Ne perdez pas de temps à lire ce texte, connectez-vous vite pour commenter les articles des CDF. Attention à ne pas confondre vos minuscules et vos majuscules.
Vous avez oublié votre mot de passe ?
Inscription
Vous avez oublié votre mot de passe ? Il reste un espoir ! Saisissez votre adresse e-mail ; nous vous enverrons un nouveau mot de passe. Cette procédure est quasiment gratuite : elle ne vous coûtera qu'un clic humiliant.
Nous vous avons envoyé un email sur votre adresse, merci d'y jeter un oeil !

CONDITIONS D'INSCRIPTION :

1. Vous devez nous adresser, via le formulaire ci-dessous, un texte (format .txt inférieur à 100 ko) en rapport avec le football, dont la forme est libre : explication de votre passion, anecdote, aventure, souvenir, essai, commentaire composé, portrait, autobiographie, apologie, réquisitoire, etc. Vous serez ensuite informés de la validation de votre inscription par mail. Les meilleurs textes seront mis en ligne sur le Forum.

2. Nous ne disposons pas d'assez de temps pour justifier les retards d'inscription ou les non-inscriptions, et ne pouvons pas nous engager à suivre une éventuelle correspondance à ce sujet. Merci de votre compréhension.

Nous avons bien reçu votre candidature, on y jette un oeil dès que possible. Merci !

Partager :

Le foot étranger n'a pas d'avenir : l'Australie

AUSTRALIE [anti-iPod] n.f. Pays sans charme, l’Australie est surtout célèbre parce qu’on continue à croire que Sydney est sa capitale et qu’on écrit "arborigène", alors qu’il faudrait vérifier. 

 

Auteur : Sylvain Zorzin le 13 Juin 2014

 

 

AUSTRALIE [anti-iPod] n.f. Pays sans charme, l’Australie est surtout célèbre parce qu’on continue à croire que Sydney est sa capitale et qu’on écrit "arborigène", alors qu’il faudrait vérifier.

Éclipsée par une équipe de rugby pourtant régulièrement humiliée dans l’hémisphère sud, l’équipe australienne de football pourrait susciter l’indifférence. Il n’en est rien. Ainsi, plus de 80 000 personnes sont présentes pour le dernier match qualificatif contre l’Irak, alors que le match est sans enjeu, ni intérêt, ni charme, ni rien. Les spectateurs font d’ailleurs la ola assis, pendant la mi-temps.

Déterminée à prouver que le ridicule ne tue pas, la sélection porte le nom de "Socceroos", contraction de "soccer" (football) et de "kangouroos" (marsupiaux). On n’a rien vu d’aussi navrant depuis que Marcelo Pereira Surcin a joué à Ajaccio, ou plutôt "Marcelinho Carioca" (sic).

Pour pathétique qu’il soit, ce jeu de mots n’est pas si incongru. En effet, à l’image des kangourous, qui ont pu proliférer de par l’absence de prédateurs, l’Australie a longtemps survécu grâce à la seule absence de concurrents sérieux. Vainqueurs des îles Salomon et d’autres attroupements de onze personnes, le pays finissait souvent en tête de sa zone de qualification. Appartenant à la zone Océanie, il devait cependant disputer des barrages pour accéder à la phase finale de la Coupe du monde. Où il se ramassait lamentablement, repartant la queue basse – ce qui est la honte, même aux antipodes.

Seule exception: en 2006, l’Australie bat l’Uruguay et se qualifie pour le Mondial. Cette victoire est l’occasion d’effrayantes scènes d’hystérie. Au milieu de cris et des chansons de Midnight Oil, il est fréquent de voir des hommes pleurer et des femmes perdre les eaux. C’est dire à quel point le terme de "barrage" était inapproprié. L’histoire retiendra que les Australiens ont arraché et congelé le point de penalty historique pour le conserver sous verre.

Enterrant ses espoirs dès le match suivant, la fédération australienne décide alors de rejoindre la Confédération asiatique de football. Si l’équipe continue de rencontrer des attroupements de onze personnes (Oman, Bahreïn, Ouzbékistan), elle n’a plus à disputer de barrage et peut se qualifier directement. Ce tour de passe-passe scandaleux a été approuvé par toutes les instances internationales, le Parti socialiste français y voyant même une sorte de judicieux remaniement.

À la lumière de toutes ces réflexions, on peut donc raisonnablement penser que le foot australien n’a aucun avenir.

 

Réactions

  • Lucho Gonzealaise le 13/06/2014 à 03h20
    L'Australie et l'Ukraine s'affrontent en barrage et se qualifient toutes les deux en 2006 ? Non, c'était Australie-Uruguay.

  • Sens de la dérision le 13/06/2014 à 07h08
    Sacré Silvain.

  • Toto le Zéro le 13/06/2014 à 10h03
    Difficile de jouer au foot quand on est poursuivis par des zonards en motos dans le désert qui veulent nous piquer l'essence.

    De quoi? Ils en on fait un film, non?

  • Jean-Luc Skywalker le 13/06/2014 à 10h09
    L'auteur d'histoires des magazines pour enfant n'était donc pas un homonyme. Merci pour eux.

  • JauneLierre le 13/06/2014 à 10h36
    Je crois que la grande ville qu'on prend pour la capitale c'est Sydney. Sidney a chipé, a choppé dans les 80's.

  • RabbiJacob le 13/06/2014 à 12h33
    On parle rarement de la varie capitale car ses habitants sont de vrai beaufs, les fameux Canberra blaireaux.

  • Bouderbala le 13/06/2014 à 13h00
    On peut aussi dire qu'avec une équipe pareille, les Australiens vont à leur Perth.

  • José-Mickaël le 13/06/2014 à 14h06
    De toute façon la vraie capitale de l'Australie est Melbourne : c'est là qu'on trouve presque toutes les équipes de football australien, leur sport national. À Sydney, on joue un jeu étranger, le rugby.