Le cable réseau du serveur étant presque saturé, merci de ne vous connecter qu'en cas d'absolue nécessité de vous amuser. Attention à ne pas confondre vos minuscules et vos majuscules.
Vous avez oublié votre mot de passe ?
Inscription
Vous avez oublié votre mot de passe ? Il reste un espoir ! Saisissez votre adresse e-mail ; nous vous enverrons un nouveau mot de passe. Cette procédure est quasiment gratuite : elle ne vous coûtera qu'un clic humiliant.
Nous vous avons envoyé un email sur votre adresse, merci d'y jeter un oeil !

CONDITIONS D'INSCRIPTION :

1. Vous devez nous adresser, via le formulaire ci-dessous, un texte (format .txt inférieur à 100 ko) en rapport avec le football, dont la forme est libre : explication de votre passion, anecdote, aventure, souvenir, essai, commentaire composé, portrait, autobiographie, apologie, réquisitoire, etc. Vous serez ensuite informés de la validation de votre inscription par mail. Les meilleurs textes seront mis en ligne sur le Forum.

2. Nous ne disposons pas d'assez de temps pour justifier les retards d'inscription ou les non-inscriptions, et ne pouvons pas nous engager à suivre une éventuelle correspondance à ce sujet. Merci de votre compréhension.

Nous avons bien reçu votre candidature, on y jette un oeil dès que possible. Merci !

Partager :

Le foot étranger n'a pas d'avenir : les États-Unis

ÉTATS-UNIS [mothersoccer] n.f. Les États-Unis promeuvent les droits de l’homme en enfermant des prisonniers à Guantánamo. Chez nous, des types en orange qui matraquent une cage, c’est les joueurs de Lorient qui essaient de marquer un but.

Auteur : Sylvain Zorzin le 26 Juin 2014

 

 

ÉTATS-UNIS [mothersoccer] n.f. Pays sans passé glorieux ni avenir radieux, les États-Unis promeuvent les droits de l’homme en enfermant des prisonniers violents à Guantánamo. Une situation inconnue en France: chez nous, des types en orange qui matraquent une cage, c’est les joueurs de Lorient qui essaient de marquer un but. Notez, on n’a rien contre les Bretons. Nuls en foot, mais de sacrés marins, ces types-là. D’ailleurs, les marins, c’est un peu le seul truc qu’ils arrivent à mettre au fond.

Non contents de dominer les sports individuels (athlétisme), industriels (basket-ball) et inqualifiables (base-ball), les États-Unis se sont mis en tête de promouvoir une activité longtemps traitée avec mépris: le football. Pour éviter la honte et l’opprobre qui sanctionnaient les partisans de ce sport, ils l’appelèrent vite "soccer". Ainsi on ne le confondait pas avec le football américain, inqualifiable sport industriel, et dont la principale attraction est d’exhiber le téton de Janet Jackson pendant le Super Bowl, ainsi que des rappeurs eux aussi très remontés.

Afin de se qualifier pour leur septième Coupe du monde consécutive, les États-Unis ont fini en tête d’un groupe de pays dont le nom évoque le mélange de Coca-Cola et de Caisse d’allocations familiales: la zone Concacaf. Logiquement, cette région offre des matchs sans saveur, au cours desquels on attend pendant une heure et demie que quelque chose veuille bien se passer. Si les agences de notation pouvaient leur donner une note, je pense que ça tournerait autour de Z.

L’équipe des États-Unis passe pour posséder une piètre maîtrise technique et tactique. C’est faux. Leur maîtrise de la syntaxe est encore plus désastreuse. Ainsi, en 2005, au lendemain d’une victoire contre le Mexique, le sélectionneur Bruce Arena déclarait: "Ç’a été difficile. Vous pensez peut-être que ç’a été un jeu d’enfant. Mais ça n’a pas été un jeu d’enfant, ç’a été très difficile", et pourtant la question n’avait pas été posée par David Astorga.

L’actuel sélectionneur de l’équipe américaine est l’Allemand Jürgen Klinsmann. Ancien international né à Göttingen, c’est d’ailleurs sous le pseudonyme de "Jay Gottingen" qu’il rechaussera les crampons en 2003, à l’âge de 39 ans, pour quelques matchs aux États-Unis. On peut penser que "Jay Nuremberg" aurait mieux convenu à un joueur allemand sur le retour.

Enfin, les joueurs américains portent le nom de "Boys", soit le même sobriquet que les jeunes que l’on envoyait au Vietnam, en Irak ou en Afghanistan se faire découper en morceaux.

À la lumière de la plupart de ces réflexions, on peut donc raisonnablement penser que le foot états-unien n’a aucun avenir.

 

Réactions

  • theviking le 26/06/2014 à 14h36
    Petite précision : Klinsmann est né à Göppingen, pas Göttingen.

  • Cosmik Rodjeur le 26/06/2014 à 20h54
    " la zone Concacaf. Logiquement, cette région offre des matchs sans saveur, au cours desquels on attend pendant une heure et demie que quelque chose veuille bien se passer. Si les agences de notation pouvaient leur donner une note, je pense que ça tournerait autour de Z. "

    Il me semble voir une bonne dose Ethno-europénombrilisme là-dedans.

    Je crois plutôt que la Concacaf (la poule finale en tous cas) offre des matchs très disputés et de bonne qualité. Le Mexique qui ne me paraît pas pratiquer un football plus dégueulasse que la Suisse ou la Grèce n'a pu terminer que 4ème et a dû passer par un barrage avec l'Océanie.
    Je pense pas que si les USA, le Costa Rica et le Mexique étaient dans nos poules, les équipes européennes passeraient facilement, loin de là.

  • Kireg le 26/06/2014 à 21h29
    En 2014, des gens prennent donc toujours les articles de ce type au premier degré.

  • Cosmik Rodjeur le 28/06/2014 à 00h17
    J'aurais pas dû garder la fenêtre Maxifoot ouverte en même temps. L'oubliais que j'étais sur Les Cahiers : )