain Giresse, l'éternel Claude Le Roy, et désormais Christian Gourcuff... On pourrait même rajouter coach Vahid qui a principalement exercé ses talents en France avant de se doter d'un CV international).

    Bien sûr, il y a diverses raisons: la langue, le fait que le continent suive davantage le championnat de France, le fait que l'immédiateté du résultat prime davantage en sélection qu'en club, le fait qu'un mec qui a supporté Féry puisse supporter la fédération algérienne, et que sais-je encore...

  • magnus le 11/09/2014 à 11h03
    Et quand un journaliste interviewe Mourinho, c’est pour lui parler de Zlatan ou lui demander s'il y a une chance qu'il vienne entraîner le PSG...

  • Tonton Danijel le 11/09/2014 à 11h12
    "on n'analyse pas un résultat, on l'obtient"

    Ce n'est quand même pas l'exemple le plus pertinent qui soit, je trouve (certes la phrase est sortie du contexte), ça fait un peu langue de bois et il ne faudrait pas non plus se prosterner parce qu'un entraîneur use de la rhétorique...

  • Sens de la dérision le 11/09/2014 à 11h19
    Pourquoi une méchante petite voix me dit que si Bielsa avait été vraiment courtisé, il n'aurait pas fini à l'OM ? Certes j'ai vu passer un truc sur le Café comme quoi Bielsa aurait refusé les grands clubs sur qui il n'avait apparemment pas assez de prise (comme à l'OM apparemment) mais je dubite fortement.

  • El mallorquin le 11/09/2014 à 11h27
    Instinctivement, j'ai l'impression que les "grandes ligues" ont surtout tendance à faire de la place à leurs propres ressortissants, pour des raisons qui ne tiennent pas à la qualité des hommes mais plutôt à celles de la formation, de la langue, des réseaux, etc.
    Sinon on devrait pouvoir faire le même constat "d'échec" pour les entraîneurs espagnols, anglais, ou Allemands, qui ne me semble pas s'exporter beaucoup plus à l'étranger.

  • Léonidaf le 11/09/2014 à 11h29
    Je suis en phase avec l'idée que le projet de jeu des entrainurs liguainsest trop "réactif" , et leur ferme certaines portes.
    Malgré tout 2 remarques : la proportion de "grands entraineurs" est elle vraiment différentes dans les autres pays ? Italie exepté, peut être.
    La proportion d'internationaux est elle plus grande pour les entraineurs anglais, allemands ou espagnols ? leurs championnats domestiques sont certes meilleurs, mais il me semble qu'ils s'exportent peu. Le projet de jeu résulte aussi de la culture du championnat et des forces en présences (clubs, joueurs...)




  • Baka in the sky with ballons le 11/09/2014 à 11h40
    On aura beaucoup plus d'entraîneurs intéressants en France (et je parle pas que de la L1), le jour où on arrêtera de filer le DEPF un peu trop facilement à n'importe quel ex-pro.

    J'ai l'impression que ça s'est calmé dernièrement (Anigo et Dupraz recalés par exemple), mais globalement on avait tendance à filer le diplôme à plein de mecs sous prétexte qu'ils avaient été footeux pro, et encore pire si les mecs avaient fait une grosse carrière.

    Tout comme le laxisme concernant les entraîneurs de L1, couverts par un adjoint qui a le diplôme...

  • magnus le 11/09/2014 à 11h40
    Ok pour les anglais (je n'ai en tête que McLaren, Robson, Hodgson et Souness), mais pour les espagnols, italiens et allemands on trouve des ressortissants ayant coaché des très grands clubs dans d'autres championnats que le leur, et à différentes époques.

  • Belmondo Bizarro le 11/09/2014 à 11h42
    Tonton Danijel
    aujourd'hui à 11h12

    "on n'analyse pas un résultat, on l'obtient"

    Ce n'est quand même pas l'exemple le plus pertinent qui soit, je trouve (certes la phrase est sortie du contexte), ça fait un peu langue de bois et il ne faudrait pas non plus se prosterner parce qu'un entraîneur use de la rhétorique...
    ---

    Oui c'est vrai. Dans le contexte ça voulait dire "je n'analyse pas le match en fonction du résultat, mais en fonction de ce que l'équipe a produit sur le terrain". La phrase seule peut faire langue de bois, mais je la trouvais représentative de la mentalité de Bielsa qui distingue toujours nettement la prestation de son équipe et le résultat obtenu.