En vous connectant, vous certifiez n'avoir jamais trompé votre club favori. Attention à ne pas confondre vos minuscules et vos majuscules.
Vous avez oublié votre mot de passe ?
Inscription
Vous avez oublié votre mot de passe ? Il reste un espoir ! Saisissez votre adresse e-mail ; nous vous enverrons un nouveau mot de passe. Cette procédure est quasiment gratuite : elle ne vous coûtera qu'un clic humiliant.
Nous vous avons envoyé un email sur votre adresse, merci d'y jeter un oeil !

CONDITIONS D'INSCRIPTION :

1. Vous devez nous adresser, via le formulaire ci-dessous, un texte (format .txt inférieur à 100 ko) en rapport avec le football, dont la forme est libre : explication de votre passion, anecdote, aventure, souvenir, essai, commentaire composé, portrait, autobiographie, apologie, réquisitoire, etc. Vous serez ensuite informés de la validation de votre inscription par mail. Les meilleurs textes seront mis en ligne sur le Forum.

2. Nous ne disposons pas d'assez de temps pour justifier les retards d'inscription ou les non-inscriptions, et ne pouvons pas nous engager à suivre une éventuelle correspondance à ce sujet. Merci de votre compréhension.

Nous avons bien reçu votre candidature, on y jette un oeil dès que possible. Merci !

Partager :

Le foot étranger n'a pas d'avenir : l'Iran

IRAN [fatwaplaisir] n.m. Pays frontalier de l’Afghanistan, du Turkménistan et du Pakistan, abritant une partie du Kurdistan: pas étonnant que, lorsqu’on parle de l’Iran, il y a comme l’ambiance qui se tend.

Auteur : Sylvain Zorzin le 17 Juin 2014

 

 

IRAN [fatwaplaisir] n.m. Pays frontalier de l’Afghanistan, du Turkménistan et du Pakistan, abritant une partie du Kurdistan: pas étonnant que, lorsqu’on parle de l’Iran, il y a comme l’ambiance qui se tend.

Malgré une quasi-absence de prestige sur la scène internationale, l’Iran est un pays qu’il ne faut pas sous-estimer. Classé vers la 35e place dans le classement mondial FIFA/Coca-Cola, pas très loin d’Israël, ses résultats sont en constante progression. Découvrant la Coupe du monde en 1978 en Argentine (un nul et deux défaites), les Iraniens remportent, en 1998, leur premier match en phase finale contre les États-Unis. Évidemment, c’est comme un club qui, en France, aurait perdu de justesse contre l’US Créteil-Lusitanos au second tour de la Coupe de la Ligue après avoir écrasé le Stade lavallois au tour précédent, mais ce serait faire preuve d’un ethnocentrisme déplacé*.

En 1941, l’équipe d’Iran dispute sa première rencontre contre l’Afghanistan ; le match se soldera par un bon 0-0. C’est un camouflet pour ceux qui pensaient que ces deux patries ne pouvaient s’affronter sans recourir aux armes, ainsi que pour les peine-à-jouir qui avancent qu’il n’y a jamais de bon 0-0.

L’équipe nationale d’Iran est surnommée la "Melli", que certains traduisent par "Nation", d’autres par "Poulain". En même temps, les mollahs n’ont pas molli pour encourager leur sélection, alors il vaut mieux y aller mollo avec les traductions un peu hâtives.

Pour se rapprocher des standards européens, l’Iran a pris deux décisions importantes. D’abord, engager un entraîneur portugais (Carlos Queiroz), c’est tendance et, en plus, ce ne sera jamais pire qu’Alain Giresse. Ensuite, se doter de l’arme nucléaire. Parce qu’on veut bien être rigolo et faire des blagues, il ne faudrait pas oublier que l’Iran laisse planer la menace d’une guerre nucléaire, veut "balayer Israël", et va jusqu’à déclarer que Fuleco, la mascotte de la Coupe du monde 2014, est "sympa".

Quant à ceux qui pensent que la destitution du shah, en 1979, a un rapport avec Philippe Geluck, non. La confusion restait possible, celui-là refusant d’abdiquer avec assurance ; toutefois il ne déclara jamais: "Avec MMA, zéro glouglou, zéro glagla."

À la lumière de la plupart de ces réflexions, on peut donc raisonnablement penser que le foot iranien n’a aucun avenir.

(*) On notera le remarquable oxymore que constitue l’expression "ethnocentrisme déplacé", l’ethnocentrisme consistant à refuser de bouger d’un pouce ses préjugés.

 

Réactions

  • Maniche Nails le 17/06/2014 à 21h34
    La victoire contre l'Algérie n'y aura rien fait, coup d'arrêt pour la hype belge : Stéphane de Groodt annonce sa retraite.