Seuls 36% des internautes parviennent à saisir leur e-mail / password du premier coup. En feras-tu partie ? Attention à ne pas confondre vos minuscules et vos majuscules.
Vous avez oublié votre mot de passe ?
Inscription
Vous avez oublié votre mot de passe ? Il reste un espoir ! Saisissez votre adresse e-mail ; nous vous enverrons un nouveau mot de passe. Cette procédure est quasiment gratuite : elle ne vous coûtera qu'un clic humiliant.
Nous vous avons envoyé un email sur votre adresse, merci d'y jeter un oeil !

CONDITIONS D'INSCRIPTION :

1. Vous devez nous adresser, via le formulaire ci-dessous, un texte (format .txt inférieur à 100 ko) en rapport avec le football, dont la forme est libre : explication de votre passion, anecdote, aventure, souvenir, essai, commentaire composé, portrait, autobiographie, apologie, réquisitoire, etc. Vous serez ensuite informés de la validation de votre inscription par mail. Les meilleurs textes seront mis en ligne sur le Forum.

2. Nous ne disposons pas d'assez de temps pour justifier les retards d'inscription ou les non-inscriptions, et ne pouvons pas nous engager à suivre une éventuelle correspondance à ce sujet. Merci de votre compréhension.

Nous avons bien reçu votre candidature, on y jette un oeil dès que possible. Merci !

Partager :

Le foot étranger n'a pas d'avenir : le Paraguay

PARAGUAY [guayfriendly], n.m. Pays d’Amérique du Sud situé entre l’Argentine, le Brésil et la Bolivie. C’est plutôt chez cette dernière qu’il faut rechercher les points communs en termes d’organisation de jeu.

 

Auteur : Sylvain Zorzin le 31 Mai 2014

 

 

PARAGUAY [guayfriendly], n.m. Pays d’Amérique du Sud situé entre l’Argentine, le Brésil et la Bolivie. C’est plutôt chez cette dernière qu’il faut rechercher les points communs en termes d’organisation de jeu.
 

Tous les quatre ans, les sélections nationales d’Amérique du Sud se rencontrent pour décider de qui ira en Coupe du monde et de qui obtiendra la garde d’Ingrid Betancourt. Les quatre premières sont directement qualifiées pour la phase finale, la cinquième dispute un barrage contre le vainqueur de la zone Asie.
 

Ces éliminatoires sont organisées dans le cadre de la Confédération sud-américaine de football, connue sous le nom de Conmebol. C’est amusant, on dirait un gros mot marseillais après un tir de Dimitri Payet. Bref, on le voit, il y a largement de quoi se moquer avec ce continent, qui n’a pas remporté la moindre Coupe du monde depuis plus de douze ans. Eh oui, aujourd’hui, seule l’Europe fait encore rêver.
 

En 2013, le Paraguay finit logiquement à la neuvième et dernière place de ces éliminatoires. Le pays se targue pourtant d’un passé récent plutôt glorieux. En 2010, il accédait en effet à sa quatrième phase finale consécutive de Coupe du monde.
 

On se souvient surtout du huitième de finale disputé contre la France, en 1998. Personnellement, après avoir rongé mes ongles puis ceux de ma femme, j’avais fini les mégots du cendrier sans même les allumer. Jusqu’au but libérateur de Laurent Blanc à la 113e minute. Je n’oublierai jamais ce chiffre. C’est simple: chez moi, la 113 est devenue une position sexuelle. Elle ressemble vaguement à la 94 chez les Jurietti, en aussi court mais avec des cris.
 

En 2002, le Paraguay atteint encore les huitièmes de finale de la Coupe du monde. Quatre ans plus tard, le pays est éliminé dès le premier tour, sans doute parce qu’il joue sans son gardien charismatique, José Luis Chilavert. Bien que diminué physiquement lors de la précédente compétition – il avait perdu un centimètre parce que son maillot rose et vert pomme était beaucoup trop serré –, Chilavert avait su être un capitaine indispensable. Ce fut donc une surprise de voir que la relève avait été aussi promptement assurée. Les cages furent longtemps protégées par un certain Justo Villar. Assumant ce difficile héritage, il a toutefois toujours refusé qu’on le surnomme "El Reencarnado Vigia" (le "gardien réincarné") parce que "R. V. Villar" c’était vraiment pas possible.
 

À la lumière de toutes ces réflexions, on peut donc raisonnablement penser que le foot paraguayen n’a aucun avenir – car on dit "paraguayen", j’ai vérifié.

 

Réactions

  • HumLloriste le 06/06/2014 à 10h13
    Pas de réaction ?
    Pourtant, "la 113" et "la 94 chez les Jurietti", c'est à se tordre de rire !
    Quant au très capilotracté "R.V. Villar"... c'est juste pas possible de ne pas réagir !